Échapper aux souffrances ou exalter la spiritualité ?

Question : Est-il exact que parfois une personne souffre tellement qu’elle veut se dissoudre ?

Réponse : C’est faux. Cela signifie qu’elle fuit la souffrance. Se dissoudre signifie élever la spiritualité au-dessus de son état actuel ; la personne veut se dissoudre dans la spiritualité, c’est-à-dire y exister.

Question : Donc, en exaltant la spiritualité dans notre travail, pouvons-nous généralement éviter la souffrance et les problèmes physiques ?

Réponse : Non. Vous tenteriez de les éviter pour ne ressentir aucune souffrance physique. Pour ce faire, vous essayez de vous dissoudre quelque part dans quelque chose.

Vous voulez entrer dans des états spirituels parce que vous vous sentez mal dans vos états matériels égoïstes. C’est-à-dire que vous préférez le Créateur parce que vous vous sentez bien avec Lui. Vous échangez votre petit égoïsme pour un plus grand. Bien sûr, dans ce cas, vous échouerez.

Vous devez développer la grandeur de la qualité du don sans réserve, la grandeur de la capacité d’être au-dessus de vous-même, avec un esprit différent et avec des qualités différentes, de sorte que ces états soient importants, majestueux et spéciaux pour vous. Ce n’est pas parce que c’est ainsi que vous échapperez aux problèmes matériels, mais parce qu’ainsi vous voulez donner du contentement au Créateur, vous préférez Son monde à votre petit monde.

Extrait du Congrès en Moldavie, « Premier Jour », « Être prêt à être influencé par la société », Leçon n°2, du 06/09/2019

Comment répondre aux situations délicates ?

Question : Chacun de nous a des situations différentes dans la vie matérielle. Comment peuvent-elles être analysées correctement, de manière spirituelle ?

Réponse : Tout ce qui nous arrive descend d’en haut ; rien n’est accidentel.

Question : Comment les personnes qui étudient cette méthode se situent-elles par rapport à des situations similaires survenant à l’extérieur du groupe ?

Réponse : Je ne suis pas un diseur de bonne aventure. Il y a la providence du Créateur sur tous les événements qui se produisent et je dois regarder ceci au-dessus de la raison.

Si je m’élève vraiment au-dessus d’elle, j’obtiens une réponse. Sinon, comme tout dans notre monde, je vis en fonction de diverses conjectures stupides.

Extrait du congrès de Moldavie, « Premier Jour », « Être prêt à être influencé par le groupe», Leçon n°2, le 06/09/2019

Pour l’amour des amis

Question : Lorsqu’il y a un désir de faire plaisir à un ami, on s’oublie. En théorie, ce seul désir devrait-il suffire à m’annuler ?

Réponse : Oui, peut-être, pour l’instant. Cela changera probablement plus tard. Que signifie satisfaire un ami ? Cela signifie que vous êtes prêt à tout sacrifier si seulement il reçoit ce qu’il veut.

Question : Mon désir de satisfaire l’ami est-il égoïste ?

Réponse : Peu importe qu’il soit égoïste. Pour le moment, je ne vérifie pas si c’est égoïste ou non. Je ne suis pas encore en mesure de peser l’égoïsme et l’altruisme. Je suis prêt à satisfaire l’ami de ce qu’il veut. Ceci s’appelle l’aimer.

Ensuite, il y a des degrés que je vais gravir et je vais découvrir que c’est de l’amour égoïste, et en fait, pas même de l’ami, mais de moi-même, pour satisfaire mes désirs de cette manière.

Nous apprenons qu’aimer un ami n’est possible qu’au-dessus de la haine de soi. Il faut ressentir la haine de soi et ressentir tout autant l’amour pour les autres. Ce sera alors l’amour pour un ami et non pour mon nouveau désir, car il s’agit d’une auto-illusion.

Extrait du congrès en Moldovie, « Premier Jour », « Se dissoudre dans les amis », Leçon n°1, du 06/09/2019

Dissoudre notre égoïsme

Question : Comment ne pas avoir peur de la sensation que je suis en train de me dissoudre ?

Réponse : Si une personne se sent très malade, elle est prête à se dissoudre sans crainte. Chacun a de tels moments lorsqu’il est prêt à disparaître, à ne rien entendre, à ne pas exister.

Si nous augmentons l’importance de la spiritualité, nous atteignons un tel état où il vaut la peine de dissoudre notre égoïsme pour atteindre la spiritualité.

Extrait du congrès de Moldavie, « Premier Jour », Leçon n°2, « Être prêt à être influencé par la société » du 06/09/2019

Où trouver des solutions aux problèmes ?

Question : Les kabbalistes disent que nous devons rechercher la solution aux problèmes au prochain degré, en nous basant sur notre unité. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Réponse : Le fait est que les états non corrigés qui se révèlent en nous et autour de nous n’ont pas de solution au même niveau où ils se trouvent. Par conséquent, quoi que nous fassions dans notre monde échouera.

Pour résoudre n’importe quel problème, il faut s’élever au-dessus de lui et le corriger précisément à sa racine, à partir du point initial dont il est issu. Sinon, cela ne marchera pas.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 25/12/2018

Dans la « salade » de désirs et de pensées

Question : Comment puis-je voir une personne se connecter à une autre si la connexion est établie par une Lumière supérieure, d’ailleurs, au niveau de l’intention ? Y a-t-il des signes extérieurs de connexion spirituelle ?

Réponse : Tout d’abord, nous appartenons tous à un seul groupe et essayons de nous unir pour que la motivation de chaque personne ne diffère pas de celle des autres.

Nous commençons alors à ressentir soudainement que nous ne savons même pas si les désirs ou les pensées sont les miens ou les vôtres. Tout est mélangé dans une seule « salade » mixte, et il est difficile de savoir où les jambes, les bras et la tête de quelqu’un existent. Tout compte fait, tout est là. Ce sont des signes de connexion spirituelle.

Lorsque nous commençons à ressentir ce « collectif », le prochain niveau de connaissance surgit : hors de soi-même, à l’intérieur des autres, à travers les autres. Cette condition s’appelle atteindre le Créateur.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 18/08/2019

N’essayez pas de vous justifier !

Question : Je suis hanté par la question : que se passe-t-il, pourquoi ne puis-je pas m’unir aux autres ? Je veux ressentir un désir commun (Hissaron, manque) mais il n’y a pas de connexion, pas de sensation du groupe. Que manque-t-il ?

Réponse : Vous échouez.

Question : Cela signifie-t-il que je ne suis pas encore prêt ?

Réponse : Ne dites pas que vous n’êtes pas prêt. Le fait que vous soyez ici est un signe que vous êtes prêt. Maintenant, tout dépend de vos efforts. N’essayez pas de vous justifier en disant que vous n’êtes pas prêt. On vous donne intentionnellement des obstacles pour vous empêcher de faire les efforts nécessaires. Vous devez les faire, vous devez supplier, persuader, exiger d’être unis dans une dizaine par quelque moyen que ce soit. C’est ce que vous devez faire maintenant. Sinon, vous ne seriez pas ici.

Ne dites pas : « Un autre congrès est passé. Je ne sais pas ce qui nous attend. Peut-être que la prochaine fois… » ou toute autre excuse.

Ceci vous est donné d’en haut ! Ce ne sont pas vos pensées ! Ne vous punissez pas à cause d’elles, un homme n’a pas de pensées. Tout vient d’en haut et, par conséquent, reliez tous les obstacles au Créateur. Ne vous battez pas contre Lui. C’est ce que l’on appelle « l’aide contre vous ». Il vous chasse délibérément pour vous permettre de développer le bon désir d’unité avec Lui en quantité et en qualité.

Alors continuez !

Extrait du congrès international de Kabbale en Moldavie, Leçon 0, du 05/09/2019

Mesdames : appelez le Créateur

Question : Nous devons attribuer tous nos états au Créateur. Mais que devrions-nous faire de la colère et de l’impatience qui se manifestent en nous ? Comprenez-vous que cela vient de l’amour et est venu pour votre correction ?

Mais le mécontentement intérieur fait rage, comme si ma mère me grondait, et je répondrais : « Pourquoi me grondes-tu ? Je suis toujours incapable de faire ce que tu demandes. »

Réponse : Cela signifie-t-il que vous traitez vos émotions négatives non favorablement et que vous voulez qu’elles soient positives afin qu’au lieu de reproches et de haine envers le Créateur, il y ait de l’affection, un remerciement et même de l’amour ?

Alors demandez-le. Il vous envoie tout cela précisément pour que vous Lui demandiez de l’amour, afin qu’Il vous aime et que vous L’aimiez.

De plus, demandez à comprendre que vous ne recevez que des influences positives de Sa part, mais puisqu’elles traversent votre égoïsme, elles sont ressenties comme étant inversées, négatives à l’intérieur de vous.

Demandez tout ce que vous voulez ! Ne cachez rien, au contraire divulguez tout le temps. Si vous dites que les femmes ont de tels sentiments et de nombreuses plaintes, agissez de la sorte. Les livres kabbalistiques en parlent tout le temps. Regardez comme vous avez de la chance avec votre nature féminine, et vous pouvez plus facilement, plus souvent et plus constamment vous tourner vers le Créateur que les hommes.

Les hommes n’ont pas cela dans leur nature. Ils cachent beaucoup de choses, les effacent, pensent que cela est faux, faible et qu’ils doivent agir différemment. Les femmes ne le font pas. C’est très bien qu’elles expriment leurs émotions. En principe, c’est la nature féminine, la qualité de Malkhout. Allez-y !

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 13/02/2019

Qu’est-ce qui donne lieu à la crainte révérencielle ?

Question : Si je n’ai plus peur du Créateur, cela signifie-t-il que je suis en adhésion à Lui ?

Réponse : La question est de savoir si vous ne ressentez pas la peur mais la crainte par respect.

Vous devriez être dans un état où vous pensez, vous souciez et vous inquiétez de ce que vous ressentez vis-à-vis du Créateur. Vous voulez prouver que vous L’aimez et que vous vous souciez de Lui, et que vous voulez Lui plaire, ce qui signifie être le bon élément de Sa création.

La peur disparaît et se transforme en crainte, et c’est une sensation complètement différente : plus haute et plus noble.

Après tout, la peur appartient au niveau animal : j’ai peur pour moi-même. Et lorsque je ne m’inquiète plus de moi-même, lorsque je ressens le Créateur comme éternel, parfait et incapable de faire quoi que ce soit qui puisse nuire à quiconque à partir de Sa perfection, la peur au niveau animal disparaît. Elle est éteinte par la compréhension du Créateur. Je ne ressens alors que de la crainte révérencielle parce que la peur se transforme en un sentiment de Sa perfection. La peur et la perfection suscitent l’admiration craintive.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 13/02/2019

Acceptez les gens tels qu’ils sont

Question : Que devrais-je faire si je ressens que la vérité est absente dans les relations au sein du groupe ? Tout est très artificiel et peu sincère.

Réponse : Cela est naturel puisque nous sommes tous des menteurs, des voleurs, des violeurs et des meurtriers dans nos bonnes relations mutuelles. Par conséquent, vous ne devriez en aucun cas imaginer que vous êtes parfait. Acceptez les gens tels qu’ils sont, tels que le Créateur les a créés. Regardez le fait qu’ils font de grands efforts.

Tous ceux qui sont venus ici veulent écouter quelque chose qui parle à leur âme, comment la révéler et la créer, et comment la connecter aux autres parties de l’âme commune. Par conséquent, je les apprécie et je ne peux pas dire de mal à aucun d’eux, après tout le Créateur les a tous amenés ici. Si je ne les apprécie pas, alors je ne suis pas d’accord avec le Créateur.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 28/07/2019