Category Archives: Spiritualité

La vitesse du développement spirituel et de la réincarnation

Question : La vitesse de mon développement et de mon ascension vers le monde spirituel dépend-elle de mes vies antérieures et de la réincarnation de mon âme ?

Répondez : Cela dépend certainement de cela. Ce n’est pas la première fois que nous sommes dans ce monde.

Il est difficile d’expliquer la signification de la mort et de la naissance, comment nous nous déconnectons de nous-mêmes aujourd’hui et nous reconnectons, comment certains souvenirs se régénèrent en nous et pensons que nous avons existé par le passé, etc.

Ce n’est pas facile à décrire pour le moment. Cependant, nous sommes dans un processus d’une longue progression de la correction.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/09/2018

Transmettre des informations kabbalistiques

Question : Quels sont les paroles d’un kabbaliste ? Les kabbalistes peuvent-ils se sentir tristes ?

Réponse : Les paroles sont des sensations. Dans la Kabbale, les sensations ont toujours leur expression mathématique spécifique.

Je peux les écrire sous la forme de formule et vous l’envoyer par fax ou par courrier électronique. Et si vous la comprenez, vous pouvez déjà diriger cette formule, c’est-à-dire que vous pouvez la reproduire en vous-même et ressentir ce que je ressens. Ainsi, vous et moi aurons les mêmes sensations. De cette façon, nous nous transmettons des informations kabbalistiques.

Dans notre monde, nous pouvons nous transmettre mutuellement des informations sensorielles, mais cela exprimera différentes sensations en nous. Supposons qu’une certaine symphonie soit jouée, chacun la perçoit différemment parce qu’elle impose des sons qui évoquent des sensations chez chacun, et par conséquent chacun les interprète en fonction de ses expériences intérieures, de son passé, etc.

Ce n’est pas le cas dans la Kabbale. En reproduisant une information kabbalistique, vous y pénétrez de manière sensorielle, vous vous transmettez entièrement à cette information, elle joue en vous. Vous devenez le matériau qu’elle sculpte et forme ; vous expérimentez cet état.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, 11/11/2018

Une prière pour l’avenir

Question : Comment peut-on demander correctement ? Est-ce une action pratique ?

Réponse : La requête correcte n’est pas les mots que je prononce. Demander correctement signifie créer à l’intérieur de vous une image de la demande correcte, ce qui signifie l’état dans lequel je me trouve et l’état dans lequel je souhaite être.

La différence entre ces états est ma requête. Je demande un changement en moi afin de pouvoir passer de l’état actuel à l’état futur.

Pourquoi je demande pour moi-même ? N’est-ce pas cet égoïsme ? Le fait est que la Kabbale parle de ce type de demande parce que le monde entier est à l’intérieur de moi. Si je me change moi-même, je change le monde.

Comme nous l’étudions dans la perception de la réalité, tout ce que je ressens en dehors de moi est une projection de ce que je dépeins en moi. En dehors de moi, il n’y a que la Lumière supérieure sur laquelle je projette mes qualités intérieures.

Par conséquent, toutes les personnes et la nature minérale, végétale et animale, et l’univers entier en général sont une projection de mes qualités intérieures. Les première, deuxième, troisième et quatrième étapes en moi sont projetées sur la Lumière blanche et c’est ce que je ressens comme « notre monde ». Pour cette raison, je demande ma correction et ainsi je corrige le monde.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/11/2018

Vers une origine unique

Question : Auparavant, les gens croyaient en une multitude de divinités, nous en sommes maintenant au monothéisme et c’est toujours pareil, même avec la compréhension de l’existence d’une force supérieure, chacun prie toujours pour soi. Il semble y avoir deux forces : le bien et le mal ?

Réponse : Le problème est que nous ne les attribuons pas à une seule force, étant issues de la même source, une racine singulière.

Ce serait beaucoup plus facile pour nous si seulement nous comprenions que cela provient d’une source unique. Nous pourrions alors discerner : comment puis-je me changer pour être connecté à la racine et non à la force positive ou négative ? Je ne trouverai jamais la paix entre elles.

Je ne peux pas appartenir à la ligne droite ou celle de gauche, à un parti ou à un mouvement quelconque, à rien du tout ! Nous voyons que le communisme a échoué, de même que le capitalisme, le fascisme et le féodalisme, sans parler de la démocratie. Les lignes droite et gauche existent uniquement dans le but de forcer une personne à atteindre la ligne médiane et à y trouver le Créateur. Ces deux lignes de direction viennent de Lui, et c’est seulement de cette manière qu’une personne les liera et construira ainsi le Créateur en elle-même.

De ces deux lignes, bonne et mauvaise, de la compréhension et de l’incompréhension, de la prise de conscience et de la confusion, etc., je dois construire l’image du Créateur qui existe en dehors de moi.

Je ne connais pas le Créateur, mais je peux construire Son image afin qu’Il soit en moi en complète adhésion. Cela devient donc mon image, mon état final.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/10/2018

Précisez le chemin vers le Créateur

Nous concentrons toujours davantage notre chemin pour qu’il devienne plus précis et plus net, le transformant en une ligne très étroite menant au Créateur. Ensuite, nous réalisons uniquement ces actions qui se succèdent l’une après l’autre et nous conduisent au but. Sur cette mince ligne commence l’échelle des degrés, l’amour des amis et l’amour du Créateur.

Comment pouvons-nous arriver à cet endroit où cette fine ligne commence ? C’est très simple. « L’endroit » est le désir. Limitez votre désir à une seule intention, à un seul objectif, et vous vous retrouverez sur cette ligne étroite. L’essentiel est d’agir à travers le groupe pour donner sans réserve au Créateur, qui est au centre du groupe, et vous emprunterez certainement cette ligne. (1)

Nous ne pouvons pas comprendre notre cœur car il est revêtu d’une protection à plusieurs couches. Le Créateur est à l’intérieur du cœur, mais nous ne ressentons pas cela ; nous ressentons uniquement des désirs superficiels. C’est une sensation inimaginable lorsque le Créateur se révèle dans le cœur d’une personne et ne fait plus qu’un avec son cœur. C’est la fin de la correction.

Jusqu’à présent, nous sommes très loin de cet état. Nous devons frotter notre cœur, en enlevant toutes les couches de celui-ci afin de révéler le vrai cœur vivant. Maintenant, il possède une mur de pierre et s’appelle donc « le cœur de pierre ». (2)

Extrait de la 3ème partie de la Leçon quotidienne de la Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, « Matan Torah » (Le Don de la Torah), Point 14, le 23/01/2019

(1) : à 22 minutes et 45 secondes
(2) : à 27 minutes et 44 secondes

Sans dépendre de l’inspiration

Remarque : Récemment, lors d’un atelier, nous avons parlé de l’amour des amis et j’ai entendu comment tout le monde ne parlait pas à partir de la logique, mais d’une sensation profonde et de la compréhension que c’était important, que cela était leur avenir et qu’ils étaient prêts à suivre ce chemin désintéressé…

Mon commentaire : Je ne suis pas particulièrement encouragé par de telles phrases. Supposons que les amis parlent d’ascension, de désir, d’aspiration, d’amour et d’amitié maintenant, nous savons à quelle vitesse cela passe et ce qui en reste.

J’aime construire mon inspiration en me basant sur le début et la fin de la création : où sommes-nous ? Comment y parvenons-nous ? Pas d’après ce qu’un homme dit aujourd’hui et demain peut-être pas.

De ce fait, je préfère avoir toujours un tel état à partir duquel je peux développer l’amour, le désir, l’approbation et la grandeur. Mais cela devrait être basé sur la structure de l’univers, sur la raison de sa création, sur son but. Alors c’est vraiment quelque chose d’éternel, de global et de parfait.

Bien sûr, tout dépend du caractère et des qualités d’une personne, mais je préfère personnellement avoir toujours un schéma sous la main qui montre le début et la fin de la création, l’ensemble du chemin et comment il peut être surmonter avec l’aide du groupe.

Par conséquent, quoi que l’on me demande, je dis toujours : « Commençons par Adam, par son développement, par le fait qu’ensemble, nous devons restaurer sa structure. » Nous ne pouvons pas y échapper. Nous sommes dedans. Et puis j’explique quoi faire. Cela ne dépend pas de l’inspiration. C’est la réalité.

Question : Donc, lorsque je suis dans un état mort, je recommence à faire défiler : la création de l’âme commune, la brisure d’Adam HaRishon, etc. ?

Réponse : Oui. Mais vous comprenez pourquoi cet état mort est donné, d’où il vient : de l’infini, du parfait, de l’éternel et du vrai !

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 27/06/2018

L’échelle de l’atteinte est constante

Question : Quels kabbalistes avez-vous déjà rencontrés et ressentez-vous le mieux ? Quelle est votre expérience personnelle sur ce chemin ?

Réponse : Le fait est que tous les kabbalistes ont franchi des étapes très importantes sur l’échelle de l’ascension spirituelle jusqu’à l’atteinte complète pour s’incorporer pleinement les uns aux autres.

Je ne suis pas aussi élevé qu’eux, donc je ne peux pas dire ce qu’ils ont déjà vécu.

C’est mon professeur le Rabash que je ressens le plus. Ce qui compte le plus pour moi est de me cramponner à lui constamment. Je reçois la Lumière supérieure de lui. Toute révélation, atteinte, me parvient uniquement à travers lui.

Au-dessus du Rabash, sur la hiérarchie spirituelle, se trouvent son père, le Baal HaSoulam, puis le Ramchal, le Ari et d’autres kabbalistes. Mais en pratique, je reçois la Lumière du Rabash. Les marches de l’échelle de l’atteinte spirituelle sont constantes.

Extrait de la leçon en russe, le 16/09/2019

Contraire à la raison

Question : Pourquoi la Kabbale me parle-t-elle intellectuellement même si je ne comprends rien ? Pourquoi faut-il changer et travailler au niveau des sensations même si je ne ressens pas le monde supérieur ?

Réponse : C’est parce que nos sensations conduisent à une nouvelle compréhension. La raison est le résultat de nouveaux désirs et sensations.

Pour une raison quelconque, nous croyons que le coeur et la raison sont opposés. Ce n’est pas le cas ! Mes sensations, c’est-à-dire mes désirs et ce que je ressens en eux, déterminent pratiquement mes pensées. Être détermine la conscience.

En changeant les désirs et leurs directions, mes pensées changent. Et si non, alors je peux aller par la foi au-dessus de la raison. L’intelligence n’est pas sacrée pour moi, mais parfois elle est plus importante que les sensations car elle me donne un certain degré, et je supprime mon esprit et je vais au-dessus.

La raison dit : « Développe tes connaissances, tes désirs et travaille avec eux. » Et je réponds : « Non, je ne veux pas travailler avec parce qu’ils ne me donnent pas la réponse. Je dois prendre un chemin différent. »

Qu’est-ce qu’aller à l’encontre de la raison signifie ? Je ne détruis pas mon intelligence ; je dis seulement que ce que je vois ne me limite pas. Je dois monter un pas plus haut que cela.

Qu’est-ce qu’un pas au-dessus de la raison, je ne sais pas. Puis-je penser à quelque chose de plus élevé que moi ? Je fais donc appel à mes sensations et dis : « Mes sensations égoïstes sont fausses. Je vais aller avec les propriétés du don sans réserve, pas la réception. C’est la seule façon pour moi d’atteindre le résultat. Et ainsi, mon opinion va changer. »

Nous sommes influencés par l’esprit d’en haut, et j’en appelle aux sensations et vais au-dessus d’elles vers la propriété du don sans réserve. Et puis, j’atteins un nouveau niveau : de nouvelles sensations et un nouvel esprit.

Extrait de la leçon en russe, le 26/08/2018

L’importance des amis

Question : Le seul salut pour une personne engagée dans le travail spirituel est-il les amis ?

Réponse : Il y a deux approches ici. Premièrement, je me sauve moi-même afin de les sauver. En effet, grâce à eux, je peux me sortir du flot de l’égoïsme pour me donner à eux. Deuxièmement, je ne peux pas me sauver moi-même, mais eux, ils le peuvent.

Dans les deux cas, l’importance des amis est purement altruiste. Ceci constitue une solidarité. Si c’est le cas, la prière est obtenue pour tous.

Question : Je demande donc à mes amis de me sauver pour que je puisse les sauver plus tard ? C’est-à-dire que je n’ai pas besoin de ma vie…

Réponse : Dans votre propre intérêt, vous ne le feriez pas. Ceci s’appelle au-dessus de la vie et au-dessus de la mort ; c’est derrière l’écran. Lorsque nous nous annulons et avançons vers la connexion, le calcul purement individuel n’existe plus, à la fois psychologiquement et spirituellement.

Question : De ce fait, sans l’aide des amis, je ne peux pas être dans la bonne intention et prier pour eux ? Est-ce que je reçois de la force d’eux afin de leur donner encore plus de force ?

Réponse : Oui. Tout le travail est seulement dans un groupe d’amis. Vous comprenez qu’ils sont vous. C’est votre « moi » spirituel, votre véritable réalisation.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 06/06/2018

Tout est résolu au niveau du monde supérieur

Question : Si les autres font partie de moi, alors en changeant les autres, est-ce que je change mes parties externes ?

Réponse : Bien sûr que oui. Mais en même temps, vous ne ressentez plus qui vous êtes en train de changer : eux ou vous-même. Vous commencez à vous connecter aux autres et il s’avère qu’il s’agit d’un seul tout commun. Le Créateur connecte tout le monde.

Question : Nous sommes maintenant en cours et pourtant, il reste encore des milliards de personnes dans le monde qui font des choses comme travailler, dormir, se battre, etc. Nous ne les ressentons pas, alors comment voir cela ?

Réponse : Vous devez vous y habituer petit à petit, et ensuite la question du temps, de l’espace multi-couches et de tout ce qui se passe va disparaître. Vous verrez que ce n’est rien et que tout est résolu à un niveau complètement différent.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/09/2018