Category Archives: souffrances

Le Créateur, Pharaon, et moi entre eux

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quelle est la différence entre la réalisation du mal que les Kabbalistes décrivent, ce qui signifie le refus de s’unir avec les autres, et le mal qu’une personne ordinaire ressent dans ce monde?Réponse: Avant d’atteindre la sensation spirituelle du mal, vous avez beaucoup de travail à faire parce que le mal spirituel se révèle seulement après la Makhsom. En dessous d’elle, il n’y a pas de mauvais penchant. À l’heure actuelle il n’y a pas d’ego en vous, c’est comme dans un petit cafard!

Le mauvais penchant est la force qui s’oppose ouvertement au Créateur; c’est Pharaon! Il devient révélé quand vous voulez vous unir avec le Créateur et avec les autres âmes de toute votre force, mais vous découvrez qu’en réalité ceci vous est odieux et repoussant. Pharaon se dresse contre le Créateur, le mauvais penchant contre le bien.

Les deux sont à la fois à l’intérieur de vous et ne sont révélés que l’un contre l’autre ! Il ne peut pas y avoir l’un sans l’autre.

D’autre part, le fait que vous éprouviez maintenant de mauvaises sensations, tout en souhaitant progresser spirituellement n’est pas une réalisation spirituelle du mal. Il y a beaucoup de gens dans le monde qui ressentent encore pire. Peut-être qu’il vous semble que c’est une préoccupation spirituelle parce que vous ne ressentez pas le monde spirituel et ne comprenez pas, mais en fait, tout cela est encore en cours à l’intérieur de l’égoïsme.

Bien sûr, ce n’est plus l’égoïsme ordinaire de la consommation, mais la souffrance en raison de votre incapacité à vous unir avec d’autres, la répulsion, et la réticence même à penser à cela, le manque de volonté de vous corriger vous-même. Pour l’instant, la spiritualité vous semble comme quelque chose d’attrayant pour votre égoïsme. C’est déjà un temps de préparation pour entrer dans le monde spirituel, mais pour l’instant vous n’avez pas les notions spirituelles correctes. Rien de tout cela n’est la spiritualité. La spiritualité peut seulement être «pour» ou «contre» le Créateur Lui-même, pour Son bien ou pour le mien. Mais je dois être opposé à Lui!

La spiritualité est soit Pharaon ou le Créateur. Je suis au milieu entre eux dans Klipat Noga où je choisis: bon ou mauvais, « pour » le Créateur ou « contre » Lui.

Il n’y a rien de plus que cela ! Le monde que nous voyons actuellement autour de nous n’existe pas dans la spiritualité. Cette réalité est irréelle, nous vivons dans un monde imaginaire. Le niveau minéral, végétal, animal et humain dans ce monde existent seulement à l’intérieur de notre désir égoïste.

Pourquoi ce monde est-il imaginaire? C’est parce qu’il ne dispose pas de connexion avec le Créateur! Il vit grâce à une petite étincelle de Lumière qui l’anime en quelque sorte. C’est pourquoi il n’y a pas de bien ou de mal ici.

La sensation de mal que vous vous éprouvez est seulement due à un manque d’accomplissement égoïste de l’animé. Toutes vos pensées élevées, les désirs, fantasmes et rêves sont les caprices de votre égo développé, surdimensionné qui exige ce qu’il veut et vous oblige à souffrir.

Plus vite que le temps

Dr. Michael LaitmanQuestion: Qu’est-ce que cela signifie qu’une personne doit donner son accord et désirer que le Supérieur agisse sur lui?

Réponse: Nous avons été créés à partir du désir de plaisir et toutes les actions qui corrigent ce désir sont faites par la Lumière. La lumière corrige les Kelim ou désirs, les commande, et leur donne la sensation de l’abîme entre les désirs et les Lumières, l’écart entre les niveaux, la sensation de manque d’accomplissement. La lumière réveille et secoue le Kli ou désir.

Il s’avère que je ne dois qu’être la cause de la sortie de la Lumière et de son travail sur moi. Ce sont mes seuls moyens et actions pour accélérer mon développement.

D’une façon ou d’une autre les Lumières agissent, influençant de plus en plus les Reshimot (données d’information). Ensuite, les Reshimot sortent de la dissimulation et sont réalisés à un taux spécifique appelé « Beito » (En temps voulu).

Quand je fais des actions spéciales dans le groupe, l’étude, mon travail intérieur, et ma recherche, j’ai ainsi réveillé les Lumières, les obligeant à m’influencer avec plus de force et de vitesse. Mais je ne fais rien de plus que cela.

En tout cas tout vient de la Lumière. Je ne peux accélérer son influence sur les Reshimot qui sont en moi. Ensuite, mon développement est appelé Akhishena (Accélération du temps). Et réaliser ceci, c’est tout notre travail.

Toutefois, cela ne peut se produire qu’à la condition qu’au lieu d’avancer par le chemin long et difficile, où la Lumière m’influence en m’apportant toutes sortes de souffrances que je dois fuir, en réalisant progressivement l’objectif de la souffrance, au lieu de cela, je peux éveiller la Lumière, de sorte qu’Elle m’influence plus fortement, à condition que je sois d’accord avec toutes les choses désagréables et horribles que cela m’apporte.

Que la lumière m’apporte tout cela; tout ce que je veux, c’est de m’élever au-dessus par la force de l’environnement. Je reçois de l’environnement la force d’être au-dessus de la souffrance. Ensuite, si je me prépare de cette manière, la Lumière Supérieure peut m’influencer et me faire avancer et progresser.

Un médicament amer plutôt que de doux mensonges

Dr. Michael LaitmanLa lumière m’apporte toujours une sensation de l’écart entre la Lumière et les désirs. Cela me donne toujours une mauvaise sensation et cela ne peut rien m’apporter de bon. D’abord cela me donne toujours une prise de conscience du mal, qui est la vérité. D’autant que je serai capable de m’élever au-dessus de la sensation de  » amère contre sucré  » vers l’analyse de « vrai contre faux  » afin de clarifier la vérité en dépit de l’amertume, dans cette mesure, la Lumière sera capable de m’influencer.Mais où vais-je recevoir la force de tenir si fortement à la vérité, même si je me sens mal? Je ne peux que recevoir cette force supplémentaire de l’environnement. Par conséquent, il nous est inutile de crier vers la Lumière. La lumière nous influence dans la mesure où nous sommes prêts pour cela. On peut attendre un millier d’années jusqu’à ce que nous soyons prêts grâce à un développement très lent, graduel, ou bien son influence peut augmenter à chaque seconde si nous sommes prêts pour cela.

Il n’y a pas de retard de la fin de la Lumière. Le retard ne dépend que de la façon dont je suis prêt à tolérer l’écart entre les Kelim et les Lumières, pour être « au-dessus de la connaissance », au-dessus de la souffrance physique, quand je suis prêt à être dans la vérité même si elle est amère. En effet, il est vraiment amer de ne pas utiliser les Kelim de la réception, le désir pour son propre intérêt, tout en restant dans l’intention du don sans réserve.

Par conséquent, nous n’avons pas d’autres moyens d’accélérer notre développement, autrement qu’en communiquant avec l’environnement. Cependant, la connexion avec l’environnement est aussi extrêmement douloureuse. Je ne peux pas me vaincre. Je peux passer des milliers d’heures en plaidant avec mes amis pour l’unité, mais tout cela ne sera rien que des mots. Après ça, je trébuche sur mon mur intérieur et je suis incapable de faire quelque chose de plus que des mots.

Cependant, si nous essayons au moins de le faire ensemble, alors chaque personne reçoit une impression des autres et atteint ainsi le point de la vérité: qu’il est incapable de le faire et doit casser précisément à travers ce mur. Puis il l’exige de la Lumière quiramène vers le bien.

Une blague ou une loi stricte?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Si le dessein du Créateur est d’amener l’homme au but de la création, qu’a t-il gagné des événements qui ont eu lieu en Israël au début du mois? Quels sont leurs conséquences?
Réponse: Je ne vais pas vérifier la façon dont les gens ont changé. Nous agissons dans l’axe du temps: Il y avait un état avant l’incendie, puis il y a eu un incendie mortel détruisant aussi la végétation, et quand ce fut terminé, la pluie tomba.
Qu’est-ce qui a changé dans ce laps de temps? Vous avez commencé à poser des questions: « Pourquoi la pluie n’est tombée que le jour suivant l’extinction de l’incendie? Était-ce une blague? Pendant l’incendie, nous avions tellement besoin de pluie et avons prié pour elle avec tant de passion, mais aucune réponse n’est venue. Et quand nous n’en avions plus besoin, il a commencé à pleuvoir tellement que la pluie créea alors d’autres dégâts. Nous avons été frappés à deux reprises.  »
En effet, cela se passe exactement comme décrit dans la Torah: Si Israël est indigne, la pluie tombe au mauvais moment au mauvais endroit. C’est la loi de la nature. Au dessus se trouve la Lumière, et en-dessous se trouve le volonté de recevoir (le désir), qui doit parvenir à l’équivalence avec le Créateur. La Lumière travaille constamment sur le désir, et celui-ci ne cesse de changer.

A Joke Or A Strict Law

Le Créateur ne fait que ce calcul: deux Etats, le niveau initial et le niveau final doivent être le même. Sur cette base, Il agit. Tout comme la lumière créa quatre phases d’expansion de la lumière directe, elle continue à tout développer en son sein.
Le Créateur ne réagit pas, c’est la loi ou la nature. Que voulez-vous de Lui? Seriez-vous prêt à approcher un volcan en éruption et à supplier: «Faites-moi une faveur, arrêtez l’éruption pendant quelques minutes, j’ai besoin de traverser? »

Pourquoi donc croyez-vous que le Créateur répondra à vos prières? Dans ce cas, vous adorez une idole. Vous Le considerer comme une étoile qui porte bonheur, comme si avec son aide, vous pouvez changer votre destin. Il est vrai que vous pouvez apprendre quelque chose sur l’avenir, mais le changer est au-delà de votre pouvoir

La raison générale à toutes les souffrances

Dr. Michael LaitmanQuestion: Est-ce juste de construire une intention tout en étudiant le Livre du Zohar et de penser à ceux qui ont été blessés par les incendies dans le nord d’Israël et à ceux qui luttent contre le feu?Réponse: Les personnes ne sont pas confrontées là à des problèmes évidents et latents. Amener la Lumière plus près de Malkhout de Atsilout, permet à Malkhout de briller dans ses neuf Sefirot inférieures, Ce qui signifie dans toute la réalité se trouvant en dessous de Malkhout, y compris notre monde.

Nous élevons MAN, une prière pour la correction, au degré de Malkhout, qui est ensuite transférée plus haut, jusqu’à Arikh Anpin, la source de l’abondance. En vertu de cela, l’abondance descend vers Malkhout et répand sa lumière plus bas: dans les mondes de BYA, dans notre monde, dans toutes les âmes, dans la végétation, et dans chaque être vivant de la nature.

Bien sûr, grâce à cette demande de correction, nous apportons la vie à toutes les créatures en-dessous. Cela comprend les habitants du nord d’Israël, qui sont les mêmes que toutes les personnes et toutes les créatures, qui continuent à souffrir.

Nous comprenons qu’il y a des souffrances dues au manque de connexion avec la Force Supérieure. Si nous ajoutons l’intention correcte à leurs souffrances, nous élevons tous ensembles leur désir vers le haut grâce à cette intention. Suite à cela, nous recevons en réponse une abondance supplémentaire, qui se propage alors au monde entier.

Les perturbations sont le langage du Créateur

Dr. Michael LaitmanQuestion: Que signifie être au-dessus des perturbations? 

Réponse: Les perturbations d’En-Haut veulent dire que je les prends, que je les traite, que je les garde et que je reste au-dessus d’elles comme être au-dessus des vagues.

Je ne les efface pas. Elles restent à l’intérieur de moi et en m’élevant au-dessus d’elles, j’entre en contact avec la Lumière, le Créateur, Celui qui me donne sans réserve. Il me donne ces perturbations de sorte qu’au-dessus d’elles je me rapprocherais de Lui.

Les perturbations sont un langage. Le Créateur éveille mes qualités intérieures qui sont opposées à Lui. Si je m’élève au-dessus de ces qualités opposées, alors je viens en contact avec Lui.

Pour l’instant, je ne ressens pas très bien ce contact, mais néanmoins à travers celui-ci je commence à ressentir Son attitude. Je commence à valoriser ces perturbations parce que justement elles me mènent au contact du Créateur. Sans elles je ne serais jamais venu en contact avec Lui.

Les perturbations me montrent ce qui nous sépare, nous empêchant d’entrer en contact les uns avec les autres. Si je m’élève au-dessus d’elles, alors je surmonte l’obstacle et j’acquière une certaine connexion avec le Créateur.

Par conséquent, nous devons être reconnaissants pour toutes les perturbations, nous avons à les traiter correctement et à les considérer comme un obstacle au-dessus duquel nous devons nous élever en vue d’atteindre une connexion avec le Créateur.

La qualité qui me sépare du Créateur devient la qualité qui nous relie, si je m’élève au-dessus d’elle. En dépit du fait que cela ressemble pour moi à une perturbation, je ne le perçois pas comme une perturbation, mais comme un moyen de créer une connexion avec le Créateur.

Si je m’annule moi-même et que je désire être au-dessus des troubles, alors je «nage»- au-dessus d’eux comme une coque en bois sur les vagues, sans cesse en contact avec l’air. Par conséquent, je n’efface pas les perturbations, mais je suis au-dessus d’elles. J’ai besoin d’elles pour m’élever au-dessus d’elles.

Asservis par votre propre nature

Dr. Michael LaitmanSi une personne est remplie d’un grand plaisir, alors c’est comme si elle se dissolvait en lui, en étant complètement maîtrisée par lui et comme un robot, prête à tout ce que le plaisir exige de lui. Et elle ne peut rien faire contre cela.Chaque personne a un certain seuil de tolérance ou une limite jusqu’à laquelle elle peut résister au plaisir ou tolérer la souffrance. Une fois que le plaisir ou la souffrance dépasse ce seuil, ils peuvent l’asservir complètement. Une personne n’est en mesure de s’y opposer que dans une fourchette très étroite de sensibilité, et même alors, elle ne peut le faire que lorsqu’elle est en mesure de se protéger d’eux en quelque sorte. Qu’est-ce que la protection? C’est quand elle comprend qu’elle ne doit pas céder à la tentation, à la fois celle du bon côté et celle du mauvais.

Sinon, le plaisir et la souffrance vont la maîtriser complètement, car une personne est créée à partir d’un matériau dont la base est la volonté de profiter. Par conséquent, c’est complètement évident qu’ils peuvent facilement tout lui faire.

Réveillez-vous et regardez-vous

Dr. Michael LaitmanAu début du chemin spirituel, une personne n’est pas encore en mesure de distinguer ce qui lui arrive. La sensation actuelle est la vérité pour elle. On est incapable de se regarder de côté et de discerner l’influence extérieure qui vient du Créateur. On ne voit pas encore les murs du laboratoire dans lequel on est.Quand un homme est sur le côté du désir de satisfaction, il réagit automatiquement à ce qui se passe: il saute de joie, ou vice versa, tombe dans la mélancolie. Il est enseveli dans les états de son égoïsme.
Toutefois, comme il travaille sur lui-même à l’intérieur de l’unité avec le groupe, il se sépare de ses propres désirs et acquiert la possibilité d’analyser: Quelles sont les causes de ses états, et comment peuvent-ils se rapporter au groupe, à l’étude, et au Créateur ? Au lieu de se sentir comme un animal de laboratoire, il se déplace vers le côté du Créateur, qui lui montre ce qu’Il lui fait.

Cela permet à une personne à devenir humaine, de s’élever au-dessus du degré d’animal de son désir dans la mesure de l’homme. Maintenant, il comprend que le but des états désagréables où il est dépourvu d’énergie, de lumière, et l’inspiration est d’attirer son attention sur la source, le Créateur.

Pourquoi le Créateur lui envoie-t-il ces états? C’est pour qu’il se rapproche du Créateur avec une demande. C’est la seule manière qu’Il peut me réveiller. Les sensations agréables me forcent à L’oublier, tandis que le vide fait le contraire: donne lieu à des questions. Quand je vais mal, je veux savoir pourquoi, mais quand je vais bien, je ne me soucis pas de savoir pourquoi il en est ainsi.

C’est pourquoi je suis réveillé par des problèmes, et à ce moment-là je dois comprendre que ce sont des appels du Créateur. C’est sa façon de me montrer que je dépends de Lui, Il m’appelle à Lui pour que nous nous présentions contre le Pharaon ensemble.

C’est alors que je commence à réaliser qu’il n’y a pas de mal et je suis reconnaissant pour les « méchants », autant que pour le bien et encore plus parce que justement ça m’aide à avancer, à me rapprocher du Supérieur et de la demande des corrections de Lui. Si une personne prend la bonne position pour évaluer son état, si elle utilise la sensation comme un objet d’analyse, alors elle acquiert la foi au-dessus de la raison, qui lui permet toujours d’aller de l’avant.

Répondre à la conhérence par la consistance

Il y a le désir de recevoir, et en lui, les Reshimot (gènes spirituels, traces). Le premier est immergé dans l’océan de la Lumière Supérieure. La Lumière est définie comme une valeur fixe [la flèche rouge sur le schéma ci-dessous], alors que le désir et les Reshimot sont sujets à changement.Pour l’essentiel, il n’est pas important pour moi comment exactement et dans quelle mesure ils changent. Je ne vois pas l’ensemble du processus de toute façon, et je ne suis pas familier avec l’ordre du développement du système commun des âmes, dont je fais partie. Mon principal souci est ma réponse à la cohérence de la gouvernance Supérieure qui me vise, à travers les «obstacles» vers l’objectif et m’oblige à faire preuve de cohérence dans mon attitude envers Lui.

Respond To Consistency With Consistence

Dans ce cas, nous, moi et le Créateur, sommes en adhésion. Je comprends que le Créateur est Bon qui fait du bien et encourage cette attitude en moi, malgré de nombreux changements, comme si j’étais un bateau dans la tempête. Par-dessus tout ce qui se produit en moi, j’étudie sa gouvernance. Il change tous les paramètres internes et externes dans mon monde, tandis que je démontre un désir inflexible pour Lui dans le même parallèle à la bonne cohérence, dans l’adhésion, afin de « ne pas perdre la foi en la miséricorde, même si une épée est soulevée au-dessus de ma tête. »

C’est ainsi que j’ai l’expérience de Sa nature sur moi-même. Les Reshimot se déroulent en moi, me conduisant sur les barreaux de l’échelle spirituelle, par laquelle nous sommes descendus du Monde de l’Infini. Au-dessus de chaque Reshimo, chaque nouvel échelon, je fusionne avec le Créateur, encore et encore. En outre, je dois monter à chaque nouvelle étape en un sentiment de complétude et de joie, même si intérieurement, je peux être porteur d’un désir vide et souffrant ou d’un désir rempli de délices célestes.

Peu importe ce que je ressens, que ce soit la souffrance et la dévastation ou la réalisation et le plaisir, je suis totalement au-dessus d’eux parce que je suis absorbé dans le don sans réserve. En moi, il y a la haine et des transgressions, mais au-dessus, je monte dans le don sans réserve. Je ne me concentre pas sur mon désir. Qu’il reste vide, il faut qu’il soit rempli d’ordures ou de son contraire, la Lumière Supérieure, je me concentre uniquement sur la façon dont, au-dessus de tout cela, pour construire mon attitude conformément à celui qui donne.

Et c’est ce que comprend notre travail: sans cesse aspirer et se tourner vers Lui, au-dessus de tout ce qui se passe en nous. J’apprécie mes désirs où se déroulent les Reshimot car sans eux, je ne serais pas en mesure d’établir une relation et de fusionner avec le Créateur. Mais le travail lui-même est effectuée au-dessus de cela, où je suis la construction de la ligne médiane, l’écran.

Atteindre La lumière à partir des ténèbres

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quel est le principe d’atteindre la Lumière dans les ténèbres?

Réponse: L’atteinte de la Lumière se produit quand l’obscurité survient. La Lumière est la qualité du don sans réserve et l’obscurité est la réalisation de notre nature égoïste. (Itron Ohr Mi Toch Hosheh – la Lumière est évaluée par rapport à l’obscurité.)

Vous savez, il y a une blague à propos d’un Russe moderne, qui montre à son ami un briquet qu’il a acheté dans un magasin spécialisé pour trois mille dollars. L’autre s’écrie: «Ce n’est rien! J’ai acheté le même briquet au coin de la rue pour six mille dollars!  »

Le plaisir n’est pas évalué en fonction de l’objet, mais selon la façon dont vous l’évaluez. Lorsque vous achetez quelque chose dans un magasin spécialisé ou que vous l’obtenez avec beaucoup de difficulté, vous recevez plus de plaisir. Plus les parents investissent dans leurs enfants, plus ils les aiment. Nous savons que plus il était difficile de réaliser quelque chose dans le passé, plus c’est agréable de se le remémorer et plus c’est précieux.

 

C’est parce que nous sentons le désir (Kli – récipient), plutôt que la Lumière, et nous faisons des évaluations sur la satisfaction qui repose sur le désir. Plus grands sont le désir et la souffrance, plus nous ressentons l’accomplissement. Par conséquent, nous devrions comprendre que, quand la souffrance s’est suffisamment accumulée grâce à nos efforts, nous serons dignes de ressentir la rédemption du mal.