Ne laissez pas l’intelligence surpasser l’action

Question : Il est écrit : « Sa sagesse est plus grande que sa force. » Qu’est-ce que cela signifie ?

Réponse : Selon la Kabbale, c’est très mauvais lorsque l’intelligence, la sagesse, surpasse l’action. Parce que tout d’abord, j’ai besoin d’être humble et de recevoir des connaissances plus élevées. Et lorsque je comprends ces connaissances, je dois alors travailler avec elles à l’intérieur du groupe.

Durant le processus de travail avec elles, à quoi servent toutes ces actions, tout devient clair pour moi, et seulement alors je commence à les utiliser comme mes propres pensées, mes propres méthodes.

Question : « Nous ferons et nous écouterons» s’applique-t-il également ici ?

Réponse : Oui. D’abord, l’action doit être réalisée parce qu’uniquement cela attire la Lumière supérieure, et à l’intérieur de cette Lumière, nous commencerons à tout comprendre.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 03/12/2017

L’atteinte spirituelle des femmes

Question : Les hommes passent par la réincarnation des âmes. Mais qu’en est-il des femmes ? Est-ce qu’une femme a une âme éternelle ou est-ce qu’elle s’éteint et c’est tout ?

Réponse : Il n’y a pas de différence entre les hommes et les femmes. De plus, si une femme est capable de surmonter son égoïsme et commence à se connecter à d’autres femmes dans un soutien mutuel, elles peuvent surpasser les hommes dans leur atteinte spirituelle.

Je dirais que le Créateur aime les femmes plus que les hommes.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/01/2018

Avec l’aide de l’intelligence artificielle

Question : Que pensent les kabbalistes de la science et de la technologie ?

Réponse : Les kabbalistes ont une opinion favorable à propos de la science et de la technologie, et de tout ce qui fait progresser le monde, afin que les gens voient le plus rapidement possible que tout cela ne nous donne rien.

Question : En d’autres termes, soutenez-vous les robots et l’intelligence artificielle ?

Réponse : Oui, que tout autour de nous soit artificiel : les médecins, les avocats, etc. C’est exactement ce qui aidera les gens à comprendre où se situe leur véritable but, ce qu’ils doivent réellement faire dans ce monde.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/01/2018

Le corps physique et l’âme

Question : Le corps physique humain fait-il partie de la création ?

Réponse : Le corps physique ne fait pas partie de la création et n’a rien à voir avec l’âme. Vous pouvez faire n’importe quoi avec votre corps, car l’âme se développe selon ses propres lois spécifiques.

Question : Qu’est-ce que cela signifie lorsqu’il est écrit que les étincelles de l’âme sont tombées dans ce monde et se sont revêtues de corps ?

Réponse : Ce monde signifie seulement l’égoïsme. Par conséquent, les étincelles de l’âme ne sont pas tombées dans ce monde et dans des corps, mais dans l’égoïsme.

Notre corps et ce que nous observons, voyons et percevons avec nos cinq sens corporels appartiennent au niveau animal. La Kabbale ne dit rien du niveau animal.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/01/2018

Que se passe-t-il en traversant la Machsom ?

Question : Qu’arrive-t-il à une personne lorsqu’elle traverse la Machsom ?

Réponse : Une personne se dissout dans les autres. Elle reste dans le corps physique, mais quitte l’essence égoïste intérieure et commence à grandir dans l’essence spirituelle.

Question : Est-ce qu’elle perd la peur pour elle-même ?

Réponse : La peur apparaît à la descente et disparaît à mesure que l’on s’élève parce qu’une personne adhère de nouveau au Créateur. Cela arrive à maintes reprises. L’état de déconnexion du Créateur est appelé une descente, et l’état d’adhésion au Créateur est appelé une ascension.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 31/12/2017

De quoi dépend la durée de vie de quelqu’un ?

Question : Qu’est-ce qui détermine l’espérance de vie de différentes personnes ?

Réponse : Cela a-t-il vraiment de l’importance ? Est-ce vraiment un cadeau de vivre longtemps ?

Cela vaut la peine de vivre tant que vous pouvez résoudre les problèmes graves pour lesquels la vie est donnée. Et dès que cette possibilité s’épuise et que vous n’existez que pour servir votre corps animal, alors cela ne vaut plus la peine de vivre. Mais nous ne nous débarrassons pas de cela ; par conséquent, il est interdit de réduire l’espérance de vie de quelque manière que ce soit.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 31/12/2017

À quoi ressemble le Créateur ?

Question : L’un des grands kabbalistes a-t-il jamais vu le Créateur avec sa propre vision intérieure ? À quoi ressemble-t-Il ? Peut-être que c’est idiot, mais je veux désespérément L’imaginer en quelque sorte. Si une goutte d’eau est l’analogue réduit d’un océan, alors il doit y avoir un analogue visible de la personnalité du Créateur.

Réponse : Premièrement, le Créateur n’a pas de personnalité. Deuxièmement, lorsque nous, sans comprendre, imaginons quelque chose, nous ne pouvons pas « pointer » quelque chose vers le Créateur. Le Créateur n’est rien d’autre que la qualité de la connexion, du don sans réserve et de l’amour. C’est quelque chose de non-objectif, sans volume ni image. C’est une qualité que nous pouvons identifier chez une personne qui la possède.

En d’autres termes, s’il y a la qualité du don sans réserve dans n’importe quelle mesure, force ou pouvoir en vous, alors on peut dire que le Créateur est incarné en vous et dans cette partie Il existe à l’intérieur de vous.

Question : Une personne peut-elle voir que le Créateur est incarné en elle ?

Réponse : Non, voir cela est impossible. Ce n’est que lorsqu’un individu atteint la qualité du don sans réserve et de l’amour qu’il peut, de l’intérieur de lui-même, ressentir avec sa vision intérieure combien le Créateur existe en lui et même le mesurer.

Le fait est que la sagesse de la Kabbale permet de mesurer les qualités, les sensations, les forces des désirs, les écrans, la distance et la proximité de la force de l’amour ou de la force du rejet, et ainsi de suite. En fin de compte, ils nous donnent tous l’image de la similitude de forme ou du mouvement vers l’unité avec le Créateur. Une personne peut ressentir à quel point elle est proche ou loin de comprendre le « Créateur ».

Question : Peut-on dire qu’il y a le Créateur et qu’il y a Ses qualités ?

Réponse : Non. Lorsque nous disons « Créateur », nous voulons dire des qualités. Sur le plan matériel, nous voyons uniquement des qualités ; il nous semble que ce sont des objets. En fait, ce sont toutes des forces.

Tout est composé de deux forces : la force de la réception et la force du don sans réserve. Leurs interactions créent toutes sortes de formes pour nous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 21/01/2018

L’esprit et les sentiments

Question : Une personne peut-elle ne pas comprendre la Kabbale intellectuellement, mais seulement sentimentalement ?

Réponse : Notre esprit est un dérivé des sens. Le monde spirituel ne peut pas être compris par la raison, parce que le Créateur a créé un désir, c’est-à-dire des sensations, et lorsque nous commençons à changer nos désirs, l’esprit change avec eux. Par conséquent, nous nous tournons vers les sens : ils doivent être changés, et l’esprit changera respectivement.

L’esprit sert nos désirs égoïstes. En d’autres termes, il est égoïste.

Question : Qu’arrive-t-il à la raison, lorsque les intentions changent ? Est-ce qu’elle devient différente ?

Réponse : Lorsque les sensations changent pour l’amour et le don sans réserve, l’esprit change aussi. Il est clairement un serviteur des désirs.

Question : Les scientifiques ont établi qu’une personne utilise entre 3 et 5% du potentiel du cerveau. Si elle travaille pour le don sans réserve, utiliserait-elle les 97% restants ?

Réponse : Oui. Mais pour cela, il est encore nécessaire d’atteindre la qualité du don sans réserve.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/01/2018

Une question est un désir de satisfaction

Question : Si votre professeur était à côté de vous maintenant, lui poseriez-vous des questions ?

Réponse : Non, parce que vous devez répondre vous-même aux questions qui surgissent en vous.

Question : Pourquoi demandez-vous aux élèves de vous poser des questions ?

Réponse : Pour accélérer l’échange d’idées à travers lesquels l’unité surgit. Plus vite vous pouvez progresser, mieux c’est. La vitesse dépend du rapprochement entre vous, et le rapprochement dépend de la quantité de discussions dans les dizaines. C’est pourquoi j’essaie de susciter tout cela en vous.

Question : Y a-t-il des questions auxquelles vous n’avez pas de réponse ?

Réponse : Il y a beaucoup de questions dans la Kabbale auxquelles on ne peut pas répondre. Les étudiants doivent les ressentir de l’intérieur.

Une question est le désir de remplir le cœur et l’esprit. Se satisfaire sera la réponse. Si ni le cœur ni l’esprit ne sont prêts à recevoir le remplissage, comme un enfant à qui vous essayez d’expliquer quelque chose mais il ne peut pas comprendre, alors vous ne pouvez rien faire.

Par conséquent, le message (la réponse) doit correspondre au récipient, au désir et à l’intention de l’élève. C’est le problème.

Question : Avez-vous posé beaucoup de questions au Rabash ?

Réponse : Oui. J’ai posé des questions pour moi et pour les autres.

Question : Mais aujourd’hui ne demanderiez-vous rien ?

Réponse :
Non. Je n’ai rien à demander. Je peux déjà lui poser des questions. Si nous étions physiquement côte à côte, nous serions assis et silencieux.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 31/12/2017

Un cadeau d’en haut

Question : Puis-je dire que ma grande déception dans ma vie quotidienne est un cadeau pour m’aider à parvenir à la vérité du monde supérieur ?

Réponse : Certainement ! C’est vraiment un cadeau. Après tout, il y a encore beaucoup de gens qui recherchent la satisfaction dans des objectifs matériels.

En même temps, les kabbalistes ne disent nullement qu’une personne doit devenir un ermite, se limiter, mourir de faim et ainsi de suite. Au contraire, profitez de la vie ! Donnez au corps ce qu’il veut. L’essentiel est que cela n’interfère pas avec vous, ne prenne pas trop de temps et d’efforts et vous donne l’occasion d’étudier la nature supérieure.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/01/2018