Category Archives: Spiritualité

Les dresseurs de l’ego

Dr. Michael LaitmanQuestion : S’ensuit-il que l’humilité n’est pas une seule action, mais qu’ une personne doit s’humilier tout le temps ? Si c’est le cas, quand est-ce qu’un degré suffisant de telles actions sera atteint et qu’une personne commencera à vivre dans deux dimensions ?

Réponse : Après un certain nombre d’actes d’humilité comme ceux-ci, cette percée se produira. Mais personne ne sait exactement après combien d’actions. Si une personne est faible,  de petites actions à réaliser lui sont données, mais leur nombre sera plus grand. Et une personne forte peut faire cela plus rapidement, comme un marteau qui taille la pierre. Mais néanmoins, cela n’a jamais été fait d’un seul coup.

Le Rabash décrit ceci comme des tirs sur le « cœur de pierre », où chaque balle laisse de plus en plus de rainures nouvelles et plus larges dans la pierre jusqu’à ce qu’une ouverture soit créée. Combien de coups cela prend-il cela dépend de l’intensité du travail de la personne, de la puissance des coups dont elle est prête.

Si le groupe prend en charge une personne, alors elle est prête à en supporter plus sans fuir immédiatement. Dans ce cas, elle peut lutter et même « se faire la main sur l’ego » en réponse à ce qui se passe, ce qui est déjà une intensification très unique. Car vous frappez votre ego « dans vos dents » et non pas sur quelqu’un qui se tient en face de vous, mais quelqu’un à l’intérieur de vous. Une personne apprend cela progressivement, si ce n’est pas de l’avis de son maître, alors à partir de sa propre souffrance.

De la préparation de cours quotidien de Kabbale du 12/03/14

Réfléchis, décide et agis

Dr. Michael LaitmanQuestion : Quelle est la façon de travailler pour atteindre l’unité ?

Réponse : Tout d’abord, il est nécessaire de réfléchir sérieusement. Essayez de ne pas penser avec votre tête mais avec une tête supérieure et plus grande, ce qui signifie, écouter ce que les kabbalistes recommandent. Après cela, essayez autant que possible de décider indépendamment de l’ego comment nous allons réaliser ceci afin que la fierté de notre tâche, ou en d’autres termes, l’importance de l’objectif, soit plus grande que l’amour de soi.

Après cela, lorsque nous acceptons une telle décision tranquillement, comme si rien ne dépendait de nous, et que nous comprenons quelles actions doivent être effectuées, nous organisons un plan, et ensuite nous passons à l’étape suivante : comment exécutons-nous ce plan ? La phase de mise en œuvre pratique n’a pas besoin de changer la décision de l’étape précédente, ce qui signifie le plan des mesures à prendre. Au contraire, il est seulement nécessaire de le réaliser et de voir en conséquence si nous sommes impliqués dans le travail spirituel ou non.

Je ne sais pas comment ni pourquoi cette merveilleuse mission de faire ces corrections est tombée sur nous, étant tous faibles et paresseux. Soit nous acceptons la mission, allons de l’avant avec elle, et l’accomplissons, soit nous ne le faisons pas. Ainsi il n’y a rien à redire et ne venez pas avec pour accusations que trois ou cinq ans ou plus ont passé et qu’il n’y a aucun résultat. On nous a donné ce travail et nous avons besoin de le réaliser. Et seul, je suis uniquement prêt à clarifier la méthode en détail, et c’est ce que je fais.

De la préparation au cours quotidien de Kabbale du 18/03/14

Un espace vivant

Dr. Michael LaitmanNous devons imaginer le monde spirituel comme un espace vide . D’un côté de cet espace vide est la personne et de l’autre côté est le Créateur , et dans ce vide qui nous sépare, nous commençons à construire toutes sortes de connexions, de sections et formes qui nous relient au Créateur.

Nous remplissons cet espace avec nos pensées, désirs et intentions concernant le Créateur de toutes sortes d’observations de la force du désir : Shoresh ( 0 ), Aleph ( 1 ) , Bet ( 2 ) , Guimel ( 3 ), Dalet ( 4 ) . Cela signifie que nous construisons différentes sections au sein de cet espace, des formes plus proches du Créateur, comme une spirale interne, cubes, pyramides, et toutes sortes de formes géométriques.

Toutes ces formes sont construites à partir de la pensée, nous avons l’intention d’atteindre le Créateur de toutes sortes de façons puisque dans tous les phénomènes se trouvent quatre phases, toutes les restrictions. Dans le même temps , nous ne sommes pas prêts à nous élever au-dessus, de façon à créer la forme de HaVaYaH.

Cependant, après nous arrivons à la fin de la correction, toutes ces formes distinctes disparaissent en ce qu’elles sont reliées dans une forme intégrale qui remplit cet espace avec une connexion infini au Créateur, qui n’est plus sous diverses formes distinctes, mais fusionne en un seul ensemble.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 16/03/14 , Le Zohar

Un Dieu jaloux

Dr. Michael LaitmanLa Torah, « Exode » (Ki Tissa), 34:13-34:14: Mais vous démolirez leurs autels, brisererz leurs monuments, et réduirez leurs arbres sacrés. Car vous ne vous prosternez pas devant un autre dieu, parce que le Seigneur, dont le nom est « jaloux », est un Dieu jaloux.

Une personne peut adorer des idoles, tout, sauf  l’attribut incompréhensible de l’amour et du don, qui est amorphe, insensible, et inimaginable.

Si elle préfère des propriétés autres que la connexion complète à l’amour et au don, elle est considérée comme un traître, et donc le Créateur est jaloux quand une personne le trahit.

Mais tout cela est une allégorie sur une personne qui doit vivre et sentir cela. La Torah parle de questions spirituelles en utilisant le langage corporel. C’est parce que nous travaillons comme si nous contentions  le Créateur, et donc des expressions comme «plaisir» et «jaloux», etc, sont utilisées ici.

De « les secrets du livre éternel » de KabTV 16/09/13

J’ai besoin du monde entier

Dr. Michael LaitmanQuestion: Est-ce que l’accélération de la fin de la correction ( Gmar Tikoun ) dépend de notre connexion ou du monde entier ?

Réponse: Tout dépend uniquement de la connexion entre nous, ce qui est suffisant. Et à partir de cette connexion, nous sentons la nécessité de tout le reste des étapes.

La chose principale est le lien entre nous , et si nous parvenons à un certain stade , alors tout à coup, nous découvrirons que nous avons besoin de connecter une autre partie autrement nous ne pourons pas avancer. Nous avons besoin de forces supplémentaires et de problèmes pour avancer.

Donc, vous clarifiez que vous en avez besoin de plus en plus jusqu’à ce que vous compreniez que vous avez besoin du monde entier , qu’il est mien. Comme il est dit : «Le monde entier est fait pour moi  » , c’est- à-dire me transmet tous ses problèmes , problèmes et désirs pour que je les corrige.  » Et je suis destiné à faire ce qu’on me demande  » parce que je prends tous leurs désirs et les élève au Créateur. Il n’a besoin que de cela.

De la 3ème partie du cours quotidien de Kabbale 10/03/14

En corrigeant les autres vous vous corrigez

Dr. Michael LaitmanDe l’article de Baal HaSoulam « 600.000 âmes »: « Même si il n’y avait qu’une seule personne qui s’est rapprochée du retour final vers le Créateur, le roi Messie arriverait aussitôt ». Autrement dit même s’il n’y a qu’une seule personne de la génération qui a atteint l’âme commune, elle est en mesure de corriger toute de sa génération.

En effet, chaque personne ayant accompli son devoir enlève la faute de toute sa génération, elle peut la défendre et multiplier sa prière jusqu’à ce qu’elle ne mérite la délivrance pour toute la génération.

Dans l’article « 600.000 âmes » Baal HaSoulam explique la structure de l’âme dans sa forme parfaite intégrale dont toutes les parties sont interdépendantes.

En effet, il n’y a pas de parties séparées – c’est une structure entière et ce n’est qu’à cause de notre égoïsme, notre corruption, que nous voyons ce puzzle démantelé, brisé et éparpillé. En réalité, tout le monde se trouve dans un système merveilleux – à l’intérieur d’une âme unique, appelée Adam. Au début elle s’appelait Adam HaRishon (le premier homme) – c’était une structure créée par le Créateur qui s’est ensuite brisée.

Maintenant il nous appartient de reconstruire la même structure, c’est-à-dire d’atteindre la même sensation, la même perception mais déjà par nos propres moyens. Pour cette raison ce n’est pas la forme d’Adam HaRishon que nous allons atteindre, mais la forme d’Adam, dont la perception et la compréhension seraient 620 fois plus intenses, car elle aura consience du Créateur à l’intérieur de soi.

Etant donné que toutes les parties sont reliées et interdépendantes, chacune corrige les autres. Il est impossible de corriger une partie quelconque sans avoir corrigé son inclusion dans les autres d’une telle sorte qu’elles y réagissent et y adhérent. Ainsi chaque particule ne devient parfaite qu’à condition que l’ensemble de la structure soit parfait.

Dans cette structure il existe plusieures fonctions importantes et elles se réalisent également grâce à l’inclusion mutuelle. Il y en a des prophètes avec Moîse en tête, des prêtres: Cohen, Levites, des kabbalistes de toutes les générations qui on déjà atteint cette âme commune et y ont adhérés – c-à-d des degrés spirituels, remplissant des fonctions d’importance différente dans l’ensemble du système.

L’inclusion mutuelle se réalise en plusieurs étapes: trois fois 2000 ans ou 125 degrés. Chacune d’entre elles doit être corrigée à travers la correction de toutes les autres. Ce n’est que si chacun se préoccuppe de corriger tout le monde sauf lui-même, qu’il se corrige lui-même. Telle doit être son intention.

Pour arriver à corriger tout le monde, la personne doit s’incliner devant eux. Elle doit s’annuler de son propre gré – ainsi elle manifestera son souci pour les autres. Et d’une autre part elle doit s’élever au dessus de tout le monde pour voir que tout le monde dépend d’elle. Après tout, elle a été choisie par le Créateur et elle a l’obligation de se corriger, car personne d’autre ne pourra corriger sa partie.

Et peu importe que ce soit un mendiant ou un prince, comme il existe l’ordre inverse des lumières et des récipients et que toutes les parties du récipient commun sont d’importance égale par rapport à la correction finale. Si une partie n’est pas corrigée, son inclusion dans toutes les autres parties n’est pas corrigée non plus.Ainsi toutes les parties deumeurent défectueuses à cause de cette partie non-corrigée et elles ne sont pas en mesure ni de se corriger  ni de corriger leur adhésion aux autres parties. Une réaction en chaîne se produit finalement et il s’avère que l’ensemble du système demeure corrompu à cause d’un seul élément minuscule défectueux.

De la préparation à la leçon du 21/03/2014

 

Le travail de la génération du Messie

Dr. Michael LaitmanTout le travail avant la génération du Messie consistait à s’abaisser soi-même, bien qu’il existait des différences dans le travail en fonction de la prédestination des âmes. Dans chaque génération il y a des âmes très hautes qui ont des missions spéciales.

Cela a été ainsi jusqu’à ce que nous n’arrivions à l’èpoque du Messie, l’époque où nous nous trouvons aujourd’hui. Le monde entier devient une seule âme, une seule famille. Par conséquent, nous devons accomplir des actions correspondant au temps du Messie.

Cela ne signifie pas que nous devions attendre le Messie les bras croisés en espérant  un miracle d’en haut. Il n’y a pas de miracles. Le seul miracle

– c’est l’étincelle qui se réveille chez une personne. Tout le reste dépend des efforts et de son travail. Pour cela il ne peut y avoir aucune concession de la part du système supérieur. Notre tâche est d’attirer la lumière qui ramène vers le bien et de corriger l’inclusion de tout le monde dans tout le monde.

De nos jours cela se réalise à travers la diffusion que nous devons faire par tous les moyens dont nous disposons. En effet c’est l’action la plus pratique et réelle de la correction que nous pouvons réaliser. Par conséquent, nous ne pouvons pas éviter ce travail. Nous devons comprendre que toutes nos études et tous les systèmes que nous avons créés sont destinés uniquement à continuer la diffusion de la méthode de correction, de la connexion.

C’est notre travail principal moyennant lequel nous serons récompensés de voir l’âme corrigée et d’atteindre la forme d’Adam. Nous découvrirons alors ce que signifie la hauteur de « 600.000 âmes » – la fameuse Malkhout. Toutes les âmes d’Israël adhérent à Malkhout du monde Atsilout et s’élèvent avec elle jusqu’à la hauteur de GAR du monde Atsilout qu’on peut appeller soit « 600.000 »soit une augmentation en 620 fois, soit l’obtention de la lumière entière NARANHAY à partir de la lumière minimale Nefesh de-Nefesh de- Nefesh.

Tel est notre travail et surtout il ne faut pas oublier que l’inclusion mutuelle – est la réalisation de la correction. Et sa mise en oeuvre pratique

– c’est l’inclusion dans l’ensemble du peuple, comme il est dit : « Le Créateur demeure parmi son peuple ». Ainsi nous trouverons notre correction et notre âme.

Nous ne devons pas oublier que cela nécessite un travail de longue durée et un souci des gens. Et ici il y a aussi des étapes: minérale, végétale, animale et humaine et un pauvre mendiant n’est pas moins important qu’un fils du roi.

Mais ceux qui se trouvent au niveau de développement du peuple, ont la force en raison de leur quantité énorme de milliards de personnes. Le niveau végétal contient déjà moins de parties, animal – encore moins et humain – très peu .

En conséquence, nous nous réunissons avec le monde entier , avec toutes les personnes, parmi lesquelles il y a des types différents que nous allons comprendre plus tard. Il est impossible de le discerner maintenant. Nous voyons que d’abord les gens s’enflamment et après refroidissent, ou bien prennent d’abord un chemin étroit correct et puis soudain dévient ou sont attirés dans un autre sens.

Il faut que l’on s’occupe d’eux comme des enfants jusqu’à ce qu’ils grandissent. Et nous devons nous rappeler que c’est grâce à ces efforts que nous nous corrigeons et grandissons. Nous ne pourrons arriver à devenir ue seule âme que grâce à la diffusion et telle est notre mission .

De la préparation à la leçon du 21/03/2014

Être fiers de notre mission

Dr. Michael LaitmanQuestion : Si chacun de nous avait un outil de mesure, nous pourrions mesurer où nous en sommes. Comment puis-je savoir si je fais tout de la bonne façon ?

Réponse : Si vous aviez un tel outil de mesure, vous n’auriez pas besoin de corriger quoi que ce soit. Je dois constamment penser à comment faire les choses comme il faut à chaque instant tout le long du chemin spirituel, ce que les Reshimot (réminiscences) Yahsar El (droit vers le Créateur) que j’ai reçus exigent de ma part. Ensuite, je dois me perfectionner et affiner ma sensibilité, ma précision, afin de trouver ce que le Créateur veut de moi et comment je peux l’accomplir dans le groupe, dans la diffusion, avec moi-même, dans l’étude, dans la connexion avec les amis, l’enseignant, etc…

Je clarifie constamment les choses. C’est le travail que nous devons faire. Si je recevais les choses toutes faites, je serais un juste complet, un ange. En fait, c’est par la clarification difficile dans laquelle je dois demander l’aide du Créateur à chaque étape du chemin pour me corriger, que j’atteins la connexion avec Lui. Sinon, je ne pourrais pas atteindre cela. Je dois m’employer jusqu’à un certain degré car l’effort est mon récipient. C’est seulement à travers l’effort que je commence à différencier les choses qui me sont cachées maintenant.

Nous sommes nés dans ce monde avec un instinct et un désir de développement, et ainsi les petits enfants courent tout le temps en faisant quelque chose et ainsi ils se développent. Si nous nous comportions comme des enfants à l’égard de l’objectif spirituel, nous avancerions très rapidement.

Tout ce que nous avons à faire est de nous exercer. Cet effort doit être correct et non pas là où notre ego nous entraîne. Nous avons besoin d’un groupe afin que la fierté du but, la fierté d’appartenir à celui-ci, et la fierté de la mission que j’ai reçue d’En Haut soit plus grande que mon amour-propre. C’est ce qu’une personne devrait développer. C’est la formule clé qui se réalise uniquement dans le groupe, c’est comme l’esprit d’équipe, la fierté de l’unité.

De la préparation au cours quotidien de Kabbale du 18/03/14

Le Livre du Zohar est porteur de l’information spirituelle

Dr. Michael LaitmanQuestion : Lors de la lecture du Livre du Zohar, nous regardons les lettres hébraïques sur un fond blanc et nous ressentons leur pouvoir. Si Le Zohar a été traduit dans d’autres langues, est-ce que ce pouvoir pourrait se maintenir ?

Réponse : Les lettres du Livre du Zohar ne sont pas sacrées, ce qui signifie qu’elles ne portent pas une énergie spirituelle particulière. Une personne reçoit l’énergie spirituelle puisqu’à travers ces symboles (car ce ne sont pas des lettres mais des symboles), elle est connectée à leur source spirituelle, à leur essence.

Par conséquent, il ne fait aucune différence dans quelle langue est écrit le livre et sous quelle forme la personne l’obtiendra. La chose principale est qu’elle le comprenne en tant que support de l’information spirituelle et qu’elle comprenne qu’elle doit bien s’harmoniser avec lui.

A une époque, j’ai été très intéressé par le sujet et j’en ai beaucoup parlé avec le Rabash. Je me souviens d’avoir été très surpris quand il a dit : « Quelle différence cela fait-il ? Ce livre peut également être écrit en anglais. Seule la clé pour la connexion entre mon âme et l’âme collective, Malkhout de Ein Sof, nous est transmise non pas par la langue anglaise, mais par l’araméen et l’hébreu. »

Ces deux langues étaient en usage dans l’ancienne Babylone depuis les jours d’Adam. En outre, elles sont arrivées comme une paire, comme directe et indirecte. En fait, elles sont très proches et sont capables d’exprimer les caractéristiques spirituelles parce que les Kabbalistes nous ont transmis toutes les informations spirituelles à travers l’agencement des lettres et des mots. Le Livre du Zohar travaille beaucoup avec cela. Tout le problème est dans la transmission de l’information.

Car si nous n’étions pas dans la dissimulation du Créateur, nous n’aurions aucun besoin pour les lettres. Je voudrais ressentir ce qu’il ressent. Et il n’y aurait aucun besoin pour des lettres, des mots, des sons, des combinaisons de couleurs, rien, car cela se ferait sentir directement dans mon cœur. Faites attention à combien il est souvent difficile de transmettre ce que nous ressentons même dans notre langue maternelle. Car tous les mots ne sont qu’un moyen de transport externe.

D’une leçon en russe du 7 février 2014

La haine sacrée

Dr. Michael LaitmanQuestion: Il semble que l’action requise de l’ être créé dans le dialogue avec le Créateur est seulement une prière .

Réponse: Dans cet état, nous arrivons à un véritable cri, pas seulement une prière. C’est ainsi que nous sentons fortement qu’il est nécessaire de ressentir un brûlure pour que la dissimulation s’en aille, et il y a deux états ici .

Dans le premier état, je découvre que je déteste la dissimulation, de mon point de vue égoïste personnel. Je déteste vraiment cette dissimulation et ne veux que et j’espère qu’elle disparaîtraitra , pourrisse, et cesse d’exister . Il n’y a pas de plus grande joie pour moi que de découvrir qu’elle a disparu , brûlé , et a été détruite.

Cet état est destiné à m’apprendre et à me montrer la pleine mesure de ma haine envers la dissimulation. Maintenant, j’ai besoin de l’atteindre, même si je perds soudainement un intérêt, mais je ne la déteste que parce qu’en l’enlevant, je réjouis le Créateur .

Puis-je atteindre la même haine  brulante envers la dissimulation , car elle se trouve sur mon chemin de ravir le Créateur ? J’ai déjà quelque chose avec quoi comparer , ma haine égoïste personnelle . Maintenant, je dois appliquer la même impression à l’égard du Créateur: Puis-je haïr cet obstacle  même si ce n’est pas un obstacle pour moi, mais pour Lui, car il ne me laisse pas Lui faire plaisir ? Et ce n’est certainement pas pour recevoir une récompense, mais dans le but de donner.

De la préparation de cours quotidien de Kabbale 17/03/14