Se soucier du corps et de l’âme

Laitman_707Question : Les gens disent souvent qu’une personne qui a été diagnostiquée avec une maladie en phase terminale, et qui se rend compte qu’elle est sur le point de mourir dans quelques mois commence à réfléchir sur le sens de la vie. Pouvons-nous dire que la mort motive une personne à clarifier le sens de la vie ?

Réponse : Bien sûr. Voilà pourquoi nous ne comprenons pas vraiment la mort, mais paradoxalement nous la ressentons longtemps avant qu’elle n’arrive, une sensation que les animaux ne possèdent pas. Ils ont une prémonition de la mort qui est plus apparente que chez les humains, mais c’est plus proche de l’état réel de la mort.

S’il n’y avait pas la mort, les gens se comporteraient très différemment. Dans le monde corporel, tous les calculs se font à travers la mort. Mais cela est en fait une mauvaise chose parce qu’une personne est attachée à son corps animal.

La sagesse de la Kabbale, d’autre part, nous permet de nous élever au-dessus de notre corps et de calculer les choses indépendamment. Dès le moment où nous le quittons et entrons dans le flux éternel d’énergie, d’information et de Lumière, nous cessons immédiatement de prendre le corps en compte.

En d’autres termes, tant que nous sommes vivants, nous devons prendre soin du corps, parce que nous effectuons certaines corrections dans cette vie à travers lui, mais prendre soin de lui, pratiquement, ne devrait être rien de plus que cela.

De la leçon de Kabbale en russe, le 01/11/2015

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed