Category Archives: souffrances

Répondre à la conhérence par la consistance

Il y a le désir de recevoir, et en lui, les Reshimot (gènes spirituels, traces). Le premier est immergé dans l’océan de la Lumière Supérieure. La Lumière est définie comme une valeur fixe [la flèche rouge sur le schéma ci-dessous], alors que le désir et les Reshimot sont sujets à changement.Pour l’essentiel, il n’est pas important pour moi comment exactement et dans quelle mesure ils changent. Je ne vois pas l’ensemble du processus de toute façon, et je ne suis pas familier avec l’ordre du développement du système commun des âmes, dont je fais partie. Mon principal souci est ma réponse à la cohérence de la gouvernance Supérieure qui me vise, à travers les «obstacles» vers l’objectif et m’oblige à faire preuve de cohérence dans mon attitude envers Lui.

Respond To Consistency With Consistence

Dans ce cas, nous, moi et le Créateur, sommes en adhésion. Je comprends que le Créateur est Bon qui fait du bien et encourage cette attitude en moi, malgré de nombreux changements, comme si j’étais un bateau dans la tempête. Par-dessus tout ce qui se produit en moi, j’étudie sa gouvernance. Il change tous les paramètres internes et externes dans mon monde, tandis que je démontre un désir inflexible pour Lui dans le même parallèle à la bonne cohérence, dans l’adhésion, afin de « ne pas perdre la foi en la miséricorde, même si une épée est soulevée au-dessus de ma tête. »

C’est ainsi que j’ai l’expérience de Sa nature sur moi-même. Les Reshimot se déroulent en moi, me conduisant sur les barreaux de l’échelle spirituelle, par laquelle nous sommes descendus du Monde de l’Infini. Au-dessus de chaque Reshimo, chaque nouvel échelon, je fusionne avec le Créateur, encore et encore. En outre, je dois monter à chaque nouvelle étape en un sentiment de complétude et de joie, même si intérieurement, je peux être porteur d’un désir vide et souffrant ou d’un désir rempli de délices célestes.

Peu importe ce que je ressens, que ce soit la souffrance et la dévastation ou la réalisation et le plaisir, je suis totalement au-dessus d’eux parce que je suis absorbé dans le don sans réserve. En moi, il y a la haine et des transgressions, mais au-dessus, je monte dans le don sans réserve. Je ne me concentre pas sur mon désir. Qu’il reste vide, il faut qu’il soit rempli d’ordures ou de son contraire, la Lumière Supérieure, je me concentre uniquement sur la façon dont, au-dessus de tout cela, pour construire mon attitude conformément à celui qui donne.

Et c’est ce que comprend notre travail: sans cesse aspirer et se tourner vers Lui, au-dessus de tout ce qui se passe en nous. J’apprécie mes désirs où se déroulent les Reshimot car sans eux, je ne serais pas en mesure d’établir une relation et de fusionner avec le Créateur. Mais le travail lui-même est effectuée au-dessus de cela, où je suis la construction de la ligne médiane, l’écran.

Atteindre La lumière à partir des ténèbres

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quel est le principe d’atteindre la Lumière dans les ténèbres?

Réponse: L’atteinte de la Lumière se produit quand l’obscurité survient. La Lumière est la qualité du don sans réserve et l’obscurité est la réalisation de notre nature égoïste. (Itron Ohr Mi Toch Hosheh – la Lumière est évaluée par rapport à l’obscurité.)

Vous savez, il y a une blague à propos d’un Russe moderne, qui montre à son ami un briquet qu’il a acheté dans un magasin spécialisé pour trois mille dollars. L’autre s’écrie: «Ce n’est rien! J’ai acheté le même briquet au coin de la rue pour six mille dollars!  »

Le plaisir n’est pas évalué en fonction de l’objet, mais selon la façon dont vous l’évaluez. Lorsque vous achetez quelque chose dans un magasin spécialisé ou que vous l’obtenez avec beaucoup de difficulté, vous recevez plus de plaisir. Plus les parents investissent dans leurs enfants, plus ils les aiment. Nous savons que plus il était difficile de réaliser quelque chose dans le passé, plus c’est agréable de se le remémorer et plus c’est précieux.

 

C’est parce que nous sentons le désir (Kli – récipient), plutôt que la Lumière, et nous faisons des évaluations sur la satisfaction qui repose sur le désir. Plus grands sont le désir et la souffrance, plus nous ressentons l’accomplissement. Par conséquent, nous devrions comprendre que, quand la souffrance s’est suffisamment accumulée grâce à nos efforts, nous serons dignes de ressentir la rédemption du mal.

Questions sur les sanctions et la fierté

Dr. Michael LaitmanQuestion: Il semble y avoir un paradoxe: Il est écrit que «il n’y a rien hormis Lui», ce qui signifie que le Créateur est la source de tout. Mais alors, comment puis-je traiter une personne qui essaie de me blesser? 

Réponse: Il est aussi écrit: « Le Créateur vous envoie le bien par les gens bons et vous punit par les mauvais.  » Ainsi, ceux qui commettent des actes mauvais doivent être punis non pas parce qu’ils ont fait quelque chose de mauvais, mais parce qu’ils ont mérité de devenir le conduit par lequel le Créateur a canalisé le mal dans notre monde. Il s’avère que la punition n’est pas vraiment une sanction , mais c’est la correction de la personne et du monde.

Question: Dans un des entretiens vous avez dit à un journaliste que vous ne vous considéreriez pas comme un professeur et que vous étiez indifférent à ce que les autres disent de vous. Pourquoi faites vous ainsi ? En fin de compte, cela jette une ombre sur diffusion de la Kabbale.

Réponse: La critique est très saine parce que c’est un remède préventif contre l’orgueil. Il est aussi écrit: « Le Créateur fait pression sur une personne qu’il favorise. » De plus, il envoie des saboteurs et des accusateurs contre cette personne afin de l’aider à vaincre son orgueil et son égoïsme. D’ailleurs, comme dans les actions contre les Klipot tels que « Maim Achronim»,«le Seir le Azazel», et d’autres, il ya une obligation de jeter des« os aux chiens.  »

La véritable diffusion en tirera encore plus de bénéfice.

Ne pas demander la mort des méchants

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment puis-je rester dirigé vers le but si j’ai un problème physique qui requière sans cesse mon attention?

Réponse: Il y a des cas différents. Toute personne a parfois des problèmes affectifs ou corporels, des préoccupations ou des craintes. Le Créateur s’adresse à une personne et lui envoie la totalité de ces problèmes afin de le réveiller.

Cela n’a aucun rapport avec l’état particulier d’une personne. Elle reçoit du Créateur tout son état, dans sa totalité, et elle doit se relier à Lui à partir de cet état. Chacun doit aussi comprendre que si il a des problèmes de santé, il devrait voir un médecin, et s’il a des problèmes avec son revenu, il a besoin de trouver un emploi, et ainsi de suite.

Toutefois, dans son ensemble, si les problèmes se résolvent, ce n’est que parce qu’il a besoin d’être dans un autre état afin de progresser. Chaque état est l’état correct pour de nouveaux progrès. Pourtant, on doit se rapporter à lui en le corrigeant comme un tout, tant sur le plan corporel que spirituel.

Il est interdit pour nous de séparer le monde en deux parties, telles que « c’est pour moi, et c’est pour le Créateur. » Il n’y a pas une telle chose comme: «Maintenant, je vais m’occuper de mon travail et participer à mes affaires corporelles. Ensuite, je vais me tourner vers Lui, faire un don, et, Dieu merci, je suis propre maintenant. « Si nous parlons de la correction des intentions, alors il n’y a pas une seule minute qui soit libre. Nous avons besoin d’élever un appel au Créateur dans tous les états et les situations où nous sommes avec tous ces problèmes qu’ils posent.

Cet appel ne devrait pas être sur le physique, la famille, ou un autre problème. Il doit toujours être sur le but le plus élevé, car il inclura sans aucun doute les niveaux de plus en plus bas des préoccupations, des peurs, des maladies et des malheurs.

Tous ensemble, dans leur ensemble, ils sont appelés «souffrance» et visent à ajuster une personne vers la bonne direction. S’il devait y avoir une occasion d’éloigner une certaine souffrance loin d’elle (comme des craintes concernant l’argent, la santé ou la famille), elle dévierait du chemin. Elle ne voudrait pas procéder comme le Créateur la dirige.

Par conséquent, il nous est interdit d’intervenir directement dans ce processus. Nous devrions aider une personne à gérer ces problèmes, mais elle doit savoir que tel est le chemin.  » Il n’y a rien hormis Lui » Tout est envoyé par le Créateur qui est «bon et fait le bien», et il faut accepter tous les états et les surmonter correctement: par tous les moyens possibles aux niveaux corporel et spirituel avec l’aide du groupe.

Toutefois, comme il est écrit, il est interdit de demander que « mon méchant » meure. Nous ne devrions seulement demander son retour vers le Créateur. En d’autres termes, nous devons corriger tous les états en utilisant de manière correcte les obstacles apparemment négatifs, car ils sont les plus utiles pour notre progrès spirituel.

Nous permettre de contourner toutes les souffrances

Dr. Michael LaitmanQuestion: Si tout dépend dans le monde des personnes qui s’engagent dans le développement spirituel, cela signifie-t-il que nous sommes responsables de toutes les souffrances qui se produisent dans le monde?
Réponse: Non, nous ne causons pas de souffrance dans le monde. Au contraire, nous tirons la Lumière et transférons la souffrance d’un niveau corporel à un niveau de souffrance spirituelle. En conséquence, au lieu de souffrir à cause des guerres, des maladies et de tous les autres problèmes, nous souffrons du fait que nous manquons de spiritualité. C’est ce que la science de la Kabbale donne à une personne. Une personne «souffre», mais ce n’est pas une véritable souffrance puisque c’est la souffrance de l’amour.
Si j’étais invité pour un repas dans quelques heures, alors j’éviterais de manger maintenant pour garder mon appétit pour le repas. De même, la compréhension dont j’ai besoin pour préparer mes Kelim spirituels est appelée la souffrance de l’amour. Toutefois, même lorsque nos Kelim sont vides, nous sommes en mesure de ressentir une légère illumination dans l’attente de notre prochaine réunion avec les personnes que nous aimons. C’est ce que nous devons apporter à l’humanité: nous avons besoin de leur montrer qu’il existe une solution pour les coups qui se développent dans la nature.

Actuellement, nous entrons dans une période de problèmes écologiques qui peuvent causer des souffrances et la mort des milliers de personnes. Nous sommes témoins de catastrophes naturelles qui éclatent partout dans le monde, y compris en Chine, Europe, Russie et l’Amérique. Le seul moyen de nous sauver de ces catastrophes est de préparer nos Kelim spirituels. Nous n’avons pas besoin de préparer nos Kelim dans un sens corporel, en attendant des décennies de souffrances avant de finalement se rendre compte qu’il ya une raison et un but à la souffrance, et que nous avons un choix. Il y a deux chemins qui mènent vers le même but, le chemin de la Lumière et le chemin de la souffrance.
Pourquoi devrions-nous souffrir en vain? Si nous attirons la Lumière, alors elle révélera comment nous sommes opposés à Elle et nous souffrons à cause de voir un meilleur état par rapport à celui que nous connaissons actuellement. C’est ce que la science de la Kabbale offre à une personne: le chemin de la Lumière au lieu du chemin de la souffrance.

Dans les griffes de la nature

Dr. Michael LaitmanQuestion: Les incendies éclatent à Moscou, les gens se promènent avec des masques respiratoires et quittent la ville. Il y a des inondations en Inde et des glissements de terrain en Chine en raison de fortes pluies . Est-il possible de corriger la situation ? 

Réponse : La nature se referme sur nous de tous côtés afin de nous montrer un fait simple : nous sommes à l’intérieur d’elle, nous sommes très petits et nous existons dans une zone minuscule où nous dépendons les uns des autres et de la sage nature qui enveloppe tout (le Créateur)et qui nous entoure.
Nous sommes obligés de trouver la seule raison de tous nos ennuis et de comprendre la seule chose que nous ayons à faire afin de prévenir les catastrophes mondiales. Il est déjà clair que le déversement de pétrole e Amérique, l’éruption du volcan en Islande, les incendies en Russie, et les tsunamis et les inondations en Asie et en Europe ne peuvent pas être appelés « troubles locaux ». C’est une influence globale de la nature sur nous tous. En outre, ils continueront sans aucun doute, personne ne sera capable de rester insensible et de se sentir en sécurité.
Lorsque la crise financière a éclaté en Amérique, les gens étaient heureux en Russie, en pensant que seulement l’Amérique était touchée et que cela ne leur arriverait pas. Mais leur vision à court terme leur fut révélée quelques semaines plus tard sur leurs propres comptes bancaires !

Quelqu’un pourrait penser « Que m’importe si un volcan entre en éruption en Inde ? tous les volcans peuvent éclater, je m’en moque !  » Toutefois cela a touché tout le monde, comme le font les incendies et les inondations. Et l’hiver est encore devant nous…
A la fin de tout cela nous devons comprendre que notre planète est ronde, et que nous devons nous unir et réfléchir à la survie tous ensemble. Le Créateur ou la nature( ce qui revient au même ) a un esprit, des sentiments, une direction et un but. Il va nous obliger à devenir de « bons enfants ». Espérons que nous pourrons comprendre cela rapidement et deviendrons plus intelligents.

La différence fondamentale de la réalité d’aujourd’hui

Dr. Michael LaitmanUne question que j’ai reçue : Beaucoup de gens dans le monde souffrent aujourd’hui de dépression, ils ne quittent pas leur maison pendant des mois, et ont besoin d’une aide psychologique. Qu’est-ce qui peut les aider?

Ma réponse: La dépression est la maladie la plus commune dans le monde d’aujourd’hui. Un seul remède peut être conseillé : la Lumière qui ramène vers le bien. Aucun psychologue ne peut aider car cette maladie est due au Créateur qui se révèle à nous dans la forme opposée qui suscite la dépression généralisée.
Une fois que chacun de nous a senti qu’il ou elle était une personne autour de laquelle le monde a été révélé en différentes couches de son égoïsme : 1, 2, 3. Comme notre ego est devenu de plus en plus grand, nous nous sommes développés en conformité avec lui en créant un nouvel environnement: un monde de nouvelles technologies et de relations sociales. C’est ainsi que nous nous sommes développés au cours de toute notre histoire, étape par étape, 1 – 2 – 3, vers la richesse, l’honneur et la connaissance.

Cependant, aujourd’hui, nous sommes arrivés au quatrième niveau, qui est particulier. A ce niveau, ce qui devient révélé est le Créateur, la qualité du «don sans réserve », et non pas notre égo qui se développe, notre propriété de «recevoir». C’est la différence fondamentale de notre époque, qui est l’époque pour découvrir le Créateur.

 

Auparavant, la nature (le Créateur) nous a forcés à nous développer, c’est-à dire croître et devenir plus intelligents, plus informés, mieux comprenant, et puissants. Mais les êtres humains aujourd’hui ont terminé leur développement au niveau de ce monde. Les gens reconnaissent l’inutilité de nouvelles découvertes, et tout s’efface peu à peu, le développement de la science, la recherche spatiale, et ainsi de suite. Nous nous sommes complètement épuisés nous-mêmes.

Aujourd’hui, contrairement à cela, le Créateur – une nouvelle nature – est révélé. Et ici, nous devons procéder d’une manière différente. Nous ne pouvons pas entrer dans une nouvelle étape avec notre égoïsme, nous ne ferions que nous nuire. Nous avons besoin de réaliser qu’une approche complètement nouvelle a commencé, et que ni nos forces, ni les technologies avancées et les découvertes scientifiques peuvent nous aider.

Tout à coup, nous allons découvrir que tous les systèmes que nous avons construits dans ce monde ont cessé de fonctionner. Tous les anciens buts (argent, pouvoir, savoir, la famille, l’éducation et la culture) ont perdu leur valeur. L’obscurité et le désespoir arrivent dans le monde, mais c’est parce que le Créateur, la force du don sans réserve y est révélé. Nous n’en voulons pas, car elle annule notre égoïsme, notre nature, et tous nos désirs !

C’est comme un enfant qui tournerait en courant et voulant jouer, et soudain, on lui dit: «Ça suffit. Maintenant tu dois donner et aimer. Va jouer avec ta petite sœur. « Ceci est contraire à sa nature, et, alors, sa vie devient sombre, il perd immédiatement toute son énergie.

Par conséquent, nous pouvons comprendre pourquoi les gens sont juste assis et déprimés, incapable de quitter leurs maisons pendant des mois à la suite. Les antidépresseurs sont des médicaments les plus populaires aujourd’hui. Cependant, je peux vous informer que la Lumière environnante est le seul remède.

Mon choix: une dimension supérieure

Dr. Michael LaitmanUne personne est dirigée à partir d’En-Haut vers le lieu de son libre arbitre. Notre libre arbitre ne consiste pas à choisir entre le plaisir et la souffrance. C’est ce qui nous a amenés à cet endroit, à cet état. Maintenant, notre choix est en quelque chose d’autre, au-dessus du plaisir et de la souffrance, quelque chose dans une dimension supérieure.Il y a un certain plan de ce monde à travers lequel nous avons été conduits, portés d’un mauvais endroit à un autre endroit qui semblait bon, meilleur que le précédent parce que la souffrance y était inférieure. Et assez tôt, ce lieu, lui aussi, semblait mauvais, et il était temps de bouger. Mais, nous ne voyons pas où aller de là, ce ne sera seulement que pire (un plus grand mal apparaîtra).
Par conséquent, dans les limites de ce monde, nous restons dans le même lieu. Ce dont j’ai besoin c’est d’en sortir, vers en haut, dans une autre dimension. J’ai besoin de choisir des valeurs totalement nouvelles et différentes par rapport à ce que j’appelle le « bien et le mal »- De le mesurer par rapport à la « réception et u don sans réserve » et à «la vérité et au mensonge »- au lieu de choisir pour mesurer le bien et le mal par rapport au « plaisir ou à la souffrance », comme je le fais actuellement. Plaisir et souffrance ont été vécus par mon corps animal, la vérité et lemensonge sont vécues par l’être humain en moi.
En d’autres termes, mon choix est dans le développement du gène spirituel qui m’a été donné, le degré réel de l’homme. Ceci constitue ma liberté de choix: le choix de nouvelles préoccupations, d’un nouvel objectif, et une toute autre dimension.

Alors, je vois tout ce qui reste en bas, en ce monde, seulement dans la mesure où c’est nécessaire, et je choisis de m’engager dans l’être humain en moi. J’ai un point dans le cœur, le premier gène spirituel (Reshimo), d’où je commence à développer l’être humain en moi. Comment puis-je faire cela? Je le fais en choisissant l’environnement, les livres, et le professeur.

La question qui exige une réponse

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam écrit dans « Introduction à l’étude des dix Sefirot, « Point 2″:  » … qu’il y a une célèbre et douloureuse question qui est posée par tout le monde sur terre: «Quel est le sens de notre vie? » 

La question écarte toutes les autres questions et les doutes quant à l’étude de la Kabbale car les années de notre vie sont si coûteuses pour nous et nous apportent tant de douleur et tant de souffrances. Est-ce que notre vie prend inévitablement fin ? Qui prend plaisir à cela, ou à qui dois-je faire plaisir?

Nous voyons que notre vie se termine sans aucun bénéfice ou résultat. Plus l’humanité se développe, plus nous le comprenons. Par conséquent, la déception et la dépression sont les problèmes les plus importants dans le monde d’aujourd’hui.

Beaucoup de gens à travers les générations ont essayé de répondre à cette éternelle question, mais elle est encore devant nous dans toute sa force et son amertume, nous surprenant au dépourvu, brûlant dans nos esprits, et nous faisant honte jusqu’à la poussière. Après tout, cette question annule notre «moi» même, et l’homme ne peut pas consentir à cela, car il touche à la racine de son âme.

Si cela ne concernait pas notre essence éternelle, nous pourrions échapper à cette question en éteignant nos esprits avec des médicaments ou des antidépresseurs. Toutefois, la question sur le sens de la vie ne se rapporte pas à des années de notre existence corporelle.

La question: «Pourquoi ai-je été créé? » vient de mon cœur et me dirige à ma racine initiale à partir de laquelle je peux apprendre la raison de mon existence. Toutefois, pour le moment, nous parvenons à être soumis, sans pensée, en tombant dans le piège bien connu de se donner au flux de la vie.
Nous essayons de nous tromper par tous les moyens possibles, mais il devient de plus en plus difficile d’exister selon le schéma: naissance, école, université, emploi, enfants, vieillesse, et mort. Nous n’avons pas le choix, afin de résoudre cette question, j’ai besoin de remplacer l’environnement qui m’aide à oublier et cacher la question concernant le sens de la vie, un environnement qui va m’aider à l’exposer et d’y répondre aussi rapidement que possible

L’immensité de notre désir de plaisir

Une question que j’ai reçue: Pourquoi est-ce que nous avons à attendre si longtemps et souffrir tant de leçons négatives qui nous blessent avant de réaliser enfin ce qui est le droit chemin?

Ma réponse: Nous n’attendons pas! Chaque moment nous évoluons, étape par étape. Mais notre ego, notre désir de plaisir, est tout simplement infini. Sa profondeur est énorme: une créature énorme. Figurez-vous notre univers sans fin, eh bien, le désir humain est des milliards de fois plus grande que l’univers entier.

Maintenant, nous devons commencer notre correction. Et mon désir de jouir contient un millier de qualités dans lesquelles j’ai besoin de sentir les coups de manière à réagir avec un « Aïe! » Et puis il faut un autre millier de coups pour me faire lancer « Aïe Aïe Aïe! » Ce n’est pas une plaisanterie; toute notre vie se déroulent exactement comme ceci. Enfin, il me faudra encore un autre mille coups afin de résoudre cela par moi-même: «Ça y est, je n’en peux plus! Quelque chose doit être fait.  »

Toute qualité se compose de quatre niveaux (Aleph, Beth, Guimel, Dalet). Et jusqu’à ce que nous atteignons la finale, le quatrième niveau, nous continuerons à recevoir des coups et nous souffrirons sans s’arrêter pour réfléchir à notre situation. C’est comme si je sens la douleur dans une partie de mon corps et puis un autre, je le supporte et je me dis que c’est pas une grosse affaire, jusqu’à ce que finalement je me rende compte que quelque chose doit être fait. Le même principe s’applique ici. Mais c’est exactement la façon dont cela est censé être, parce que nous sommes fait d’une multicouche complexe qui se développe à partir d’un point. Il n’y a pas de choix en la matière.

Ce n’est qu’à la fin de la correction que tout ce que nous avons enduré finira par fusionner et produire la perfection de la réalisation, de l’accomplissement et de la compréhension.

Page 20 des 21« Première1718192021