Category Archives: Spiritualité

Racines et branches : causes et conséquences

Le Baal HaSoulam, « De l’essence de la Sagesse de la Kabbale » : Les mots prononcés par un enseignant ne peuvent pas rendre une connaissance suprême qui soit au-delà du temps, de l’espace et du mouvement.

Nous parlons du monde supérieur, qui ne fait pas partie de nos sensations, et par conséquent nous ne pouvons pas trouver un équivalent convenable à ce que l’on y trouve. Il n’y a pas de tels mots, expressions, forces, actions et relations dans notre monde comme dans le spirituel.

Il y a un problème sur la manière d’expliquer le monde spirituel avec nos mots à une personne qui vient de commencer son voyage. C’est pourquoi le Baal HaSoulam dit que nous devrions essayer d’exprimer cela dans le langage des branches. Que signifie le langage des branches ?

Bien que le monde supérieur soit absolument inaccessible avec nos sens actuels, tout ce qu’il contient descend dans notre monde et forme ici des branches, les conséquences de celui-ci.

Si nous utilisons correctement le langage des branches, c’est-à-dire si nous nommons les propriétés du monde supérieur en utilisant des mots, des images et des définitions de notre monde, nous pourrons exprimer correctement tout ce qui existe et transférer nos connaissances d’enseignant à étudiant ou entre les gens et ne pas se tromper.

Disons qu’il existe une certaine interconnexion entre les points « A » et « B » (racines) dans le monde supérieur. Et dans notre monde, nous voyons leurs conséquences comme « a » et « b » (branches).

Il se trouve qu’alors nous pouvons dire qu’une certaine propriété est descendue du monde supérieur dans notre monde et a eu une certaine conséquence en lui, c’est-à-dire que nous pouvons parler de l’interaction des racines et des branches.

Question : Est-il possible de dire quelque chose sur le grand « A » à partir du petit « a » ?

Réponse : Nous ne pouvons dire qu’une chose : le petit « a » et le grand « A » se rapportent l’un à l’autre en tant que cause et effet. Le grand « A » est une cause et le petit « a » est une conséquence. La même chose concerne le grand « B » et le petit « b ». C’est pourquoi ils sont appelés racine (cause) et branche (conséquence).

Ainsi, il existe une connexion entre les propriétés du monde supérieur et notre monde. Si des sensations du monde supérieur commencent à apparaître en nous, alors nous pouvons dire que nous sommes en train de passer d’une branche à une racine, impliquant l’interaction des racines dans les branches de notre monde.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 27/10/2019

Le monde : réalité ou illusion ? Partie n°14

Question : Une seule âme est divisée en 600 000 morceaux. Chacun brisé différemment. L’expérience de chacun d’entre eux joue un grand rôle et est très important. Retournerons-nous à l’âme commune et percevrons-nous alors toute chose comme le Créateur ?

Réponse : Lorsque nous retournerons ensemble dans l’âme commune, serons-nous capables d’atteindre le Créateur par rapport à nous ? Oui, mais comme toutes les actions de notre monde, nous comprenons l’action, par exemple l’effet de l’électricité, du magnétisme, de la gravité, etc. C’est-à-dire que nous atteindrons ces phénomènes, mais pas Lui.

Dans la Kabbale, à divers endroits, il est suggéré qu’il existe un autre degré lorsque la création se détache d’elle-même, devient incluse dans le Créateur et commence à atteindre non pas Ses conséquences, ni Son effet, mais Lui. Cependant, je ne peux pas imaginer une telle ascension. Ceci dépasse les limites de la correction absolue. Il est fort possible que cela existe aussi.

Le fait est qu’à ces stades de notre développement, nous changeons absolument. Notre système de perception, la logique, tout change. Nous ne vivons plus dans un espace tridimensionnel : bon-mauvais, réception-don sans réserve. Nous commençons à exister dans des dimensions complètement différentes. Par conséquent, il est difficile de dire ce qui existe lors de l’atteinte du Créateur. Jusqu’à présent, c’est un problème.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/09/2019

La progression par les questions et réponses

Question : Une question est-elle l’élément le plus important du travail pratique pour étudier la sagesse de la Kabbale ?

Réponse : Oui. Une question est de la plus haute importance pour notre avancement spirituel. Cependant, il est inutile de poser une question et d’attendre sa réponse. Vous l’étudiez, vous voulez une réponse, puis vous demandez au Créateur par l’intermédiaire du groupe et recevez une réponse.

Notre entière progression est composée de questions et de réponses. Le récit de la Pâque (Pessach) à propos de quatre fils en parle : même lorsque vous êtes dans un état où vous ne savez pas comment poser une question, vous devez rechercher les occasions de la poser. Vous n’avancez pas sans cela.

Question : Une question est-elle considérée comme une action spirituelle ?

Réponse : Oui, bien sûr. C’est la ligne gauche, nécessaire au mouvement.

Question : Une question peut-elle être un vrai cadeau pour un enseignant ou pour un ami, un exemple de don sans réserve au groupe ?

Réponse : En principe, oui.

Question : Est-il utile de poser une question si la méthodologie nous enseigne que les questions qui émergent en nous sont révélées et clarifiées naturellement au cours de notre travail en groupe ?

Réponse : Lorsque vous posez une question ou que vous faites quelque chose en général, vous devriez réfléchir à la façon dont vous aidez les autres.

Extrait du Congrès Mondial de Kabbale en Moldavie, Leçon n°4, « Se réjouir de ce que nous manquons / Le travail dans la dissimulation » du 07/09/2019

Le monde : réalité ou illusion ? Partie n°10

laitman_531.03Le langage est un moyen de communication

Le Baal HaSoulam écrit qu’un kabbaliste doit utiliser des définitions absolument précises. Ou pouvons-nous les trouver ?

Ici, la loi de la racine et de la branche surgit dans tous les mondes, dans tous les états, dans chacun d’entre nous. C’est à partir de là que je peux prendre des définitions claires et précises du point de vue de la nature. Vous prendrez également vos définitions à partir de là et nous les comparerons. À partir de cette comparaison, nous pouvons nous comprendre correctement plutôt que de parler avec les mêmes mots mais avec un sens différent.

Dans notre monde, chacun attribue différentes significations aux mêmes mots parce que chacun de nous est différent. Comment pouvons-nous combiner les états internes complexes de chacun pour commencer à se comprendre mutuellement et à s’imbriquer, afin que ces concepts se combinent et nous donnent une idée claire de la mesure selon laquelle nous parlons et ressentons la même chose ? C’est un problème de langage.

La langue est un moyen de communication les uns avec les autres lorsque vous et moi ressentons la même chose. Si nous ne le faisons pas, alors nous ressentons clairement la différence dans nos sensations.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/09/2019

Pourquoi les kabbalistes exigent-ils que les étudiants travaillent ?

Question : Pourquoi les kabbalistes demandent-ils aux étudiants de travailler ?

Réponse : Une personne doit travailler car elle doit être occupée. Elle ne peut pas étudier la Kabbale toute la journée ou s’asseoir sur un banc, grignoter des graines de tournesol et parler politique. Elle n’en a pas besoin du tout.

Elle devrait étudier de préférence trois heures le matin avant le travail et deux heures le soir après le travail. Si elle a du temps libre, alors plus. Le reste du temps : travaillez, dormez et mangez. De quoi d’autre a-t-elle besoin dans la vie ? Cela devrait être très simple et naturel.

En ce qui concerne le sommeil, elle doit se reposer pendant 5 à 7 heures. Il y a des gens qui ont besoin de sept heures de sommeil, il y a des gens pour lesquels cinq suffisent.

Remarque : Il y a aussi le sport, la musique et le théâtre.

Mon commentaire : Si une personne étudie la Kabbale, alors elle s’unit pour former une seule musique, théâtre et sport.

Question : Cela signifie-t-il qu’il n’y a pas d’autres besoins ?

Réponse : Non.

Question : Donc, idéalement, la sensation du Créateur devrait combler toutes ces niches ?

Réponse : Tout vient de Lui, seulement cela nous vient sous des formes différentes.

Remarque : En principe, les gens vivaient autrefois normalement et sans sport…

Mon commentaire : Mais faire de l’exercice, peut-être, est nécessaire. La musique, la littérature et tout le reste sont également nécessaires, mais cela doit être dans les limites de la correction de l’âme humaine.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 03/01/2019

Des amis sur le chemin spirituel

Question : Quelles conditions sont nécessaires pour recevoir une réponse à MAN (Mayin Noukvin, eaux féminines) ? Peut-être devons-nous créer un service spécial pour cela ?

Réponse : Je ne sais pas quel service vous pouvez créer et pour qui. Il n’est pas nécessaire de créer d’autres canaux que la communication adéquate entre chacun.

Le désir commun qui émergera du groupe créera ce service, ce canal par lequel tous vos désirs privés, reliés ensemble, formeront un énorme désir appelé « MAN ». Vous obtiendrez certainement une réponse à cela. Tout dépend de combien vous essayez de vous unir pour atteindre le Créateur.

Vous avez un objectif très clair : atteindre le Créateur. Par conséquent, peu importe qui est assis à proximité. Si une personne veut être avec vous pour atteindre votre but, elle est votre ami et vous pouvez progresser. C’est ainsi que vous devriez vous voir, uniquement comme de simples consommateurs.

Ne regardez pas l’apparence d’un ami, son caractère et ses habitudes. Peu importe ce qu’il est et qui il est pour vous. Ce qui compte, c’est qu’il vise le même but. Par conséquent, il peut être votre ami, une aide sans laquelle vous ne pourrez pas atteindre votre objectif.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 18/08/2019

Les descentes comme moyen d’avancement

Question : Dites-vous que nous devons essayer de ressentir les descentes ensemble ?

Réponse : Il y a des descentes et des montées que nous ressentons ensemble et il y en a qui sont individuelles.

Question : Que signifie ressentir un état de descente en tant que groupe entier ?

Réponse : Cela dépend de qui interprète la descente.

Je l’interprète comme une déconnexion du Créateur, du groupe, c’est-à-dire du fait d’avancer. Par exemple, je peux ressentir une certaine lourdeur, mais je ne peux toujours pas déterminer si cela m’a été donné pour mon avancement ; je suis juste immergé dedans.

Lorsque je commence à percevoir ce poids comme un instrument d’avancement, il devient alors mon instrument de progression. Maintenant, je travaille avec joie, sachant que grâce à lui, je vais avancer.

Lorsque nous avons un objectif commun, des actions communes et une vie commune, de ce fait dans certaines choses nous avons des montées et des descentes communes et dans d’autres, des individuelles. Nous devons utiliser le fait que nous pouvons travailler ensemble et atteindre ainsi des résultats communs.

Ici, je comprends plus ou moins l’état de mes amis et je dois les aider, y participer. Par exemple, il est très important pour nous d’être inspirés avant un congrès, de parler de l’importance du but, de l’importance de nos réunions, de l’importance du congrès, de l’importance des leçons. Nous devons collecter tout cela entre nous et nous inspirer les uns les autres.

Ainsi, un champ commun apparaîtra : le Créateur ne se manifestera Lui-Même dans aucune sensation personnelle, mais dans le champ général. Ceci est très important car Sa manifestation ne peut se produire que lorsque nous sommes déjà connectés dans la dizaine, sous une forme ou une autre de Kli (récipient) commun.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 13/02/2019

Le signe de la connexion spirituelle

Question : Lorsque nous regardons des émissions, nous nous y impliquons et ressentons le flux de pensées et de sentiments. C’est déjà un niveau de connexion.

Pourquoi, si je ressens les pensées et les désirs des autres en moi, est-ce un signe de connexion spirituelle ?

Réponse : Un signe de connexion spirituelle ne peut exister que lorsque je ressens le rejet de mes amis et en même temps, je prie pour la connexion entre nous. Seules ces deux tendances opposées à l’intérieur de moi indiquent une élévation spirituelle.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 18/08/2019

Échapper aux souffrances ou exalter la spiritualité ?

Question : Est-il exact que parfois une personne souffre tellement qu’elle veut se dissoudre ?

Réponse : C’est faux. Cela signifie qu’elle fuit la souffrance. Se dissoudre signifie élever la spiritualité au-dessus de son état actuel ; la personne veut se dissoudre dans la spiritualité, c’est-à-dire y exister.

Question : Donc, en exaltant la spiritualité dans notre travail, pouvons-nous généralement éviter la souffrance et les problèmes physiques ?

Réponse : Non. Vous tenteriez de les éviter pour ne ressentir aucune souffrance physique. Pour ce faire, vous essayez de vous dissoudre quelque part dans quelque chose.

Vous voulez entrer dans des états spirituels parce que vous vous sentez mal dans vos états matériels égoïstes. C’est-à-dire que vous préférez le Créateur parce que vous vous sentez bien avec Lui. Vous échangez votre petit égoïsme pour un plus grand. Bien sûr, dans ce cas, vous échouerez.

Vous devez développer la grandeur de la qualité du don sans réserve, la grandeur de la capacité d’être au-dessus de vous-même, avec un esprit différent et avec des qualités différentes, de sorte que ces états soient importants, majestueux et spéciaux pour vous. Ce n’est pas parce que c’est ainsi que vous échapperez aux problèmes matériels, mais parce qu’ainsi vous voulez donner du contentement au Créateur, vous préférez Son monde à votre petit monde.

Extrait du Congrès en Moldavie, « Premier Jour », « Être prêt à être influencé par la société », Leçon n°2, du 06/09/2019

Où trouver des solutions aux problèmes ?

Question : Les kabbalistes disent que nous devons rechercher la solution aux problèmes au prochain degré, en nous basant sur notre unité. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Réponse : Le fait est que les états non corrigés qui se révèlent en nous et autour de nous n’ont pas de solution au même niveau où ils se trouvent. Par conséquent, quoi que nous fassions dans notre monde échouera.

Pour résoudre n’importe quel problème, il faut s’élever au-dessus de lui et le corriger précisément à sa racine, à partir du point initial dont il est issu. Sinon, cela ne marchera pas.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 25/12/2018