Category Archives: Travail en groupe

Peur de nuire au groupe

Question : Dans mon travail avec la dizaine, je ressens que je fais du mal aux amis. Même lorsque je le fais, je n’ai aucune force pour arrêter. Cependant, je suis terriblement contrarié de ne pouvoir rien changer. Est-ce une prière ? Ou devrais-je faire quelque chose de plus pour renverser la situation et passer à l’état suivant ?

Réponse : Vous devez prier et demander à la dizaine de vous aider à devenir gentil et bon. Essayez d’être honnête avec eux, sans détour.

Faites la même chose avec le Créateur. N’ayez pas peur de le faire, cela vous aidera. Si vous ne le faites pas, alors votre développement spirituel dans cette vie ne fonctionnera pas.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 09/12/2018

La conséquence de l’avancement

Question : Certains nouveaux étudiants qui font face à des problèmes soudains pensent que ceux-ci sont liés à l’étude de la Kabbale. Est-ce vrai ?

Réponse : Non. Les problèmes liés à l’étude de la Kabbale ne surviennent que dans un groupe lorsque des amis commencent à ressentir le rejet et l’hostilité. Cela résulte de l’avancement, de sorte que chaque fois on surmonte ces obstacles, rien de plus.

Question : D’où vient le sentiment que quelque chose est sur le point d’arriver ? Peut-être que la sensibilité augmente ?

Réponse : La sensibilité augmente également. Sinon, comment pouvons-nous surmonter toutes sortes d’obstacles afin de s’élever au-dessus d’eux encore plus haut et définir davantage le spirituel si nous ne les ressentons pas ? Les obstacles existaient auparavant, ils se manifestent davantage maintenant parce que nous le méritons et que nous pouvons nous élever au-dessus.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 18/11/2018

Les moyens d’atteindre le Créateur

Question : Les kabbalistes disent que la sensation du Créateur n’est rien de plus que la sensation de notre connexion les uns aux autres. Cela signifie-t-il que le Créateur ne se révèle pas à l’intérieur de moi, mais dans la connexion entre moi et d’autres personnes ?

Réponse : C’est juste un outil auxiliaire pour la révélation du Créateur. Le fait est que le Créateur est une force donnant sans réserve, qui remplit et développe. Elle agit d’elle-même.

Pour Le ressentir, nous devons développer une force similaire, adéquate, qui donnera sans réserve et remplira. Il n’y a pas une telle force en nous. Nous n’avons que la force de recevoir.

Par conséquent, la chose la plus importante pour atteindre le Créateur est de créer en nous la force du don sans réserve, en plus de la force de recevoir. En même temps, nous ne changeons rien en nous-mêmes, nous restons tels que nous sommes, nous ne faisons qu’ajouter d’autres forces.

En développant la force du don sans réserve, nous commençons à tout ressentir conformément à la loi de similarité avec le Créateur. Conformément à la loi de similitude, nous ressentons ce qui existe autour de nous dans nos propriétés de réception, de la même manière que nous pouvons ressentir le Créateur dans les propriétés du don sans réserve que nous développons.

Il est possible de former ces propriétés uniquement sous certaines conditions de connexion entre nous, lorsque nous nous réunissons en groupes et étudions la Kabbale, ce qui nous explique comment nous pouvons être interconnectés. C’est à l’intérieur de cette connexion que nous commençons à construire un système appelé le don sans réserve. Il est le seul à pouvoir attraper la propriété du Créateur, et en lui, en tant que notre nouvel organe sensoriel, nous commençons à Le ressentir.

Extrait de KabTV, « L’Essence de la Science de la Kabbale, Partie 4 » du 12/11/2018

Que demander au Créateur ?

Le Baal HaSoulam, Lettre n°27 : « Mais je prie le Créateur de vous guider sur le chemin de la vérité, afin que vous soyez sauvés de tous les obstacles rencontrés le long du chemin et que le Créateur accomplisse pour vous tout ce que vous faites.

Quant à vous, vous devriez suivre méticuleusement les voies que j’ai établies pour vous en ce qui concerne l’esprit et le cœur, les désirs et les prières, et alors le Créateur nous fera certainement réussir et nous nous unirons bientôt corps et âme, dans celui-ci et dans le suivant. »

Chaque enseignant prépare ses élèves à ce que le Baal HaSoulam a écrit. De notre côté, il devrait y avoir une demande. Une demande est une prière.

Je demande constamment à être connecté au Créateur, à ressentir Ses actions en moi et à ce que nous Le ressentions tous ainsi que Ses actions vis-à-vis de la dizaine, du groupe.

Je Lui demande de me montrer une place dans cette dizaine, dans ce groupe, et de me laisser ressentir mon inclusion en eux afin qu’Il se révèle entre nous comme remplissant toutes les distances qui nous séparent.

Le but ultime de ma demande est qu’Il nous connecte et nous remplisse pleinement. C’est d’une importance primordiale. Ainsi, progressivement, une personne établit une connexion au groupe et au Créateur jusqu’à ce qu’elle parvienne à l’état suivant : « Moi, le groupe et le Créateur ne sommes qu’un. »

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/02/2019

Comment un kabbaliste échappe-t-il aux mauvaises pensées ?

Question : Comment un kabbaliste échappe-t-il aux mauvaises pensées ? Quelles méthodes avons-nous pour travailler avec elles ?

Réponse : Un kabbaliste ne fuit jamais rien. Il doit tout utiliser pour l’équilibre et le meilleur. Tout ce qui vient d’en haut est donné pour une raison ; par conséquent, rien ne devrait être écarté d’emblée. Nous devons juste savoir comment l’équilibrer. C’est le sens commun de la vie.

Question : Quelles sont mes actions si j’ai une mauvaise pensée ?

Réponse : Ce n’est pas une mauvaise pensée, mais plutôt une pensée que vous devez traiter correctement. Cela peut être dégoûtant, désagréable ou grossier. Quoi qu’il en soit, dans chaque cas cela provient de la même source, du Créateur, d’où émanent à la fois notre égoïsme et notre altruisme. Nous devons comprendre que notre objectif n’est que l’équilibre entre eux.

Par conséquent, ne repoussez jamais une quelconque pensée ni aucun des désirs les plus immondes qui vous gêne. Dans un premier temps, vous voudrez instinctivement vous en débarrasser, mais à l’instant suivant, vous vous direz : « Non, cela vient du Créateur. » Si je rejette ce désir, je ne m’élèverai pas au-dessus de lui. Je dois le prendre, même si je suis dégoûté, et en s’élevant au-dessus, je dois l’équilibrer correctement.

Tout vient de la racine de mon âme, qui est un mal absolu puisque nous sommes tous le résultat de la brisure de l’âme commune. De ce fait, toute la brisure est révélée en nous progressivement. La raison pour laquelle les désirs les plus fous et les pensées et les pires inclinations apparaissent en moi maintenant se trouve à la racine de mon âme à la suite de la brisure.

Si je ne corrige pas ce désir, plus tard, après quelques degrés, il me reviendra sous une forme différente. Ainsi, nous ne devrions rien fuir ; nous devrions plutôt tout accepter consciemment et agir en conséquence.

Ainsi, un kabbaliste apprend progressivement à ne pas se prendre personnellement à tout ce qui le dépasse. Ce n’est pas moi. Cela vient des qualités opposées dans ma racine. Au début, j’étais en état d’adhésion au Créateur. Puis c’est devenu l’inverse, complètement opposé au Créateur. C’est ce que je vis maintenant.

Pourquoi devrais-je rejeter cela ? Le Créateur éveille spécifiquement le niveau suivant de ma corruption en moi afin que je puisse la corriger et m’élever au degré suivant.

Extrait de la leçon hebdomadaire de kabbale en russe, le 16/12/2018

Maîtriser l’état spirituel

Question : Quels sont les degrés de contrôle du cœur et des états spirituels ?

Réponse : Maîtriser l’état spirituel réside dans le fait de dominer l’égoïsme, car il nous sépare du spirituel. Il est possible de maîtriser l’égoïsme uniquement à l’aide de la Lumière supérieure. Cela ne dépend pas de notre volonté, de la force de notre caractère ni des serments stricts que nous faisons avec nous-mêmes.

Tout dépend de la mesure selon laquelle une personne s’inclut dans le groupe et peut s’y dissoudre. Dans cette mesure, elle correspondra davantage à la Lumière supérieure, la propriété du Créateur, et elle se rapprochera progressivement de Lui.

Le Créateur ne se cache pas toujours. Je peux Le découvrir à un moment donné et Il disparaîtra immédiatement pour que je puisse aller plus loin et me concentrer davantage sur Lui. Supposons que je L’attrape avec mes nouvelles propriétés plus corrigées et qu’Il disparaisse encore, pour que je me concentre à nouveau sur Lui avec mes propriétés plus généreuses que je développe encore plus en harmonie avec le groupe, et ainsi de suite.

Si je fais partie d’une dizaine, nous devrions faire de telles intersections mutuelles les uns avec les autres afin qu’un champ uniforme apparaisse entre nous.

Lorsque nous nous efforçons de créer ce champ, le Créateur apparaît à l’intérieur de celui-ci. En d’autres termes, le Créateur est le résultat du désir de la dizaine d’être un tout. C’est la condition principale.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, 09/12/2018

Un ami est mon miroir

laitman_963.6Question : Comment puis-je aider un ami qui a des problèmes s’ils sont provoqués par le Créateur ?

Réponse : Et comment ne puis-je pas aider un ami si le Créateur, en causant les problèmes, me les montre par le biais de mon ami ?

Si je vois que mon ami a des problèmes, cela signifie que le Créateur les présente afin que je puisse les résoudre.

En aucun cas, je ne devrais laisser cela sans y prêter attention, sachant que le Créateur communique avec moi par tout ce qui m’arrive. Il a créé un désir en moi et dans ce désir, Il déclenche maintenant certains signaux. Je dois lire ces signaux venant de mon propre désir et réagir à eux.

Répondez au Créateur à travers les amis, à travers le groupe, à travers le groupe mondial entier, à travers toute l’humanité, parce que tout est une seule âme. Tout cela est ma conversation avec le Créateur.

Extrait de la leçon en russe, le 11/02/2019

La détermination des états spirituels

Question : L’état d’euphorie est-il acceptable lors de l’étude de la Kabbale ?

Réponse : Bien sûr. Les gens aiment cela.

Question : Ne peut-il pas s’arrêter ?

Réponse : Cela continuera par intermittence avec une dévastation et une déception énorme, puis à nouveau avec du contentement et de l’euphorie jusqu’à ce qu’une personne commence à contrôler clairement les deux lignes : la droite et la gauche. Ensuite, la joie et la tristesse, la satisfaction et le vide seront la même chose pour elle parce qu’on a besoin des deux et que les deux mènent au but.

Question : Comment peut-on distinguer la joie et le plaisir de la communication ordinaire avec les gens et la joie de l’union dans la Kabbale ?

Réponse : On peut le distinguer par le fait que cela soit intentionnel. Dans la Kabbale, tous les états ont un sens parce que chacun d’eux vous fait progresser. Peu importe les actions que vous faites et ce que vous ressentez, elles vous rapprochent toujours de l’objectif, millimètre après millimètre. Par conséquent, la vie ne s’écoule pas en vain.

Extrait de la leçon hebdomadaire de kabbale en russe, le 25/11/2018

Pesez vos désirs et vos pensées

Question : Pourquoi le but de la création est-il tellement en contradiction avec le terrible état de l’humanité qui est immergée dans l’égoïsme ?

Réponse : Le fait est que nous avons traversé une brisure. Par conséquent, toutes les pensées et tous les désirs qui naissent en nous sont négatifs, opposés au Créateur et opposés à l’union dans la dizaine.

Nous avons seulement besoin de peser nos désirs et nos pensées, notre cœur et notre esprit. Nous devons constamment vérifier ces deux paramètres, dans quelle mesure ils aident ou au contraire s’opposent à l’union. C’est uniquement en cela que nous pouvons voir leur hauteur positive ou négative.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/12/2018

La souffrance utile

Question : Comment puis-je m’assurer que les souffrances me poussent vers le travail spirituel et non à le fuir ?

Réponse : Le fait est qu’il existe une souffrance utile qui nous dirige vers le but de la création et une souffrance que nous vivons simplement, qui n’apporte rien.

La souffrance utile nous oblige à nous immerger davantage dans le groupe, à nous unir à lui, à nous aider à nous construire. Tout comme lorsque nous allons quelque part et que nous nous perdons, parce que nous avons pris le mauvais chemin, la souffrance qui en découle nous aide à trouver le bon chemin. Sans de telles secousses, nous ne pouvons pas bouger correctement. Nous avançons toujours selon les deux lignes : la droite et la gauche, le plaisir et la souffrance.

Par conséquent, la souffrance qui nous fait avancer et qui indique toujours comment le faire correctement est la souffrance qui convient.

Par exemple, dans un système de guidage, un missile en mouvement s’ajuste constamment. Nous aussi, nous devons toujours surveiller notre chemin et nous ajuster en fonction du retour négatif qui nous corrige et nous maintient constamment sur la bonne voie. Une telle connexion est nécessaire et ne devrait pas être perçue comme une souffrance, mais comme une correction nécessaire. Remerciez le Créateur de nous avoir donné cet enseignement.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 18/11/2018