Vivre à l’intérieur de vos limites

Question de Facebook : Vous dites toujours qu’un kabbaliste doit se limiter au minimum nécessaire. Mais ce minimum est différent selon les personnes. Comment est-il possible d’en déterminer la limite ?

Réponse :
Une personne détermine cette limite elle-même en dirigeant toutes ses pensées et ses caractéristiques vers l’union avec les autres et à travers elles vers l’unité avec le Créateur. En même temps, il est naturel que le reste des petits désirs, des instincts et des intérêts s’annuleront.

Même si je me considère comme étant un kabbaliste et je suis particulièrement impliqué en cela la plupart du temps, je dois écrire et expliquer la sagesse de la Kabbale aux gens.

Ainsi, j’écoute les infos et regarde des émissions scientifiques populaires afin de mener mes conférences et discussions sur ces sujets.

En plus, j’aime les bonnes blagues et les histoires parce que cela montre combien l’intellect humain peut tout retourner et découvrir l’union des contraires. En principe, c’est exactement ce qui se trouve dans une bonne blague.

Question : Les nécessités minimales sont-elles une égalité forcée, afin que tout le monde soit au même niveau ?

Réponse : Non. En aucune façon. La chose principale est que la personne trouve un but important dans la vie et tout le reste qu’elle fait y sera subordonné. Tout le reste sera secondaire. Alors tout s’accordera bien, devenant naturel.

J’ai appris cela de mon professeur. Il aimait marcher dans le parc, bien manger, aller au sauna et à la plage. Mais tout cela était si mineur comparé à ses recherches spirituelles, à la hauteur à laquelle il était, cela était perçu comme concomitant.

Une personne doit déterminer et définir le but précisément. Ensuite, les nécessités s’organiseront d’elles-mêmes.

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » du 30/01/2017

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed