La prière qui ne vient pas du cœur est-elle utile ?

Question : Nous savons qu’une prière correcte est une prière pour les autres. Mais lorsque je n’ai pas la force de vraiment prier, mais malgré cela je fais un effort, une telle prière produit-elle un résultat positif ?

Réponse : En réalité non, car il ne s’agit pas d’une prière, mais d’une demande incorrecte.

Le Créateur est une force générale de la nature qui ne reçoit que les véritables désirs non artificiels de quelqu’un. C’est comme si vous respiriez de l’oignon pour vous faire pleurer. A quoi ça sert ? C’est pareil ici.

Il n’y a pas besoin de faire semblant. Nous devrions étudier la Kabbale en essayant de comprendre notre relation avec la force supérieure, et comment et quoi demander. Nous devons nous assurer que nos demandes suivent néanmoins la voie de notre développement et demander pour nos prochains états, plus élevés.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/11/2018

La connexion au monde supérieur

Question : Lorsqu’une personne atteint le Créateur et devient similaire à Lui en qualités, cesse-t-elle d’avoir un corps physique ?

Réponse : Un certain nombre de kabbalistes dans notre monde sont avec nous dans la même sensation de ce monde et nous pouvons être connecté à eux.

En même temps, ils existent dans le monde spirituel et nous permettent d’être connectés à lui. Ces personnes sont peu nombreuses, mais un grand nombre d’entre elles n’est pas nécessaire. C’est inutile car nous avons un faible besoin de spiritualité dans notre monde.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/10/2018

Le cinéma à l’honneur

Mon nouvel article sur le cinéma et les Oscars et César:

Le monde du cinéma est à l’honneur ce week-end avec la 91ème cérémonie des Oscars à Los Angeles, et la 44ème cérémonie des César à Paris. Tout le gotha du show business sera présent et les pronostics vont bon train, les surprises sont néanmoins toujours possibles.

 

Depuis presque 100 ans, le cinéma nous fait rêver. Progressivement il a pris sa place dans la société et de nos jours, il est un élément incontournable de la culture moderne.

L’influence du cinéma est telle qu’il devient une sorte de référence, il s’est toujours inspiré d’histoires vraies pour en faire des causes, des priorités ou des revendications, tout en développement de nouveaux thèmes tels que la science fiction ou les films d’horreur. Le cinéma est un puissant outil pour véhiculer des idées, des valeurs.

Les films veulent, au-delà d’une histoire, encourager des valeurs humaines telles que la justice, la vérité, le respect de la différence, la tolérance, en traitant des sujets de société délicats, tabous etc. Néanmoins, ces valeurs sont traitées d’après l’idéologie de la production qui est relative puisque un de ses critères est la rentabilité du film au box office.

En effet, dès le début du film, on nous impose les gentils et les méchants, ce qui peut conduire à des préjugés et des jugements à l’égard de certains pays, minorités, valeurs etc.

Le septième art est progressivement passé d’un art à une affaire commerciale générée par un système au service du consumérisme.

Un changement des mentalités est donc à envisager. Il serait bon de créer un contenu qui soit utile à la société, c’est-à-dire promouvoir le vivre ensemble et l’épanouissement personnel de chacun à travers la réalisation de son potentiel.

La remise des trophées devrait être selon ces critères et non d’après le succès en salle, ni selon l’avis des critiques.

C’est sur ce point que le cinéma a le plus grand rôle de sa vie à jouer. Si dans tous les films, les valeurs positives étaient constamment mises en avant, alors les mentalités changeraient.

 

 

Le chemin de la Kabbale

Question : Qu’est-ce que le chemin de la Kabbale ?

Réponse : Le chemin de la Kabbale est la ligne médiane.

La ligne de gauche est le chemin de l’égoïsme et la ligne de droite est le chemin du don sans réserve. Nous ne pouvons pas nous déplacer sur l’une ou sur l’autre, car ces deux lignes viennent d’en haut. Elles sont les forces de notre développement et nous devons les combiner correctement l’une avec l’autre.

La capacité de combiner les lignes droite et gauche et de se déplacer dans la ligne médiane est le résultat de tous nos efforts.

Extrait de la leçon de kabbale en russe, le 18/11/2018

La vie, la mort et la conscience

Question : Si ce n’est pas l’âme, alors qu’est-ce qui entre dans un nouveau corps à la nouvelle naissance d’une réincarnation ?

Réponse : Le point dans le cœur.

Question : Qu’advient-il de notre conscience lorsque le corps biologique meurt ?

Réponse : Rien ne se passe. Le fait est que notre conscience existe afin de sauvegarder notre égoïsme. Lorsque l’égoïsme meurt, c’est-à-dire lorsqu’il se cache de nous, la conscience devient alors inutile pour nous. Par conséquent, elle disparaît.

Mais avec l’aide de notre méthode, nous développons un nouveau type de conscience et un nouveau type de désir. La nouvelle conscience sert le nouveau désir, le désir de donner. Et nous n’avons pas besoin de mourir pour cela. Nous pouvons vivre plusieurs vies et morts au cours de l’existence actuelle de notre corps.

De plus, nous ne ressentirons pas que nous mourons car nous serons déjà dans un état « au-delà du corps » complètement différent.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/10/2018

Une prière pour l’avenir

Question : Comment peut-on demander correctement ? Est-ce une action pratique ?

Réponse : La requête correcte n’est pas les mots que je prononce. Demander correctement signifie créer à l’intérieur de vous une image de la demande correcte, ce qui signifie l’état dans lequel je me trouve et l’état dans lequel je souhaite être.

La différence entre ces états est ma requête. Je demande un changement en moi afin de pouvoir passer de l’état actuel à l’état futur.

Pourquoi je demande pour moi-même ? N’est-ce pas cet égoïsme ? Le fait est que la Kabbale parle de ce type de demande parce que le monde entier est à l’intérieur de moi. Si je me change moi-même, je change le monde.

Comme nous l’étudions dans la perception de la réalité, tout ce que je ressens en dehors de moi est une projection de ce que je dépeins en moi. En dehors de moi, il n’y a que la Lumière supérieure sur laquelle je projette mes qualités intérieures.

Par conséquent, toutes les personnes et la nature minérale, végétale et animale, et l’univers entier en général sont une projection de mes qualités intérieures. Les première, deuxième, troisième et quatrième étapes en moi sont projetées sur la Lumière blanche et c’est ce que je ressens comme « notre monde ». Pour cette raison, je demande ma correction et ainsi je corrige le monde.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/11/2018

Ressentez le jeu du Créateur

Question : Il y a des événements que nous percevons comme justes ou injustes, bons ou mauvais. Cela dépend-il de notre perception ? Ou existe-t-il un système de bien et de mal ?

Réponse : Le mal n’existe pas. Et les soi-disant effets négatifs ne sont nécessaires que pour nous pousser vers le but de la création, pour nous mettre en mouvement.

Si vous ressentez un impact sur vous-même, vous devriez d’abord le rapporter au Créateur et essayer de vous unir encore plus à vos amis malgré cette influence. Et ensuite, regardez ce qui se passe avec l’impact négatif : demeure-t-il ou disparaît-il progressivement comme le brouillard. À partir de là, vous commencerez à vivre le jeu du Créateur. Ce n’est pas de la psychologie mais ce sont des forces qui agissent dans la nature.

Ainsi, essayez d’abord de résoudre n’importe quel effet négatif dans le groupe, dans une connexion plus grande entre nous.

C’est ce que nous faisons à chaque leçon quotidienne de Kabbale. Regardez nos cours de temps en temps même si au début ils semblent difficiles, déroutants, pas pour vous. Dans ces leçons, nous étudions l’impact du Créateur sur nous et notre réaction correcte, qui nous conduit au but : la révélation du Créateur.

Découvrir le Créateur, c’est révéler le système de gouvernance, la cause de ce qui se passe en nous, avec nous, hier, demain, avant la vie, après la mort, etc. C’est le sujet de la science de la Kabbale.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/10/2018

Comment l’esprit et la sensation peuvent-ils exister sans un corps ?

Question : Comment l’esprit et la sensation peuvent-ils exister sans un corps physique ? Que ressentira la sensation ? Où est né l’esprit et où réside-t-il ?

Réponse : La sensation n’est pas un corps. Notre corps est juste une substance qui semble exister. Certains mouvements et modifications se reflètent en lui et nous nous sentons vivants.

En réalité, nous existons dans la pensée du Créateur. Rien n’existe en dehors de cette pensée. L’univers entier, tout ce qui existe, n’est qu’une pensée.

Parlez aux astronomes, demandez aux astrophysiciens, et ils diront la même chose. En travaillant avec des corps célestes, ils ressentent qu’il s’agit d’un plan, d’une pensée.

La science de la Kabbale dit la même chose : la matière n’existe pas, nous la ressentons comme une conséquence de la perception de la pensée.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/10/2018

En quoi le désir de recevoir est-il différent de l’égoïsme ?

Question : Quelle est la différence entre le désir de recevoir et l’égoïsme ?

Réponse : Le désir de recevoir est un désir naturel, et l’égoïsme fait référence au plaisir qui est aux dépens d’un autre. Par exemple, si un lion affamé attaque un mouton et le tue pour qu’il mange, cela s’appelle le désir.

Une personne veut humilier les autres, en tirer profit, gagner à leurs dépens. Elle n’apprécie pas le processus de réception lui-même, mais le fait qu’à travers cela elle domine les autres. Ceci est l’égoïsme.

En d’autres termes, il y a un désir naturel de satiété, d’être rempli et il y a un désir égoïste. Si je veux simplement recevoir du plaisir, alors c’est une nécessité fondamentale pour mon existence. Si, cependant, je désire recevoir quelque chose spécifiquement aux dépens des autres, contre eux, afin de m’élever plus haut qu’eux, alors c’est de l’égoïsme.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/09/2018

La peur de la réincarnation

Question : Je n’ai pas peur de mourir, mais j’ai peur de renaître. Quelle est l’intention du Créateur ici ?

Réponse : Vous avez peur de naître de nouveau parce que vous savez ce que vous devez encore traverser : la naissance, la crèche, la maternelle, l’école, les maladies, les vaccinations, les problèmes, les insultes, etc.

On dit que les hommes sages se sont assis et ont réfléchi : « Qui est le plus heureux : quelqu’un qui est né ou celui qui va naître ? » Et ils ont décidé que celui qui va naître est plus heureux. Mais si vous êtes né, alors remplissez votre mission et ne renaissez plus jamais.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/09/2018