Category Archives: travail intérieur

La connexion au groupe est la connexion au Créateur

Question : Récemment j’ai eu terriblement honte d’être toujours aussi matérialiste. Que faire ?

Réponse : Rien ! Ce n’est pas votre problème ; vous n’avez pas créé cela. Faites ce que l’on vous demande.

Vous devez simplement vous élever dans votre intention pour être en contact avec le Créateur tout le temps à travers le groupe, à travers les amis. Après tout, une aspiration individuelle au Créateur est absolument égoïste et ne donnera pas de bons résultats.

Vérifiez bien votre connexion avec les autres amis. Essayez de trouver une opportunité pour améliorer ces connexions. Vous ne pouvez pas imaginer comment cela vous fera avancer vers la vérité, la compréhension de ce qui se passe réellement dans votre lien avec le Créateur, parce que la connexion au groupe est la connexion au Créateur.

Maintenant, vous ne pensez pas ainsi, mais ensuite vous verrez que c’est le cas. Si vous regardez un ami et voyez vos propres propriétés par rapport au Créateur, ce sera la direction spirituelle correcte.

Extrait de la leçon en russe, le 13/08/2017

Comment l’embryon spirituel se développe

Nous devons comprendre ce que veut dire avancer sur le chemin du Créateur. Nous pensons que vaincre est le fait de surmonter les obstacles et par là nous nous élevons et grandissons. Mais c’est en réalité le contraire : l’exercice de l’effort consiste à maintenir le point d’adhésion avec le Créateur au-dessus de toutes les difficultés et de tous les problèmes.

Lorsque j’atteins le point où je m’annule devant le supérieur, j’entre dans l’état appelé embryon, et c’est ainsi que je reste, toujours à cet endroit. Et peu importe combien de pensées parasites et de problèmes surgissent, je dois comprendre qu’ils proviennent tous de « Il n’y a rien hormis Lui », et je dois uniquement m’annuler au-dessus de toutes les pensées, événements et influences qui m’arrivent.

Et dans la mesure où je continue à m’annuler de plus en plus devant le Créateur, j’accrois mon adhésion à Lui, du premier point appelé « embryon » et après : c’est comme si mon point d’embryon se développait ; en d’autres termes, cette même graine originelle grandit et je remplis tous les désirs et pensées étrangers qui surgissent en moi avec le pouvoir de la foi et la force du don sans réserve. C’est ainsi que l’embryon se développe.

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Leçon sur le sujet : « Maintenir l’Etat d’Entrée d’Ibour (Conception) Au-dessus de Toutes les Perturbations » du 12/08/2017

On doit aimer son prochain

Question : Le Créateur est amour. Lorsque vous êtes allé pour la première fois chez votre professeur le Rabash, avez-vous pensé que la Kabbale ait un lien avec l’amour ?

Réponse : Non. Avant que j’aille chez le Rabash, et même avec lui au début, la Kabbale, de mon point de vue, était identifiée à une science purement sèche et rigide que je devais maîtriser.

Question : Quelle a été votre réaction lorsque pour la première fois vous avez entendu le fait qu’il fallait aimer son prochain ?

Réponse : J’ai réagi à cela comme à une sorte d’addition : « C’est probablement comme cela que ça se manifeste. » J’ai compris que ces mots étaient terrestres, très limités, très superficiels et basés sur des qualités matérielles et non spirituelles. Je me disais que l’amour spirituel était comme une aspiration à quelque chose d’exalté, l’opportunité d’appartenir à cet idéal.

Le principe de « aime ton prochain comme toi-même » devrait être réalisé dans la dizaine. Nous devons l’accepter dans sa forme réelle et le réaliser entre nous. Ainsi, nous serons en mesure de l’atteindre. Nous devons essayer de le faire le plus rapidement possible, avant que toutes sortes de souffrances naturelles ne nous y amènent par un long chemin douloureux.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 08/06/2017

Comment atteindre l’égalité ?

Commentaire : Dans notre monde, l’égalité est une chose pour laquelle les gens se sont constamment battus tout au long de l’histoire.

Réponse : Il n’y a pas d’égalité et il ne peut jamais y en avoir. L’égalité ne peut exister que par rapport au Créateur, car pour Lui nous sommes tous égaux, comme les enfants le sont pour leurs parents. Le Créateur est notre racine commune. Et par conséquent, Il nous a créé absolument égaux.

Mais par rapport à l’un et à l’autre, nous sommes tous différents. Nous ne pouvons même pas mesurer le genre de différences entre nous. Il n’y a pas de mesure commune pour nous comparer. C’est seulement lorsque nous nous approchons de l’adhésion au Créateur et que nous nous unissons en Lui que nous devenons tous égaux devant Lui.

Question : Peut-on dire que nous sommes égaux dans notre désir d’adhésion à Lui ?

Réponse : Même dans ce cas, nous ne sommes pas tout à fait égaux, mais nous y arrivons progressivement.

Ce n’est qu’en adhérant à Lui et en devenant Ses « esclaves » que nous acquérons l’égalité parce que, dans l’esclavage, tout le monde est pareil.

Lorsque vous obéissez au système supérieur, y participez correctement, alors cet état en principe s’appelle l’esclavage. Mais cet esclavage est rempli d’un immense sentiment d’inspiration et de joie.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 09/07/2017

L’humour dans la spiritualité

Question : Qu’est-ce que l’humour dans la spiritualité ?

Réponse : L’humour est la capacité de la raison à trouver une forme de libération particulière : cela n’est pas rationnel, pas à son niveau, mais à un niveau supérieur au rationnel. Et c’est là que la bonne humeur est atteinte, une étincelle de la raison.

C’est la foi au-dessus de la raison lorsque vous vous élevez au-dessus de votre propre pensée mécanique ordinaire. C’est pourquoi les kabbalistes respectent beaucoup l’humour, les bonnes blagues et les histoires intelligentes.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 09/07/2017

A qui est destiné le Zohar ?

Question : Peut-il y avoir un « lecteur par hasard » du Livre du Zohar, ou tombe-t-il entre les mains de quelqu’un qui a mûri pour cela ?

Réponse : Il n’y a rien qui arrive par hasard dans notre monde, pas même dans la vie ordinaire, sans mentionner que seules les personnes qui sont sélectionnées pour cela atteignent la sagesse de la Kabbale. Par conséquent, il ne peut y avoir aucun accident ici.

Mais en ce qui concerne la communication avec le monde supérieur, des lois complètement différentes sont à l’œuvre.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/02/2017

La Kabbale est la méthode de la révélation du Créateur

Question : Qui a appelé la sagesse que nous étudions « la Kabbale » ? Ce nom fait-il référence à l’époque de l’écriture du Livre du Zohar ?

Réponse : Le mot « Kabbale » est apparu pour la première fois dans le livre d’Abraham. Il signifie « recevoir », car la qualité la plus importante de la matière créée est la réception. Par conséquent, la sagesse de la Kabbale signifie une qualité spéciale de recevoir la révélation du Créateur.

Question : Cela signifie-t-il que des termes tels que « la science de la Kabbale » ou « la sagesse de la Kabbale » étaient déjà connus à l’époque du Premier Temple ?

Réponse : Bien avant cela, environ 1500 ans avant la construction du Premier Temple. Et si c’était le cas avant, je ne peux pas dire.

En outre, beaucoup de livres depuis Adam jusqu’à Abraham ont été perdus. Nous n’en avons tout simplement pas besoin et ils ont donc progressivement disparu. Nous ne connaissons pas les livres écrits par Abraham, Isaac et Jacob à l’exception du Livre de la Création (Sefer Yetzirah) d’Abraham. Maïmonide (le Rambam) mentionne qu’Abraham a écrit beaucoup de livres ; cependant, nous ne savons pas où ils sont.

Question : La Kabbale est-elle une méthode ou un livre ?

Réponse : La Kabbale est la méthode de la révélation du Créateur. La Torah (du mot « Ohr », « Lumière ») est la connaissance de la Lumière supérieure. Et le reste, la Mishna, le Talmud et d’autres écrits sacrés sont un ajout à cela, des commentaires et ainsi de suite. Le Livre du Zohar est aussi un commentaire sur la Torah.

Tout cela s’appelle la Torah, c’est-à-dire l’instruction pour la révélation de la Lumière supérieure.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/06/2017

Qu’est-ce qu’une bénédiction ?

Question : La dernière portion de la Torah s’appelle « Ve Zot aBracha » (Et voici la bénédiction). Qu’est-ce que cela signifie ?

Réponse : Une bénédiction est la Lumière supérieure. Ce n’est pas simplement une lumière, mais la Lumière qui corrige une personne et l’humanité, la crée en une forme unie, de sorte que cette forme existe en similitude et en fusion avec le Créateur. Elle est semblable au Créateur comme un récipient et son remplissage.

La Lumière qui nous corrige et nous rend semblable au Créateur s’appelle la Torah. Tout ce que nous avons à faire, c’est apprendre à recevoir la Torah et à l’appeler correctement sur nous-mêmes pour qu’elle puisse nous modeler et nous former.

Une bénédiction est l’état le plus élevé qu’une personne puisse atteindre lorsqu’elle « revêt » complètement le Créateur. Elle est comme un récipient qui accepte la Lumière supérieure en lui-même.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 16/02/2017

Le concept de la vraie liberté

Question : La sagesse de la Kabbale permet de comprendre qu’il n’y a pas de liberté du tout dans notre monde égoïste. La liberté est la qualité du don sans réserve et de l’amour que je dois acquérir. Mais il semble qu’en assumant cette obligation, je suis libre de ma perception terrestre. Voulez-vous dire que cette acquisition est la liberté ?

Réponse : Lorsque je suis responsable des autres et que j’ai l’opportunité de leur donner sans réserve, de les satisfaire, de les aimer et de les aider, alors je suis libre. Je suis libre dans cette expression des désirs.

La liberté est le satisfaction du désir de quelqu’un. Dans notre monde, il ne peut y avoir de satisfaction de nos désirs parce que nous ne les avons pas choisis. Les désirs et leur réalisation ensemble nous sont imposés par le Créateur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/07/2017

Dupez-vous

Question : Que faire si quelqu’un dans le groupe travaille délibérément contre l’unité ?

Réponse : Dans chaque personne, il y a une force égoïste qui le repousse des autres, le trompe et diminue l’importance de la connexion.

Nous pouvons dire autant que nous le voulons : « Oui, je dois, il faut, je ferai quelque chose », mais en réalité nous ne pouvons rien faire. Après tout, je ne peux pas me forcer à m’ouvrir aux amis et commencer à me connecter à eux.

Cela signifie que nous devrions essayer de créer de tels états alternatifs afin que les amis m’obligent à agir.

Ainsi, nous ne devons pas seulement comprendre les personnes qui ne tolèrent pas le groupe, mais aussi celles qui luttent contre l’égoïsme. L’union au groupe est le problème principal. Ici, l’égoïsme campe fermement sur ses positions.

Certaines personnes ont un problème différent. Elles peuvent facilement se connecter extérieurement. C’est facile pour elles de s’étreindre et de chanter. Mais elles ne peuvent pas surmonter la barrière interne. De plus, elles ne ressentent même pas que cette barrière existe en elles.

Ainsi, à chaque étape chacun a ses propres obstacles. Que pouvez-vous faire ? Essayez de vous tromper.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 30/10/2016