Category Archives: Unité

Les bons désirs

Question : Tout se manifeste à travers un désir. Les malades veulent être en bonne santé, mais ils ne peuvent pas. Les pauvres veulent être riches, mais ils n’y arrivent pas. Que signifie « désirer » ?

Réponse : Cela signifie que je veux ressentir la satisfaction de ce que je ressens maintenant comme un manque.

Question : Quels désirs deviennent réalité ?

Réponse : Tous les bons désirs se concrétisent. Ceux-ci incluent des désirs qui ne causent de mal à personne et qui peuvent également être utilisés pour satisfaire les autres de manière positive.

Le reste des désirs est seulement nécessaire pour nous apprendre à comprendre ce que signifient de bons désirs.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/05/2018

Le but des congrès

Bientôt, il va y avoir un congrès. Préparons-nous à nous réunir en une seule impulsion. C’est une force énorme ! Imaginez tous les efforts déployés dans tous les pays du monde où il y a nos amis ! Et nous avons des amis dans le monde entier, dans presque tous les pays.

Faisons en sorte que ce Congrès soit aussi impressionnant que possible, du fond de nos cœurs, pour qu’il nous donne une grande impulsion.

Nous avons déjà passé tant d’étapes préliminaires différentes que je pense que nous pourrons nous retrouver dans un réseau de forces altruistes, au-dessus de notre égoïsme, et commencerons à ressentir, au moins un peu, les plus petites qualités spirituelles entre nous, pas dans chacun d’entre nous.

Tout à coup, vous verrez comment certaines qualités spirituelles, certains mouvements par rapport aux amis, apparaissent en vous : ce que vous désirez pour eux et ce que vous ressentez d’eux. De plus, entre vous, ici apparaît un réseau de communication dans lequel le Créateur est révélé.

Vous pouvez le faire. C’est à cela que le Congrès est destiné.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/04/2018

Vous êtes responsable du monde entier

Le Baal HaSoulam : « Nos sages ont dit : « Tout Israël est responsable les uns des autres. » Cela semble totalement injuste, car est-il possible que si quelqu’un pèche ou commette un péché qui contrarie son Créateur, et que vous ne le connaissiez pas, le Créateur recouvrera-t-il sa dette ? Il est écrit (Deutéronome, 24:16) : « Les pères ne seront pas mis à mort pour leurs enfants… tout homme sera mis à mort pour son propre péché. » Donc comment peuvent-ils dire que vous êtes responsable des péchés même d’un étranger, que vous ne connaissez pas ni sa provenance ? »

Dans la mesure où nous gravissons les marches de la correction, selon notre développement spirituel nous sommes responsables des autres.

Question : Le Baal HaSoulam souligne que nous sommes responsables de tout le monde, sans les connaître, les voir ou être avec eux. Comment cela se peut-il ?

Réponse : Il ne s’agit pas de personnes. Il s’agit du système : vous en êtes responsable car vous pouvez apporter la Lumière supérieure dessus, ce qui le réparera. A votre niveau, vous devez le faire.

C’est à vous ! Le monde entier est votre Kli, votre récipient, votre âme. Et c’est pourquoi vous êtes responsable du monde entier.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 15/03/2018

La matrice dans laquelle se trouve le Créateur

Question : Nos pensées devraient être avec le Créateur à tout moment, avec amour et gentillesse. Comment puis-je atteindre cet état et y rester constamment ?

Réponse : Pour ce faire, vous avez besoin d’un groupe ; sinon, vous serez détaché du Créateur. Essayez par vous-même et vous verrez comment vous allez être jeté à la porte parce que vous n’avez rien à quoi vous accrocher.

En soi, le Créateur n’existe pas pour que je puisse m’accrocher à Lui, adhérer à Lui. Une matrice est nécessaire, un système dans lequel Il existe et à travers lequel je pourrais être en contact avec Lui.

Le Créateur a créé ce système à partir de dix Sefirot, qui sont connectées les unes aux autres depuis un état brisé. Comme nous n’avons pas ce système, nous avons besoin d’un groupe. Si nous essayons de recréer ce système à travers toutes les tentatives possibles d’union, nous commençons à ressentir ce qu’est le Créateur, ce qu’est cette qualité que nous devons atteindre et qui doit nous remplir.

Ici, il y a beaucoup de nouvelles recherches. En pratique, c’est toute la science de la Kabbale.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 22/03/2018

Quelle leçon tirer du discours de Netanyahou à l’ONU?

laitman_204Mon article a été publié dans le Times of Israël édition française

Le discours du Premier ministre Benyamin Netanyahou à l’Assemblée Générale des Nations Unies a été remarquable. Bien que l’on puisse le critiquer, il remplit à merveille son rôle de représentant de l’État d’Israël dans le monde.

Et Bibi n’est pas le seul qui mérite d’être félicité. Derrière lui se cachent des esprits brillants au service du renseignement et de la sécurité israéliens, des génies qui font d’Israël une superpuissance technologique, des chercheurs et des entrepreneurs talentueux qui ont permis d’énormes progrès dans les domaines de l’irrigation, de l’agriculture, de la cyber sécurité et de la santé, et j’en passe.

Mais même lorsque Netanyahou a exposé le site nucléaire secret de Téhéran, les usines de missiles de précision de Beyrouth, le fait que l’Iran n’a jamais abandonné son programme d’armes nucléaires, il n’a pas laissé l’impression souhaitée, le monde ne le croit pas.

« Je suis fils d’historien », a déclaré Netanyahou lors de son discours à l’ONU, s’adressant aux dirigeants européens qui ont promis de donner plus d’argent à l’Iran. « Je ne le demande pas simplement en tant que fils d’historien, en tant que juif, en tant que citoyen du monde, en tant qu’individu ayant vécu le XXe siècle : les leaders européens n’ont-ils tiré aucune leçon de l’histoire ? Comptent-ils se réveiller un jour ? »

Avec tout le respect que je dois à l’histoire représentée par les historiens, il y a aussi des kabbalistes – une poignée de personnes qui ont atteint un niveau spirituel et ont une vision plus profonde de la réalité.

Les kabbalistes signalent une tendance claire dans l’attitude des nations du monde envers Israël. Ils s’attendent à une vague d’antisémitisme qui balayera tous les juifs du monde entier, une haine qui atteindra de nouveaux sommets – tant envers les juifs qu’envers l’État d’Israël.

La Kabbale est la seule sagesse qui explique la haine irrationnelle envers les juifs. Elle décrit le phénomène de l’antisémitisme comme une loi qui découle de la nature de la réalité et qui prend un nouveau visage à chaque génération. Plutôt que d’essayer de le nier, nous devrions apprendre comment cela sert le but de la Création.

Selon les kabbalistes, le peuple juif a un attribut unique, le potentiel d’apporter l’unité à toute l’humanité. Une fois qu’il mettra en œuvre ce potentiel, non seulement il neutralisera l’antisémitisme, mais il permettra aussi à l’humanité entière de s’élever au-dessus de l’ego humain et de découvrir une vie  harmonieuse.

Voici la découverte sans précédent d’Abraham : quand les êtres humains font un effort commun pour construire des relations positives au-delà de leur égoïsme inhérent, un nouvel espace spirituel s’ouvre entre eux, où ils peuvent sentir l’intégralité et l’harmonie de la nature. C’est le vrai sens de « Aime ton prochain comme toi-même » et c’est l’essence même de la sagesse de la Kabbale.

« Am Israël » – le peuple d’Israël – est né d’un groupe de kabbalistes qui s’est rassemblé autour d’Abraham dans l’ancienne Babylone il y a environ 4 000 ans. Ces personnes étaient, en fait, les représentants des différentes tribus et nations qui existaient à l’époque. Par conséquent, le peuple juif est comme un représentant de toutes les civilisations de l’humanité, conçu pour permettre l’unité mondiale.

Si nous nous aimons les uns les autres, alors l’amour prévaudra dans le monde et inversement la haine gratuite entre nous, fera que le monde nous haïra. L’humanité ne hait pas Israël par choix, l’Iran d’aujourd’hui ne fait que jouer un rôle principal dans le mouvement anti-israélien international, comme les sages ont écrit « il y a des calamités dans le monde que pour Israël » (Massekhet Ivamot 63), afin que ce dernier s’unisse au-delà des différences et des différends.

Inconsciemment, l’humanité attend de nous que nous soyons plus qu’une superpuissance technologique. Elle veut que nous soyons une superpuissance spirituelle, et c’est le seul rôle d’Israël, être la lumière des nations et ainsi mériter pleinement son titre de Peuple élu.

 

 

Nous faisons tous partie d’un seul système commun

Question : Si les autres gens sont comme des animaux selon leurs besoins et leurs intérêts, pourquoi devrais-je essayer de les aborder ? Et comment se fait-il que quelque chose me passionne mais ne les intéresse pas du tout ?

Réponse : Tous les gens sont comme vous. Ils sont tous des éléments nécessaires d’un seul système commun. Chacun a son rôle à jouer. En travaillant sur vous-même, vous devez vous rapprocher de chacun, essayer de leur transmettre les informations les plus importantes et leur donner la possibilité de s’y connecter.

Dans la mesure où nous nous connectons ensemble dans le système de « aime ton prochain comme toi-même », nous élevons notre monde au niveau suivant.

Je ne pense pas qu’il existe des gens, des organisations, des religions ou des méthodes dans le monde qui s’opposeraient à l’appel d’aimer son prochain. Après tout, jour après jour, nous comprenons de plus en plus que le monde est intégral, interconnecté et que nous devons faire quelque chose avec nous-mêmes.

Si nous continuons à être si séparés et déchirés, nous mènerons le monde à la catastrophe. Enfin, si nous essayons de nous connecter les uns aux autres dans un seul organisme vivant, ses cellules commenceront à fonctionner correctement comme dans un système unique ; alors dans cet organisme sain, nous ressentirons la vie supérieure et nous-mêmes existant dans le domaine spirituel.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/04/2018

Les mesures spirituelles

Question : Dans quelles unités la Kabbale mesure-t-elle la force de l’unité spirituelle : la densité de la communication, le pouvoir de la connexion ? Pourquoi la mesure de la connexion est-elle égale à la mesure de la récompense spirituelle ?

Réponse : La mesure de l’égoïsme est évaluée en cinq étapes : zéro, un, deux, trois et quatre. Si je m’élève au-dessus de l’égoïsme et que je le transforme en altruisme, alors j’obtiens le même nombre d’étapes spirituelles : Malkhout, Zeir Anpin, Bina, Hokhma, Keter. Ou cinq mondes : Assiya, Yetsira, Briya, Atsilout et Adam Kadmon.

Dans chacun des 125 degrés, il y a une demande claire : comment s’y élever, comment s’arrêter, faire une certaine action spirituelle, dissimuler la Lumière dans cette étape et aller de l’avant.

Ce sont des mesures très précises. Dans notre monde, il n’y a pas une telle précision car ici nous devons tout prouver ; par exemple : un plus un = deux. Dans le monde spirituel, ces preuves font partie de sa structure parce qu’elle se compose de deux opposés absolus : la Lumière et le désir qu’elle génère.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/04/2018

La différence entre un Congrès et le cours quotidien

Un kénesse (congrès) est un kinousse (rassemblement) où l’on veut être dans la sensation d’un système unique, et la sensation de ce rassemblement dépend de la mesure selon laquelle chacun y donne de la force et agit dans la connexion pour tout le monde, alors chacun en reçoit la récompense. Je ne pense pas que le cours quotidien [matinal] couvre le Congrès, à la fois en termes de quantité et de qualité des participants, et aussi en termes de ne pas scruter les choses comme nous le faisons lors d’un Congrès. Dans un Congrès, nous n’agissons que de manière positive pour éveiller de plus en plus l’unité, alors que dans nos cours quotidiens, nous avons la ligne de critique. C’est la principale différence entre un cours et un Congrès.

En dehors de cela, dans un Congrès, il y a un rassemblement en quantité, pas seulement en qualité. Vous avez beaucoup de personnes qui se rassemblent pendant deux ou trois jours dans un effort. Nous verrons comment nous pouvons activer cet effort dans un Congrès virtuel. D’une part, il y a cette direction vers la connexion, et d’autre part, c’est entièrement plus interne et virtuel.

Tout est organisé pour nous d’en haut où, d’après ce que nous apprenons maintenant (quelle est la vraie connexion, où est-elle, où est-ce que nous la mesurons) nous voyons aussi que cela vient d’en haut où nous ne comprenons même pas exactement ce qu’est un Congrès virtuel. Jusqu’à ce que nous y arrivions, nous voyons exactement qu’il est plus adapté à notre état qu’un congrès physique. (1)

Extrait de la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale, « Le Mois d’Eloul et Rosh HaShanah » du 10/09/2018

(1) : à 0 minute et 5 secondes

Obtenir l’âme commune

Question : Quelle est la différence entre l’état où j’attache d’autres parties de l’âme commune à moi-même et l’état où je m’attache à elles ?

Réponse : Si j’attache d’autres parties à moi, cela signifie que je suis leur supérieur et que je suis obligé de m’occuper d’eux en tant que supérieur. Je dois recevoir leurs désirs et leur donner satisfaction.

Si je deviens inclus en eux, cela signifie que je suis celui qui est inférieur. Alors je m’annule et reçois d’eux quelque chose avec quoi ils me remplissent. Je le fais sans aucune critique, comme un embryon dans le ventre de sa mère.

Le parfait travail à l’intérieur du réseau corrigé dans la correction finale signifie que je reçois de tous et que je donne à tous. Alors j’obtiens le récipient entier de l’âme commune dans sa totalité, de zéro à l’infini.

Extrait de la conversation en Islande, le 23/05/2018

Le caractère unique de la méthode de la Kabbale

Question : Les membres d’un groupe kabbalistique sont-ils des personnes ayant beaucoup de capacités ?

Réponse : Un groupe kabbalistique est compliqué en ce sens que ceux qui y entrent ont un grand ego visant à atteindre le Créateur. Leur égoïsme traverse les frontières de notre monde, ce qui indique à quel point leur ego est grand.

Ils doivent travailler sur leur ego sans le tuer, l’abaisser ou le gommer, mais plutôt construire la propriété opposée par une ascension unique au-dessus de l’ego. L’ego grandit tout le temps, mais une personne construit la propriété du don sans réserve et de l’amour au-dessus de lui : l’ego grandit, on construit la propriété de l’amour ; l’ego grandit encore plus et la propriété de l’amour est ajoutée. C’est ainsi qu’une personne se relève constamment.

Par conséquent, la méthode kabbalistique est complexe. Tout d’abord, elle fonctionne chez une personne qui existe dans deux états : un état est égoïste et l’autre la tire vers la partie altruiste. La personne est déchirée entre ces deux états ne sachant pas exactement auquel elle devrait s’attacher. Il y a de grandes descentes, de grandes ascensions et une énorme tension entre elles.

La méthode lui explique ce qu’elle devrait faire, tandis qu’elle travaille constamment sur sa liberté de choix. Cela n’est pas facile.

Question : Comment aider l’autre personne ?

Réponse : Dans tous les états, mais uniquement dans le bon environnement.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 08/02/2018