Le monde : réalité ou illusion ? Partie n°12

Le Créateur est l’unique réalité

Question : Sommes-nous une réalité intégrale avec le Créateur ?

Réponse : Non, nous ne sommes en aucun cas une seule réalité avec le Créateur. La seule réalité est le Créateur Lui-même. Nous existons comme si nous étions en dehors de Lui.

C’est une sorte de fantôme, une sorte « d’esprit » qui existerait soi-disant en dehors du Créateur afin de commencer à se ressentir, à se positionner correctement vis-à-vis du Créateur et à se rapprocher de Lui.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/09/2019

Le monde : réalité ou illusion ? Partie n°13

Comprendre le Créateur

Question : Qu’y a-t-il lorsqu’une personne crée quelque chose à partir de matériaux comme le Créateur, si tout est une illusion ?

Réponse : Nous ne créons rien comme le Créateur. Seulement si nous commençons à recevoir la Lumière supérieure, alors avec son aide, nous pourrons travailler sur notre essence, notre égoïsme, nos désirs. Nous pourrons alors, d’une certaine manière, selon notre similitude avec le Créateur, commencer à comprendre Ses actions, mais pas Son essence.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/09/2019

Le monde : réalité ou illusion ? Partie n°16

La réaction à nos sensations

Question : Si la réalité que je ressens n’est qu’une réaction à l’intérieur de moi, comment puis-je ressentir quelque chose en dehors de cette réaction ?

Réponse : Vous ne pouvez pas. C’est impossible. Nous nous ressentons toujours nous-mêmes, notre réaction à quelque chose qui se passe et rien de plus.

Dans la mesure où nous ressemblons à ce qui se passe, nous le ressentons en fonction de notre réaction.

Comment pouvons-nous atteindre le Créateur ? Nous devons créer en nous de telles qualités appelées « le Créateur », et ensuite nous Le comprendrons et Le ressentirons. Uniquement de cette manière.

En ce qui concerne tout ce que nous ressentons, le Kli (récipient) ne ressent que ce qu’il éprouve à l’intérieur de lui-même et rien d’autre.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/09/2019

Le monde : réalité ou illusion ? Partie n°15

laitman_963.8Jouer à ressembler au Créateur

Question : Comment ceux d’entre nous qui étudient la Kabbale peuvent-ils ressentir le Créateur si nous jouons simplement le rôle de ceux qui Le ressentent devant les amis, mais ne savent vraiment rien de Lui à part Ses qualités ? Comment saurons-nous que nous nous rapprochons de Lui et que ce n’est pas une illusion ou simplement notre imagination, mais que cela deviendra réel ?

Réponse : Essayez de jouer à ressembler au Créateur. Et vous verrez à quel point cela commence à vous développer, ainsi que votre ami.

L’ami à son tour commencera également à réagir de la même manière. Ainsi, vous vous développerez ensemble et le Créateur vous aidera tous les deux.

L’essentiel est d’essayer de tout faire de manière à ce que vous agissiez comme le Créateur.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/09/2019

Le monde : réalité ou illusion ? Partie n°14

Question : Une seule âme est divisée en 600 000 morceaux. Chacun brisé différemment. L’expérience de chacun d’entre eux joue un grand rôle et est très important. Retournerons-nous à l’âme commune et percevrons-nous alors toute chose comme le Créateur ?

Réponse : Lorsque nous retournerons ensemble dans l’âme commune, serons-nous capables d’atteindre le Créateur par rapport à nous ? Oui, mais comme toutes les actions de notre monde, nous comprenons l’action, par exemple l’effet de l’électricité, du magnétisme, de la gravité, etc. C’est-à-dire que nous atteindrons ces phénomènes, mais pas Lui.

Dans la Kabbale, à divers endroits, il est suggéré qu’il existe un autre degré lorsque la création se détache d’elle-même, devient incluse dans le Créateur et commence à atteindre non pas Ses conséquences, ni Son effet, mais Lui. Cependant, je ne peux pas imaginer une telle ascension. Ceci dépasse les limites de la correction absolue. Il est fort possible que cela existe aussi.

Le fait est qu’à ces stades de notre développement, nous changeons absolument. Notre système de perception, la logique, tout change. Nous ne vivons plus dans un espace tridimensionnel : bon-mauvais, réception-don sans réserve. Nous commençons à exister dans des dimensions complètement différentes. Par conséquent, il est difficile de dire ce qui existe lors de l’atteinte du Créateur. Jusqu’à présent, c’est un problème.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/09/2019

L’obligation de toutes les âmes

Le Baal HaSoulam, « Introduction à De la Bouche d’un Sage » : « Nous savons des livres et des auteurs que l’étude de la sagesse de la Kabbale est une nécessité absolue pour toute personne d’Israël. Si on étudie toute la Torah et que l’on connaît la Mishna et la Guémara par cœur, si l’on est aussi rempli de vertus et de bonnes actions plus que tous ses contemporains, mais que l’on n’a pas étudié la sagesse de la Kabbale, on doit se réincarner dans ce monde pour étudier les secrets de la Torah et la sagesse de la vérité. […]

C’est la raison pour laquelle nous nous réincarnons, génération après génération, à travers notre génération actuelle, qui est le résidu des âmes sur lesquelles l’intention de la Création n’a pas été complétée, car elles n’ont pas atteint les secrets de la Torah dans les générations passées. »

Le Baal HaSoulam écrit que nous devons révéler la sagesse de la Kabbale afin que toutes les âmes (et chacun de nous est le porteur d’un morceau de l’âme commune) puissent ensemble se connecter en une seule âme appelée « Adam » et atteindre l’état de similitude complète avec le Créateur, c’est-à-dire s’élever au niveau de la connaissance absolue, de l’immortalité et de la perfection.

Question : Pouvons-nous imaginer du point de vue kabbalistique que la création est un énorme désir de recevoir qui subit, en se développant constamment, toutes sortes de métamorphoses le long de l’axe historique et que chaque personne est un désir individuel de recevoir ?

Réponse : Oui. Ces désirs, qui interagissent les uns avec les autres comme dans un kaléidoscope, clarifient constamment divers aspects du Créateur et se connectent progressivement les uns aux autres.

Question : Cela signifie-t-il que ce sont les mêmes âmes ?

Réponse : Oui. Les mêmes âmes descendent dans le monde, mais seulement à des niveaux différents et dans des combinaisons différentes les unes des autres.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 08/01/2019

Notre monde et ce monde

Question : Dans les écrits du Baal HaSoulam, nous voyons les concepts de « notre monde » et « ce monde ». Quelle est la différence entre eux ?

Réponse : Notre monde est ce que nous ressentons dans nos qualités. Ce monde est la façon dont les kabbalistes parlent du degré inférieur, qui en même temps est appelé « notre monde ».

Tout dépend de l’observateur. Si nous observons ce qui se passe autour de nous, nous l’appelons « notre monde ». Si la Kabbale en parle comme du degré le plus bas des mondes, nous l’appelons « ce monde ».

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 06/10/2019

La progression par les questions et réponses

Question : Une question est-elle l’élément le plus important du travail pratique pour étudier la sagesse de la Kabbale ?

Réponse : Oui. Une question est de la plus haute importance pour notre avancement spirituel. Cependant, il est inutile de poser une question et d’attendre sa réponse. Vous l’étudiez, vous voulez une réponse, puis vous demandez au Créateur par l’intermédiaire du groupe et recevez une réponse.

Notre entière progression est composée de questions et de réponses. Le récit de la Pâque (Pessach) à propos de quatre fils en parle : même lorsque vous êtes dans un état où vous ne savez pas comment poser une question, vous devez rechercher les occasions de la poser. Vous n’avancez pas sans cela.

Question : Une question est-elle considérée comme une action spirituelle ?

Réponse : Oui, bien sûr. C’est la ligne gauche, nécessaire au mouvement.

Question : Une question peut-elle être un vrai cadeau pour un enseignant ou pour un ami, un exemple de don sans réserve au groupe ?

Réponse : En principe, oui.

Question : Est-il utile de poser une question si la méthodologie nous enseigne que les questions qui émergent en nous sont révélées et clarifiées naturellement au cours de notre travail en groupe ?

Réponse : Lorsque vous posez une question ou que vous faites quelque chose en général, vous devriez réfléchir à la façon dont vous aidez les autres.

Extrait du Congrès Mondial de Kabbale en Moldavie, Leçon n°4, « Se réjouir de ce que nous manquons / Le travail dans la dissimulation » du 07/09/2019

Le monde : réalité ou illusion ? Partie n°10

laitman_531.03Le langage est un moyen de communication

Le Baal HaSoulam écrit qu’un kabbaliste doit utiliser des définitions absolument précises. Ou pouvons-nous les trouver ?

Ici, la loi de la racine et de la branche surgit dans tous les mondes, dans tous les états, dans chacun d’entre nous. C’est à partir de là que je peux prendre des définitions claires et précises du point de vue de la nature. Vous prendrez également vos définitions à partir de là et nous les comparerons. À partir de cette comparaison, nous pouvons nous comprendre correctement plutôt que de parler avec les mêmes mots mais avec un sens différent.

Dans notre monde, chacun attribue différentes significations aux mêmes mots parce que chacun de nous est différent. Comment pouvons-nous combiner les états internes complexes de chacun pour commencer à se comprendre mutuellement et à s’imbriquer, afin que ces concepts se combinent et nous donnent une idée claire de la mesure selon laquelle nous parlons et ressentons la même chose ? C’est un problème de langage.

La langue est un moyen de communication les uns avec les autres lorsque vous et moi ressentons la même chose. Si nous ne le faisons pas, alors nous ressentons clairement la différence dans nos sensations.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/09/2019

Le monde : réalité ou illusion ? Partie n°8

Atteindre la Lumière supérieure

Question : Si le monde est une réaction à des forces, ne suis-je aussi qu’une réaction ? Si tel est le cas, alors quel est ce moi qui atteint tout cela ?

Réponse : En effet, je suis une réaction à ce que je produis. Je me ressens comme une forme unique ou une autre.

Ma tête, mon corps, mes sensations, mon cœur, etc., sont toutes mes réactions automatiques, naturelles et instinctives à ce qui me touche et me donnent finalement une idée de moi-même, de mon corps, de mes pensées et de mes sensations.

Je ne sais pas qui je suis. Je suis inconcevable, tout comme le Créateur est inconcevable. Nous atteignons uniquement nos réactions à quelque chose autour de nous.

Ensuite, si nous en atteignons plus, nous verrons qu’en fait, nous atteignons la Lumière supérieure. Cela nous donne une idée de nous-mêmes et du monde qui nous entoure. Peu à peu, cela nous parviendra.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/09/2019