Category Archives: Sources kabbalistiques

La Lumière nous guide vers la guérison

627.1Le sentiment de votre insignifiance est grand et honorable car une personne s’incline devant une force supérieure. Et bien sûr, dans quel but et par quels moyens elle le fait, cela est important.

D’un autre côté, il est écrit : « Et son cœur était élevé dans les voies du Seigneur. » C’est-à-dire qu’il semble que l’on devrait être fier, accroître ses désirs, ses chances et les moyens d’avancer. Comment ces deux directions s’accordent-elles ?

En fait, les deux nous guident vers le même but. Il n’y a pas une seule propriété à l’intérieur d’une personne qui contredirait l’accomplissement du but. Après tout, nous partons d’un état parfait, de la fusion avec le Créateur, où nous étions au tout premier point de la création.

Le Créateur nous a donné naissance en tant que point noir immergé dans la Lumière supérieure infinie. Et à partir de ce point, nous avons commencé à nous développer du fait que la Lumière est entrée dans ce point noir opposé à elle, « créé ex-nihilo ».

Toutes les propriétés qui nous sont inhérentes se sont formées à partir de la collision entre la Lumière et le désir égoïste. Et par conséquent, dans toute la réalité il n’y a rien d’autre que cette opposition entre l’égoïsme et le don sans réserve, la Lumière et les ténèbres, les propriétés du Créateur et celles de la création.

Il nous suffit donc de corriger notre attitude à cet égard et de revenir à l’état antérieur. Et pour cela, nous arrivons à comprendre notre fragmentation, le contraire de la Lumière, et nous nous sentons distants et désorientés. Mais en même temps, nous avons toutes les données pour collecter cela, comme un jeu d’enfant qui consiste à assembler un jeu de Lego, et à mettre chaque pièce à sa place.

Et en plus, nous avons une force supérieure qui nous influence et tous les kabbalistes du passé autour de nous qui nous aident, avec ce que nous allons encore révéler. Et à l’intérieur de ce cercle se trouve notre groupe mondial Bnei Baruch, et à l’intérieur de celui-ci se trouvent nos petites dizaines. Et tout cela à l’intérieur d’un système qui fonctionne, guérit et se restaure lui-même.

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Shamati n°230, « Le Seigneur est haut et l’humble verra – 2 » du 27/12/2021

La pertinence du Livre du Zohar

610.2Le Livre du Zohar a été écrit au IIe siècle par dix kabbalistes qui se sont réunis dans une grotte, l’ont rédigé pendant une longue période, puis l’ont caché. Le Livre a été retrouvé au XIe siècle, mais il n’a été véritablement révélé qu’au XXe siècle. Depuis lors, il peut être compris et utilisé par les kabbalistes. Avant cela, même les kabbalistes ne pouvaient pas le comprendre.

Le grand kabbaliste du XXe siècle, Yehouda Ashlag (le Baal HaSoulam), a écrit Soulam (l’Échelle) Commentaire du Livre du Zohar, et il est devenu un livre de travail pour nous. Pourquoi ? Si nous nous réunissons dans des dizaines, comme le faisaient ceux qui ont écrit Le Livre du Zohar, en essayant de nous unir les uns aux autres afin de découvrir le monde supérieur et de le décrire, nous agissons de la même manière qu’eux, et nous commençons alors à comprendre ce qu’ils ont écrit.

À notre époque, Le Livre du Zohar devient particulièrement pertinent pour nous, car les âmes qui sont capables et prêtes à une telle compréhension sont descendues dans notre monde. Et bien que ce livre ait traversé de nombreuses générations, c’est à notre génération qu’il est vraiment devenu un outil pour comprendre le véritable univers et diriger notre propre destin.

Extrait de « Conversation sur Le Livre du Zohar » sur KabTV

S’auto-analyser

209Question : Disons qu’une personne commence à lire le Livre des Prophètes. Comment un kabbaliste le lit-il ou quelqu’un qui veut s’échapper dans une autre dimension ?

Réponse : Un kabbaliste lit de petites portions car avaler ne veut rien dire. Ce serait alors comme lire une fiction.

Pour lire un texte kabbalistique, il faut y entrer, le méditer et être dans un certain état. Une sorte de réflexion kabbalistique est nécessaire ici.

Un kabbaliste est une personne qui étudie des livres avec un stylo et un carnet. En général, il ne s’agit pas de lecture, mais d’étude. De plus, le Livre des Prophètes n’est pas un livre simple.

Par conséquent il est difficile d’expliquer comment un kabbaliste le lit. Il s’agit de l’étude de soi à travers d’autres personnages, c’est-à-dire ces personnes qui ont existé dans notre monde et qui ont compris le Créateur. Ils ont agi uniquement dans le but de se rapprocher de Lui, de L’influencer positivement, afin que le Créateur en accord avec cela les rapproche et leur donne l’opportunité d’influencer positivement le monde à travers eux.

Extrait de « Les Secrets du Livre Éternel » sur KabTV, le 13/09/2021

Atteindre l’essence de la création

547.05Question : Le Baal HaSoulam a un verset qui se termine par ces mots :

« Tu te délecteras de paroles de vérité,
De dire des mots purs.
Et tout ce que tu verras,
Tes propres yeux le verront, et non ceux d’un étranger ! »

Que verra l’homme ? Qu’est-ce qui lui est révélé ?

Réponse : Nous ne parlons pas de l’image corporelle de notre monde mais du fait que l’homme atteindra l’essence même de la création. C’est le plaisir le plus élevé. Cela remplit complètement une personne et elle n’a besoin de rien d’autre.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 10/09/2021

Un outil pour révéler le monde supérieur

238.01Question : S’il n’y a pas plus sage que celui qui a de l’expérience, comment le texte qui décrit la structure et la connexion mutuelle entre les corps spirituels peut-il m’aider ?

Réponse : Les textes kabbalistiques ne sont pas destinés à vous rendre plus sage. Pas du tout !

Ce texte a été écrit par un grand kabbaliste qui est passé par ce chemin. Nous devons tous, y compris vous et moi, suivre ce chemin, que nous le voulions ou non, que ce soit dans cette vie ou dans nos réincarnations futures.

En lisant ce qu’un kabbaliste a écrit, nous attirons à nous l’énergie supérieure, la Lumière supérieure, le bon penchant, qui nous lie et nous rassemble.

Nous ne le comprenons pas et parfois nous avons même l’impression qu’un tel impact nous fait nous repousser l’un l’autre, mais c’est un effet temporaire de départ et d’arrêt, de va-et-vient, qui nous tire de l’état de dormance dans lequel nous sommes pour que nous commencions à nous rapprocher réellement l’un de l’autre et du Créateur.

La lecture de livres est donc un outil permettant d’attirer la force supérieure, la Lumière supérieure, afin qu’elle nous unisse. Dans l’unité entre nous, nous commençons à atteindre le monde supérieur, à le voir comme nous voyons un film, mais plus clairement, plus émotionnellement, dans nos attributs internes. Pouvez-vous imaginer cela ? Le film est projeté à l’intérieur de vous et vous y participez directement. C’est ainsi que fonctionne la révélation des textes kabbalistiques.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 18/08/2019

La Jordanie – Une frontière à l’intérieur d’une personne

749.02Prophètes : Josué, chapitre 1, points 2-3 : « Moïse, mon serviteur, est mort ; maintenant, levez-vous, traversez ce Jourdain, vous et toute cette nation, vers le pays que je donne aux enfants d’Israël. Tout lieu que foulera la plante de vos pieds, je vous l’ai donné, comme je l’ai dit à Moïse. »

Question : Quelle est cette frontière, le Jourdain, à l’intérieur d’une personne, que nous devons franchir pour entrer dans l’état de la dernière génération ?

Réponse : C’est la frontière derrière laquelle la nature commence à exiger de nous la réalisation de lois spirituelles nouvelles, supplémentaires. Si auparavant, avant d’entrer en terre d’Israël, nous pouvions nous comporter à un certain niveau de communication, plutôt médiocre, alors, en franchissant cette frontière, nous ne pouvons plus agir ainsi.

Ces frontières sont très clairement marquées de tous côtés : selon le moment où l’on entre, selon la façon dont on entre, selon le côté. Cependant, en principe, les lois de la terre d’Israël (Eretz Israël) impliquent le franchissement de frontières non pas physiques, mais spirituelles.

Ce franchissement n’a pas lieu quelque part dans les montagnes ou sur la terre, mais à l’intérieur d’une personne, lorsqu’elle sent qu’à partir de maintenant, elle doit diriger toutes ses pensées uniquement vers le Créateur et uniquement vers la qualité du don. Si nous faisons cela, alors nous franchirons effectivement la frontière et entrerons en terre d’Israël.

Extrait de l’émission « Secrets du Livre Éternel » de KabTV, 19.05.21.

Le sens de la réincarnation

631.1Question de Facebook : Quel est le sens de la réincarnation pour nous si nous ne nous souvenons pas de nos vies antérieures ?

Réponse : Le sens de la réincarnation pour nous est l’accumulation progressive de sentiments et de sensations qui nous permettront d’atteindre un nouveau niveau de conscience, de connaissance et de sensation de toute la création, du Créateur, de la force qui remplit tout.

Ainsi, nous pourrons vraiment devenir une personne de l’état le plus élevé et ne pas rester comme nous vivons aujourd’hui, comme un animal qui perçoit le monde uniquement à travers notre corps physiologique, c’est-à-dire en recevant. Au contraire, nous ressentirons le monde à travers un nouveau corps spirituel, à travers la propriété du don sans réserve et de l’amour.

C’est le sens de la réincarnation : l’accumulation d’une quantité suffisante de sensations afin de quitter notre monde pour le monde supérieur.

Extrait de « Questions sur les Livres Kabbalistiques » sur KabTV, le 10/03/2019

La dernière étape est devant nous

537Question : Une prophétie fonctionne-t-elle par elle-même ou faut-il des personnes qui la soutiennent et l’expliquent ? Est-il possible de se tourner vers la prophétie et de savoir ce qui va se passer ? Comment ce système fonctionne-t-il ?

Réponse : Je ne peux pas dire comment ce système fonctionne. Cependant, le fait est que les principes généraux du monde spirituel, ses lois, sont expliqués dans les livres kabbalistiques. Je les ai au moins tous décrits, et depuis de nombreuses années je donne chaque jour des cours sur ces sujets. Je n’ai donc pas grand-chose à ajouter ici.

En ce qui concerne le futur, en principe il est déjà possible d’en parler à notre époque car nous sommes dans les derniers jours, à la fin des temps. Je pense qu’il n’y a rien de spécial ici à ajouter non plus.

Il s’agit seulement de savoir comment s’élever au dernier degré : soit par des forces bonnes, que nous devons développer et invoquer nous-mêmes depuis la nature, soit par des forces mauvaises. Si nous n’invoquons pas les bonnes forces, ce sont les forces mauvaises, les forces égoïstes qui nous y pousseront « par le bâton ou la carotte », comme on dit.

Question : Cela signifie-t-il que l’humanité est confrontée au dernier degré ?

Réponse : En général, oui. Il se compose de plusieurs étapes : la préparation, l’action, puis la réception, la conscience et la sensation. Nous sommes actuellement dans la période de préparation.

Extrait de « La Kabbale Expresse » sur KabTV, le 13/06/2021

Les quatre langues de la Kabbale

137Il existe quatre langages dans la Kabbale qui peuvent être utilisés pour décrire l’effet de la lumière sur nous et notre réaction à celle-ci.

Le langage du Talmud est un langage judiciaire, légal.

Le langage du TANAKH (Torah, Prophètes, Hagiographes) est un langage narratif, littéraire, le langage du roman.

Le langage des Hagadot (légendes) est un langage très vaste, intéressant, mais en même temps très incompréhensible.

Le langage de la Kabbale est un langage clair, purement mathématique des Sefirot et Partsoufim, dans lequel les forces sont liées les unes aux autres et s’influencent mutuellement. Il est accompagné de schémas, etc.

Conformément à cela, il existe quatre types d’âmes, chacune d’entre elles étant proche de l’un ou l’autre langage. Naturellement, toutes les âmes les comprennent en fonction de leur racine spirituelle. Mais, en fin de compte, au fur et à mesure de leur développement, elles voient que toutes les langues sont incluses les unes dans les autres. Et lorsque les âmes atteignent leur développement commun, alors toutes les langues sont combinées en une seule.

Chaque personne se développe dans son propre style. Par exemple, au début de mon voyage, j’étais plus proche du langage de la Kabbale, un langage physique et mathématique clair avec des dessins, des notes et des définitions. Le langage scientifique était le plus fiable pour moi.

Puis vient le langage des sentiments, un langage narratif, comme dans le TANAKH : la Torah, les Prophètes et les Hagiographes. C’est un langage littéraire sur lequel vous superposez vos impressions.

Puis le langage juridique s’y ajoute, alors que l’on parle déjà du fait qu’il existe une mesure de miséricorde et de jugement qui régit une personne comme deux rênes.

Et puis vient le langage des légendes, le plus difficile, le plus allégorique, avec des allusions. Mais d’un autre côté, dans ces légendes, chaque mot exprime une sorte d’impression formidable. Et quand on le vit, c’est-à-dire qu’on atteint le niveau spirituel de l’auteur, on vit tout simplement dans le conte de fées.

C’est la réalité, mais elle est si vaste, si riche et si impressionnante qu’elle n’est qu’un conte de fées !

Extrait de l’émission « la force du livre du Zohar » #14 de KabTV.

Les evénements matériels et les racines spirituelles

112Commentaire : Le grand kabbaliste ARI a écrit que dans le futur, toutes les fêtes seront annulées sauf Pourim.

Ma réponse : Toutes les fêtes parlent d’états spirituels intermédiaires sur le chemin de la correction de l’égoïsme pur à l’altruisme complet, plein d’amour, et donc le dernier état ne sera pas annulé. Il s’agit de Pourim.

Question : Comment les gens ont-ils écrit le « rouleau d’Esther  » ?

Réponse : Ils étaient dans cet état spirituellement.

Commentaire : Mais le rouleau est écrit comme une histoire pour enfants.

Ma réponse : C’est ce que nous pensons.

Question : Il est clair qu’il y a une certaine profondeur mais si l’on regarde simplement, il est dit que la fête a duré cent quatre-vingts jours. Comment cela peut-il être possible ?

Réponse : Pourquoi pas ? Ils ne sont pas restés assis à table toute la journée. Les dirigeants de tous les États subordonnés se réunissaient, discutaient ensemble, étudiaient quelque chose, regardaient des danses, allaient à la chasse et dînaient. Tout cela s’appelle un festin.

Derrière tout cela, il y a des états spirituels, c’est pourquoi ils l’ont décrit.

Question : Ont-ils pris comme base les événements de notre monde ?

Réponse : Oui. Le fait est que tout événement de notre monde a sa racine dans le monde spirituel. Ainsi, lorsqu’ils décrivaient des événements particuliers, ils indiquaient leurs racines. Par conséquent, nous savons que c’est ainsi que les choses se sont passées, et que c’est ainsi qu’elles doivent être.

Extrait de « États spirituels » de KabTV