Category Archives: travail intérieur

La détermination des états spirituels

Question : L’état d’euphorie est-il acceptable lors de l’étude de la Kabbale ?

Réponse : Bien sûr. Les gens aiment cela.

Question : Ne peut-il pas s’arrêter ?

Réponse : Cela continuera par intermittence avec une dévastation et une déception énorme, puis à nouveau avec du contentement et de l’euphorie jusqu’à ce qu’une personne commence à contrôler clairement les deux lignes : la droite et la gauche. Ensuite, la joie et la tristesse, la satisfaction et le vide seront la même chose pour elle parce qu’on a besoin des deux et que les deux mènent au but.

Question : Comment peut-on distinguer la joie et le plaisir de la communication ordinaire avec les gens et la joie de l’union dans la Kabbale ?

Réponse : On peut le distinguer par le fait que cela soit intentionnel. Dans la Kabbale, tous les états ont un sens parce que chacun d’eux vous fait progresser. Peu importe les actions que vous faites et ce que vous ressentez, elles vous rapprochent toujours de l’objectif, millimètre après millimètre. Par conséquent, la vie ne s’écoule pas en vain.

Extrait de la leçon hebdomadaire de kabbale en russe, le 25/11/2018

Pesez vos désirs et vos pensées

Question : Pourquoi le but de la création est-il tellement en contradiction avec le terrible état de l’humanité qui est immergée dans l’égoïsme ?

Réponse : Le fait est que nous avons traversé une brisure. Par conséquent, toutes les pensées et tous les désirs qui naissent en nous sont négatifs, opposés au Créateur et opposés à l’union dans la dizaine.

Nous avons seulement besoin de peser nos désirs et nos pensées, notre cœur et notre esprit. Nous devons constamment vérifier ces deux paramètres, dans quelle mesure ils aident ou au contraire s’opposent à l’union. C’est uniquement en cela que nous pouvons voir leur hauteur positive ou négative.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/12/2018

La souffrance utile

Question : Comment puis-je m’assurer que les souffrances me poussent vers le travail spirituel et non à le fuir ?

Réponse : Le fait est qu’il existe une souffrance utile qui nous dirige vers le but de la création et une souffrance que nous vivons simplement, qui n’apporte rien.

La souffrance utile nous oblige à nous immerger davantage dans le groupe, à nous unir à lui, à nous aider à nous construire. Tout comme lorsque nous allons quelque part et que nous nous perdons, parce que nous avons pris le mauvais chemin, la souffrance qui en découle nous aide à trouver le bon chemin. Sans de telles secousses, nous ne pouvons pas bouger correctement. Nous avançons toujours selon les deux lignes : la droite et la gauche, le plaisir et la souffrance.

Par conséquent, la souffrance qui nous fait avancer et qui indique toujours comment le faire correctement est la souffrance qui convient.

Par exemple, dans un système de guidage, un missile en mouvement s’ajuste constamment. Nous aussi, nous devons toujours surveiller notre chemin et nous ajuster en fonction du retour négatif qui nous corrige et nous maintient constamment sur la bonne voie. Une telle connexion est nécessaire et ne devrait pas être perçue comme une souffrance, mais comme une correction nécessaire. Remerciez le Créateur de nous avoir donné cet enseignement.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 18/11/2018

Avec quelles émotions devrions-nous remplir le groupe ?

Question : Avez-vous une recommandation sur les émotions avec lesquelles nous devrions remplir le groupe ?

Réponse : Uniquement avec celles qui sont positives. Seulement celles avec l’aspiration pour le but. Vous devez donner l’exemple aux amis sans même en parler. Ils devraient voir en vous regardant à quel point vous aspirez au but, vous le désirez. Avec cela, vous leur rendez un grand service, ainsi qu’à vous-même.

L’inspiration qui émane de vous vers eux vous revient et vous fait avancer. Vous multipliez par 620 votre aspiration pour le but.

Si tout le monde se conduisait de cette façon dans le groupe, vous avanceriez comme une fusée.

Toute la science de la Kabbale, la révélation du monde spirituel et du Créateur, la sortie de notre existence misérable et temporaire vers une existence éternelle et parfaite, tout est ouvert pour vous. Prenez-la, utilisez-la et réussirez dans la vie !

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 18/11/2018

Découvrir l’espace spirituel

Question : Pourquoi une personne ne se voit-elle pas immédiatement donner la possibilité d’entrer dans l’espace spirituel et de s’y développer ?

Réponse : Elle n’en a aucun désir. Si vous lui donnez de tels désirs, ce ne seront pas les siens. C’est un état d’animalité. En partant du contraire, une personne doit développer les bons désirs spirituels. C’est seulement à ce moment-là qu’elle commencera à atteindre les états supérieurs et ils seront siens.

Question : Peut-être existons-nous déjà dans l’espace spirituel sans le ressentir ?

Réponse : Oui, c’est vrai. Et alors ? Vous ne le ressentez toujours pas. Il s’agit de savoir comment y accéder.

Extrait de la leçon quotidienne de kabbale en russe, le 09/12/2019

Comment pouvons-nous utiliser notre individualité ?

Question : Comment peut-on utiliser son individualité pour le bien d’un groupe et de son avancement ?

Réponse : Lorsque vous commencez à travailler avec un groupe, vous voyez à quel point vos qualités sont clairement dirigées contre les amis. Il n’y a rien en vous qui puisse être corrélé avec eux d’une manière ou d’une autre.

Vous êtes complètement différents, éloignés l’un de l’autre. Vous vous confrontez et vous vous détestez. C’est précisément ici que vous avez la possibilité de vous connecter entre vous. C’est comme ça que ça marche.

Question : Comment une personne peut-elle vérifier que sa perception du groupe, de ses amis, de son enseignant et de la Kabbale est vraie si elle le fait à partir de son état non corrigé ?

Réponse : Cela n’a pas d’importance. Vous travaillez en relation avec le groupe, alors faites votre auto critique uniquement par rapport à vos amis. Ne vous inquiétez pas, c’est une méthodologie établie. Cela vient du but même de la création, de la connexion entre nous. Cela ne peut pas échouer. En général, rien dans le monde ne fonctionne, à part cela.

Extrait de la leçon quotidienne de kabbale en russe, le 18/11/2018

De petits efforts, d’énormes corrections

Le travail de la personne consiste à découvrir le Créateur qui est caché à cause de nos désirs brisés. Nous devons corriger nos qualités, les rendre similaires aux qualités du Créateur, ce qui signifie les préparer pour Sa révélation. C’est ainsi que nous Lui apportons du plaisir et que nous réalisons également le but de la création et de nos vies.

Nous existons déjà dans le champ du Créateur, mais afin que nous puissions Le ressentir, nous devons commencer par l’action appelée soumission. Pour ce faire, on doit réduire à néant son désir égoïste et être d’accord avec tout ce qui arrive, comprenant que cela nous est donné dans notre propre intérêt. Rien n’existe dans ce monde à part la Lumière supérieure. C’est ainsi que nous commençons à établir un contact avec le Créateur.

La soumission nous permet d’entrer dans la connexion avec le Créateur et de commencer à se développer, à s’améliorer et à s’élargir dans toutes les directions, pour finalement parvenir à la pleine révélation du Créateur et à son adhésion à Lui. La soumission est la première condition pour parvenir au contact du champ de la Lumière supérieure dans lequel nous existons sans même nous en rendre compte. (1)

Pourquoi ne pouvons-nous pas simplement étudier, mais devons-nous consacrer la majeure partie de notre temps à des préoccupations matérielles, à  travailler, etc, et à la résolution de toutes sortes de problèmes matériels ?

En appliquant même le plus petit effort pour se connecter, nous effectuons des corrections majeures dans le monde car nous les effectuons dans des conditions de confusion extrême. Les fausses nouvelles, les publicités, les peurs et l’inquiétude concernant tout ce qui se passe dans le monde, la chute des cours des actions en bourse, la chute des bombes sont des problèmes perpétuels. Et tout cela est fait pour que nous puissions faire des efforts au milieu de ce gâchis et corriger le monde.

Dans les conditions d’un tel désordre, de bouleversements énormes et d’obstacles, lorsque nous sommes en mesure de faire le moindre effort envers la correction, cela compte pour une contribution énorme. Par conséquent, nous ne pouvons pas sentir que le monde interfère avec notre travail spirituel ; au contraire, cela nous aide. Si nous avions des conditions idéales, exemptes de tout souci matériel, nous ne pourrions jamais rien corriger dans la spiritualité.

Il y a longtemps, les kabbalistes étaient assis et étudiaient en secret en petits groupes. Mais ce n’était qu’une préparation. Plus nous avançons vers la vraie correction générale, plus le monde deviendra désordonné et les kabbalistes auront de plus en plus de problèmes. Le chaos dans le monde joue en notre faveur parce que si nous faisons de petits efforts alors que nous sommes dans les états de toutes ces perturbations, ils sont considérées comme énormes et produisent des corrections significatives. (2)

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, Reddition (soumission) du 10/03/19

(1) à 0 minute et 20 secondes
(2) à 1 heure, 53 minutes et 5 secondes

La richesse et la pauvreté gênent-elles dans l’étude de la Kabbale ?

Question : Vous avez dit un jour que le Créateur donnait la richesse pour S’éloigner. Mais la pauvreté écarte également les gens de la spiritualité, car toutes les forces et toutes les pensées leurs servent à se nourrir ainsi que leurs familles. Est-ce que la richesse et la pauvreté interfèrent avec la Kabbale ?

Réponse : Non. Tout dépend de la manière dont une personne, en dépit de sa richesse ou de sa pauvreté, se rapporte à la plus haute gouvernance, sachant que le Créateur lui donne exactement ce qui est nécessaire à son âme. Même si je ne comprends pas pourquoi Il me donne des conditions telles que la richesse ou la pauvreté, qui me gênent en principe dans mon avancée sans heurt vers le but, je justifie cela parce que je l’ai reçu du Créateur. De plus, probablement, du point de vue de la racine de mon âme, c’est justifié, naturel et absolument équilibré.

Question : Une telle compréhension me permet donc d’éviter de chercher constamment à gagner de l’argent ?

Réponse : Non, je considère également cela comme un travail spirituel.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 25/11/2018

S’adresser au Créateur à travers le groupe

Question : Que signifie être inclus dans le groupe ? Une personne peut-elle vérifier si elle a réussi en cela ?

Réponse : Tout d’abord, cela dépend de la fréquence de son appel au groupe afin de connecter tout le monde ensemble et découvrir le Créateur dans cette connexion.

Deuxièmement, s’adresse-t-elle au Créateur par-dessus tous les obstacles personnels, d’elle-même, ou s’adresse-t-elle au groupe et à travers lui s’adresse-t-elle au Créateur ? Ce sont des choses différentes.

Au début, nous nous adressons au Créateur individuellement parce que c’est beaucoup plus facile. De tels exercices devraient être constants.

Plus tard, ils deviennent plus ou moins une habitude, et en se souvenant constamment de cela, on se connecte automatiquement au Créateur et chaque seconde correspond à un mouvement arrêt-départ : « Oui-non, non-oui. » Si l’on travaille constamment à ce rythme pulsatoire, on se connecte au Créateur par l’intermédiaire du groupe.

On se lie soi-même au groupe, on avance avec lui et on aide les autres en sortant les amis du « courant du fleuve » (relatif à la Lumière de Hassadim) ou de « prison» (relatif à la Lumière de Hokhma).

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/02/2019

Comment ne pas se contenter de ce qu’on est ?

Question : Comment ne pas être content de soi en pensant être intelligent, important et s’intéresser au but de la vie ? Comment puis-je obtenir de vrais résultats ?

Réponse : Le fait que vous vous sentiez grand et intelligent est bien. Cependant, vous devez garder à l’esprit que vous devez être reconnaissant envers le Créateur pour cela. D’où viennent toute cette grandeur et cette connaissance ? Cela vient de Lui. Cela vient en premier.

Deuxièmement, qu’est-ce que vous avez vraiment ? Qu’avez-vous reçu dont vous êtes fier ? Un petit enfant qui a reçu un nouveau jouet se retrouve également dans un état d’euphorie, peut-être même qu’il est bien plus satisfait que vous.

Tout dépend de la taille du désir. S’il est petit, il est facile à remplir et vous aurez l’impression que vous êtes au sommet de votre réussite. Si les désirs sont grands, il est beaucoup plus difficile de les satisfaire et vous vous sentirez vide. Par conséquent, tout est mesuré par rapport à votre désir, quelle qu’en soit la taille. Pour l’instant, nos désirs sont encore très petits.

Certes, il est souhaitable d’être dans un bon état, mais vous devez en même temps comprendre que c’est parce que le Créateur vous éclaire et non pas parce que vous avez réalisé quelque chose par vous-même.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 25/11/2018