Monthly Archives: novembre 2017

Où commence l’histoire de la Kabbale ?

Il y a 5778 ans, la première personne à atteindre la nature supérieure est apparue dans le monde ; il s’appelait Adam. A partir de lui nous commençons à compter l’histoire de la Kabbale.

Adam s’est interrogé sur le sens de la vie ; il a commencé à chercher d’où tout provenait, et a découvert qu’il n’y a qu’une seule force dans le monde qui anime l’univers entier.

Cette force positive peut être appelée le Créateur, parce qu’elle crée vraiment. Elle n’a pas de corps, pas de poids, pas de volume, rien de ce que nous pensons avoir. Après tout, ce que nous avons et voyons dans notre monde est une pure illusion qui apparaît dans notre esprit, dans nos sensations.

Ainsi, il y a 5778 ans, un homme est apparu qui a découvert cette qualité du monde. Adam est appelé le « Premier Homme – Adam HaRishon » parce qu’il a été le premier à atteindre l’essence du monde. Il en a parlé dans le livre L’Ange Secret (Raziel HaMalach). Ce petit livre de seulement quelques pages est parvenu jusqu’à notre époque.

Le livre suivant sur la Kabbale a été écrit par Abraham dans l’ancienne Babylone. Mais entre Adam et Abraham, il y a eu 20 générations de kabbalistes qui ont atteint le monde spirituel au moyen de la méthodologie révélée par Adam qu’il a ensuite transmise à ses disciples. Au fil des siècles, cette connaissance a été progressivement complétée. De ce fait, il y avait la méthode pour atteindre le monde supérieur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 23/07/2017

La paresse : une qualité merveilleuse

Question : Quelle est la racine spirituelle de la paresse ?

Réponse : La paresse est une qualité merveilleuse ! Je vous conseille vraiment d’être plus paresseux, vous ferez moins de choses stupides. Le fait est que la paresse est la juste mesure du degré de la nécessité d’une action.

Question : Et si vous n’avez pas de force, et par conséquent vous êtes trop paresseux pour faire les choses nécessaires, les plus importantes ?

Réponse : Et alors cela ne devient pas vraiment important ou nécessaire. C’est pourquoi il est écrit : « Mieux vaut s’asseoir et ne rien faire. » Pensez, lisez, essayez de l’intérioriser, c’est la raison de votre naissance, pas de faire un grand nombre d’actions physiques qui polluent seulement notre monde.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 09/07/2017

Les deux forces de l’univers

Question : Si le Créateur est unique, alors pourquoi Son reflet se manifeste-t-il dans notre monde à travers une multitude de forces différentes ?

Réponse : Il y a deux forces dans l’univers : la force du Créateur (la force du don sans réserve) et la force qu’Il a créée opposée à Lui, appelée l’être créé (la force de la réception).

Tout le reste, ce sont toutes sortes d’émanations, de modifications de ces deux forces (le plus et le moins). A part ça, rien d’autre n’existe.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 09/07/2017

Celui qui est plus haut que les autres…

Question : Si un kabbaliste a le plus grand égoïsme au monde, est-ce que cela signifie qu’il est le plus « sans liberté » de tous ?

Réponse : Une personne utilise son égoïsme pour s’élever au-dessus de lui.

L’égoïsme est une force, et lorsque nous nous élevons au-dessus de lui, nous ressentons continuellement la liberté à un plus haut degré. Je ne peux pas me sentir libre si je n’ai pas la sensation d’être sans liberté.

Par conséquent, la Kabbale est construite sur deux paramètres : le Créateur et la création, une énorme qualité de don sans réserve et d’amour, et un énorme égoïsme.

Question : C’est-à-dire, je suis reconnaissant envers le Créateur d’avoir un immense égoïsme et de vouloir m’en séparer ?

Réponse : C’est indispensable. Celui qui est plus haut que les autres a aussi un plus grand égoïsme. Sinon, comment pourrait-il s’élever ?

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/07/2017

Est-ce que le temps dure ?

Question : Dans les articles du Rabash, il est écrit que la durée du temps le long de la racine spirituelle est liée aux Klipot (forces impures). Qu’est-ce que ça signifie ?

Réponse : En réalité, le temps n’existe pas. Tout ce que nous faisons dans le moment présent est préprogrammé et est déjà connu.

De plus, tout comme il y a un mouvement en ligne droite du passé vers le futur, il y a aussi un mouvement dans le sens inverse du futur vers le passé.

En principe, nous pouvons changer le passé à partir du futur, tout comme dans notre monde nous sommes habitués à changer le futur depuis le passé. Ce sont des processus interconnectés et interchangeables qui circulent dans les deux sens.

En physique par exemple, si nous choisissons de mesurer soit l’électron soit l’onde, alors par ce choix nous prédéterminons s’il s’agit d’un électron ou d’une onde.

En d’autres termes, je choisis un instrument de mesure maintenant, et ce que j’ai l’intention d’étudier sait déjà, depuis le passé, ce que je pense et se réarrange. Et ensuite je le mesure soit comme une onde, soit comme une particule discrète. Mais dans la Kabbale, cela se passe dans l’action.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 09/07/2017

Comment atteindre l’égalité ?

Commentaire : Dans notre monde, l’égalité est une chose pour laquelle les gens se sont constamment battus tout au long de l’histoire.

Réponse : Il n’y a pas d’égalité et il ne peut jamais y en avoir. L’égalité ne peut exister que par rapport au Créateur, car pour Lui nous sommes tous égaux, comme les enfants le sont pour leurs parents. Le Créateur est notre racine commune. Et par conséquent, Il nous a créé absolument égaux.

Mais par rapport à l’un et à l’autre, nous sommes tous différents. Nous ne pouvons même pas mesurer le genre de différences entre nous. Il n’y a pas de mesure commune pour nous comparer. C’est seulement lorsque nous nous approchons de l’adhésion au Créateur et que nous nous unissons en Lui que nous devenons tous égaux devant Lui.

Question : Peut-on dire que nous sommes égaux dans notre désir d’adhésion à Lui ?

Réponse : Même dans ce cas, nous ne sommes pas tout à fait égaux, mais nous y arrivons progressivement.

Ce n’est qu’en adhérant à Lui et en devenant Ses « esclaves » que nous acquérons l’égalité parce que, dans l’esclavage, tout le monde est pareil.

Lorsque vous obéissez au système supérieur, y participez correctement, alors cet état en principe s’appelle l’esclavage. Mais cet esclavage est rempli d’un immense sentiment d’inspiration et de joie.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 09/07/2017

Qu’est-ce que la liberté ?

Question : Un robot, l’intelligence artificielle, n’a pas d’égoïsme. Pouvez-vous dire que c’est libre ?

Réponse : La liberté signifie s’élever au-dessus de vous au niveau suivant. Cela est éprouvé par rapport au niveau précédent. C’est alors que vous êtes libre.

Mais par rapport au niveau suivant, vous n’êtes plus libre. Vous existez en dessous de lui et vous devez l’atteindre pour expérimenter à nouveau la liberté. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que vous atteigniez le niveau final où vous atteignez l’équivalence avec le Créateur.

C’est le plus haut niveau de liberté où tous les autres niveaux existent en dessous de vous. C’est ce que nous devons atteindre.

La liberté est notre état final, notre but. La Kabbale nous permet de l’atteindre.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/07/2017

Qui souffre ?

Question : L’histoire de l’humanité est l’histoire de l’exploitation des plus faibles par les plus forts et les plus éduqués. Si ce n’était pas les gens qui souffraient mais des pierres, ce serait plus facile de le comprendre ; ce serait comme regarder un film. Mais ce sont des gens qui ont souffert. Ou est-ce aussi une partie du film ?

Réponse : Il m’est difficile de répondre à la question : « Qui a souffert ? » En réalité, c’est notre égoïsme qui a souffert.

C’est pourquoi, en fin de compte, lorsque nous atteignons la correction, dans l’état corrigé nous ne ressentons pas que nous avons souffert, nous nous en détachons et nous nous élevons à un niveau complètement différent et opposé de celui qui a souffert.

Il s’avère que les kabbalistes, qui s’élèvent le long des niveaux d’atteinte spirituelle, découvrent de vrais états et ne s’attribuent pas le passé. Ils l’attribuent au contrôle de l’égoïsme sur eux.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/07/2017

L’humour dans la spiritualité

Question : Qu’est-ce que l’humour dans la spiritualité ?

Réponse : L’humour est la capacité de la raison à trouver une forme de libération particulière : cela n’est pas rationnel, pas à son niveau, mais à un niveau supérieur au rationnel. Et c’est là que la bonne humeur est atteinte, une étincelle de la raison.

C’est la foi au-dessus de la raison lorsque vous vous élevez au-dessus de votre propre pensée mécanique ordinaire. C’est pourquoi les kabbalistes respectent beaucoup l’humour, les bonnes blagues et les histoires intelligentes.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 09/07/2017

A qui est destiné le Zohar ?

Question : Peut-il y avoir un « lecteur par hasard » du Livre du Zohar, ou tombe-t-il entre les mains de quelqu’un qui a mûri pour cela ?

Réponse : Il n’y a rien qui arrive par hasard dans notre monde, pas même dans la vie ordinaire, sans mentionner que seules les personnes qui sont sélectionnées pour cela atteignent la sagesse de la Kabbale. Par conséquent, il ne peut y avoir aucun accident ici.

Mais en ce qui concerne la communication avec le monde supérieur, des lois complètement différentes sont à l’œuvre.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/02/2017

Page 1 des 3123