Tout le monde peut se tromper

254.01Question : Est-il important pour un leader de pouvoir admettre ses erreurs ?

Réponse : Un leader peut difficilement faire des erreurs. Mais s’il juge nécessaire de montrer qu’il a commis une erreur, il doit le faire publiquement et d’une manière qui est considérée comme une vertu.

Question : Donc, ce n’est pas un problème pour un manager de montrer ses erreurs et ses faiblesses, mais c’est plus difficile pour un leader ?

Réponse : Ce n’est pas un problème pour un manager ou un leader parce que nous tous, comme on dit, marchons sous Dieu, et tout le monde peut se tromper.

Question : Un leader doit-il être capable de prendre des risques ?

Réponse : Non. Un leader doit choisir le meilleur chemin et le plus fiable, car c’est ainsi qu’il conduit son troupeau vers le but le plus élevé et il n’a pas le droit de prendre des risques avec lui.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 11/06/2020

Un leader est donné d’en haut

200.02Remarque : On dit qu’un leader est quelqu’un qui peut ériger un autre leader.

Réponse : Non, je ne suis pas d’accord avec cela. Même les dirigeants bibliques ne s’y sont pas beaucoup engagés et n’étaient pas très bons dans ce domaine.

Question : Un leader ne devrait-il pas se soucier de qui viendra après lui ?

Réponse : Un leader est une personne qui regarde loin devant lui. Il essaie de transmettre ses idées à ses subordonnés, mais s’il est compris et s’il peut se trouver des successeurs, c’est un problème. Après tout, tout est donné d’en haut et, par conséquent, peu de choses dépendent de lui.

Remarque : Du point de vue de la direction, il est très important pour chaque chef de projet ou organisation de pouvoir former des personnes qui peuvent le remplacer à tout moment.

Réponse : Cela ne s’applique pas à un leader. Tout comme il a été nommé d’en haut, celui qui le remplacera l’est aussi.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 11/06/2020

Au pic des émotions

511.01Question : S’il y a conflit, vaut-il la peine d’éteindre la vague d’émotions en acceptant les revendications et en partant ?

Réponse : Non. Il faut essayer de noter sur un papier toutes les émotions contradictoires de telle sorte qu’en les utilisant plus tard, il sera possible de s’élever de plus en plus haut vers une solution commune au conflit.

Question : Autrement dit, si une personne est au pic de ses émotions, alors il est conseillé que l’autre partie arrête la conversation et continue plus tard ?

Réponse : Ce n’est pas cela qui est important, mais que nous comprenions clairement l’ampleur du désaccord entre eux, qu’il s’agisse d’un seul ou de plusieurs, et alors nous pourrions résoudre ce problème. Et si les gens se crient dessus, rien ne peut être résolu.

Par conséquent, vous devez leur donner un morceau de papier et un crayon pour qu’ils expriment ce qu’ils crient. Laissez-les noter leurs émotions.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 16/07/2020

Conflits au sein d’une personne

249.03Question : Y a-t-il une différence entre les méthodes de résolution des conflits interpersonnels externes et des conflits internes chez une personne ? Ou conviennent-elles aux deux cas ?

Réponse : En principe, oui. Mais à l’intérieur d’une personne, les conflits se résolvent un peu différemment car il faut voir les deux côtés de l’argument.

Commentaire : Disons que je veux sortir et réfléchir à l’opportunité de porter un masque ou non. Il y a un conflit interne. D’une part, je suis un peu prudent à l’idée d’infecter les autres. D’un autre côté, c’est difficile de respirer et il semble n’y avoir personne dans les environs. Ainsi, une personne fait constamment des calculs, des conflits surviennent à chaque seconde.

Réponse : Avec un masque, c’est assez simple. Le fait est qu’il existe des spécialistes qui comprennent comment le virus se propage. Et s’ils disent que vous devriez porter un masque, alors vous l’acceptez et vous en mettez un même s’il n’y a personne autour.

Cela me donne l’occasion d’être honnête avec moi-même et avec la nature.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 16/07/2020

Être en contact avec le Créateur à chaque minute

919Question : Comment un kabbaliste parvient-il à être en contact quotidien avec le Créateur ?

Réponse : Un kabbaliste est en contact avec la force supérieure à chaque minute, bien qu’il mange, boive, travaille, aime, déteste, et fasse tout ce qui est nécessaire. Et tout cela, il le fait en contact avec la force supérieure.

Je donne souvent l’exemple d’une femme qui travaille alors que son enfant est malade à la maison. Elle pense constamment à lui, mais continue en même temps son travail. Nous, kabbalistes, sommes pareils : nous effectuons notre travail dans le monde et sommes en même temps en contact avec le Créateur.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 07/10/2018

Dois-je éduquer mon ego ?

294.1Question : Si j’ai un petit ego, devrais-je étudier la sagesse de la Kabbale ou devrais-je d’abord me concentrer sur le développement de mon ego ?

Réponse : Ne vous inquiétez pas pour votre ego, mais pensez simplement à la façon de vous élever au-dessus de lui. Dès que vous commencerez à vous élever au-dessus de lui, il commencera à s’étendre à l’intérieur de vous, et sur lui, comme sur une montgolfière, vous vous élèverez de plus en plus haut. En effet, pour avancer il faut avoir un grand égoïsme qui grandit.

Vous ne perdrez rien de physique. Au contraire, vous deviendrez un égoïste plus avide. Et c’est une bonne chose parce que vous ne pouvez pas vous élever dans le monde supérieur sans un grand ego. Vous avez besoin des deux : la ligne gauche et la ligne droite.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 11/11/2018

L’essence des conflits

239Remarque : Selon la Kabbale, deux forces existent dans la nature : la force du don sans réserve et la force de la réception. La force du don sans réserve émane et se développe. La force de la réception différencie, elle est responsable de la diversité. La collision de ces deux forces chez l’homme est l’essence des conflits.

Mon Commentaire : Oui. Mais sans cela, c’est impossible. S’il n’y avait pas de force égoïste en chacun de nous, alors cette seule force altruiste qui agirait sur nous serait très monotone. Elle ne pourrait pas nous développer. Nous nous développons à partir d’opposés.

Par conséquent, d’une part la force de la brisure est nécessaire. Et d’autre part, la force d’unification et d’intégration est nécessaire.

Question : Cela signifie-t-il que le conflit est un état naturel ?

Réponse : La chose la plus importante est ce que nous voulons atteindre à travers les conflits. Si ces conflits sont appropriés, s’ils sont organisés par nous de manière telle que nous nous développons correctement, et apprenons d’eux comment il est possible d’exister d’une meilleure manière en s’élevant au-dessus d’eux, alors nous verrions la force positive en eux, une force positive qui nous brise pour que nous nous élevions encore plus haut au-dessus d’eux.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 16/07/2020

La relation de l’homme avec la nature et avec lui-même

177.13Question : Dans la classification des relations interpersonnelles, l’essentiel est considéré comme étant le contact entre l’homme et la nature. Quel est le principe de base de la connexion entre l’homme et la nature supérieure ?

Réponse : Le principe est très simple : une personne doit converger vers la nature supérieure. La nature supérieure ou intérieure est basée sur la qualité du don sans réserve, de l’amour et de l’assistance mutuelle. En cela, c’est le contraire d’une personne qui est dans l’amour égoïste pour elle-même. Si nous nous adaptons correctement pour ressentir la nature, alors nous la découvrirons.

Question : Comment une personne doit-elle se rapporter à elle-même, à son « moi » ?

Réponse : Comme à un certain détecteur, un dispositif récepteur, qui se trouve dans certaines conditions et qui doit utiliser lui-même et ces conditions pour révéler l’essence de tout ce qui se passe, la vraie nature de notre monde.

Question : La plupart du temps, une personne se parle à elle-même, mène un dialogue intérieur. Bien que cela se produise inconsciemment, existe-t-il un moyen de contrôler le sujet de ce dialogue ?

Réponse : Dans la Kabbale, il y a toute une technique sur le dialogue intérieur d’une personne avec elle-même, avec des amis, avec un groupe, avec le monde et avec le Créateur. À cet égard, nous devons toujours être dans le flux continu d’informations.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Communication » du 30/07/2020

Conseils pour prendre des décisions

177.06Commentaire : Donnez des conseils à une personne ordinaire sur la façon de prendre la bonne décision à chaque moment de sa vie pour qu’elle se sente bien.

Ma Réponse : Assurez-vous que les gens l’approuvent.

Question : Et comment un manager devrait-il prendre des décisions, pour qu’elles soient bonnes pour lui et ses subordonnés ?

Réponse : Discutez-en avec vos subordonnés.

Question : Quels conseils donneriez-vous au président pour prendre les bonnes décisions ?

Réponse : Il devrait chercher des personnes intelligentes.

Question : Quels conseils donneriez-vous aux parents sur la manière de prendre la bonne décision dans la famille ?

Réponse : Comprenez l’enfant et donnez-lui des activités qui le captivent et font de lui une personne formidable.

Question : Et maintenant, donnez des conseils aux personnes qui recherchent le sens de la vie. Quel est le sens ? Où quelqu’un peut-il le trouver ?

Réponse : Venez à notre organisation. Je ne vois pas où le sens de la vie puisse se trouver ailleurs.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 11/06/2020

À la fin de la correction spirituelle

760.4Question : Pourquoi y a-t-il tant de personnes dans le monde s’ils n’aspirent pas à la spiritualité selon la loi supérieure ?

Réponse : Parce que chaque personne doit accomplir au moins sa petite part de travail sur la quantité générale de travail.

Nous sommes déjà entrés dans la phase finale de développement. Nous sommes en fait à la correction finale qui dure depuis près de 6 000 ans, qui commença avec Adam.

Adam a été le premier kabbaliste à avoir commencé la correction. Aujourd’hui, nous approchons de sa fin, et peut-être pourrons-nous même achever la correction. Tout dépend uniquement de nous. Le monde est prêt.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 07/10/2018