Category Archives: Spiritualité

Vous ne pouvez pas fuir le Créateur !

610.2Commentaire : A Yom Kippour, la tradition veut que nous lisions l’histoire du prophète Jonas, qui clarifie la responsabilité de tout le peuple d’Israël, en particulier de ceux qui aspirent à l’atteinte spirituelle, pour se corriger et transmettre cela aux autres.

Ma Réponse : Cette histoire raconte comment le Créateur a demandé au prophète Jonas de se rendre dans la ville de Ninive pour sauver les gens, c’est-à-dire pour les sauver de l’égoïsme. Jonas ne voulait pas y aller, il est monté sur un bateau et a pris la mer.

Le Créateur a causé une tempête de mer, et pour sauver le navire, les marins ont commencé à chercher le responsable. Dans la cale du navire, ils trouvèrent Jonas qui dormait paisiblement et lui demandèrent : « Comment peux-tu dormir tranquillement ? Nous sommes en train de couler ! Que devons-nous faire ? » Il a répondu : « C’est à cause de moi. Si vous voulez que la tempête se calme, jetez-moi à la mer. »

Les marins n’eurent d’autre choix que de le faire, et la mer se calma immédiatement. Jonas a été avalé par un gros poisson qui l’a amené sur le rivage près de la ville de Ninive.

Il se rendit dans cette ville et accomplit ce que le Créateur lui avait ordonné, à savoir rendre justes tous les habitants de Ninive, c’est-à-dire transformer leurs mauvaises relations en bonnes.

Question : Cela signifie-t-il qu’il ne pouvait pas échapper à son devoir ?

Réponse : L’homme ne pourra jamais fuir le Créateur ! C’est évident.

Chaque personne a sa propre mission pour faire de bonnes actions dans le monde. Elle doit l’accomplir et ne pas fuir ses devoirs. C’est ce que symbolise pour nous Yom Kippour (le Jour du grand pardon), à savoir la partie de la Torah appelée « Le Livre de Jonas ».

Il existe un programme de la création, et si un désir de correction a été éveillé chez une personne et qu’elle a entamé ce processus, alors il est impossible de fuir.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV

À la recherche de la vérité

292Question : Vous dites que notre monde est une illusion. Quels signes sur le chemin indiquent que nous avançons vers la spiritualité et que nous ne passons pas d’une illusion à une autre ?

Réponse : Je suis à la recherche de la vérité. Pour le moment, je ne connais pas et je ne comprends pas les mondes supérieurs. Je suis simplement à la recherche de la force qui dirige notre monde. Je cherche l’état le plus sublime dans lequel je puisse être, et cela ne se produira que si je m’élève au-dessus de ma nature égoïste.

J’aspire au levier qui nous élèvera au-dessus de l’ego pour que nous puissions être unis, car il n’y a pas d’autre moyen. Il y a deux forces dans le monde, la force de la connexion et la force de la division, le plus et le moins, et nous devons acquérir les deux et les contrôler, et je dois essayer de le faire.

Question : Est-ce que je ressentirai la même réalité lorsque cela se produira ?

Réponse : Bien sûr, vous ressentirez immédiatement où vous êtes. Les systèmes de coordonnées vont commencer à changer en vous. Tout changera parce que vous serez au niveau des forces qui dirigent notre monde et non en dessous comme tous les autres, et alors vous n’aurez plus de questions.

Question : Cela veut-il donc dire qu’en ce moment, je me déplace dans l’obscurité ?

Réponse : Évidemment, mais nous sommes dans un monde au sein duquel les lois physiques opèrent, et vous devez les suivre que vous le vouliez ou non puisque vous êtes à l’intérieur d’elles. Si vous créez de nouvelles forces en vous, vous vous retrouverez sous l’influence des forces spirituelles.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 14/07/2019

Pouvons-nous imaginer le plaisir supérieur ?

276.02Commentaire : Décrivez s’il vous plaît le plaisir que nous recevons le long du chemin de la Lumière.

Ma Réponse : Vous comprenez que je ne peux pas le décrire. Comment puis-je décrire un plaisir qu’une personne n’a jamais ressenti et ne comprend pas ?

A quoi peut-on le comparer ? Nous pouvons seulement comparer quelque chose que nous avons expérimenté et lui donner une certaine ressemblance, et pas d’une autre manière. Nous ne pouvons percevoir aucun plaisir ou descente spirituelle ou quoi que ce soit du chemin spirituel, sauf à partir des récits des autres. C’est la raison pour laquelle la sagesse de la Kabbale ne le décrit qu’en termes physiques.

La sensation qui résulte de ce qui arrive à une personne dans la spiritualité est ressentie lorsqu’elle accomplit réellement ce chemin par elle-même. C’est uniquement à ce moment-là qu’elle comprend ce que disent les kabbalistes.

Si vous relisez chacun des articles du Rabash ou du Baal HaSoulam que vous avez lus il y a un an ou deux, vous verrez que maintenant vous percevez chaque chose d’une manière totalement différente. Cela signifie que de nouveaux attributs, de nouvelles capacités et de nouvelles sensations apparaissent en vous. C’est un système qui fonctionne. C’est la raison pour laquelle le monde spirituel est appelé un monde secret, car il n’est révélé qu’à ceux qui peuvent le ressentir. Cette personne commence à ressentir de nouvelles sensations et de nouveaux sens, alors que les autres non, et il n’y a aucun moyen pour vous de changer cela.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 14/07/2019

L’unité venant du fond des âges

506.1Commentaire : Une méthode spirituelle courante est ce qu’on appelle « l’enseignement d’Osho ». Comme la Kabbale, elle parle d’unité et de la perception de l’univers comme un tout unique.

Ma Réponse : Un grand nombre de personnes parlent d’unité. De nos jours, les physiciens et même les économistes disent que tout est interconnecté. Le géologue russe Vladimir Vernadsky (1863-1945) a développé la théorie de la noosphère. En principe, l’unité est un concept ancien qui existait avant la Kabbale.

La Kabbale n’a que quatre mille cinq cents ans. Elle trouve son origine dans l’ancienne Babylone. Cependant, même avant cela, les gens croyaient que tout dans la nature était interconnecté. D’une part, ils vénéraient le soleil, la lune, les étoiles et les diverses forces de la nature, et d’autre part, ils croyaient toujours qu’il y avait quelque chose qui les unissait.

Le scientifique et érudit médiéval Maïmonide, a écrit qu’au début, tous les gens croyaient en l’existence d’une seule force. Puis ils ont constaté que toutes sortes de phénomènes se produisent dans la nature, comme sous l’influence de différentes forces : la lune, le soleil, le vent, l’eau, etc. Ils ont réalisé que la force unique qui leur était cachée se manifestait à travers diverses forces particulières, et ils ont commencé à les adorer parce qu’ils y voyaient une image évidente. C’est ainsi qu’est apparu le polythéisme.

Au début, le monothéisme prévalait, une seule force supérieure. Même lorsque les gens ont commencé à vénérer ses diverses manifestations, ils ont réalisé qu’ils vénéraient des anges, c’est-à-dire des représentants d’une seule force supérieure.

Par conséquent, l’unité dont parle Osho ou d’autres méthodes est un postulat très ancien.

Extrait de « Gros Plan » sur KabTV

Les états menant à la naissance spirituelle

537Question : Quelles sont les trois composantes : NefeshRouakhNeshama ?

Réponse : Ce sont les trois étapes du développement spirituel lorsque nous nous élevons de notre monde, de notre état actuel de recherche, d’obscurité, d’incompréhension, de confusion, de détachement et de vide que l’humanité connaît aujourd’hui. En ce moment, quasiment chacun dans le monde passe par des états qui nous conduisent à la naissance spirituelle.

Il s’agit d’une sensation de fin, une sensation de limitation, d’un manque de perspective, d’un désir de quelque chose à développer parce que nous sommes déçus de notre développement puisqu’il nous apporte uniquement des déceptions continuelles et un vide encore plus grand.

Tous ces états sont très utiles et représentent exactement ces forces par lesquelles nous nous élevons de notre monde jusqu’au premier monde spirituel, le monde de Assiya, et entrons dans le véritable développement intra-utérin et commençons à ressentir dans une certaine mesure la présence du supérieur.

Nous commençons à ressentir que nous sommes à l’intérieur d’une nature globale, qui est un organisme unique englobant toute l’humanité, le monde entier, et même quelque chose de plus : une sorte de pensée, de plan, de début, de fin, de but et de processus à l’intérieur duquel nous existons.

Atteindre cela, c’est atteindre le niveau de Nefesh et le monde de Assiya.

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°19 sur KabTV

Désirs et calculs

549.01Question : L’écran est une force qui me permet de faire des calculs non dans mon propre intérêt. Une personne fait-elle de tels calculs pour n’importe quels désirs qui surgissent en elle ou pour des désirs particuliers ?

Réponse : Fondamentalement, sur n’importe lesquels mais seulement dans la mesure où j’ai la force d’y faire face.

Question : Il existe des désirs fondamentaux liés au corps humain. Devons-nous faire ces calculs pour eux aussi ?

Réponse : Une personne devrait faire une restriction (Tsimtsoum) sur tous les désirs qu’elle ressent comme une source de plaisir. Ainsi, elle cesse de recevoir ce plaisir et s’élève au-dessus de celui-ci.

Les désirs essentiels sont les désirs ordinaires de nourriture, de sexe, de famille et de sécurité. Il n’est pas difficile de travailler avec eux. Il est beaucoup plus difficile de travailler avec les désirs spirituels.

Extrait de « Le États Spirituels » sur KabTV, le 20/08/2021

Rouakh : un mouvement spirituel d’une personne

49.04Rouakh nourrit Nefesh dans ce monde (Le Livre du Zohar).

En hébreu, « Rouakh » signifie vent et esprit. C’est-à-dire que Rouakh est un mouvement.

L’esprit, la respiration, le souffle, tous sont associés à ce qui est en mouvement. Sur l’étape de Rouakh, le mouvement spirituel d’une personne a lieu. Elle ressent une connexion telle au supérieur qu’elle commence à faire quelques mouvements conscients, et entre ainsi en communication avec lui.

Elle sait déjà lesquelles de ses actions vont provoquer les réactions du supérieur. Un dialogue s’instaure entre eux. Ce bébé commence à comprendre ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, et comment réagir. Il apprend d’un adulte à être conscient, à tout absorber en lui. Et cette absorption de signaux, le sens de l’adulte, le rend comme un adulte.

C’est pourquoi ces mouvements sont appelés « esprit » (Rouakh).

Question : Il est écrit : « Rouakh nourrit Nefesh dans ce monde. » Que signifie l’expression « dans ce monde » ?

Réponse : Dans ce monde est l’état dans lequel nous sommes. Chaque niveau où je me trouve est appelé « ce monde », mon monde, mon état.

Dans notre monde, un roi, un monarque, un homme riche ou une personne célèbre peut dire : « Ceci est mon monde. » Et la même chose peut être dite par un homme pauvre ou un prisonnier malheureux. Mais pour chacun, ce sont des mondes différents, c’est-à-dire l’état dans lequel il se trouve.

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°18 sur KabTV

Vers le haut, vers le monde de Atsilout

610.2Zohar, portion Lekh lekha, point 101 : « Au milieu du jardin il y a un pilier qui est formé de toutes les couleurs. Quand ce Rouakh veut monter au monde d’Atsilout, il enlève cet habit de l’air du Jardin d’Eden et va au pilier, s’élevant à l’endroit d’où il est venu, à Noukva de Atsilout, comme il est écrit « et l’esprit retournera à Dieu qui l’a donné ».

La ligne médiane, qui surgit de la symbiose, de la connexion correcte, des principes masculin et féminin, est le pilier qui s’élève du monde inférieur vers le monde supérieur.

Ce pilier est constitué de trois lignes qui semblent s’entrelacer, ressemblant à une colonne torsadée ou à la spirale d’une molécule d’ADN.

Question : Et pourquoi s’élève-t-il entrelacé et non pas droit ?

Réponse : Parce qu’une qualité prévaut constamment sur l’autre. Il doit en être ainsi, qu’elles semblent toujours interagir l’une avec l’autre dans diverses combinaisons, chacune se manifestant opposée à l’autre. Nous ne pouvons pas ressentir une chose sans la comparer à une autre.

Par conséquent, en s’entrelaçant dans une telle combinaison alternée de qui est plus grande, qui est plus petite, dans quelles qualités, elles finissent par nous faire avancer, nous élever dans le monde de Atsilout.

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°18 sur KabTV

Le système de l’âme commune

264.01Question : La vie d’un embryon dépend du cordon ombilical. Et ceci, comme nous le savons de la Kabbale, est le groupe. Donc, tout comme une mère nourrit son enfant à travers le cordon ombilical, le Créateur développe-t-il une personne à travers un groupe ?

Réponse : En général oui, à travers la société environnante. Il peut s’agir d’un petit groupe ou d’un grand environnement, c’est-à-dire la nature minérale, végétale et animale, et toute l’humanité. Par conséquent, tout cela constitue un système appelé « une seule âme ».

A travers l’environnement, une personne reçoit toutes les forces qui descendent d’en haut. Il se trouve qu’elle est au bas de cette chaîne, par laquelle l’influence passe depuis sa racine, le Créateur.

Ainsi, un grand environnement est le monde entier, un environnement plus petit est constitué des parents et des collègues de travail. Et il y a aussi les personnes partageant les mêmes idées qui, tout comme vous, veulent progresser dans le domaine spirituel. Ce sont elles qui sont importantes, car en relation avec elles, vous éveillez la force supérieure afin qu’elle exerce son influence sur vous et vous élève.

Le reste de l’environnement est constitué de parties de la même âme qui ne sont pas encore directement impliquées dans le spirituel, mais peu à peu vous verrez comment elles créent ensemble avec vous ce système commun appelé « une seule âme ».

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 06/08/2021

L’écran est une qualité purement individuelle

608.02Question : De quels éléments se compose l’écran ?

Réponse : L’écran est constitué de deux forces : l’ampleur du désir égoïste d’attirer à soi et les forces du don sans réserve, de rejet, de refus de travailler avec cette force d’attraction.

Question : Une personne peut-elle naître avec un écran ?

Réponse : Non, jamais, pas du tout. Nous naissons tous comme de petits égoïstes et nous le restons tout au long de notre vie. Si une personne étudie la Kabbale et commence à comprendre qu’elle peut lui apporter une qualité altruiste, anti-égoïste, et continue à travailler sur elle afin d’acquérir cette qualité, alors progressivement un écran se forme en elle. Il s’agit d’un processus cumulatif.

L’écran est une qualité purement individuelle. Il ne peut être adopté, ni acheté, échangé ou emprunté.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 20/08/2021