Category Archives: Sources kabbalistiques

La Torah et les voyelles

Question : Les voyelles sont utilisées en hébreu : les nékoudot (points) situés au-dessus des lettres indiquant la prononciation correcte des voyelles. Il existe un récit selon lequel elles ont été développées par une famille de Tibériade après la destruction du Temple afin de préserver le son de la Torah. Mais nous étudions que les vocalisations de voyelles sont les Lumières qui sont au-dessus de la lettre, c’est-à-dire au-dessus du Kli (récipient) ou sous le Kli.

Les nékoudot ont-ils été inventés par la famille de Tibériade pour mémoriser la Torah ? Après tout, la Torah elle-même a été écrite sans nékoudot.

Réponse : Cela n’a pas d’importance. Dans la Torah, il n’y a vraiment pas beaucoup de signes nécessaires à sa lecture. Après tout, lorsque vous lisez la Torah, vous devez la reproduire avec tous vos instruments externes et internes.

C’est-à-dire que je dois savoir comment je chante le texte, comment je place l’intonation à chaque phrase, où je peux faire une pause et où c’est interdit. Après tout, une personne ne peut pas lire le texte en une seule respiration.

De plus, la lecture de la Torah est différente de la lecture habituelle lorsque vous prenez l’air dans les poumons, lisez quelque chose à haute voix et libérez l’air. En lisant la Torah, je dois bien gérer mes poumons comme un orgue dans une cathédrale. J’appuie sur certaines parties de mes poumons, qui se composent de cinq parties. Après cela, j’allume les cinq parties de l’appareil de reproduction : le larynx, la gorge, la bouche, les lèvres et les dents.

Par conséquent, les lettres hébraïques sont une forme abrégée des énormes données puissantes qu’une personne a reçues pour pouvoir lire.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 06/01/2019

Avons-nous besoin d’approfondir la signification du texte ?

Question : Lorsque nous lisons les sources originales avec un ami ou en groupe, devons-nous animer des ateliers afin de mieux comprendre le sens du texte ?

Réponse : Oui et non. Le fait est que parfois, nous plonger dans la signification du texte nous induit en erreur et au lieu d’entrer dans des sensations et la connexion entre nous, nous commençons à disséquer le texte en éléments et propriétés phonétiques, orthographiques ou linguistiques. Je pense que c’est inutile.

Il est possible de l’analyser uniquement du point de vue de nos atteintes spécifiques dans ce texte : ce qu’il devrait donner à notre connexion pour révéler le Créateur. Cela suffit. Le reste viendra.

Dès que nous commencerons à découvrir la manifestation du Créateur entre nous, nous entrerons dans la Kabbale pratique, et ensuite tout ce qui est écrit dans le livre deviendra clair. Nous commencerons à comprendre ce qui est écrit dans le Talmud des Dix Sefirot et dans d’autres sources.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/02/2019

La source de toutes les forces de la nature

Question : Qui est le Créateur ?

Réponse : Le Créateur est la force supérieure qui inclut en elle-même toutes les autres forces du monde.

Question : Il est écrit dans les sources  : « Il est impossible de comprendre le Créateur sans L’avoir expérimenté. » Est-ce vrai ?

Réponse : Oui, parce que tout ce que nous comprenons, nous l’apprenons à partir des sensations, comme un enfant qui met tout dans sa bouche pour toucher, ressentir. Pour lui, le goût est le récepteur le plus important, l’organe sensoriel le plus important. De la même manière, nous devrions tout expérimenter dans nos cinq sens, incluant la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût.

Lorsque nous ressentons quelque chose en eux, tout s’assemble en un système précis et toutes nos sciences proviennent de cela. De plus, nous complétons nos sens avec des outils qui élargissent la gamme de nos organes sensoriels naturels : les jumelles, les microscopes, les télescopes, etc.

Cependant, il existe des forces dans l’univers que nos sens ne perçoivent pas. La science de la Kabbale nous permet de développer un organe supplémentaire de sensation qui comprend les cinq mêmes sens, mais à un niveau différent.

En explorant leur nature, nous révélons leur source commune, appelée « le Créateur », et commençons à comprendre comment ils nous touchent, comment ils déterminent toutes les conditions, les forces et les circonstances dans lesquelles nous existons. Ainsi, nous étudions déjà le système de forces qui détermine notre vie.

C’est ainsi que commence l’existence consciente de l’homme, lorsque nous savons déjà ce qui a été, ce qui sera, pourquoi ce fut et pourquoi ce sera, si nous pouvons changer quelque chose dans le futur, etc. En d’autres termes, la vie devient non seulement consciente, mais aussi gérable. C’est le sujet et le but de la science de la Kabbale.

Extrait de KabTV, « L’Essence de la Science de la Kabbale, Partie 3 » du 12/11/2018

Mes sites de Kabbale

En plus de ce blog, je vous invite à aller sur mes autres sites en français:

Michaellaitman.com/fr

Ma page Facebook: Michael Laitman-français

Académie de Kabbale :  Pour les nouveaux étudiants

Youtube 

Télévision de Kabbale en français où sont retransmis en direct mes cours quotidiens de 2h à 5h  du matin, heure de Paris

Site de Kabbale

Bibliothèque de Kabbale: Textes authentiques de Kabbale du Baal HaSoulam et du Rabash

Archives: Tous les programmes en plus de 10 langues sont archivés, et peuvent être téléchargés ou visionnés gratuitement en audio et/ou vidéo. Choisissez le signe FR

Adam est-il une personne ou un degré spirituel ?

Question : Adam est-il le premier kabbaliste ou un degré dans l’atteinte spirituelle ?

Réponse : Adam est le système spirituel que nous devons maîtriser, corriger et rejoindre.

En outre, il y a 5779 ans vivait un homme qui fut le premier à atteindre ce système. Il s’appelait aussi Adam. Ce n’est pas un hasard si ses parents lui ont donné ce nom ; il n’y a pas de coïncidences dans la nature. Il a écrit le livre L’Ange Secret (Raziel HaMalach), qui peut être acheté dans les magasins, même aujourd’hui.

Question : L’année 5779 avant notre ère était-elle l’année de sa naissance physique ou spirituelle ?

Réponse : C’est l’année où il a atteint le monde supérieur et est devenu un homme (Adam).

Question : Est-ce que tous les kabbalistes sont d’accord avec cela ?

Réponse : Il n’y a aucune raison de débattre. Celui qui atteint le monde supérieur le voit et le ressent. Nous devons acquérir uniquement les propriétés qui permettent de découvrir qu’il en est ainsi.

Question : Les personnes qui atteignent le monde spirituel peuvent-elles ressentir non seulement le système d’Adam HaRishon, mais également l’existence d’un tel homme ?

Réponse : En révélant le système spirituel, le long du chemin, une personne devient une partie de tous les kabbalistes avant elle ; d’une manière ou d’une autre, vous êtes inclus en eux et vous comprenez et ressentez même ce qu’ils ont dit, comment ils ont étudié et comment ils ont compris le système. On ne comprend pas la personne elle-même, mais son essence intérieure, ses qualités, son degré.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/09/2018

Réponses à vos questions, n°228

Question : Je suis tombé sur la sagesse de la Kabbale uniquement parce qu’un magicien qui m’a appris à entrer dans le « plan astral » par la méditation me l’a recommandé. Ce magicien se souvient de ses cinq dernières incarnations et a déjà évalué plusieurs livres kabbalistiques : Etz Chaim (L’Arbre de Vie) et le Talmud Eser Sefirot (L’Étude des Dix Sefirot) dans la pratique.

J’ai deux questions pour vous :

1 – Que pensez-vous du fait d’entrer dans les mondes supérieurs par la médiation ?

2 – Comment expliqueriez-vous ce que nous faisons sans un groupe de dix ? Peut-être que ces dizaines ne sont pas nécessaires ? Pensez-vous que cette façon de faire effraye les gens d’étudier la Kabbale ?
En tout cas, merci beaucoup pour votre effort immense et que le Seigneur vous bénisse !

Réponse : La Kabbale enseigne que l’égoïsme est le fondement de notre nature, et s’en éloigner pour entrer dans la nature supérieure signifie acquérir la propriété du don sans réserve au-dessus de l’égoïsme jusqu’à ce qu’il y ait l’amour. La question est la suivante : devenez-vous une personne aimant tout le monde non par égoïsme ?

Suivez la méthode spirituelle

Question : Quelle est la différence entre des kabbalistes et une société de moqueurs ?

Réponse : De nos jours, tout est mélangé. Je ne séparerais pas l’un de l’autre. Tous ceux qui s’opposent au développement spirituel, qui est décrit à partir du Livre de Zohar et au-delà, ne sont pas sur le même chemin avec nous.

Nous devrions prendre soin de nous-mêmes en consultant en permanence les écrits de nos enseignants et ne pas prêter attention à ce que font les autres.

Il existe le libre arbitre. Une personne peut faire ce qu’elle pense être juste et bien si elle ne nuit pas aux autres. Étant enfermé dans notre petite communauté spirituelle, nous ne faisons de mal à personne, nous sommes ouverts à tous.

L’essentiel est de suivre scrupuleusement le programme, les conseils de nos enseignants, et alors nous atteindrons le but.

Question : Chaque fois que l’égoïsme augmente chez une personne, elle est de plus en plus influencée par la société extérieure. Comment se prévenir de cet effet néfaste ?

Réponse : En plongeant plus profondément dans l’étude de la méthode et dans le travail intérieur sur soi. Rien de plus.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 25/04/2018

Selon le conseil d’un kabbaliste

Question : Est-il impossible d’expliquer la méthode de la Kabbale à une personne qui n’a pas de point dans le cœur ? Elle ne comprend que la logique cartésienne, la psychologie de groupe, mais pas la psychologie supérieure.

Réponse : La Kabbale ne s’occupe pas des explications car elle fonctionne initialement à un niveau où il n’y a ni pensées ni désirs humains. Cela n’a aucun sens d’expliquer quoi que ce soit. C’est la même chose que de s’asseoir devant un chien en lui interprétant des canons philosophiques, tandis qu’il remue la queue pour répondre à votre affection, et ce que vous dites n’est pas important.

C’est pareil avec un kabbaliste. Lorsqu’il essaie de transmettre quelque chose aux gens, ils acquiescent avec un sourire approbateur, comme s’ils disaient « Continuez à babiller ! » mais ils n’explorent rien.

Le temps passe et s’ils continuent à étudier conformément aux conseils du kabbaliste, alors ils commencent peu à peu à comprendre où cela mène. Ils ressentent divers changements en eux-mêmes ; selon les termes employés, ils commencent à ressentir une réaction adéquate à des actions plus élevées qu’ils n’avaient pas ressenties auparavant. Ils entrent dans un champ où il y a des définitions complètement nouvelles, et de ce fait ils continuent à avancer.

Mais ce n’est pas parce qu’ils absorbent tout dans leur esprit, mais parce qu’ils agissent selon les directives de leur enseignant.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 12/04/2018

L’hébreu : la langue pour percevoir le Créateur

L’hébreu est bien plus approprié pour parler de la science de la Kabbale que toute autre langue. Il contient une plus grande quantité de mots appropriés qui expriment plus précisément une sensation intérieure. Après tout, la langue hébraïque est née de la science de la Kabbale. Cette science, son approche, l’aspiration au Créateur, a créé et formé le langage.

Par conséquent, l’hébreu contient tous les symboles pour clarifier le Créateur. La forme des lettres, la façon dont elles sont écrites, la grammaire, tout est adapté uniquement dans le but d’expliquer l’essence du désir dans lequel le Créateur peut être perçu.

Aucune autre langue ne peut être comparée à l’hébreu dans l’expression de la Kabbale. Les autres langues n’ont pas de telles propriétés.

Extrait de la 1ère partie du cours quotidien de la Kabbale, « La sagesse de la Kabbale dans le Monde Moderne – La Vraie Perception de la Réalité » du 03/10/2018

Lorsque vous vous sentez vide…

Question : Que devriez-vous faire lorsque vous ressentez un vide profond et que vous n’arrivez pas à sortir de cet état  ?

Réponse : Lorsque je ressens un vide profond et que je ne sais plus quoi faire, je prends la Préface à la Sagesse de la Kabbale ou l’Étude des Dix Sefirot qui sont écrits dans un langage scientifique sec et je commence à lire, en essayant de comprendre ce qu’il est dit.

Cela m’amène à un niveau normal et sérieux de perception de la réalité, la perception de la Kabbale. De là, je passe lentement à d’autres textes, à des articles du Baal HaSoulam du livre Shamati (J’ai entendu) et à des articles du Rabash.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/05/2018