Le concept de la vraie liberté

Question : La sagesse de la Kabbale permet de comprendre qu’il n’y a pas de liberté du tout dans notre monde égoïste. La liberté est la qualité du don sans réserve et de l’amour que je dois acquérir. Mais il semble qu’en assumant cette obligation, je suis libre de ma perception terrestre. Voulez-vous dire que cette acquisition est la liberté ?

Réponse : Lorsque je suis responsable des autres et que j’ai l’opportunité de leur donner sans réserve, de les satisfaire, de les aimer et de les aider, alors je suis libre. Je suis libre dans cette expression des désirs.

La liberté est le satisfaction du désir de quelqu’un. Dans notre monde, il ne peut y avoir de satisfaction de nos désirs parce que nous ne les avons pas choisis. Les désirs et leur réalisation ensemble nous sont imposés par le Créateur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/07/2017

Dupez-vous

Question : Que faire si quelqu’un dans le groupe travaille délibérément contre l’unité ?

Réponse : Dans chaque personne, il y a une force égoïste qui le repousse des autres, le trompe et diminue l’importance de la connexion.

Nous pouvons dire autant que nous le voulons : « Oui, je dois, il faut, je ferai quelque chose », mais en réalité nous ne pouvons rien faire. Après tout, je ne peux pas me forcer à m’ouvrir aux amis et commencer à me connecter à eux.

Cela signifie que nous devrions essayer de créer de tels états alternatifs afin que les amis m’obligent à agir.

Ainsi, nous ne devons pas seulement comprendre les personnes qui ne tolèrent pas le groupe, mais aussi celles qui luttent contre l’égoïsme. L’union au groupe est le problème principal. Ici, l’égoïsme campe fermement sur ses positions.

Certaines personnes ont un problème différent. Elles peuvent facilement se connecter extérieurement. C’est facile pour elles de s’étreindre et de chanter. Mais elles ne peuvent pas surmonter la barrière interne. De plus, elles ne ressentent même pas que cette barrière existe en elles.

Ainsi, à chaque étape chacun a ses propres obstacles. Que pouvez-vous faire ? Essayez de vous tromper.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 30/10/2016

Quelles sont les causes de la dépression ?

Question : La dépression est-elle dûe par le fait que les gens ne m’aiment pas ou inversement, parce que je n’aime pas suffisamment les autres.

Réponse : Non. La dépression est un concept très large. Elle peut avoir des raisons médicales, comme le manque d’éléments chimiques dans le corps. Cela peut être n’importe quoi.

En principe, la dépression se produit parce qu’une personne est un grand égoïste. Elle n’est pas satisfaite de ce qu’elle a. C’est juste que son égoïsme n’est pas satisfait.

Cependant, c’est une dépression commune. Si nous parlons de la dépression pour des raisons médicales, alors tout se passe à différents niveaux. Néanmoins, la base de toutes les maladies à tous les niveaux est la même : notre désir égoïste ne se réalise pas correctement. C’est comme le cancer.

Dans le cancer, une cellule, au lieu d’être connectée correctement aux autres cellules, commence soudainement à les dévorer et finit par mourir. C’est-à-dire que toute maladie est un état égoïste spécial de nos cellules.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/06/2017

Les mélodies du Baal HaSoulam

Question : Pourquoi le Baal HaSoulam a-t-il commencé à écrire de la musique ?

Réponse : Le groupe du Baal HaSoulam comptait moins de dix personnes, et tous venaient de différents endroits. Chacun avait ses propres mélodies qu’il jouait à l’heure des repas ou pendant les prières, en particulier le Jour du Grand Pardon (Yom Kippour).

Ainsi le Baal HaSoulam a composé ses propres mélodies et a enseigné aux étudiants à ne pas chanter des prières étrangères aux mots du livre de prières. C’est ainsi que sont apparues les mélodies des textes du Ari et de « Bnei Eihal », « Kel Mistater », etc.

Question : Est-ce que ces mélodies et leur texte peuvent tocuher une personne qui les écoute ?

Réponse : Elles possèdent certaines forces spirituelles. Une mélodie a un grand pouvoir, mais il peut être atteint uniquement dans la mesure où une personne y réside à l’intérieur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/10/2016

Les états intérieurs d’un kabbaliste

Question : Comment un kabbaliste analyse-t-il ses états intérieurs avec le Créateur ? Comment l’environnement de notre monde a un effet sur lui ?

Réponse : Cela n’a pas d’effet. Lorsque je vais au cours matinal, pouvez-vous dire dans quel état je suis par rapport au Créateur ? Ce que j’avais avant, une conversation ou une relation ? C’est un niveau différent, un monde différent.

Par conséquent, ce que je ressens et ce que je donne à mes élèves sont deux étapes différentes, et l’une n’affecte pas l’autre.

Il arrive parfois qu’il soit très difficile de donner un cours parce que tout a été « pris » de votre part. Mais c’est pris à votre propre niveau, et lorsque vous changez d’étudiants et que vous utilisez leurs désirs et que vous êtes à leur niveau, alors vous vous réalisez pratiquement en accord avec eux, et ils ne le ressentent pas.

À cet égard, je gagne et c’est plus facile pour moi. Je me cache, et les étudiants ne peuvent pas dire dans quel état spirituel je suis. C’est impossible.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 29/01/2017

Se réjouir de la liberté

Question : Pourquoi la liberté est-elle associée à la joie, à la prospérité ou à quelque chose de toujours bon ?

Réponse : Parce que cela vient du Créateur. C’est la liberté par rapport à l’égoïsme et la contrainte. L’homme est libre parce qu’il n’est pas opposé à la force supérieure, mais il est égal et semblable à elle. Cela donne une sensation d’être rempli de la Lumière supérieure, l’existence supérieure, et d’une meilleure compréhension de la façon de vivre.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/07/2017

Qu’arrivera-t-il au monde après la correction ?

Question : On dit que Le Livre du Zohar décrit tous les états possibles de l’individu et de l’humanité. Est-ce vraiment le cas ?

Réponse : Oui. Dans Le Livre du Zohar, tous les 125 niveaux d’ascension d’un individu depuis notre monde jusqu’au plus haut point du monde spirituel sont décrits.

Question : Alors qu’arrivera-t-il dans le monde matériel ?

Réponse : Rien ne se passera. Le monde matériel s’évaporera simplement de notre expérience, de notre conscience, parce qu’il n’a jamais vraiment existé à part dans notre imagination.

Selon le niveau auquel vous vous élevez, vous commencez à expérimenter à quel point ce monde devient de plus en plus éphémère.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/06/2017

La vraie liberté

Question : Découvrir le contrôle absolu du Créateur, est-ce la vraie liberté ?

Réponse : Oui. Mais lorsque cela est révélé, l’individu le reçoit comme son propre état corrigé. C’est pourquoi ceci n’est pas vécu comme le contrôle du Créateur, mais comme votre propre libre arbitre.

Question : La vraie liberté est-elle mon droit de déterminer ce que je vais désirer l’instant suivant ?

Réponse : Oui. Mais cela est possible uniquement si vous vous élevez au-dessus de votre égoïsme, si vous avez une connexion avec la Lumière supérieure, et si à travers cette connexion vous êtes en mesure de déterminer clairement ce que vous allez réellement faire, ce que vous allez désirer l’instant suivant.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/07/2017

Les expériences sur le chemin vers le Créateur

Question : Est-ce que le sens du terme « union » signifie que nous nous assurons que c’est une utopie et nous nommons le Créateur à partir de l’impuissance ?

Réponse : Non. La raison de la découverte du Créateur est spécifiquement dans notre union. Et sur le chemin, il y a beaucoup d’états différents, y compris l’impuissance, les malentendus, la confusion, ou le contraire, l’excitation, l’exaltation, etc., c’est-à-dire tout une palette d’expériences.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 19/02/2017

La différence entre la peur et la crainte

Question : Est-il normal qu’une personne étudie la Kabbale par peur ?

Réponse : Une personne fait tout par peur. Les gens se musclent, gagnent de l’argent, s’organisent en mafia, fortifient une armée, etc., par peur.

Commentaire : Par exemple, les gens religieux craignent que, Dieu nous préserve, ils puissent violer un commandement.

Mon commentaire : Bien sûr ! Toutes les religions s’accrochent à la peur de la punition, que ce soit dans ce monde ou dans le prochain.

Question : Et quelle serait la différence dans la Kabbale ?

Réponse : Dans le fait que vous voulez atteindre tout cela. L’accomplissement vient au détriment du fait de se débarrasser de son égoïsme.

Par conséquent, vous commencez à développer la peur non pour vous-même, mais vis-à-vis du fait d’être incapable de donner sans réserve aux autres, de les satisfaire, de les amener à se valoriser. Cet état n’est plus appelé peur, mais crainte.

Question : Cela doit être encore pire, d’avoir peur pour les autres ?

Réponse : Bien sûr, c’est pire. Comme vous commencez à avoir « sept milliards d’enfants » dans le monde. Avant, vous craigniez pour vous-même, et maintenant, pour sept milliards supplémentaires. C’est l’état du Créateur.

Question : Alors vers quoi nous dirigeons-nous ?

Réponse : Vers le fait que nous apprécierons la perfection de ce système.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 21/05/2017