Category Archives: Spiritualité

Je vais vous confier un secret

Laitman_413Une question que j’ai reçue: Après tout soit dit et fait, quel est le secret pour atteindre l’objectif? Il doit y en avoir un, car seul un petit pourcentage de gens qui viennent à la science de la Kabbale sont capables de l’atteindre.
Ma réponse: Je vais vous confier un secret: Si une personne ne quitte pas le chemin, alors peu importe ce qui lui arrive en cours de route, elle atteint le but. Il n’y a pas d’autre formule pour le succès.
Une personne passe par des états très difficiles. Parfois, elle regarde en arrière et elle ne peut même pas croire toutes les choses qui lui sont arrivées. Toutefois, peu importe ce qui se passe à chaque instant, elle ne doit voir qu’un but devant elle, et qui est la clé du succès. Outre cela, rien d’autre n’est important.

Par conséquent, je voudrais souhaiter à une personne une seule chose: l’obstination à atteindre l’objectif! Rien d’autre ne l’aide, ni un esprit particulier ou une sensibilité raffinée, ni les efforts difficiles, ni des connaissances ou même des amis qui sont à côté de vous. Il vous suffit de saisir le but avec les dents comme un bouledogue et de ne pas lâcher prise quoi qu’il arrive.

Vers le ciel sur les ailes d’un aigle

Laitman_704La Convention mondiale du Zohar marque le début d’une nouvelle phase. La Convention nous a transformé de manière significative. Nous ressentons également comment le monde évolue à la lumière des derniers événements. Ses problèmes ne feront que s’intensifier. 

Nous devons atteindre le but ultime. Imaginez que l’humanité est un coureur qui est battu en chemin et que ces coups lui donnent la force de continuer jusqu’à la ligne d’arrivée. Il doit courir et atteindre l’objectif. Le temps est fixé pour lui, il n’a pas d’autre choix que d’arriver à la ligne d’arrivée. Il peut seulement choisir de courir avec le désir de l’objectif ou attendre les coups et courir en essayant de leur échapper.

Il y a aussi la troisième voie. En s’unissant, nous pouvons déclencher la force en nous qui nous facilitera l’ascension vers l’objectif. Elle nous hissera sur ses ailes comme un aigle prend son oisillon, et il nous élèvera.

Cependant, nous ne pouvons pas abandonner le monde et nous élever sur les ailes de l’aigle, Bina, par nous-mêmes. Nous devons rester en contact avec le monde entier. Nous n’allons monter que si nous pensons à toutes les personnes et si nous nous consacrons à elles. Cela semble être une contradiction. Pourtant, le monde est debout au bord d’un abîme, et nous devons l’aider à monter sur les ailes de l’aigle.

Un long chemin vers l’unité

Laitman_733Une question que j’ai reçue: Pourquoi faut-il parfois plusieurs années avant qu’une personne commence à entendre parler de la nécessité de s’unir? 

Ma réponse: Nous existons dans ce processus tout au long de l’histoire. D’une génération à l’autre, dans toutes nos réincarnations, tout est fait dans notre développement pour nous amener à un état où nous serons contraints de nous unir. Toute notre histoire a commencé avec la brisure de l’âme commune, notre récipient spirituel. Depuis ce temps, tous ces fragments entrent en collision les uns avec les autres, se haïssent les uns les autres, et ne comprennent pas qui ils sont, d’où ils sont venus et pourquoi ils existent. La chose la plus importante pour ces fragments, c’est la bataille constante entre eux.
Petit à petit, étape par étape, nous devons parvenir à une compréhension approfondie qu’en raison de notre haine et de notre égoïsme, nous manquons beaucoup de choses, en fait, si bien que nous devons nous unir. Pourquoi? C’est parce que progressivement, dans le processus de notre développement, nous découvrons que nous sommes connectés. Nous pouvons soit nous tuer les uns les autres ou vivre ensemble en paix.
Cependant, il y a un problème pour ceux qui ressentent une aspiration vers la spiritualité. Le monde entier progresse vers l’unité par la voie de Beito (en temps voulu). Sortant du désespoir, par la pensée logique, une personne voit que le monde doit s’unir. Pourtant, d’autre part, on montre que nous en sommes incapables. C’est ce que tout le monde ressent. Ceux en qui un point dans le cœur s’est éveillé commencent à entendre que nous devons nous unir, et que c’est seulement en s’unissant que la spiritualité peut être atteinte.

Toutefois, ils ne ressentent pas le besoin d’unité. Il s’avère que certains révèlent un besoin de s’unir, mais ils ne savent pas comment faire car ils n’ont aucun moyen pour cela, tandis que d’autres ont les moyens pour s’unir, mais ils manquent de nécessité intérieure pour s’unir, même si le reste du monde l’a.
Il semble que ces deux groupes, les parties extérieures et intérieures, devront se réunir et se compléter l’une avec l’autre. Nous vous les présentons avec une méthode d’unification, et elles nous donnent un besoin de nous unir de la même manière qu’un bébé transmet ses besoins à ses parents, et cela aide les parents à obtenir ce dont le bébé a besoin.

Par conséquent, la société extérieure est le transporteur d’une nécessité intérieure d »union, et nous sommes possesseurs de la méthode d’union. De cette façon, nous nous complétons.

L’acquisition d’un dictionnaire spirituel

Une question que j’ai reçue: Pourquoi est-il si important dans la Kabale de connaître la signification des termes? Quel est l’avantage de cela? Après tout, nous voyons que la personne a besoin d’étudier pendant une longue période afin de bien saisir le fait que les mots qui lui sont en apparence familiers ont un sens complètement différent. C’est très difficile pour un débutant. 

Ma réponse: Même en sachant que les significations sont complètement différentes des mots familiers, c’est toujours très important, car à travers cette transition nous passons du vocabulaire corporel au spirituel. En effet, les mots sont familiers: « le soleil, la lune, la Terre, l’homme, les parties du corps de l’homme, les animaux, bêtes, la famille, d’accouplement (Zivoug), le baiser, embrasser « – ce sont tous ces mots de ce monde (dans le désir de recevoir) que nous utilisons dans le monde spirituel (le désir de donner). Nous ajoutons une signification et une interprétation différentes de chaque mot.

Le Baal HaSoulam écrit dans Le Talmud des dix Sefirot  » Réflexion interne » que nous devons transiter vers des définitions et significations spirituelles des mots, pour qu’ils puissent être intégrés dans nos esprits comme dans une boîte, de sorte que nous comprenions le sens spirituel du mot au moment où nous l’entendons. En utilisant les mêmes mots que nous connaissons et en essayant de leur ajouter un sens différent, nous passons d’un écran qui dessine pour nous les images de ce monde à un écran illustrant le monde prochain, spirituel.

Nous n’avons pas d’autres mots pour exprimer le Monde Supérieur, le monde des forces et des actions. Mais parce que ces forces et les actions sont réalisées dans notre monde, nous appelons ces forces et ces actions (racines) par les noms de leurs conséquences (branches). Par conséquent, nous devons connaître leur signification spirituelle. Certes, cela est très difficile pour les débutants, jusqu’à ce qu’ils se libèrent du contenu ancien, corporel d’un mot et pour le remplir à nouveau.

Comme les gens changent, nous donnons un nouveau sens aux mots. Les mots «baiser», «pieds» ou «tête» d’un Partsouf resteront des termes physiologiques, mais ils auront le sens spirituel de leurs racines. Conformément à ce changement, vous serez vous aussi témoin des changements que vous subissez.

En fin de compte, toute la sagesse de la Kabbale est destinée à vous donner un dictionnaire spirituel pou remplacer celui qui est corporel. Quel est ce «dictionnaire»? Vous commencerez à interpréter les mots dans votre sentiment intérieur. Vous sentirez immédiatement et ainsi vous saisirez le mot différemment. Dans ces mots que vous avez vous-même fait la transition de la branche à la racine.

En continuant d’avancer et de changer à l’intérieur, et vous verrez à quel point vous changez le sens des mots. Ce changement est automatique. L’image spirituelle tout entière est beaucoup plus forte que la corporelle, et cela va déplacer le corporel et toutes ses définitions avec lui.

Sur la crête d’une vague

truemiracleAu cours de l’ascension spirituelle, une personne, comme si elle se réveillait , respire, et est pleine d’inspiration. C’est un signe qu’on se rapproche de la spiritualité. On ne sent pas la Lumière encore, mais il semble que l’aube va bientôt se révéler.C’est le moment où l’on peut discerner et comprendre beaucoup de choses nouvelles dans les mêmes matériaux de l’étude. On doit utiliser ce temps pour le don sans réserve maximum, il faut le ramasser complètement sans perdre un seul instant. Sinon ça serait comme si quelqu’un ignorait ce que lui a été donné d’En Haut.

Peu importe quels livres lit une personne pendant ce temps, tant qu’ils sont proches de son âme. Après tout, même sans comprendre ce qu’elle lit, elle déploie des efforts pour joindre son désir et son esprit à la Lumière qui descend sur elle . Elle veut que la Lumière pénétre son désir, puis la collision entre eux la fait avancer.

Notre monde, les atomes, les molécules, tout cela n’existe pas. Il y a seulement la puissance du désir. Quand son désir est près de la Lumière, la personne doit essayer de travailler avec lui autant que possible.

L’aspiration à l’objectif qui est révélé dans le cœur d’une personne est l’appel à la correction. Les efforts déployés lors de l’ascension spirituelle, pendant les études, la diffusion, et le travail dans le groupe, conduisent au désir qui mérite la révélation de la Lumière.

Le monde spirituel n’a pas de frontières, de murs, ou d’interdictions. La lumière et le Kli existent l’un à côté de l’autre, mais ils n’interfèrent pas beaucoup comme des ondes de fréquences différentes. C’est seulement si une personne passe de la vague de la réception à la vague du don, qu’elle s’accorde à la Lumière et se remplit d’Elle.

Pour cela, une personne a besoin d’un fort et complet désir qui est semblable à la Lumière au niveau minimal. Ce désir peut être très petit, mais il devrait être complètement concentré sur le but. Cela ressemble à la façon dont un enfant désire quelque chose de petit, mais avec toutes ses forces ce désir s’empare de lui complètement, même si c’est pour une courte période.

La plus petite similitude au Créateur nous permettra immédiatement de Le ressentir. La sensation du Créateur est notre âme. Ensuite, nous découvrons la vie éternelle et parfaite à Son niveau et non au niveau de notre corps. Le désir du Don sans réserve corrigé par la Lumière nous amène au Créateur, à la propriété commune de la Nature, et nous fusionnons avec son niveau et sa puissance.

« Je veux » signifie j’ai le droit

Changing the World Starts With Changing Our IntentionsMalgré mon égoïsme, mes mauvais attributs, et états que je traverse, je suis capable, prêt et veut recevoir une force d’en haut qui m’aidera à découvrir le monde supérieur. Mon travail est d’aspirer au but autant que je peux. Même si je suis très loin d’avoir des intentions pures, même si mes « qualifications » spirituelles sont douteuses – tout ceci n’est pas important. C’est ce que je suis maintenant, et telles sont mes propriétés actuelles et mon état actuel.

Si une personne, peu importe sa situation, veut recevoir de la force pour la correction et avancer spirituellement, alors elle la mérite. Le Créateur dit:  » Fais appel à moi et je récompenserai tes efforts »

Corrigez-vous et vous verrez la vérité

moneyUne question reçue: Que dois-je faire dans les faits lors du processus de correction?

Ma réponse: Nous devons réaliser que notre état actuel est un résultat de la brisure de l’attribut du don en nous et de l’exil de la sensation de l’espace spirituel (le Créateur). Cela s’est produit à cause de la perte de l’attribut du don. Du fait de la brisure et de l’exil, nous nous haïssons les uns les autres, alors que nous dépendons les uns des autres. En raison de cette interdépendance, je ne peux pas demander ma propre correction, mais celle de chacun. Je désire corriger la relation entre tous les gens.

Nous devons comprendre l’essence de notre inclusion mutuelle. Personne n’est un individu indépendant, mais pour voir cette vérité, nous devons corriger nos sensations. Nous devons demander ceci à la Lumière Supérieure, elle seule peut nous aider à acquérir la vision et voir la véritable image.

Parce que nous avons des tonnes de problèmes, l’humanité de nos jours doit découvrir qu’il y a un récipient brisé, et qu’il doit être rassemblé. Cela implique découvrir les composantes de cet état: La montagne de haine (Mont Sinaï) d’une part et d’autre part, l’importance du but (une connexion au Créateur).

Donner sans réserve en donnant l’exemple

What Does the New Year Hold In Store for UsUne question reçue: Comment l’inférieur s’annule devant le Supérieur?

Ma réponse: Au départ, le prochain degré spirituel me semble obscur, alors qu’en fait c’est le niveau supérieur de don. Puisque je suis incapable d’être à ce niveau, il me procure une sensation d’obscurité, de vide et de déprime.

Je suis capable d’annuler mon égoïsme (mon moi) uniquement grâce à l’aide de ce degré supérieur. Pour y parvenir, je dois me tourner vers le groupe et recevoir de lui la grandeur du but, de la connexion au niveau supérieur, le don sans réserve. Alors je suis capable de prier le niveau supérieur, lui demandant de me donner la grandeur du but, ainsi cette importance du but devient supérieure à la réception. Ainsi, je suis prêt à être d’accord avec le niveau supérieur, et de m’annuler devant lui.

A la suite de ma prière, le niveau supéireur s’ouvre à moi et me montre la grandeur du don à un tel degré que je suis prêt à donner sans réserve – je deviens équivalent à Lui et m’élève à Son niveau. Je m’unis avec le niveau supérieur, obtenant de Lui une nouvelle compréhension. Alors je passe à la seocnde étape et commence à agir en toute indépendance.

Telle est la méthode éducative générallement acceptée, lorsque l’étudiant ancien me donne un exemple, me prend la main et me dessine l’image, après quoi, je dessine l’image par moi même.

Le Créateur se sert de la peur pour nous faire avancer vers Lui

All the People in the World Are Sick With the Same SicknessDeux questions reçues sur la peur:

Question: J’ai lu qu’il existait trois types de peurs, mais que seule une était réelle – La crainte du Créateur. Ainsi si je suis dans une situation qui me fait peur, comme lorsque je suis en avion et qu’il y a des turbulences, ce n’est pas la bonne peur car égoïstement j’ai peur de mourir. J’essaie donc de tourner cette grande mais fausse peur en crainte du Créateur. J’ai besoin de ressentir la peur de la possibilité de perdre mon contact avec Lui. C’est presque impossible, mais j’essaie de toutes mes forces. Est-ce une perte de temps?

Ma réponse: La seule chose que vous devriez faire est de comprendre que tout vient de Lui!

Question: Ou que j’aille, j’ai peur. Je me soucie de ce que les gens peuvent penser de moi. Pourquoi cela me préoccupe t-il et comment dépasser cela?

Ma réponse: Votre égoïsme fait que vous vous préoccupez de ce que les gens pensent de vous. Commencez à penser au monde spirituel et à ses qualités. Vous vous libérerez de ce monde imaginaire et réaliserez que le Créateur vous pousse à Lui avec cette peur.

Le corps est la correction des désirs

lifeQuestions reçues sur le destin du corps physique:

Question: Dans quel corps existerons-nous éternellement? Est-ce que ce sera celui de notre dernière incarnation ou celui d’une précédente incarnation? Ou se peut -il que ce soit un corps totalement différent?

Ma réponse: Le « corps » dans la Kabbale est la correction des désirs, et il n’est pas du tout question de notre corps physique, il n’existe qu’à nos yeux.

Question: La Kabbale parle t-elle de l’incinération du corps au lieu de l’enterrer? Il m’est arrivé de voir sur un site de « Kabbale » que c’est interdit, et que cela n’élèvera qu’une moitié de la personne avec de grands préjudices.

Ma réponse: Au niveau de notre monde, l’enterrement est la norme. En même temps la Kabbale ne considère pas nos corps comme quelque chose de sacré, comme le fait la religion. La Kabbale ne les prend tout simplement pas en compte.