Sagesse et amour

Question : Quelles sont les étapes pour acquérir la sagesse et l’amour dans la Kabbale ?

Réponse : Là où il y a de la sagesse, il y a de l’amour. Là où il y a de l’amour, bien sûr, il y a de la sagesse.
La sagesse, nous l’appelons la Lumière de Hokhma qui se propage dans la Lumière de Hassadim.

Hassadim est la Lumière de la dévotion, du don sans réserve absolu et inconditionnel, au-dessus de tous les problèmes, au-delà de toute raison.

« Au-dessus » ne signifie pas que vous n’avez aucune raison. Au contraire, vous avez un esprit énorme et vous êtes toujours prêt à tout donner. C’est dans cette dévotion que vous commencez à ressentir le Créateur et en cela vous ressentez l’amour.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/03/2019

L’illusion de notre monde

Question : Vous avez appelé notre monde comme étant illusoire. Pourquoi le corriger s’il en est ainsi ?

Réponse : Vous avez raison ; nous ne le corrigeons pas. Nous nous corrigeons nous-mêmes, notre égoïsme. Le monde est notre perception comme un reflet de notre égoïsme.

Le monde est ce que notre ego dessine pour nous. Dès que nous commencerons à nous frayer un chemin à travers le monde jusqu’au Créateur, nous ressentirons de plus en plus le monde supérieur.

Nous commencerons à voir dans le cadre de notre monde les forces agissantes du monde supérieur, et petit à petit notre monde disparaîtra de notre perception. Son image demeure, mais les forces qui agissent derrière lui se manifesteront de plus en plus. Ainsi, notre conscience et notre attitude envers le monde commenceront à changer.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/03/2019

Peut-on lire les pensées des autres ?

Question : Une personne ayant un grand désir peut-elle lire les pensées des autres ?

Réponse : Lire les pensées est une chose matérielle. Je ne peux pas dire que cela soit apprécié, car en même temps, vous capturez les pensées des autres au quotidien. Mais cela est possible parce que les pensées de notre niveau sont matérielles.

Vous pouvez prendre une personne par la main et ressentir ses pensées, comme le font les médiums. Mais qu’est-ce que cela vous donnera, à part des tours de passe-passe ? Rien. Certaines personnes ont une telle sensibilité accrue et ainsi se présentent de cette manière.

En général, je ne conseillerais pas de faire cela, il est dommage de faire un tel effort. Les efforts devraient être dirigés à l’inverse, vers la dissolution dans le groupe et, ce faisant, vers la révélation du Créateur.

Question : Est-il possible d’influencer les pensées de quelqu’un si j’ai un fort désir ?

Réponse : Bien sûr. Et comment ! De telles choses sont connues depuis l’époque du KGB. Soit dit en passant, elles sont utilisées par tous les services de renseignement du monde. Mais pourquoi en avons-nous besoin ? Comme au niveau de notre monde, ces influences mutuelles sont purement égoïstes.

Je ne voudrais pas que vous y pensiez du tout, car l’influence des pensées mène à la subordination des autres, c’est-à-dire à la destruction du monde.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 03/02/2019

Les nouveaux états sont préférables aux anciens

Question : Si je lis les lettres du Baal HaSoulam et ressens à quel point je suis l’auteur d’un état à un autre, comment ne pas quitter ce mouvement interne avec lui ? Comment puis-je rester avec l’auteur tout le temps ?

Réponse : Cela demande vraiment beaucoup d’efforts. Mais même si cela ne fonctionne pas, ne vous inquiétez pas, vous y arriverez quand même. Plus important encore, n’essayez pas de rester dans un état spirituel particulier. Les vrais kabbalistes ont même demandé à tout oublier et à tout recommencer. Imaginez à quel point ils ont compris que les nouveaux états étaient meilleurs que les anciens. N’ayez peur de rien ! Abandonnez-vous à ce flux, laissez-le vous transporter en avant.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 10/03/2019

Comment devenir immortel ?

Question de Facebook : Vous dites qu’une personne peut être immortelle et qu’elle n’est pas obligée de mourir pour voir le Créateur. Mais l’homme est matériel et tant qu’il vit, cela ne se peut pas. Pour que cela se produise, nous devons quitter notre corps et rejoindre le Créateur avec notre âme.

Comment cela peut-il arriver si vous dites que mourir n’est pas nécessaire ?

Réponse : Le fait est que le corps humain n’a rien à voir avec les sensations de notre monde. C’est une apparence purement extérieure et rien d’autre. Par conséquent, il nous semble que nous ressentons le monde matériel à travers les cinq organes des sens corporels.

Pour faire l’expérience du monde supérieur, nous devons développer cinq sens spirituels. La sagesse de la Kabbale traite de leur développement et explique comment une personne peut commencer à ressentir le monde spirituel. Ainsi, mourir n’est pas nécessaire.

Question : Promettez-vous aux gens l’immortalité si nous nous unissons et développons notre esprit ?

Réponse : Bien sûr ! Ce n’est pas une promesse, mais une technique spirituelle, et c’est en fait réalisable. Aujourd’hui, même dans notre monde, vous pouvez rencontrer des personnes qui sont parvenues à atteindre le monde supérieur et qui perçoivent le monde comme éternel, immortel à travers cette méthode.

De KabTV, « Réponses aux questions de Facebook », le 10/03/2019

Au-delà du temps, de l’espace et du mouvement

Question : Les sources originelles disent que la réalité décrite par les kabbalistes est au-delà du temps, de l’espace et du mouvement. Quelle est cette réalité et où se trouve-t-elle ?

Réponse : Le temps, l’espace et le mouvement sont les paramètres de notre monde, qui est appelé le monde imaginaire. Ils apparaissent en nous à cause des désirs égoïstes non corrigés.

Si nous corrigeons nos désirs, les élevant au niveau du don sans réserve, des actions altruistes, alors ils perdent ces propriétés, en raison desquelles le temps ralentit au niveau de notre monde, et un espace physique apparaît soudainement, etc.

Par conséquent, les concepts de temps, d’espace et de mouvement dépendent uniquement de nos désirs égoïstes. Dès que nous nous élèverons au-dessus de notre égoïsme dans le monde spirituel, ces paramètres disparaîtront ; ils n’existent pas là-bas.

Dans le monde spirituel, le temps est un changement de moins d’altruisme à plus d’altruisme dans nos désirs. L’espace et le mouvement sont les mouvements des qualités du don sans réserve, des inférieures et des plus faibles jusqu’aux plus fortes.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 26/11/2018

La satisfaction est constante lorsque nous le voulons vraiment

laitman_962.6Une personne ne reçoit pas de satisfaction de l’amour lui-même, mais du désir d’amour, du désir ardent de celle qu’elle aime. Elle est heureuse de vivre ces sensations sans recevoir une satisfaction égoïste.

Par conséquent, l’action spirituelle est accomplie à travers la foi au-dessus de la raison, en vue du don sans réserve. C’est un type différent de Kli. C’est le désir ardent qui remplit une personne ; c’est l’essentiel, il faut donc l’entretenir.

La même règle s’applique dans notre monde : tant que nous aspirons à l’objectif, il nous remplit bien plus que son atteinte et la réalisation de notre rêve. Alors, nous voyons que ce n’était pas ce que nous avions imaginé. Mais pourquoi est-ce ainsi ?

C’est parce qu’en réalité, la nature des désirs et des satisfactions ne fonctionne pas ainsi. La satisfaction véritable et constante n’est possible qu’à partir du désir ardent et non par la satisfaction du désir. Le désir de recevoir n’a pas été créé pour être rempli, mais plutôt pour développer au-dessus de lui l’aspiration à l’amour et au don sans réserve. (1)

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, L’absence de la grandeur du Créateur, le 03/07/2019

(1) : à 16 minutes et 55 secondes

Voir la mosaïque de l’âme

Question : Si nous sommes en désaccord avec ce que le Créateur fait avec nous, que faire  ?

Réponse : Corrigez-vous jusqu’à être d’accord. En principe, rien ne change. Ne vous attendez pas à ce que notre monde change ! Seule votre attitude à son égard changera si vous faites des efforts. C’est le sens de la « correction du monde ».

Il est dit que le monde agit comme il l’a toujours fait. Vous allez changer jusqu’à ce qu’il vous soit révélé comme parfait, éternel, infini et absolument corrigé. Ceci est notre vie et notre correction.

Alors décidez si vous allez vous corriger ou non. Le monde est immuable. Au contraire, selon la mesure de vos progrès, selon la mesure de votre capacité à vous corriger, il vous apparaîtra comme de plus en plus non corrigé afin que vous puissiez compenser les défauts externes avec vos corrections intérieures et voir que le monde est corrigé.

Par exemple, je vois maintenant le monde non corrigé. Je regarde une personne assise devant moi, un type endormi qui se frotte constamment les yeux ; je ne l’aime pas. Si je découvre tout à coup qu’il compte le plus pour moi, qu’il est un ami spécial au cœur chaleureux, alors je commence à le voir de manière totalement différente. Tout dépend de mon état. Il n’y a pas d’autre moyen.

Dès que nous découvrons que tous ensemble nous faisons partie de la même âme, personne ne peut être laid, méchant et répugnant là-bas ! Par conséquent, je vais soudainement commencer non seulement à tolérer tout le monde, mais aussi à les aimer, non pas les négliger mais les attirer.

Imaginez, nous faisons tous partie de la même âme. Où vous échapperiez-vous ? D’un autre côté, pourquoi « s’échapper » ? J’ai besoin de comprendre que toutes ces parties sont nécessaires pour moi. Elles apparaissent soudainement comme une mosaïque qui rassemble mon âme, en se complétant mutuellement et en se connectant correctement.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 27/01/2019

Pourquoi étudier Ptikha ?

Pourquoi étudier PtiKha (Préface à la Sagesse de la Kabbale) ou L’Étude des Dix Sefitot ? Ai-je besoin de savoir combien d’anges sont dans le ciel et quels sont leurs noms ? Le fait est que nous souhaitons voir un système complet devant nous et il est par conséquent très important de l’étudier. Nous voulons comprendre comment nous vivons dans ce système et nous y intégrer en interagissant avec lui. J’affecte le système et le système m’affecte, ainsi je ressens notre connexion. De ce fait, j’ai besoin de l’étudier, de le percevoir comme un système global, fermé, intégral et entier, incluant tous les mondes et les objets spirituels, toutes les forces.

Tout ce que nous étudions est inclus dans un système unique dans lequel je veux me voir, comprendre comment je l’affecte et comment il m’affecte. Je veux voir chacun de mes états comme une conséquence de ce système. Cela inclut la vie dans ce monde et d’autres états : tout est inclus dans un seul système.

Il est important de recevoir des informations sur le monde, son histoire, son économie et ses crises, afin de percevoir l’image la plus complète possible et de comprendre où nous sommes. Nous savons que le Baal HaSoulam s’intéressait à la science et utilisait toutes les informations dont il disposait dans ses explications. Il n’est pas écrit en vain qu’un kabbaliste doit d’abord étudier toutes les sciences du monde et ensuite seulement il comprendra ce qui se passe au-dessus de ce monde.

Par conséquent, il est important d’étudier la Préface à la Sagesse de la Kabbale afin de percevoir l’image d’ensemble et de s’y inclure, en commençant une interaction consciente avec la réalité. (1)

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, « Préface à la Sagesse de la Kabbale », Point 92, le 16/07/2019

(1) : à 0 minute et 20 secondes

Combinez la double image du monde

Question : Pour atteindre l’état de véritable amour, il faut observer l’unique loi de l’univers, la similitude des propriétés. Est-ce que cela signifie que je devrais devenir comme les qualités de la nature, avec la racine qui est la cause fondamentale m’ayant créé ?

Réponse : Oui, nous devons devenir semblables à la nature dans laquelle nous résidons effectivement. Mais comment savez-vous ce qu’est vraiment cette nature ? Par conséquent, on nous a donné un groupe, des personnes supposées exister, avec qui je devrais interagir, en me considérant moi et eux comme un seul tout commun. Ainsi, j’atteins le focus, par exemple à partir de deux formes ou lignes qui, en ajustant la mise au point, n’en font plus qu’une.

Question : La Kabbale affirme que la nature est altruiste et que nous, les gens, la création, sommes égoïstes, signifiant que nous avons une pensée égocentrique et que nous devons nous rapprocher de la similitude avec la nature.

Bien que nous comprenions ce qu’est l’altruisme en général, nous ne le voyons pas de manière évidente dans la nature. Est-ce la même chose ? Est-ce égoïste aussi ?

Réponse : Lorsque la Kabbale révèle sa méthode de correction à une personne, elle devient une méthode d’éducation pour elle. Elle vous explique comment vous devriez changer et, en fonction de vos changements intérieurs, vous verrez le monde corrigé. Voilà comment cela fonctionne.

Une personne doit comprendre que dans son champ de vision se trouve une double image du monde et qu’il faut les combiner. En se combinant avec les autres dans un seul tout, dans un seul objet, vous vous corrigez et voyez le monde corrigé.

La nature du Créateur qui nous a créés est altruiste et nous devons devenir similaires à Lui, ce qui signifie similaires à la qualité du don sans réserve absolu. Le Créateur nous a délibérément créé en opposition à Lui-même afin que nous puissions L’atteindre depuis l’état inverse.

En combinant les qualités absolument négatives et absolument positives en soi, une personne sera capable de s’élever au prochain niveau de perception du monde.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 26/11/2018