Category Archives: souffrances

Le dernier jour de l’été

243.07Le dernier jour de l’été est arrivé. Nous entrons dans la période automne-hiver, et bien sûr, la pandémie de coronavirus se poursuivra. C’est une bonne chose que jour après jour, nous réalisions de plus en plus clairement que le virus ne s’en ira pas aussi vite. La pandémie entraîne non seulement la maladie, mais change toute notre existence : le travail, la maison, notre communication les uns avec les autres et l’attitude d’une personne face à la vie.

Il n’y a jamais eu d’épidémie aussi étendue, aussi profonde et aussi durable, et qui a apporté de tels changements qualitatifs chez une personne. L’humanité a encore du mal à comprendre quels changements sont exigés d’elle, mais dans les deux ou trois prochains mois, nous sentirons que ce coup nous oblige à changer, à modifier notre attitude envers la vie et la société. Le coronavirus change les gens et il nous sera plus facile de comprendre quel genre de personnes nous devrions être.

L’automne commence et les gens retournent au travail après les grandes vacances, les enfants retournent à l’école, les étudiants à l’université. Tout commence à reprendre sa routine, et ici nous sentirons à quel point nous sommes incapables d’y revenir.

Nous n’avons nulle part où retourner ! Nous ne serons plus en mesure de prendre en charge les systèmes que nous avions auparavant. Pour l’instant, nous ne savons pas comment continuer le parcours précédent. Quelle devrait être notre attitude vis-à-vis du travail, des études, de la vie dans les nouvelles conditions qui nous sont révélées par la pandémie ? Nous devrons tout comprendre à nouveau.

Nous ressentirons que nous voulons de moins en moins lutter contre ces phénomènes, mais nous devons comprendre leur essence profonde et nous transformer en conséquence.

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, « Le Travail avec la Foi au-dessus de la Raison » du 31/08/2020

La vie et la mort : le cycle circulaire du désir dans la nature

627.2Question : Est-ce que je comprends correctement que la mort existe pour qu’une personne réfléchisse au sens de la vie ?

Réponse : En général, oui. S’il y avait d’autres formes de perpétuation de la vie au lieu de la mort, alors bien sûr une personne ressentirait les choses complètement différemment. La présence de la mort détermine toute notre vision du monde.

Question : Que pouvez-vous dire sur la mort clinique ? Les processus vécus par une personne sont-ils une illusion ? Et pourquoi les images et les sensations en cas de mort clinique sont-elles similaires chez de nombreuses personnes ?

Réponse : Ceci est naturel car nous existons dans des corps d’animaux similaires, et par conséquent les processus qui se produisent en nous lors de l’extinction de certains fonctionnements de nos systèmes biologiques sont similaires et donnent les mêmes choses.

Question : La mort clinique est-elle une illusion ?

Réponse : En partie, parce que le désir lui-même ne peut pas mourir. Seule la forme de ce désir, appelée le corps, disparaît.

Question : Lorsque l’eau change de forme, elle peut être à l’état gazeux, liquide et solide. Une personne change-t-elle donc la forme de son existence ?

Réponse : Le fait est que le processus de la vie et de la mort s’exprime par rapport à une personne. Rien ne se passe vraiment. Ce n’est qu’à l’égard des personnes que le désir passe par de telles formes de transformation lorsqu’il nous semble qu’il vit, meurt, naît, etc. Il y a un circuit de désir dans la nature.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 14/05/2020

Gérer le stress, partie n°8

80Les causes du stress

Question : Le stress peut être causé par diverses circonstances. Cependant, la chose la plus terrible pour une personne est le stress causé par le rejet de la société. Pourquoi ?

Réponse : C’est parce qu’une personne se trouve entièrement à l’intérieur de la société. Par conséquent, lorsqu’elle sent que la société la rejette, elle n’a aucune raison de s’accrocher à la vie. Elle ne sait pas où elle existera.

Question : Qu’est-ce qui cause généralement du stress, le fait qu’une personne soit trop satisfaite de la vie ou qu’elle se sente vide ?

Réponse : Le stress est causé par le fait qu’une personne perd son orientation. Peu importe l’état dans lequel on se trouve lorsque l’on perd pieds, on se sent alors stressé.

Question : Ils disent que la solitude cause du stress. Une socialisation excessive peut-elle être stressante ?

Réponse : Oui, bien sûr ! Plus encore que la solitude. La solitude, au contraire, peut suggérer la réflexion et le calme. Cependant, lorsqu’une personne est au milieu du tourbillon bouillonnant des gens, elle est affectée par d’énormes vibrations qui peuvent causer un stress très fort.

Question : Il existe de nombreuses méthodes différentes pour gérer le stress. Comment éviter le stress lié à la prise de conscience de la nature limitée de la vie ?

Réponse : En aucune façon. Une personne devrait simplement réfléchir à la façon dont la vie devrait se terminer, si elle la termine correctement et bien. Dans notre psyché, il y a une condition spéciale qui coupe le moment où une personne se sépare de la vie, et elle accepte de s’en séparer. Elle accepte de s’endormir.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 25/06/2020

Qu’est-ce qui nous préoccupe le plus : les bonnes ou les mauvaises nouvelles ?

laitman_423.01Commentaire : On sait que les médias de masse influencent le développement personnel. Cependant, les mauvaises nouvelles, c’est-à-dire les actes de violence, les affrontements militaires ou les catastrophes naturelles, passent systématiquement beaucoup plus de temps à l’écran que les bonnes relations humaines, l’entraide ou le civisme pour empêcher la brutalité. Et le téléspectateur est plus attiré par cela.

Ma Réponse : Bien sûr. Si je regarde un programme à la télévision qui parle des horreurs de la guerre, des affrontements, des conflits au sein du gouvernement ou entre les gens, cela m’intéresse plus parce que de tels événements me concernent et peuvent me toucher directement.

Tandis que les bons programmes qui parlent de personnes qui se rassemblent, se parlent, chantent ou travaillent ensemble, qui aident dans les hôpitaux, etc., ne représentent aucun danger pour moi. Ainsi, je traite la question de manière factuelle et je peux dédaigner ce sujet.

Commentaire : Je dois noter qu’il y a eu des tentatives de ne diffuser que des informations positives, mais elles n’étaient pas du tout populaires.

Ma Réponse : Naturellement. Cela ne dérange personne. Une personne se nourrit de nouvelles négatives, de souffrances et de tragédies. Même en musique et en art, toutes les grandes œuvres significatives sont toujours tragiques et les comédies sont prises à la légère. Les gens les apprécient avec désinvolture.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 30/04/2020

Passer par la déception pour arriver au Créateur

Laitman_002Question : La découverte du Créateur a-t-elle toujours lieu par la déception et le désespoir de mes propres pouvoirs ?

Réponse : Oui. La révélation est toujours liée à la recherche, aux déceptions, à l’aspiration avec force, aux montées et aux descentes. C’est le seul moyen, car sinon vous ne pourrez rien discerner, révéler ou connaître quoi que ce soit.

Dans notre monde nous ressentons aussi de la déception : nous tombons, nous trouvons, etc. La recherche consiste toujours à identifier entre deux opposés.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 24/11/2019

Le sens profond de la crise

Laitman_632.3Question : Quels sont les aspects négatifs et positifs d’une crise, la crise elle-même ou notre réaction à celle-ci ?

Réponse : Lors d’une crise, le plus important est de la comprendre et de réagir correctement pour qu’elle nous soulève.

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, « crise » (mashber) signifie en hébreu « naissance », le lieu où une nouvelle personne nait.

En fait, le sens profond de la crise est la naissance de quelque chose de nouveau. Seulement nous ne le ressentons pas, nous ne le comprenons pas encore. Mais je suis sûr que nous y arriverons.

Nous verrons comment une nouvelle humanité intégralement connectée est en train de naître sous nos yeux, qui comprend mieux qu’elle doit vivre selon d’autres lois et non plus comme avant.

Question : Après la crise, allons-nous passer à un nouveau niveau spirituel ?

Réponse : Nous avons atteint ce stade, mais nous ne l’avons pas encore franchi. Nous avons plusieurs étapes devant nous. Mais cette nouvelle étape sérieuse que nous traversons actuellement doit beaucoup nous apprendre.

Question : Si la crise est la naissance de quelque chose de nouveau, cela signifie-t-il que les personnes décédées du coronavirus ne pourraient tout simplement pas vivre dans les nouvelles conditions, en harmonie avec la nature ? Mais tout est entre les mains du Créateur.

Réponse : Quant aux morts, ceux qui ne sont pas encore nés et à ceux qui vont naître, nous en parlerons séparément. C’est tout un système que nous devrons maîtriser et nous devons voir où se trouve le libre arbitre, pourquoi telles et telles âmes naissent, ce qui en est fait, etc. Nous devons étudier cela dans un système mondial commun.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 10/05/2020

Le problème de la correction universelle

laitman_282.01Question : Aujourd’hui, nous sommes confrontés au problème de la correction universelle. Ou y a-t-il une opportunité de sauver la situation par un groupe de kabbalistes ?

Réponse : Et comment un groupe de kabbalistes sauvera-t-il la situation si le but de la nature est que toute la création se connecte mutuellement et intégralement, pour atteindre les propriétés de la connexion et de l’amour ? Comment un petit groupe de personnes peut-il faire cela ?

Il n’existe que pour enseigner la méthodologie de l’union à tous les autres, pour être des enseignants pour eux. Ainsi, rien ne peut se produire sans l’inclusion d’absolument chaque personne dans ce processus.

Question : Une petite partie de l’humanité comprend l’essence de la crise qui s’est produite, mais la plupart n’en savent rien. Comment transmettre au monde entier la nécessité que c’est la personne qui doit changer pour que le monde entier soit corrigé ?

Réponse : C’est votre travail et vous devez le faire. Essayez de faire tout votre possible.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 10/05/2020

Eviter la souffrance de l’humanité

laitman_259.02Question : Est-il possible que dans un avenir proche, disons peut-être dans un an, un pays puisse se tourner vers les kabbalistes afin d’introduire un nouveau système d’éducation et d’instruction ? Ou est-ce impossible du point de vue des lois spirituelles ?

Réponse : Peu importe qu’ils s’adressent à nous ou pas. Nous devons être prêts et diffuser nos connaissances à tous. Alors dans chaque pays, il y aura des gens intelligents, y compris vous qui étudiez la Kabbale, qui pourront participer à la transformation de leur pays et de la société.

Pour ce faire, il suffit d’attirer des scientifiques et de leur montrer que tout devrait être en accord avec le système intégral de l’humanité, de la société et de la nature.

L’humanité a besoin de se changer elle-même, de se recréer en partie intégrale de la nature. Aujourd’hui, elle est opposée à la nature et de ce fait elle souffre. Cette souffrance doit être évitée. Si la société devient intégrale, alors tout ira bien. Sinon, elle s’engagera dans une troisième guerre mondiale et disparaîtra pratiquement. Cela est indiqué dans la Kabbale.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 03/05/2020

Les kabbalistes sont-ils sans peur ?

laitman_204Question : De quoi avez-vous personnellement peur ? Ou les kabbalistes sont-ils sans peur ?

Réponse : Non, les kabbalistes ne sont pas sans peur. J’ai crains le Créateur.

J’ai vraiment peur des doutes et des barrières qu’Il place devant moi. Et plus j’avance, plus ils sont grands et puissants, et je les crains. Je dois en avoir peur. S’il n’y avait pas de peur, je ne penserais pas à eux, je ne m’y préparerais pas et je n’essaierais pas de les surmonter.

L’Homo sapiens est constitué de peurs, ce que l’on appelle la crainte. Et elles ne disparaissent nulle part. Il sait juste d’où elles viennent et comment travailler avec elles.

Par ailleurs, si par exemple, vous lui faites une sorte d’injection et que ses peurs, ses sensations de douleur et toutes sortes d’autres sensations disparaissent, alors comment travaillerait-il, comment bougerait-il, comment se positionnerait-il dans n’importe quelle situation ?

Question : Quelle a été la plus grande peur que vous ayez éprouvée avant et après l’atteinte spirituelle ?

Réponse : Fondamentalement, ce sont des peurs dans lesquelles vous ressentez l’impossibilité de surmonter votre égoïsme, votre paresse et votre impuissance, et vous concentrez toutes vos forces et vos intentions afin de vous ressaisir et de vous tourner vers le Créateur pour obtenir de l’aide.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 26/04/2020

La nature ressent-elle notre douleur ?

laitman_231.01Question : Comment un kabbaliste perçoit-il la nature ? La ressent-il comme quelque chose d’intelligent, de sensible et de réactif ?

Réponse : Bien sûr, parce que nous en faisons partie.

Nous sommes à l’intérieur d’une sphère commune appelée « la Nature » ou « le Créateur ». À cet égard, nous en faisons partie, pas plus. Par conséquent, un kabbaliste réfléchit à la façon de se connecter à la nature, comment faire de lui-même une partie intégrante, alors qu’il a fusionné avec le Créateur.

Question : La nature ressent-elle notre douleur ?

Réponse : Naturellement. Si la nature nous a créés en tant que créatures délicates et sensibles, pourquoi devrait-elle être privée de ces propriétés elle-même ?

Commentaire : Mais cela fait mal à une personne.

Ma Réponse : La nature ne fait-elle pas mal aussi ? Vous ne le ressentez tout simplement pas. Après tout, vous ne ressentez pas non plus la douleur d’une autre personne.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 12/04/2020