Monthly Archives: août 2014

Ce que l’esprit ne fait pas, le temps le fera

Dr. Michael LaitmanQuestion : Lorsque nous travaillons avec l’ego, nous le décevons en permanence. Est-ce réellement ce que dit la Torah ?

Réponse : Je ne dirais pas que le travail avec l’ego est la déception, mais c’est effectivement la bonne façon de l’utiliser. En soi, il est impuissant, comme un enfant qui se met en colère mais qui ne peut rien y faire. C’est pourquoi on nous a donné la Torah afin que nous puissions changer cela. C’est l’idée générale.

La chose principale est de s’accrocher à cela. Il faut des années et parfois des décennies. Certains de mes étudiants qui ont étudié pendant 15 ans commencent à peine à le saisir.

Mon professeur, le Rabash, m’a raconté comment son père le Baal HaSoulam, qui était déchiré par des questions intérieures, a pris une fois au hasard un livre de la bibliothèque de son professeur et l’ouvrit. Mais nous savons que rien n’arrive par hasard, et c’était le livre Etz Ha-Haïm (L’Arbre de Vie) écrit par le ARI. Bien que son maître le Rabbin de Porsov lui avait interdit d’y toucher, il comprit que c’était exactement ce qu’il lui fallait. Il avait trouvé son livre, mais ne savait pas qu’il lui faudrait 20 ans avant même de commencer à comprendre ce dont il parlait.

Cette histoire m’a laissé une très forte impression, ce qui était presque déprimant : « Si j’ai 30 ans maintenant, cela signifie que je vais comprendre les choses seulement quand j’aurai 50 ans ! »

Mais d’un autre côté, il est impossible d’arrêter notre évolution et elle continue et peut même être accélérée, mais en dépit de notre volonté, il faut du temps car notre évolution a lieu dans ce monde, dans la chair, les os et les nerfs. L’inertie de la matière corporelle nous tire en arrière et ne nous permet pas de faire le saut spirituel.

Tous les kabbalistes, peu importe qui ils étaient, ont traversé ces états. Ainsi vous devez planter les graines spirituelles à l’intérieur de vous.

Si le mal se révèle quelque part, c’est seulement afin que vous puissiez vous purifier et changer pour que vous soyez en mesure d’être « planté dans le sol et de grandir ». En même temps vous ne devriez pas vous identifier avec les attributs négatifs. Vous devez les quitter et les suivre de l’extérieur. Alors, vous serez capable de vous placer sous la douche et d’être nettoyé, de recevoir de l’aide pour être planté dans le sol, et de demander plus.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 18/02/14

Ouvrir le cœur et non la bouche

Dr. Michael LaitmanQuestion : Quand nos amis sortent vers le grand public pour organiser un atelier, que pouvons-nous, ceux qui ne sont pas avec eux, ajouter à leur intention, à leur message ?

Réponse : Intérieurement, nous devons nous rassembler et penser à eux. C’est ce qu’on appelle prier pour leur succès parce que, à la suite de ce succès, ils nous apporteront un « butin », en d’autres termes, les désirs de tous ceux qui veulent se sentir un peu mieux, être un peu plus heureux, et avoir plus de succès dans cette vie. Il n’est pas important que ces désirs soient égoïstes ; nous les prenons.

Avec cela, nous les percevons. Nous commençons à ressentir un besoin de donner aux gens tout ce qu’ils veulent : le bonheur, la connexion entre eux et tout le reste. Leurs désirs commencent à travailler en nous, et cela signifie que nous avons quelque chose à élever vers le Créateur. Sinon, nous ne montons pas vers Lui.

Comme le Baal HaSoulam l’écrit dans l’article « Pas de Temps pour Acquérir Ce qui est Donné, » nous ne pouvons pas demander pour nous-mêmes en aucune façon. Même si je veux demander : « Donne-moi la possibilité de te donner sans réserve. Donne-moi la possibilité de remplir les autres. Donne-moi la possibilité de… », je ne peux pas dire « moi », parce que de cette façon, je me place à l’opposé de l’ensemble du système, je n’entre pas en lui comme un engrenage.

Je dois dire : « Donne-leur » ou « à nous », mais en aucun cas à « moi ». Cela signifie que, si je prie pour quelque chose, je dois prier pour les autres afin que ce soit bon pour eux. Ensuite, je participe à cela correctement.

De ce fait, si nous pensons maintenant que nos amis vont réussir en sortant vers le public et se connecteront avec lui afin que le public ressente la chaleur de leur part, que leur désir intérieur se révèle aux amis (même s’ils ne le ressentent évidemment pas), qu’ils nous les amènent, alors cela deviendra une prière au Créateur.

Ainsi, nous demandons et supplions le Créateur spirituellement, même si le public demande quelque chose de complètement matérialiste. La Lumière Supérieure vient précisément à travers une prière de ce genre.

Question : Qu’est-ce qui est préférable : de lire un segment, d’être tranquille pendant 30 secondes, ou peut-être de chanter une chanson ? Que faisons-nous afin que chacun d’entre nous pense à eux pendant au moins une seconde ? Qu’est-ce que cela signifie de prier ?

 

Réponse : La prière est votre désir que les amis réussissent à faire cette action, que cela donnera satisfaction au Créateur. C’est la prière. Nous ouvrons le cœur et non la bouche.

Je ne comprends pas ce que vous vous imaginez comme étant une prière, comme une activité spirituelle. Est-ce quand vous dispersez les nuages ​​avec votre esprit ou allumez des bougies ou tombez sur vos genoux ?

Une activité spirituelle, c’est lorsque vous désirez énormément quelque chose en commun avec les autres et que, dans cette activité, en plus de vous et du groupe, le Créateur participe.

Du congrès  de Sotchi, « Jour Un », Leçon n°1 du 13/07/14

La chose principale est la préparation

Dr. Michael LaitmanQuestion : Nous perdons beaucoup de temps à répéter pour une comparution devant les vacanciers. Est-ce que le temps de préparation doit être une sorte de balance entre l’adaptation de compétence artistique et notre unité interne ?

Réponse : Je suppose que ce n’est pas nécessaire. Il s’agit d’un spectacle amateur et vous ne pouvez pas dépasser des artistes professionnels. Vous avez seulement l’énergie interne, la chaleur et la spontanéité, cela attire les gens et les accorde avec vous. Si vous avez cela, la méthode fonctionne. Et si non, alors vous allez bien sûr échouer.

C’est parce que vous faites un travail spirituel, et dans ce travail, la chose la plus importante est la préparation.

Question : Au cours de l’événement lui-même, où est le Créateur la plupart du temps, avec le public ou avec nos amis ? Vers quoi je dois être dirigé, vers le public ou la réaction de mes amis ?

Réponse : Je dois être avec mes amis comme un seul ensemble complet qui est maintenant en train de transmettre un message au public externe. Même quand je sors seul vers eux en tant que représentant de mon groupe, je sens que je suis encore à l’intérieur du groupe et que j’obtiens la force spirituelle de lui qui est ce que je mets en eux. Je dois me sentir comme un représentant responsable de mon groupe, transmettant la Lumière Supérieure.
Du congrès de Sotchi, « Jour Un », Leçon n°1 du 13/07/14

Un contact avec le public

congrès, groupeQuestion: Qu’est-ce que signifie avoir un contact intrinsèque avec le public ?

Réponse: La création d’un contact intrinsèque, c’est sentir le public aussi naturellement que la mère sent son enfant. Un père lui le sent dans sa tête et une mère par le cordon ombilical. Cette connexion reste.

Dans le monde spirituel, le développement spirituel intra-utérin du fœtus conduit à la naissance, mais la naissance n’est pas quitter le Partsouf supérieur, mais être encore plus connecté à lui.

Dans notre monde, nous sommes détachés de nos parents, de notre mère, et nous commençons à nous développer de façon indépendante, en s’éloignant de plus en plus d’elle. Mais dans le monde spirituel, non! Nous sommes encore plus proches, nous revêtant du Partsouf supérieur: NHY, HGT, HBD.

Cela signifie que dans le monde spirituel il y a un plus grand approfondissement  au sein du Partsouf supérieur; cela ne nait pas hors de lui, mais c’est une entrée encore plus en lui.

Du Congrès de Sotchi « jour un » 13/07/14, Leçon 1

Une invitation à s’unir

Dr. Michael LaitmanLa survie du peuple d’Israël a toujours été dépendante de son union. Par conséquent, maintenant, plus que jamais, nous devons nous unir. Si nous ravivons l’amour entre nous, nous serons mieux protégés que n’importe quel « Dôme de fer ». En outre, l’union continuera à nous protéger, même lorsque la tempête se calmera, nous dotant de la paix dans le pays, et les nations ne seront plus contre nous. (De la brochure, « Invitation à s’unir »)

 

Cliquez ici pour télécharger la version complète de la brochure

Choisir entre la vie et la mort

Dr. Michael LaitmanLe Rabash, Article « L’âme d’Israël » (de Dargot HaSoulam, Article n°561) : Ceux qui préservent une âme unifiée d’Israël, ce qui signifie ceux qui pèsent les autres sur l’échelle du mérite, conservent leurs âmes car « les méchants, dans leurs vies, sont appelés «morts» ».

Sans un penchant pour justifier les autres, on devient « moitié-moitié », semblable à être entre la vie et la mort. Si l’on est prédisposé au bien, cela signifie que l’on appartient à la catégorie de la vie. Ainsi, les Lumières que l’on attire remplissent toute la société.

Nous sommes au point critique car nous possédons une liberté de choix qui nous permet de choisir entre la vie et la mort, ce qui signifie aspirer au bien ou au mal. Si nous nous unissons, alors en fonction de la nature de la propriété que nous atteignons, nous devenons semblables à la Lumière et la Lumière commence à couler à travers nous. La Lumière nous remplit et à travers nous atteint les nations du monde et les influence.

C’est la façon dont notre société est construite. Cela consiste en deux parties : la Lumière passe à travers la partie supérieure, Galgalta ve Eynaim, Israël, et descend vers la partie inférieure, AHP, les nations du monde. Cela se produit lorsque Israël elle-même pèse sur l’échelle du mérite.

Si Israël ne s’unit pas, mais plutôt se sépare, se repousse mutuellement, ou rejette la condition d’être « comme un seul homme avec un seul cœur », la Lumière ne sera pas capable de passer à travers. Quand un goulot de bouteille est bloqué, la Lumière ne peut pas descendre du monde de l’Infini à tous les êtres créés. Cela signifie que Israël pèse le monde entier selon l’échelle de la culpabilité.

Que nous le voulions ou non, par le fait d’être le peuple d’Israël, nous sommes positionnés à l’intérieur d’un tuyau qui canalise la Lumière de l’Infini vers le monde, ce qui conduit le monde entier soit à la bonté soit à la souffrance.

Question : Que sommes-nous censés faire pour passer de l’état de mort à la vie ?

Réponse : Tout dépend de notre connexion ou déconnexion. Nous devons devenir semblables à la Lumière, ou bien nous sommes simplement opposés à elle. Dans la spiritualité, il n’y a qu’une seule loi, la loi de similitude de forme entre l’être créé et le Créateur.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 21/07/14, Écrits du Rabash

Un Juif n’est pas une nationalité mais une mission

Dr. Michael LaitmanQuestion : Les Arabes se querellent non seulement avec Israël, mais aussi entre eux. Les guerres civiles sont en cours dans de nombreux pays arabes où ils détruisent impitoyablement leurs propres frères avec tous les types d’armes, même chimiques. Il devient clair que les mauvaises connexions entre les gens sont en train de détruire le monde.

Réponse : En outre, l’industrie et le commerce sont liés d’une manière si négative que nous détruisons la Terre, en épuisant les ressources naturelles. Nous nous entretuons par notre propre égoïsme, qui nous divise et nous oblige à nous battre.

Ce qui détruit nos vies aujourd’hui au 21e siècle est une mauvaise connexion entre les gens. Si quelqu’un peut montrer un exemple de bonne connexion entre les gens, il deviendra un facteur positif qui affecte le monde, une bonne force, et c’est le but de l’État d’Israël. Personne d’autre ne peut amener le monde vers la paix, à l’exception d’Israël.

Le monde est dans une crise mondiale qui s’est emparée absolument de tout le monde. Cette crise ne fera que croître, se développer et s’approfondir, nous absorbant en elle. C’est comme un puits qui s’ouvre dans le sol sous nos pieds, où nous tombons un par un.

Nous ne ressentons pas encore cette crise à un tel point, mais nous comprenons déjà que nous n’avons aucune influence pour la corriger, et ne sommes pas en mesure de la contrôler. L’Humanité est impuissante devant cette crise et ne peut pas y faire face. C’est la crise de la famille, de la relation d’une personne au monde, avec son voisin, ses enfants et la nature.

Il s’agit d’une crise de la nature elle-même, du climat. Nous perdons espoir dans la vie, la forme de notre existence, son but. Les gens sont saisis par un tel désespoir qu’ils ne comprennent pas pour quelle raison vivre. Et ici, il y a une opinion, formée peu à peu dans le monde que l’ensemble du problème est dans les Juifs, et notamment en Israël…

Cette haine des Juifs, l’habituel antisémitisme et le nouveau-né « anti-Israélisme, » ne s’arrêtera pas mais ne fera qu’augmenter. Il faut comprendre que ces griefs contre les juifs viennent de la nature elle-même. Par conséquent, nous devons les examiner et découvrir combien ils sont « justes ».

Si nous nous référons aux sources avec cette question, à savoir, la sagesse de la Kabbale, qui est la vraie Torah, la base de la nation d’Israël, sa création et son organisation depuis des milliers d’années, nous verrons que les griefs sont corrects.

La Kabbale explique pourquoi les nations du monde détestent Israël. Après tout, elle devrait être une lumière pour toutes les nations, elle devrait briller pour tous les sept milliards de personnes. C’est son devoir, pour lequel elle existe sur cette terre.

Il n’y a pas de nationalité comme « Juif » ! Il y a des français, des espagnols, des russes, des britanniques, mais le peuple d’Israël n’est pas un peuple ordinaire. N’importe qui dans le monde qui veut se convertir au Judaïsme et rejoindre le peuple d’Israël, devient un Juif. Il prend en charge l’unité (Ehoud) et est donc appelé un Juif (Yehoudi).

De KabTV, « Une Nouvelle Vie » du 17/07/14

L’union est le dôme de fer du peuple d’Israël

Israel's Wars: This Is How We Will WinLa règle est simple: Quand nous avons été unis, nous avons prospéré et le monde avec nous, quand nous avons été divisés, la situation s’est dégradée parmi nous et plus encore parmi les nations.

Des milliers d’années de hauts et de bas, d’union et de séparation ont été oublié comme si elles n’avaient jamais existé. Cependant, la triste vérité est que nous ne nous sommes jamais remis du plus grand des exils, ni de la grande séparation qui en découle.

Au contraire, plutôt que de nous unir, et de servir d’exemple aux nations, nous ne cessons de tomber dans le même abîme. Nous nous unissons en temps de malheur, comme des noix dans un sac lié étroitement par un nœud, mais quand la menace s’éloigne, nous nous dispersons de partout, jusqu’au prochain malheur.

Extrait de la brochure – une invitation à s’unir

Notre prospérité vient de l’union

Dr. Michael LaitmanRevenons un instant en arrière, à notre histoire.

Quand avons-nous été réellement heureux? Quand avons-nous réussi ? Quand nous étions unis. Des images lumineuses défilent dans la mémoire collective d’Israël telles que le royaume uni d’Israël, la célébration des trois pèlerinages à l’époque du Temple, les succès économiques et militaires et, tout le respect reçu de toutes les nations du monde dus à nos accomplissements, jusqu’aux rondes de Hoara lors de la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël.

Mais d’autres images s’élèvent également dans notre mémoire: lorsque nous avons perdu cette unité, et nous sommes dispersés en plusieurs camps, quand chacun a sombré dans l’égocentrisme et la haine gratuite, les Temples ont été détruits, et nous avons souffert de luttes intestines et de catastrophes qui ont coûté la vie à des milliers de nos frères. Cette situation nous a démunis de cette force qui était le bouclier contre nos nombreux ennemis.

Extrait de la brochure- une invitation à l’union

Notre mission est d’apporter l’union et l’amour dans le monde

Dr. Michael LaitmanNous sommes les descendants de ce même groupe d’Abraham qui a réussi, non sans difficultés, à appliquer cette méthode, mais nous devons maintenant l’assumer parmi nous et construire une société idéale, avant de la transmettre aux autres. Cependant nous fuyons sans cesse cette responsabilité. Nous parlons beaucoup de l’union mais nous ne réussissons pas à réaliser cette obligation morale qui est : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ».

Mais en regardant notre pays de façon réaliste, nous voyons combien nous sommes loin de mériter de tels titres comme « le peuple élu » ou « la lumière des nations », mais nous ne pouvons-nous échapper de ce rôle. Nous sommes garants et responsables du fait d’être unis, et nous nous devons d’en être l’exemple pour l’humanité.

Il nous est difficile d’écrire ces mots, en cette période de guerre mais, la condition dévoilée au Mont Sinaï sonne aujourd’hui de façon irréversible : « Unissez-vous, unissez-vous » comme il est écrit dans le commentaire du Zohar du Baal Hasoulam : « par l’union vous sauverez votre âme » sinon, ce sera là l’endroit de votre sépulture…

Extrait de la borchure: Le temps d’agir- Une invitation à s’unir

Page 5 des 6« Première23456