Category Archives: Unité

Le monde entier se tient devant le Mont Sinaï

Pour que l’étude devienne un «élixir de vie » plutôt qu’un « poison mortel », elle  doit commencer par la volonté d’attirer la Lumière qui ramène vers le bien. Nous devons étudier et ouvrir le livre seulement en vue de notre correction.

La Kabbale et tous les autres livres saints, quelle que soit la langue dans laquelle ils sont écrits  (par exemple, le Talmud et la Mishna utilisent la langue des allusions et des allégories) sont des descriptions de notre connexion avec la Lumière, de nos états spirituels. Tous ces livres, écrits par des sages, les kabbalistes, au cours de toute notre histoire, parlent du monde spirituel, de nos états supérieurs.

Si une personne étudie dans le but d’atteindre les états et les degrés spirituels dont nous parlent les kabbalistes, comme un enfant qui veut grandir, alors elle atteint d’abord la connaissance de son propre mal. Il est écrit: «J’ai créé le mauvais penchant et en plus, la Torah, le moyen pour sa correction. »

Aussi longtemps que nous étions «en exil», tout cela était caché, mais maintenant nous commençons à sortir de l’exil définitif. Et tout comme lors de l’exode d’Egypte, nous sommes aujourd’hui à nouveau debout avant la réception de la Torah, si nous désirons devenir «comme un seul homme dans un seul cœur », pour atteindre la  garantie mutuelle, tout comme près du  mont Sinaï.

Une montagne de haine se révèle en face de nous (le Mont Sinaï vient du mot Sina – haine). Mais même malgré cela, nous nous unissons avec l’aide de nos points dans le cœur, la qualité supérieure, le Moïse en nous qui nous tire vers le haut et nous conduit à travers le désert, à travers la «période de préparation» vers l’entrée « dans la terre d’Israël, » qui signifie le désir pour l’amour du don sans réserve.

C’est ainsi que l’ensemble de l’humanité est debout devant la montagne de la haine aujourd’hui . Cela se révèle à nous comme un pour tous et on l’appelle la crise mondiale. Nous sommes tous dans le même état, mais pas tout le monde ne le comprend pas bien encore, semblable à la façon d’une foule de personnes qui inclut des personnes aussi différentes que des hommes, des femmes, des personnes âgées et des enfants qui comprenaient à peine ce qui se passait.

Pourtant, tout le monde commence déjà à ressentir cet état. C’est juste que certains ont déjà compris que la cause de tout cela est notre ego et la haine qui nous divise, alors que d’autres l’expérimente  encore comme une mauvaise situation financière. Chaque personne ressent une sorte de manque en fonction de ses qualités, son environnement et des besoins: une personne manque d’un appartement, un autre de fromage blanc, pour un troisième c’est autre chose, et ainsi de suite dans l’ensemble de l’humanité, pour chaque personne 

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 11/08/2011, Écrits du  Rabash

La maladie est claire: il est temps de la traiter

Dr. Michael LaitmanBientôt, nous allons rencontrer de la résistance dans le monde. Jusqu’ici, nous n’y sommes pas très sensibles, mais la résistance nous attend dans le futur. Après tout, le monde ne comprend pas que le mal se révèle afin que nous puissions nous élever au-dessus.

Le monde veut tout simplement éliminer ce mal, tandis que nous, au contraire, devons le corriger. Comme il est dit : « Le plus grand héros est celui qui change son ennemi en ami» . Puis, le serpent, l’ange de la mort, devient un saint ange.

Pour cette raison, nous devons avoir une attitude créative envers toutes les difficultés et l’opposition, à la recherche d’une occasion de les utiliser pour construire le don sans réserve et la vie éternelle. Toute la différence entre un monde brisé et un monde corrigé réside dans la façon dont nous utilisons notre désir. Nous avons seulement besoin de changer l’intention égoïste en intention altruiste. Nous devons expliquer cela à tout le monde en montrant l’essence même de la rupture ou, pour parler dans la langue moderne, l’essence de la crise. Elle porte exclusivement sur la révélation du mal de notre nature. Elle ne peut être corrigée qu’en utilisant l’élévation au-dessus des désirs égoïstes vers l’amour. C’est le seul endroit où nous avons lelibre choix, alors que les gens sont complètement  prisonniers dans tous les autres aspects.

Plus nous serons cohérents, plus nous serons confiants et sérieux, et plus vite nous comprendrons que nous sommes dans la guerre du Créateur et d’Amalek qui se passe dans toutes les générations. Amalek est toute l’essence du mal, notre égoïsme, sa véritable essence. La guerre arrive « dans toutes les générations», ce qui signifie qu’elle se passe à chaque étape de notre existence, d’une réincarnation à l’autre.  

C’est pourquoi il est très important de recueillir des données scientifiques sur la crise dans le monde entier. Les scientifiques n’ont rien à voir avec la Kabbale, et nous présenterons les résultats de leurs études qui établiront que la crise est essentiellement le résultat de l’égoïsme humain. Seule l’unité peut servir de remède à cette maladie, l’unité de nous tous au-dessus de l’égoïsme.

Nous allons utiliser un langage accessible pour expliquer au monde la vue kabbalistique de l’état de l’affliction et de  l’état sain. Ensuite, la seule chose qui reste sera de «prescrire le médicament », pour compléter le lien intermédiaire. Marquer la maladie avec le signe «- »  et l’état corrigé avec le signe « + ».

Le problème est que les gens ne savent pas quelle est la solution. Pour eux, le remède est un grand point d’interrogation.

The Illness Is Clear. It’s Time to Treat It

Aujourd’hui, il est déjà clair que notre ego est la cause de la maladie et que le rétablissement est connecté au don sans réserve. Donc, quand serons-nous en mesure de sortir de la crise? Ce sera une fois que nous serons unis. Ainsi, notre objectif est d’atteindre une garantie mutuelle afin que chacun d’entre nous soit soudé en un seul.

Cependant, le monde est en train d’éviter cette solution car l’égoïsme n’a pas le désir d’unité. Il ne nous laissera pas jusqu’à ce que nous commencions à suffoquer. Cela doit être comme ça dans le but de nous amener directement à l’objectif: la nécessité de nous unir. L’égoïsme continue de nous révéler son mal jusqu’à ce qu’il devienne vraiment insupportable pour nous. C’est seulement alors que nous serons en mesure d’échapper à notre ego envers la qualité du don sans réserve, puis de changer l’égoïsme réel en don sans réserve.

 Du cours n°3 de la Convention en Allemagne, le 06/08/2011

Le point à partir duquel on entre dans le monde spirituel

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quelle est la raison au fait que lorsque nous lisons le Livre du Zohar et gardons une intention très tangible, elle disparaît soudainement, et nous comprenons qu’elle a disparu seulement une fois que nous nous rappelons de cette intention?

Réponse: C’est évident! Cela nous est donné afin que nous demandions la sensation. Nous sommes incapables de garder deux pensées dans notre esprit. Qu’est-ce-qui peut être meilleur que de s’harmoniser soi-même correctement avant de lire le Livre du Zohar, avec les amis, dans un cercle, et à l’intérieur de celui-ci désirant révéler ce que nous lisons?

Cependant, ce qui se passe, c’est que je m’accorde et commence la lecture, et soudain je suis immergé dans le texte un peu plus profondément. Puis je ne l’utilise plus comme « Segoula » – la qualité particulière de la Lumière, désirant le révéler dans le lien entre nous. Au lieu de cela, je transfère mon attention sur le texte lui-même, aspirant à le comprendre pour l’atteindre, de la façon dont je lis des livres classiques, désireux de savoir ce dont ils parlent. Je ne perçois pas ce qui est écrit comme quelque chose qui se passe à l’intérieur de moi, entre nous, à l’intérieur de nous, mais comme quelque chose qui existe en dehors de moi. Je suis immédiatement passer à l’image externe.

Après cela, toutes sortes de pensées étrangères viennent à moi et je commence à «voyager» dans ces fantasmes et ces calculs.

Cela se produit jusqu’à ce qu’une personne s’aperçoive qu’elle est incapable de sortir de cela et qu’elle est privée de la bonne approche dans laquelle elle serait littéralement en mesure de «serrer les dents », afin de garder la bonne attitude à la lecture.

Que doit-elle faire? Finalement, elle a atteint une demande, elle a besoin de la sensation et non pas d’apprendre à connaître le texte ou l’entendre, mais d’entrer dans cette image, l’atteindre. Elle veut que cela se produise, pour que cette image devienne plus claire pour elle. Tout comme elle est dans cette réalité terrestre maintenant, alors elle doit se trouver à l’intérieur de cette réalité spirituelle.

Par conséquent, toute cette confusion, l’ensemble de ces états doit nous amener à un tel désespoir que nous ne désirons plus que la sensation, bien que clairement conscient du fait que nous sommes incapables de quoi que ce soit par nous-mêmes, même de garder l’intention. Mais néanmoins, nous allons clairement discerner exactement ce dont nous avons besoin.

Puis, d’une part, vous comprenez qu’il n’y a rien que vous ne puissiez faire et il n’y a aucun point de même dans l’ouverture du livre. Vous atteignez le désespoir total. Mais d’autre part, vous savez que vous êtes incapable de quitter ce chemin parce que votre vie entière est en lui. Et puis, vous le recevez ….

Ce point est vraiment crucial, car à partir de lui, vous pouvez entrer dans le monde spirituel. Et c’est ce qui se passe réellement.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 24/07/11, Le Zohar

Une contradiction systématique

Dr. Michael LaitmanNous n’avons jamais été dans la situation que nous vivons aujourd’hui. Nous n’avons jamais connu une divergence entre deux systèmes. Aujourd’hui nous tous, ensemble, constituant un système commun intégré («Nous»), mais il est égoïste. Et dans le même temps nous sommes dans le système naturel, qui est imprégné par le don sans réserve et l’amour. La différence ou l’écart entre ces deux systèmes est ce qui crée la sensation de crise.

Cette différence ne cesse de croître parce que nous nous développons dans notre égoïsme, tandis que le système supérieur se rapproche de nous. En particulier, la crise est exprimée justement à cause de la révélation de la nature.

Dans le passé, nous avons élargi notre système au cours de l’histoire, jusqu’à ce que nous ayons atteint aujourd’hui, l’intégralité et l’interconnexion. Cependant, toute personne continue de fonctionner dans ses intérêts étroits, même s’elle ne peut plus se débarrasser des liens mondiaux et dont elle dépend entièrement.

En conséquence, nous nous retrouvons dans l’interdépendance et la haine mutuelle, qui sont en contraste extrême à la force du don sans réserve qui nous influence. Par ailleurs, à l’intérieur nous sommes liés les uns aux autres et au même moment, désunis au maximum. Et en plus, nous sommes en face du Créateur.

Cette opposition et la différence de qualités nous amènent des ennuis. Ils ne font que commencer, mais en même temps ils incitent l’homme à découvrir la raison de ce qui se passe. Après tout, si quelque chose dérange ou nous fait du mal, nous lui prêtons attention.

Par conséquent, aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, la science de la Kabbale nous est révélée. Le temps est venu pour nous de consolider ainsi le Créateur et la création qui s’unissent par une force unique, une seule connexion. En d’autres termes, le temps est venu de corriger la crise, pour se débarrasser des troubles, et de parvenir à la découverte du système où nous sommes, ce qui est impossible sans atteindre la force supérieure.

Nous ne voyons pas l’intégralité du système naturel, car nous ne sommes pas partie intégrante à l’intérieur. Nous sommes discrets, désunis, et individualiste-chacun de nous est lui-même. Je n’ai pas un esprit intégrant, une vision intégrale, et je ne peux pas prendre tout le monde en considération.

Mais d’autre part, nous constituons un tout, et par la loi d’un seul corps, je ne peux pas faire une seule action à moins que je sois sûr qu’elle aura un effet favorable sur l’ensemble de mes systèmes. C’est pourquoi nous ne pouvons atteindre le succès en rien.
Dans le monde moderne, peu importe le système que vous regardez, tout est en train de s’effondrer: l’éducation, la culture, l’économie, les relations entre les personnes, les familles, l’éducation des enfants, et ainsi de suite. Tout ce que nous avons créé dans le processus de notre développement est en ruine. Et ce processus va continuer de croître en pire, devenir de plus en plus visible.

Le problème ici n’est pas que nous nous sommes « trompés » quelque part, parce que tout était initialement programmé. C’est juste qu’aujourd’hui, tous nos systèmes sont à l’opposé du système intégral et correct. Maintenant je dois prendre tout le monde en considération, mais par ma nature, je ne suis pas habitué à cela. Alors, que dois-je faire?

Je me soucie seulement de moi-même, ou tout au plus-de ma famille, de ma ville, de mon environnement, ou même de mon pays …. Mais se soucier du monde entier? Même si je le voulais, comment puis-je y arriver? Je n’ai aucune base préliminaire pour cela. Pour cela que je devrais être différent à l’intérieur. Je dois avoir un système intégré à l’intérieur de moi alors je penserai tout naturellement au monde comme un tout, comme je pense à moi-même. C’est la seule façon avec laquelle j’attendrai le succès dans l’économie, l’industrie et le commerce, dans tout.

Sinon, il n’y aura pas de succès. Aujourd’hui cela est encore faiblement exprimé, mais bientôt l’image va commencer à devenir plus claire.

Ainsi, la nature ou le Créateur oblige l’homme à sentir qu’il fait partie de l’ensemble, une âme particulière qui appartient à l’âme commune. Nous souffrons parce que nous ne faisons pas encore partie du tout, et par cette souffrance chacun de nous est poussé à s’unir avec les autres. Cependant, le chemin de la souffrance est très difficile. Comme nous le savons, il peut nous amener à la mort, et nous aurons encore beaucoup à souffrir jusqu’à ce que nous y arrivions.

C’est pourquoi la science de la Kabbale est révélée, voulant expliquer l’état actuel des choses pour nous, pour nous montrer le système où nous sommes, et pour nous apprendre à nous changer, nous transformer à partir de fragments discrets en partie intégrante, dont chacun contient tous les autres.

Pour la première fois dans l’histoire du développement humain, l’homme ne change plus la nature à l’extérieur, ne pas fait plus d’actions extérieures égoïstes, et n’utilise plus toutes ses connaissances pour changer quelque chose en dehors de lui. Les changements extérieurs sont terminés. Tout est devenu finalement formé à l’extérieur, cela a gelé, et ne changera pas davantage. A partir de maintenant, je suis celui qui doit changer.
De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 22.07.11 «L’enseignement de la Kabbale et son essence »

L’unité du monde : virtuelle ou réelle ?

Dr. Michael LaitmanLes concepts mêmes de mondialisation, d’intégration, d’unité du monde et l’ère de la mondialisation sont métaphysiques, spirituels et virtuels, quelque chose qu’on ne peut pas voir ou « toucher ». Ces qualités sont au-delà de ce que nous considérons communément comme le monde matériel.

Où et qui peut me montrer l’action de ces qualités, les forces et les processus dans notre monde ? Même si nous parlons du monde global, de sa réalité et des processus globaux en lui, c’est le ressentir encore plus comme un monde virtuel. Après tout, ce n’est pas clairement incarné dans aucune réalité. Dans notre imagination, nous construisons son image virtuelle, en l’idéalisant peut être, en reliant l’utopie avec la réalité et la supposition. Mais comment cette approche se justifie-t-elle ?

Le fait est que nous n’avons jamais construit quoi que ce soit sans avoir une image de l’avenir. Nous devons imaginer l’avenir, mais en même temps être guidé par des places réelles liées à l’image imaginaire. Nous devons prendre des exemples tirés de la nature, de  sa globalité et de son  intégralité et construire notre future société selon eux.

L’ensemble du complexe de problèmes qui a augmenté avant l’humanité, indique la nécessité de résoudre ces problèmes conjointement. Aujourd’hui pas un seul problème n’est local. La nature nous pousse à prendre conscience de notre interdépendance totale. La mondialisation qui se révèle nous oblige à supprimer nos intérêts nationaux et régionaux et à préférer d’abord la solution des problèmes mondiaux et communs.

Le besoin d’intégration pour le bien de toute l’humanité exige un dialogue constant entre les représentants de chaque pays sur la base de l’égalité. En un seul organisme, toutes les parties sont égales. Chaque partie présente les problèmes qu’elle juge nécessaire de résoudre et l’importance de chaque problème est pesé conjointement, comme dans une famille qui discute quel problème devrait être résolu en premier dans quel ordre les autres devraient être résolus. C’est seulement en acceptant le fait de l’interconnexion globale comme condition primaire que nous développerons la bonne approche pour résoudre les problèmes.

Sinon, nous glisserons involontairement jusqu’à la guerre, qui constitue un refus d’avoir un dialogue. Ce ne sont pas nécessairement des guerres « chaudes » ou même « froides », mais une influence imperceptible, centralisée, informative sur la conscience du peuple dans un pays spécifique dans le but de déformer leur image du monde, leurs concepts traditionnels et leurs valeurs. La sensation de l’effet de cette arme d’information peut affecter le  malaises émotionnel et l’insécurité, jusqu’à une perturbation de l’infrastructure de base.

Bien entendu, dans tous les cas, que nous développions tout au long un bon ou un mauvais scénario, nous allons encore atteindre une société entièrement interconnectée  parce que c’est l’objectif du développement de la nature. L’aspiration de l’humanité vers l’unité est une expression naturelle d’un système vivant. Mais ce processus naturel ne peut pas être accéléré artificiellement. Il doit se faire sciemment et volontairement parce que sinon il va se transformer en un projet qui est exécuté en force par les autorités.

La priorité est donc l’éducation populaire, leur permettant de comprendre le monde dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui. Le pouvoir réel doit être construit comme un système universel, planétaire, informatif, éducatif, une sorte de médias de masse. Précisément parce que la formation complète de la nouvelle société, en fait — de l’humanité, aura lieu par le biais de canaux virtuels, il est nécessaire  de résoudre d’abord la question de leur bonne utilisation.

Des accusations contre Laitman !

Dr. Michael LaitmanQuestion : Je n’aurais jamais aurais cru que les kabbalistes seraient sortis pour protester contre les manifestations. Et je ne pensais pas qu’ils étaient si à droite. Vous vous tenez sur un piédestal élevé en parlant de la nécessité d’éduquer les gens. Qui vous a donné le droit de le faire ?

Réponse : Si vous lisez ce que disent les kabbalistes sur la correction du monde  grâce à la diffusion de la Kabbale, alors vous ne seriez pas surpris (voir le livre : « Les  perles de la sagesse : les mots des grands kabbalistes  de toutes les générations et les kabbalistes écrivent  sur la sagesse de la Kabbale» Si vous connaissiez davantage les kabbalistes, le Baal HaSoulam et ses rencontres avec Ben Gourion, sur la nécessité d’une éducation  intégrale et nationale (voir le journal « La Nation »), alors vous comprendriez que la Kabbale est la méthode de correction de l’homme, la méthode d’éducation de homme jusqu’à ce qu’il atteigne le niveau du monde d’aujourd’hui, global et intégral. En fait, sans le reconnaître, nous ne survivrons pas.

C’est exactement pourquoi nous allons dans la rue — non  pas pour expliquer notre avis aux gens, mais pour expliquer les lois de la nature du nouveau monde dans lequel nous nous trouvons nous-mêmes. La Kabbale a déjà parlé de cela il y a des années. Et elle nous dit ce qui  arrivera au monde.

Je ne suis ni de droite ni de gauche. Je suis au milieu, un kabbaliste n’est pas « pour » n’importe qui, mais seulement pour l’unité. Par conséquent, il s’avère que je suis contre la gauche, qui n’est du tout aujourd’hui de gauche, mais qui  est « pour » mettre fin à l’existence de la nation d’Israël. Et je suis pleinement conscient de ce que cela implique non seulement pour mon pays, mais aussi pour toute l’humanité, c’est pourquoi je suis contre cela. Je suis de gauche et pas eux, parce que je suis pour l’unité et la solidarité. Je suis pour une discussion pour tous-nationale, alors qu’ils sont contre toute discussion parce que leur objectif est de détruire l’« éducation sioniste ».

L’éducation est la préparation de l’homme pour un nouveau monde, dans lequel il doit entrer et où il doit vivre avec succès. Aujourd’hui, comme nous le voyons, aucun des dirigeants du monde ne sait quoi faire. Le G8 et le G20 se réunissent et ensuite vont se séparer sans parvenir à aucun accord parce qu’ils ne savent pas quoi faire, ni  leurs conseillers. Regardez ce que j’ai dit dans mon exposé au « Forum mondial de la sagesse » à Arosa en Suisse il y a six ans : que la chose la plus importante est l’éducation, ce qui signifie enseigner aux gens les lois de la nature qui sont exprimées dans le monde d’aujourd’hui (et voir ce que les scientifiques disent à ce sujet aujourd’hui!)

La Kabbale est une science pratique sur le nouveau monde. Elle a attendu précisément notre époque pour se révéler et aider les gens à comprendre comment continuer à vivre. Je crois que les gens en ont vraiment besoin. Et je crois qu’ils comprendront que c’est la bonne façon, avant que  la souffrance ne  les contraigne.

Dans un cercle de grands kabbalistes

Dr. Michael LaitmanTous les textes kabbalistiques sont destinés aux kabbalistes afin de transmettre l’inspiration et l’impression parmi eux, ainsi que la connaissance du réseau de connexion entre les âmes dans lequel ils existent. Le but de cela est de révéler la force supérieure, le Créateur, plus vite, et de rapprocher d’autres âmes de la correction.

Nous pouvons également utiliser ces livres sans même savoir ou comprendre ce que les kabbalistes écrivent de l’un à l’autre parce que chacun d’eux écrit sur son propre niveau. Mais quand nous les lisons comme des petits enfants, qui aspirent à trouver ce qu’ils écrivent, ce qu’ils veulent transmettre à l’autre, et ce qu’ils veulent nous décrire, quand nous ouvrons ces livres des grands kabbalistes, désireux de devenir semblables à eux dans l’unité et le don mutuel sans réserve, ce qui signifie se joindre à eux, de rejoindre le système des âmes où ils existent dans une connexion avec l’autre, à prendre notre place parmi eux, à se rassembler dans le même cercle, puis, avec l’aide de ces manuscrits, nous méritons de se rapprocher d’eux.

C’est parce que les textes écrits par les kabbalistes contiennent leur force, leurs pensées. Et si nous désirons s’attacher à eux, en essayant d’unir les uns aux autres et en lisant leurs textes ensemble, nous demandons d’entrer dans ce système et à rejoindre l’état dans lequel ils sont.

Par conséquent, pendant la lecture du Zohar, nous devons essayer de ne pas oublier qu’avec l’aide de ce texte, nous voulons devenir corrigé et inclus dans le même système qui contient déjà les âmes, et nous sommes les seuls manquant encore là dans notre unité. Nous venons là encore une fois afin de nous connecter avec l’autre et nous désirons entrer dans le même système où tous les grands kabbalistes résident déjà. En substance, cet état existe déjà là-bas et uniquement nous le cherchons. Après tout, le Zohar parle de notre futur état, que nous devons rejoindre et auquel nous participons.

Donc nous allons nous imaginer dans le système commun des âmes, parmi ces grands kabbalistes-et demandons-le!
De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 24/07/11, Le Zohar

Journée de l’Unité au Cameroun

Une note de nos étudiants du Cameroun: Nous nous sommes réuni le 31 Juillet 2011 pour participer à la « Journée de l’Unité » via Internet. Mais comme vous le savez probablement, cette technologie ne fonctionne pas toujours, surtout ici au Cameroun.

Pourtant, cela ne nous empêche pas de se connecter avec vous. Nos cœurs et nos pensées étaient avec vous.


  

Nous sommes dans le processus d’enregistrement d’une association à but non lucratif. Nous espérons que dans les mois à venir tous les documents seront finalisés.

Nous vous embrassons tous et nous espérons vous voir bientôt au Cameroun, pour organiser une grande campagne afin de diffuser la Kabbale dans le monde entier.

Le mouvement «Garantie Mutuelle » prend de l’ampleur

arvutSamedi dernier, le 6 août, il y avait des manifestations de masse organisées partout en Israël, exigeant la justice sociale. L’événement central a eu lieu à Tel-Aviv, où des centaines de milliers de personnes sont sorties dans les rues.

Des bannières du mouvement de la « garantie mutuelle » étaient visibles dans presque toutes les photos et vidéos publiées par les agences d’informations et diffusées aux informations. Ces banderoles, portées par plusieurs milliers de participants, faisant appel pour la justice et l’union indépendamment de ses opinions politiques. Ils proclament garantie mutuelle comme la plus haute valeur.

2011-08-06_arvut_afgana_012011-08-06_arvut_afgana_022011-08-06_arvut_afgana_032011-08-06_arvut_afgana_042011-08-06_arvut_afgana_052011-08-06_arvut_afgana_072011-08-06_arvut_afgana_082011-08-06_arvut_afgana_09

     

L’événement a été retransmis en direct à la radio et sur Internet.

Le mouvement « garantie mutuelle » a été fondé par  «Kabbale L’Am». Son objectif est d’unir la nation, en conformité aux exigences de l’ère nouvelle, dans le cadre du processus de l’humanité de devenir un tout unique et intégré. Aujourd’hui, le sujet de la garantie mutuelle que nous proclamons est vigoureusement débattue dans les médias de masse israélienne et capté par un large public.
La « Garantie mutuelle » s’accélère!

Le traitement contre tous les ennuis

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment la lecture d’un texte que je ne comprends pas peut m’aider à me connecter avec le groupe ou à le désirer ?

 

Réponse: En soi, la lecture du texte n’est pas efficace. La pensée de ce que je désire exactement aide vraiment. C’est comme une source de force.

Supposons qu’on vous donne un médicament et que vous guérissez ce que vous vouliez guérir avec  lui.  Le médicament affecte le corps entier, et vous devez décider exactement ce que vous voulez traiter, que ce soit la jambe, le bras, la tête, une blessure, ou ce que vous désirez. Le médicament lui-même est universel.

De la 2ème partie de la leçon quotidienne Kabbale 31/07/2011 , Le Zohar