Category Archives: Sources kabbalistiques

Le Livre du Zohar : la condition la plus importante

La condition la plus importante pour étudier Le Livre du Zohar est un groupe bien préparé et organisé. Vous ne pouvez pas ouvrir Le Livre du Zohar tout seul et vous attendre à ce qu’il commence à vous influencer et à vous révéler le monde supérieur. Vous devez être dans une certaine connexion avec les amis pour que cela se produise.

Lorsqu’une personne étudie Le Livre du Zohar avec les amis, elle stimule et appelle des changements au point qu’elle commence à ressentir l’image du monde supérieur dans la connexion comme sur un écran de télévision : des sensations, des volumes, des dépendances. Il ne peut y avoir de sensation d’aucune sorte du monde supérieur à moins d’être connecté au groupe.

Dans notre monde, il n’y a pas de connexion entre les gens. Nous sommes des égoïstes absolus qui aspirons à profiter les uns des autres. Et dans le monde supérieur, cette connexion est révélée lors de l’étude du Livre du Zohar, et une personne commence à la percevoir, à l’explorer et à la sentir réellement.

Le Livre du Zohar ne requiert pas d’efforts prolongés, surtout pas ceux qui sont mentaux. Les efforts devraient être émotionnels. Vous devriez étudier régulièrement, mais pas longtemps. Une heure par jour suffit.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 12/02/2017

Pourquoi est-il si difficile de comprendre le Livre du Zohar ?

Question : Pourquoi est-il difficile de comprendre Le Livre du Zohar ?

Réponse : Les gens qui ont écrit Le Livre du Zohar étaient au plus haut sommet de l’échelle de l’atteinte dans le monde spirituel, et donc pour eux c’était simple et facile.

Et en vérité tout est écrit d’une manière très douce, c’est comme un grand-père qui raconte à son petit-fils une histoire intéressante, mais en fait il est difficile d’atteindre ces états.

Question : Pourquoi était-il impossible de l’écrire de telle sorte que tout soit compris et que nous pourrions le lire comme n’importe quel autre livre ?

Réponse : Nous sommes dans ce monde. Comment est-il possible de comprendre ce qui ne lui appartient pas ?

Supposons que mon ami et moi sachions lire la musique et que je lui parle des notes musicales, alors que vous ne comprenez rien. Comment pourriez-vous comprendre ? Nous n’avons pas la même langue ; il n’y a pas seulement un manque d’instrument conceptuel, mais également pas d’instrument émotionnel commun. Il est par conséquent impossible de transmettre Le Livre du Zohar.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/02/2017

Lire le livre du Zohar constamment

Question : Est-il nécessaire de lire Le Livre du Zohar toujours et encore ? Chaque fois que je le lis, j’ai l’impression que je plonge dans de nouvelles  sensations.

Réponse : Oui. J’ai lu Le Livre du Zohar du début à la fin des dizaines de fois, y compris lorsque je travaillais à l’adaptation du texte, Le Zohar Pour Tous. Chaque fois que nous étudions Le Livre du Zohar, le texte est ressenti de manière complètement différente.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/02/2017

Le Livre du Zohar est un canal de la Lumière supérieure

Question : Est-il possible de dire que tant que Le Livre du Zohar fut caché, il rassemblait du pouvoir et de l’énergie ? Ou est-ce que l’humanité s’est développée et a atteint une hauteur à partir de laquelle elle peut le percevoir et le comprendre ?

Réponse : Il n’y a rien de sacré dans un livre. Nous devons comprendre que le concept de Kedousha (Sainteté) signifie la caractéristique du don sans réserve et de l’amour ; cela ne se trouve pas dans le Livre lui-même et non parmi ses pages. Le Livre du Zohar est un émetteur, un canal par lequel la force supérieure circule et nous influence.

Si la personne qui lit le texte est intéressée par le fait de s’associer avec lui, alors le texte devient un canal qui conduit à la Lumière supérieure et qui n’est peut-être pas encore ressentie par la personne elle-même, mais cela l’influence déjà. La personne commence à ressentir des changements intérieurs et s’habitue même à une telle influence du Livre du Zohar.

Elle découvre plus tard de nouvelles caractéristiques, de nouvelles sensations. Et c’est ainsi qu’elle avance.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/02/2017

Comment lire correctement le livre du Zohar ?

Question : Comment peut-on lire le Livre du Zohar correctement et dans quel ordre ?

 

Réponse : Le Livre du Zohar doit être lu avec des commentaires ; sans eux en fait, il est impossible de le comprendre.

Il y a quelques années, durant le travail en groupe, nous avons publié un livre qui a été préparé pour les gens et c’est aussi comment nous l’avons appelé, le Zohar pour Tous. À la suite de ce travail, aujourd’hui tout le monde peut lire le livre et le comprendre. Nous avons traduit le texte de l’araméen à l’hébreu et « simplifié » le texte sans le déformer.

À l’origine, la structure du Livre du Zohar était divisée en plusieurs parties : le texte lui-même, le commentaire du texte, et ainsi de suite. Nous avons unis les différentes parties d’une manière harmonieuse dans un seul texte qui est divisé en sections numérotées, permettant de le lire facilement et en continu.

Le Zohar pour Tous est un matériau qui a été préparé et traduit, non seulement en hébreu mais aussi en russe et en anglais et partiellement en français. Je recommande vivement de vous familiariser avec le livre et d’essayer de commencer à l’étudier.

Les leçons que nous apprenons du livre le Zohar pour Tous commencent à être ressenties par les étudiants présents dans une leçon comme un « flux spirituel » défini qui les traverse. Le livre fonctionne sur eux de l’intérieur et les nettoie des pensées et des calculs égoïstes.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/02/2017

Le Livre du Zohar est une source d’information

Question : Comment le Livre du Zohar a-t-il écrit ? Est-ce que ses auteurs s’appuyaient sur une sorte de source comme la Torah par exemple, ou ont-ils tout écrit uniquement à partir de leur atteinte ?

Réponse : Les auteurs du Livre du Zohar n’avaient pas de bibliothèque, d’ordinateur ou de connexion à aucune information parce que l’information elle-même se trouvait en eux ; ils en étaient sa source.

Les dix personnes qui ont écrit le Livre du Zohar étaient un seul corps spirituel dans lequel toutes les informations qu’ils ont décrites et exprimées partiellement se trouvaient.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/02/2017

Comment lire les livres de Kabbale ?

Question : Que signifie lire un livre de Kabbale ?

Réponse : Lire un livre de Kabbale signifie le lire en pensant qu’il aura un impact sur nous.

Un livre de Kabbale est comme un médicament qui peut nous corriger, nous changer et nous amener à l’état où nous commencerons à ressentir ce que nous lisons. Ne pas comprendre mais ressentir !

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/02/2017

Les articles du Rabash

Le Rabash est une âme spéciale. Dans ses articles, il a révélé toute la méthodologie de l’entrée dans le monde supérieur à l’humanité.

Je me souviens de ce que je lui ai dit à ce sujet. C’était à mes débuts. Il m’a demandé ce que je pensais de ses articles, et parce qu’ils m’avaient profondément touchés, ma réponse a été : « Vous faites quelque chose de complètement nouveau, quelque chose que le monde n’a jamais vu auparavant. »

Le Rabash a compris l’essence de cette énorme entreprise, des relations dans le groupe, ce qui est également évident venant de ses notes secondaires qui ont été publiées dans le troisième volume de ses œuvres. Elles ont été écrites avant que je trouve le Rabash et elles présentent brièvement les articles qu’il a écrits plus tard après que je lui ai amené des étudiants et qu’il ait commencé à tout présenter de manière systématique.

En lisant ses notes, qu’il a écrit essentiellement pour lui, je le ressens davantage.

Le Baal HaSoulam est différent. Il avait une âme très élevée. Même lorsqu’il écrit pour lui-même, ou déverse son cœur à ses élèves, ses paroles viennent de telles hauteurs comme si vous étiez sous sa coupe. Son amour est absolu. Le Rabash est beaucoup plus accessible, car il vous parle dans un langage qui vous touche droit au cœur.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 31/10/2016

Quelle langue parlaient les Babyloniens ?

Question : Quelle langue les habitants de Babylone parlaient-ils et écrivaient-ils ?

Réponse : Les Babyloniens parlaient l’araméen. Nous utilisons cette langue dans la Kabbale avec l’hébreu. Seuls ceux qui ont atteint le monde supérieur parlaient hébreu parce que c’est le langage de la Lumière, et l’araméen est la langue du Kli (récipient), ce qui signifie des désirs qui révèlent la Lumière.

Les deux langues sont complètement identiques et en même temps complètement opposées l’une de l’autre. Par exemple « Lumière » en hébreu se dit « Ohr », et la nuit en araméen est « Orta ». Autrement dit, les deux langues utilisent le même mot mais avec une signification complètement opposée.

Question : Quelle langue Terach, le père d’Abraham, parlait-il ?

Réponse : Terach parlait l’araméen et Abraham est passé à l’hébreu. Ils connaissaient les deux langues.

Comme les publications modernes le confirment, à partir de ces deux langues anciennes qui se complètent, une écriture globale s’est développée. Après tout, les deux langues sont construites sur la coïncidence de deux forces, le don sans réserve et la réception, le plus et le moins. C’est précisément de là que sont venus les éléments horizontaux et verticaux des lettres qui sont la base de l’écriture dans n’importe quelle langue.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/01/2017

Les livres d’un kabbaliste

Question : Le développement d’un kabbaliste comprend trois phases : la connaissance, la compréhension et l’atteinte. Vous avez trouvé votre professeur en 1979 et deux ans plus tard, vous avez commencé à écrire des livres. A quelle étape de développement étiez-vous à ce moment-là ?

Réponse : À la phase initiale de l’évolution, au stade de la connaissance.

Question : Cela signifie-t-il qu’il est possible d’écrire des livres aussi merveilleux que le Système de la Création avant même d’atteindre le niveau de l’atteinte ?

Réponse : Je n’étais pas encore parvenu à l’atteinte intérieure dans laquelle vous découvrez le système et le ressentez intérieurement. J’avais une certaine révélation mais pas l’atteinte. D’ailleurs, j’ai écrit ce que j’ai ressenti, ce que j’ai découvert dans les livres du Baal HaSoulam. J’ai simplement écrit mon impression intérieure de ses écrits. Mais le quatrième livre, Connaissances des mondes spirituels , qui est basé sur Shamati, m’avait déjà traversé.

Commentaire : Le Baal HaSoulam a écrit durant 30 à 40 ans de sa vie. Son atteinte a certainement changé constamment ?

Réponse : Il est difficile de parler de gens qui, même dans leurs premières atteintes, étaient beaucoup plus élevés que nous.

Question : Cela signifie-t-il que des étincelles spéciales passent à une personne dans le monde, même si elle n’est pas dans l’atteinte ?

Réponse : Oui, cela dépend de la personne. Je n’écrirai pas de tels livres aujourd’hui parce qu’ils contiennent trop d’informations, trop d’impressions, de sensations et d’atteintes. Je ne pourrai pas tout décrire si naïvement aujourd’hui.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 29/01/2017

Page 1 des 2712345Dernière »