Qui détermine l’état du monde ?

laitman_259_02Au cours de ces dernières décennies, le monde est entré dans une période de crise, tout comme le monde l’a connue dans l’ancienne Babylone. En particulier, les Juifs alors ont commencé à exister comme un seul peuple uni, et après cela ils tombèrent de ce niveau et furent dispersés à travers le monde.

La sagesse de la Kabbale met en garde contre la répétition de la crise mondiale générale, elle a ainsi offert simultanément un manuel d’instruction et un guide qui explique ce que les Juifs doivent faire pour atteindre à nouveau l’union, devenant un phare pour les nations et amenant le monde vers le bien.

Si à présent, lorsque nous sommes séparés, nous commençons volontiers à nous connecter, cela établira la bonne voie pour le monde afin de réaliser sa mission. Tous les leaders antisémites ont très bien compris que nous déterminons l’état du monde ; ils nous reprenaient et nous condamnaient pour le fait de ne pas remplir notre rôle. De ce fait, si nous souhaitons le bien pour nous-mêmes et pour toute l’humanité et que nous voulons mettre un terme à l’antisémitisme, nous devons nous rappeler que tout dépend uniquement de nous et non pas du monde. Le monde est seulement le résultat de notre état interne.

D’après une interview sur RTN, New York, le 21/07/15

Le Créateur est-il vivant ?

Laitman_109Question : Il a été dit que le Créateur souffre beaucoup plus que nous parce qu’Il doit se cacher et nous envoyer des souffrances. Est-ce à dire que le Créateur est vivant ? Si non, alors la notion de « satisfaire le Créateur » n’a pas de sens.

Réponse :
Tout ce que nous ressentons se trouve uniquement à l’intérieur de nous, même s’il nous semble que cela existe en dehors de nous.

Par conséquent, le Créateur en hébreu s’écrit Boré à partir des mots « Bo – viens » et «  – voir ». Cela signifie « atteindre le Créateur selon vos propriétés spirituelles ». La sagesse de la Kabbale explique comment on peut les révéler à l’intérieur de soi-même.

En conséquence, tout est expliqué à travers les mots et les sensations d’une personne, par la façon dont une personne ressent cela plutôt que la manière dont c’est senti en dehors d’elle, par le Créateur. De plus, il n’y a pas de Créateur à l’extérieur de la personne !

Le monde attend le bonheur

Dr. Michael LaitmanQuestion : Qu’est-ce qui fait du peuple Juif le peuple élu selon la sagesse de la Kabbale ?

Réponse :
Le peuple Juif est considéré comme le peuple élu parce qu’il est le premier qui doit apprendre et adopter la méthode kabbalistique et l’apporter à toute l’humanité.

Mais en attendant, le fait que nous soyons le peuple élu se reflète négativement sur nous parce que nous ne remplissons pas notre rôle. C’est la raison pour laquelle nous ressentons l’attitude négative du monde envers nous. Nous devons comprendre pourquoi nous sommes excommuniés, pourquoi nous avons souffert à travers l’histoire, et pourquoi tout le monde nous hait, y compris les pays avec lesquels nous n’avons jamais eu aucun contact, et pourquoi cette haine émerge encore et encore. Nous devons faire très attention à cela car cette attitude à notre égard découle de la loi générale de la nature.

Si nous l’examinons comme un processus naturel et commençons à l’étudier et à l’explorer, la sagesse de la Kabbale explique tout très simplement : nous devons apporter la méthode de l’unité au monde, surtout en ce moment où l’humanité est si divisée. Le monde est en crise : les familles se disloquent, les pays sont détruits, tout se désintègre, et l’homme est brisé intérieurement. C’est en fait dans ces temps, selon toutes les sources, que la méthode kabbalistique est la plus vitale et nécessaire.

Mais parce que nous ne l’amenons pas au monde, l’humanité va accroître ses revendications selon lesquelles nous sommes la raison de toutes les afflictions parce que nous n’apportons pas le bonheur au monde, et cela parce que nous sommes les seuls qui puissions le faire.

D’après une interview sur RTN, New York, le 21/07/15

Le rôle de l’esprit le long du chemin spirituel

Dr. Michael LaitmanLa Torah, « Nombres », 13:17-18 : Moïse leur donna donc mission d’explorer le pays de Canaan, en leur disant : « Dirigez-vous de ce côté, vers le sud, et gravissez la montagne. Vous observerez l’aspect de ce pays et le peuple qui l’occupe, s’il est robuste ou faible, peu nombreux ou considérable… »

Escalader la montagne et regarder la terre d’en haut signifie appeler la Lumière Supérieure, qui vous élève temporairement juste parce que vous le demandez. Cela cependant ne se produit pas dans la pratique, vous le voyez seulement, parce que vous ne pouvez rien faire à part voir.

Voir peut à la fois vous élever ou vous abaisser, mais c’est essentiel pour comprendre avec quoi vous devez travailler, ce qui signifie travailler dans la foi au-dessus de la raison. Pour ce faire, vous devez avoir une grande connaissance parce que vous ne devriez pas simplement suivre aveuglément mais vous devriez comprendre clairement toutes les instructions, les directives, l’ensemble du système, et comment travailler avec la Lumière Supérieure. Ceci est la raison pour laquelle l’esprit supérieur est activé avant chaque niveau.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 30/03/15

Pour que le conte de fées devienne réalité…

Question : Vous utilisez de tels mots qui sont beaux et élevés comme « unité et « l’amour des autres », mais ils sont si loin de nos vies qu’ils ressemblent à un conte de fées. Comment cela peut-il devenir réalité ?

Réponse :
Supposons que la Knesset, le gouvernement ou le président émette une loi sur l’enseignement obligatoire appelé « une nation unie est un devoir » au lieu de se contenter d’utiliser de belles paroles. Ils ne seraient pas en mesure de l’appliquer correctement, bien sûr, sans l’aide des Kabbalistes, et nous serions heureux de coopérer et de l’apporter aux gens afin qu’ils l’acceptent.

Ensuite, des cours seraient ouverts partout, à la radio, à la télévision, dans les médias, les jardins d’enfants, les écoles, etc. Il s’agit uniquement de prendre une décision, mais une décision finale que rien n’est plus important pour la nation d’Israël que d’être la nation d’Israël, ce qui signifie devenir une nation unie. Nous avons pas d’avenir ici, sauf si nous nous unissons.

Du Programme de la Radio Israélienne 103FM, le 02/08/15

Des espions dans le pays de Canaan

Dr. Michael LaitmanLa Torah, « Nombres », 13:3-5 : « Et Moïse les envoya du désert de Pharan, selon la parole du Seigneur ; c’étaient tous des personnages considérables entre les enfants d’Israël. Et voici leurs noms : pour la tribu de Ruben, Chammoûa, fils de Zakkour ; pour la tribu de Siméon, Chafat, fils de Hori… »

Tous les noms dans la Torah, et surtout les noms des espions, ont une signification intérieure spéciale. Leur numérologie symbolise les attributs par lesquels la future terre d’Israël pouvait être explorée. Ceci est la raison pour laquelle nous devons révéler et exposer ces attributs à l’intérieur de nous, nous préparer pour eux, et en faire un groupe. Dans ce groupe, composé des chefs de tribus, ils sont correctement unis. Grâce à cette force de l’unité, ils avancent vers une égalité progressive de leurs attributs avec ceux qui sont dans le pays de Canaan et ils voient dans quelle mesure ils ne peuvent pas les combattre.

En d’autres termes, la force de la solidarité, de la connexion et de l’unité qu’ils ont atteinte ne suffit pas à vaincre la force de l’ego qui peut les vaincre et les mettre en pièces. Ils ne comprennent tout simplement pas comment la surmonter et la dominer. Mais l’état dans lequel ils sont est absolument correct. Il est impossible de dire qu’ils avaient raté quelque chose, tout en explorant la terre et qu’ils ne pouvaient pas clarifier les choses. Tout est correct ! Tous les attributs par lesquels une personne a l’intention de conquérir la terre de Canaan ne suffisent pas pour la conquérir.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 30/03/15

Allez découvrir ce qui vous a été préparé

laitman_750_01La section hebdomadaire de la Torah, « Beshalach« , nous parle des espions que Moïse envoya en terre de Canaan, la future terre d’Israël.

Ceci est une astuce de la part du Créateur qui pose constamment différents pièges pour nous. D’une part, Il semble me dire « Envoie les espions », mais comment puis-je envoyer des espions si je suis prêt à suivre le Créateur avec les yeux bandés ?

Ainsi, en dépit de cette inclinaison et de mon désir intérieur de Le suivre, je dois invoquer différents désirs égoïstes à l’intérieur de moi qui sont appelés « le peuple », et envoyer les espions les plus forts et les plus habiles devant moi afin qu’ils voient ce que le Créateur prépare pour nous en terre d’Israël.

Il se trouve que nous allons à travers tout le chemin du Premier Homme, à travers Babel, l’Égypte et le désert, et nous atteignons les frontières de la terre promise et tout à coup Il dit : « Allez découvrir ce qui a été préparé pour vous. »

Comment est-ce possible ? La Mer Rouge a été divisée en deux devant nous, et nous n’avions pas peur d’aller à travers le désert et d’atteindre le Mont Sinaï, et ici Il nous dit « Allez vérifier à l’avance ce qui a été préparé pour vous », malgré le grand désir ardent précédent et notre relation étroite.

Ceci est l’autre face de la pièce. Il est temps de lutter contre les grands désirs égoïstes en terre d’Israël, et si nous les battons, nous acquerrons un nouveau niveau spirituel.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 30/03/15

Seul, il est impossible de se détacher de l’auge

laitman_559Le Baal HaSoulam, Introduction au Livre Panim Meirot uMasbirot, point 7 :  Moi, le Seigneur, l’heure venue Je l’accélérerai », qui est interprété dans Le Sanhédrin (98), « S’ils ne sont pas récompensés –en son temps; s’ils sont récompensés – Je l’accélérerai ». Ainsi, il existe deux façons d’atteindre l’objectif ci-dessus: soit en étant attentif ce qui est appelé : «Le chemin de la repentance ». S’ils en sont récompensés, « je l’accélérerai » s’appliquera. Cela signifie qu’il n’y a pas de temps précis fixé pour cela, mais il est certain que, lorsque qu’ils sont récompensés la correction se terminera.

S’ils ne sont pas récompensés d’être attentifs, il y a un autre chemin appelé: «Le chemin de la souffrance». Comme le Sanhédrin l’a dit (97), « Je placerai sur eux un roi, comme Haman, et ils reviendront vers le bien contre leur volonté », signifiant en son temps, car dans ce cas il y a un temps fixé.
Par cela, ils voulaient nous montrer…

vas-Tu envoyé des éclairs pour qu’ils viennent et Te disent : nous voici?». Il y a le chemin de la souffrance qui peut épurer tout défaut et toute matière, jusqu’à ce que l’on comprenne comment sortir la tête de cette auge bestiale, pour s’élever et gravir les échelons de l’échelle du bonheur et de la réussite humaine, pour adhérer à sa racine et compléter l’objectif.

Pas un seul d’entre nous ne peut sortir la tête de cette auge. Il est impossible de se détacher de l’auge, et nous devons réaliser ceci aussi rapidement que possible.

Cependant, il est uniquement possible de faire cela ensemble, et essentiellement, c’est en cela qu’est la différence entre le « chemin de la souffrance » et la « voie de la Torah », entre Beito (Chemin de la Souffrance) et Akhishena (Chemin de Lumière).

De la 3ème partie du cours quotidien de Kabbale, les Écrits du Baal HaSoulam, le 14/03/14

A qui est destinée la sagesse de la Kabbale ?

laitman_254_01Question : Peut-on dire que la sagesse de la Kabbale que vous diffusez est appelée « la sagesse populaire de la Kabbale », qui signifie la sagesse de la Kabbale qui est appropriée pour tout le monde ?

Réponse :
La sagesse de la Kabbale est en effet destinée à tout le monde parce qu’aujourd’hui cette sagesse devient progressivement indispensable pour toute l’humanité. Nous essayons de la rendre populaire juste pour les débutants. Et puis nos cours amènent une personne à étudier pendant de nombreuses années et à atteindre ainsi des niveaux très élevés de développement.

Notre enseignement est basé uniquement sur les sources Kabbalistiques authentiques : Le Livre de la Création écrit par Abraham, Le Livre du Zohar écrit il y a 2000 ans par le Rashbi, les écrits du grand Kabbaliste du 16ème siècle, le Ari, et les écrits des derniers Kabbalistes qui sont proches de nous dans leur système et style d’écriture, le Baal HaSoulam et le Rabash.

La sagesse de la Kabbale est la révélation de la force supérieure à l’homme dans ce monde. Chacun de nous peut découvrir l’ensemble de la création, par l’étude correcte de la sagesse de la Kabbale, y compris la force supérieure qui la gère. La force supérieure ou le Créateur est la nature à son niveau supérieur, où l’ensemble du plan, toute la pensée de la création, se trouve.

Tiré d’un interview sur RTN, New York, le 21/07/15

La « multitude mélangée » dans le travail spirituel

Dr. Michael LaitmanLa Torah, « Nombres », 11:5 : « Il nous souvient du poisson que nous mangions pour rien en Égypte, des concombres et des melons, des poireaux, des oignons et de l’ail. »

Question :
Pourquoi le souvenir de ce qu’ils mangeaient en Égypte a-t-il ressurgi soudainement ?

Réponse :
Les gens se demandaient ce qui pourrait remplir leur ego. Pour cela, MAN était une nourriture spirituelle, l’épanouissement spirituel à partir de ce que je donne quand je remplis et me tourne vers quelqu’un. Mais lorsque les désirs égoïstes surgissent en moi, je commence à ressentir leur besoin de la même façon qu’ils existent dans ces désirs. Ce qui signifie que les gens voulaient vraiment la Lumière de remplissage de ces désirs, la Lumière de Chaya et Yekhida, que symbolise la viande. Ils étaient apparemment en train de dire : « Nous n’avons pas de besoin pour l’accomplissement spirituel, nous exigeons de la viande », ce qui signifie ce qui était dans l’ego. Les désirs égoïstes ont surgi en eux appelés la « multitude mélangée ».

Mais ces désirs se sont présentés précisément chez une personne dans la perspective de son travail spirituel, en la convainquant : « Vous n’avez pas besoin de cela ; vous pouvez l’avoir dès maintenant si vous allez dans une autre direction. Nous vous promettons à la fois le monde à venir et tout ce que vous voulez. Tenez, prenez ce livre, réalisez ce qui est écrit en lui et tout ira bien. Vous ne devez pas travailler sur vous-même. »

Les désirs de la « multitude mélangée » obligent une personne à examiner si elle réalise les Mitsvot (Commandements) de ce monde correctement. Ils font appel à elle pour entretenir la Torah avec l’aide d’actions physiques, plutôt que de corriger son âme, ses relations avec les autres.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 11/02/15