Category Archives: Correction

Un vaccin spirituel

Dr. Michael LaitmanNotre travail spirituel selon la méthode que nous recevons de l’étude de la Kabbale est semblable à un vaccin contre une maladie médicale, quand il est « donné » un corps sain un peu de maladie: Le corps produit des anticorps et peut résister à la maladie.
De même, notre désir est vacciné contre l’égoïsme: Nous  révélons son mal à l’avance avant sa pleine manifestation. Cela se fait par le travail en groupe, entirant la lumière supérieure qui corrige dans laquelle nous découvrons peu à peu nos propriétés égoïstes comme le mal. Et une personne ne va pas sur le chemin de la souffrance de l’égoïsme à la santé, la propriété du don et de l’amour des autres, mais en limitant son égoïsme à l’avance, travaillant  contre elle dans le groupe et l’étude, sous l’influence de l’OM, elle va vers l’objectif, la similitude avec le Créateur, c’est la révélation du Créateur à l’intérieur d’elle-même, par un court chemin de la correction Akhishena,en faisant  l’expérience de la maladie dans sa petite manifestation à l’intérieur d’elle-même, volontairement.
L’humanité a besoin de reconnaître son égoïsme naturel comme une maladie. La nature nous montre son défaut sur nous-mêmes. De longues souffrances sont nécessaires pour identifier la maladie et comment y remédier.
La Kabbale propose un chemin court et le type de correction à la place de ce chemin long et cruel. Mais même à l’avance, encore au stade précoce de son développement, nous devons le reconnaître comme étant mauvais, dont nous devons nous en débarrasser, réaliser la nécessité de se faire vacciner, c’est-à-dire passer par là à petite dose et ne jamais retomber malade, pour être en bonne santé, construire une nouvelle vie.
L’essence de diffusion est d’expliquer aux gens que peu à peu la cause de leurs problèmes est notre nature égoïste et comment la guérir au moyen de la méthode par un simple «vaccin».

Les juges et les princes

Dr. Michael LaitmanLa Torah, « Exode » 22:27 : « Vous ne maudirez pas un juge, ni ne maudirez un prince parmi ton peuple. »

Une personne qui est dans un état interne de libre arbitre possède une ligne droite et une ligne gauche, une en face de l’autre et elle doit connecter les deux sans annuler la ligne gauche en aucune façon, car la ligne gauche est le jugement (Din), tandis que la ligne droite est la miséricorde (Hessed).

Une personne doit comprendre que le juge et chaque personne qui fait face à des restrictions le fait pour son propre bien et pour son avancement. Par conséquent, elle devrait accepter tout jugement, en comprenant que c’est la façon dont elle doit se comporter et progresser.

En même temps, elle ne devrait pas avoir de réflexion critique et ne pas penser que le jugement est injuste. Le juge a toujours raison. C’est probablement parce que dans le passé, les juges n’étaient pas aussi corrompus qu’ils le sont aujourd’hui.

Un prince est le gouverneur du Créateur : c’est la force qui se révèle et vous fait avancer et qui est la plus grande force dans votre état actuel, de sorte que vous ne penserez en aucun cas que ce n’est pas le représentant du Créateur qui vous dirige à l’intérieur de vous. C’est toujours le Créateur qui est caché de cette façon (dans ce cas, dans l’image de Moïse). Donc, à chaque fois vous devez imaginer que vous êtes seul avec lui.

Question : Alors pourquoi les gens maudissent Moïse tout le temps ?

Réponse : La Torah parle de la façon dont une personne corrige son ego et combien il y a de descentes, d’ascensions, de désaccords et de malédictions constants dans le processus de correction. Ainsi, l’histoire de la Torah semble très ennuyeuse.

Bien que différents événements soient décrits, ils sont tous très similaires et selon le même modèle, les héros de chaque histoire passent en fait par les mêmes situations. Ils essaient de faire quelque chose, mais ils ne réussissent pas et il y a des argumentations, des problèmes et certaines explosions, puis il y a la punition et ainsi tout s’apaise et nous avançons jusqu’à l’événement suivant et puis tout se répète. Toute la Torah traite de ces états spécifiques.

De KabTV, « Les secrets du livre éternel » du 27/05/13

Le travail quotidien pour le bien de la correction finale

Dr. Michael LaitmanNous représentons l’adaptateur entre le Créateur et la création, un lien de connexion, la nation choisie, le « royaume de prêtres ». Nous sommes ceux qui ont reçu cette mission du Créateur et chaque jour nous devons entendre ces instructions à nouveau du Mont Sinaï, comprendre que le monde entier n’est rien qu’un désir de recevoir qui est perçu en nous sous forme de nature minérale, végétale, animale et humaine. Notre mission est d’amener tous ces niveaux à l’adhésion avec le Créateur.

D’autres personnes n’ont pas de liberté de choix, ni aucune action ou pensée indépendante ; rien n’est sous leur contrôle. La force supérieure agit en elles et les met devant nous pour nous donner du travail, qui est de les conduire vers le Créateur. Par le biais de ce travail, nous allons atteindre la haute mission qui incombe à la nation d’Israël.

Nous devons avoir ce regard vis-à-vis de toute la réalité et de l’image entière qui se présente à l’intérieur de notre désir de recevoir. Cela importe peu la manière dont nous imaginons les actions en matière de diffusion ou du travail pour atteindre l’unité et rechercher la force supérieure qui nous corrige et nous unit, nous amenant à une bonne vie, mais naturellement à travers tout cela, nous nous impliquons dans l’adhésion avec le Créateur.

A nos yeux, l’univers entier est divisé en deux moitiés : le Créateur et le désir qui doit être amené à l’adhésion avec Lui. Grâce à ce travail, nous allons atteindre l’adhésion avec le Créateur. Telle est notre mission et c’est le seul travail qui existe en réalité. Après tout, tout le reste se déroule simplement en conformité avec le programme de la création dans lequel il n’y a pas de libre arbitre ou d’action de la part de la créature.

Chaque fois que nous faisons appel aux gens, à la nation physique d’Israël ou aux nations du monde, en chacun d’eux, nous devons voir le désir que nous devons mener à l’adhésion avec le Créateur. Et même si nous parlons aux gens en termes simples, nous devons toujours nous souvenir du Créateur, qu’Il a ordonné ce travail et nous a choisis pour être Ses serviteurs et Sa nation sainte, ce qui signifie un régulateur ou Ses représentants. À côté de lui, il existe le « matériau » sans libre arbitre, c’est-à-dire tous ceux qui ne possèdent pas le désir de se rapprocher du Créateur, et nous devons les amener à cette adhésion. C’est là que réside notre mission.

Une personne qui effectue ce travail et tente même dans la forme la plus externe d’amener ce « matériau humain » vers le Créateur accomplit la mission la plus importante. Même si ce n’est que le début, c’est plus important que toute autre chose. Nous devons comprendre, sentir, et fixer notre intention pour que notre action de départ comprenne le résultat final, qui est d’amener la nature minérale, végétale, animale et humaine à l’adhésion avec le Créateur. Au début de chaque action, nous devons comprendre que nous le faisons pour le bien de la correction finale.

De la préparation au cours quotidien de Kabbale du 15/08/13

La connexion entre nos groupes est la correction du monde

Dr. Michael LaitmanQuestion: Ces derniers temps, nous sommes témoins que l’Europe et la Russie commencent à se connecter. En outre, ici, au congrès, nous sentons vraiment cela. Comment pouvons-nous relier toutes nos étincelles ensemble?
Réponse: Naturellement, ce serait remarquable. Si cela était possible, alors ce serait la matérialisation de notre rêve. Le rêve serait devenu réalité. Ensuite, tous nos amis seraient capables de s’élever au-dessus de leur mentalité, au-dessus de la séparation historique, au-dessus des contradictions et même au-dessus de la haine et la chose principale, au-dessus de la répulsion de Babylone, au-dessus de la différence de langues. S’ils étaient prêts à s’élever au-dessus de la « Babylone antique » qui se maintenant révèle de plus en plus entre nous, il n’y aurait plus besoin de changer quoi que ce soit.
Pourquoi la crise mondiale se produit ? Elle nous indique la civilisation pré-babylonienne qui existait à Babylone avant la séparation générale: la division, les désaccords et les gens ont cessé de se comprendre. En général, il ne s’agit pas des langues, pas de la philologie, mais de la disparition de la compréhension mutuelle entre les peuples.
Quel est ce monde global? Le monde global est révélé comme un système qui existait avant la séparation babylonienne. Ce système a été divisé et maintenant se connecte à nouveau et la motilité appelée une «crise» se déroule.
Dans l’ancienne Babylone, la crise a avancé d’un état de plénitude à l’état brisé et avec nous, après 3500 années, le mouvement est de l’état brisé à l’état tout entier. Le monde retourne à lui-même à sa source.
Si nos groupes étaient capables de se connecter à l’aide de divers mécanismes (mécanismes aidant, virtuels et plus), alors sans aucun doute, ce serait remarquable. Toutefois, pour les Européens, c’est très difficile de parvenir à connexion – très difficile! L’Europe est l’endroit le plus sensible avec une histoire riche et une multitude de sujets douloureux avec  la haine mutuelle générale, alors que si nous pouvions nous élever au-dessus de tout ça … C’est extrêmement difficile. Il est nécessaire de passer par d’énormes «pièges».
J’espère vivement que les Américains vont devenir un exemple parce que nos étudiants, nos amis du Centre d’éducation, sont avec nous. Ils ont de bons organisateurs qui nous sont fidèles. À partir de maintenant, ils travaillent ensemble avec les amis sur la connexion progressive, sur notre approche.
Si cela commence vraiment à se réaliser, nous allons ressentir une poussée spirituelle intense. Peut-être que cela deviendra un exemple pour l’Europe, puis ils commenceront aussi à sortir progressivement de la crise.
Tout au long de l’histoire, il se trouve que dans les endroits où les kabbalistes vivaient autrefois, l’économie, le commerce et la culture ont toujours prospéré. Toutefois, dès le moment où ils ont été expulsés du pays, tout est mort. Par conséquent, j’espère beaucoup que, tout d’abord, cela va conduire ces pays à prospérer.
Cependant, la chose la plus importante est que c’est le cœur même de la correction, lorsque nous, ou du moins ceux qui sont engagés dans la science de la connexion intégrale, pourront la réaliser ensemble. Et dans les pays d’Europe et dans un certain nombre d’États aux États-Unis, les gens apprennent seuls ou en groupes isolés qui ne veulent pas se connecter.
Pensez-vous que cela puisse être réalisé différemment? Les gens n’entendent toujours pas, mais j’espère qu’ils vont entendre. Nous avons besoin d’écrire sur ce sujet plus clairement, plus ouvertement, de sorte que tout le monde puisse voir où cela mène. Il ne faute pas attendre qu’ils devinent que c’est la correction du monde. La connexion entre nos groupes est la correction du monde.
Du congrès de Saint-Pétersbourg  « jour 3  » 14/07/13, Leçon 5

La Kabbale pratique se réalise dans notre génération

Dr. Michael LaitmanNous nous sommes préparés pour cela depuis des siècles et aujourd’hui la Kabbale pratique se réalise, ce qui signifie que la correction réelle commence. La Kabbale est la méthode de révélation du Créateur aux êtres créés dans ce monde. Ce monde se réfère aux relations corrompues entre nous et le monde à venir est le monde des relations corrigées.
Si nous voyons le monde ainsi, en ne voyant pas les corps des gens à l’intérieur mais plutôt les liens entre eux, les connexions d’un désir en qui le Créateur est révélé. Donc, la diffusion est un travail spirituel à 100%. Vous ne faites pas de faveur à personne, mais travaillez réellement sur votre âme.
Une personne doit comprendre que tout dépend d’elle et elle ne devrait pas s’attendre à de la pitié ou à la charité de quiconque. Elle va trouver la source de sa vie dans les relations avec les autres quand elle commence à organiser ses relations mutuelles avec les gens dans la rue, dans son quartier. Elle découvrira qu’elle ne dépend de personne, car elle acquiert une force qui est plus grande que le gouvernement. Maintenant, nous le voyons partout et donc il ne faut pas se tourner vers les autorités, mais en fait vers nous-mêmes. Il ne faut pas attendre qu’ils fassent des changements. Peu importe ce qu’ils font, cela sera toujours contre nos intérêts.
Quand nous parlons aux gens, nous voyons le désespoir qu’ils ressentent. Ils ne croient pas que les choses puissent changer en mieux qoui qu’il arrive. Auparavant, ils avaient l’espoir que certains mouvements ou dirigeants seraient en mesure de changer quelque chose, mais aujourd’hui personne ne place ses espoirs sur eux car ce mensonge a déjà été révélé. Il n’y a personne à blâmer ici, car c’est le résultat de la nature humaine. Nous ne devrions blâmer personne , mais nous devrions simplement décider comment nous devons changer nos vies, ici et maintenant, chacun à sa place, dans sa famille, dans sa ville, ou dans la rue,  où il vit.
Nous nous tournons vers les gens ordinaires et si nous les guidons correctement, nous corrigeons les parties de notre âme. Aujourd’hui, nous avons des occasions que nous n’avons jamais eu auparavant. La demande se fait sentir partout. Il n’y a pas d’autres moyens pour corriger les choses. Toutes les sources externes ont été épuisées, la crise mondiale a nettoyé la  place et a lavé comme une vague de tsunami. Il ne reste qu’une seule source de vie, la source d’énergie et de changement qui est dans la connexion entre les peuples. Personne ne peut reconstruire cette connexion sans l’éducation intégrale.
Même si quelqu’un entend parler de cela et veut reconstruire, il ne réussira pas. Il ne pourra réussir que si cela vient de nous. Nous avons été choisis par le Créateur pour cette mission, comme « un royaume de prêtres et une nation sainte», et il est de notre obligation de répandre cette information dans le monde entier. Seule une personne qui connaît cette méthode peut enseigner au monde et l’amener à la correction.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 26/07/13, Écrits du Baal HaSoulam

La création a été brisée en morceaux et ils sont dans nos mains

Dr. Michael LaitmanQuestion: Qu’est-ce que cela signifie d’être le partenaire du Créateur?
Réponse: Il est dit que le Créateur commence la création et le juste la finit. Notre travail consiste à prendre tout ce qu’Il a préparé pour nous, ces blocs de Lego, tout ce casse-tête et de reconstruire l’image initiale qu’Il a créé. Ainsi, nous devenons des partenaires du Créateur.
Nous recueillons sa création, mais dans sa forme opposée. En rassemblant et en mettant ensemble toutes les parties de la création, nous découvrons où chaque partie a été créée, pourquoi elle a été créée de cette façon, comment elle est reliée aux autres parties, et ce qui doit être fait afin de se connecter aux autres.
C’est comme si nous avons un tas de pièces d’une machine qui a été séparées et se sont toutes mélangées dans une confusion totale. Nous ne savons pas par où commencer ni comment connecter ces pièces, mais cette pile contient tout ce dont nous avons besoin et rien ne manque à l’exception de l’art de savoir pourquoi elle a été créée de cette façon, dans quel but, et ce qui doit être fait de sorte que ce mécanisme marche.
Quel genre de travail cette machine devrait faire? Comment y- suis-je connecté pour que je devienne une partie intégrale de cette machine? Cette machine a les éléments de la nature, végétale, et animale avec lesquels il est plus facile de gérer et que je trouve plus facile à organiser. Mais il y a la partie parlante avec laquelle je ne sais pas quoi faire, je ne comprends pas et elle ne peut être connectée. C’est seulement possible avec l’aide du Créateur.
C’est seulement en mettant la machine en même temps, ce puzzle, que nous atteignons l’essence de l’attitude du Créateur à notre égard. Nous n’atteignons jamais l’Emanateur lui-même, mais seulement Son attitude envers nous, nos récipients, son plan, l’idée de création, comme il est dit: «par Tes actions nous Te connaitrons. » Ainsi, nous apprenons comment la Lumière de Hassadim remplit les récipients et puis la lumière de Hokhma, puis nous atteignons Keter par Bina et Hokhma, ce qui signifie la pensée de la création.
Mais c’est la pensée de la création par rapport à nous, et pas Lui. Nous n’avons pas de récipients pour L’atteindre effectivement. Du moins c’est ce que disent les kabbalistes. Nous ne savons pas ce qui se passe par la suite aux niveaux supérieurs après la fin de la correction.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 25/06/13, Shamati n ° 54 «Le but du travail »

Qu’est-ce qui est impliqué dans le conflit des civilisations?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourquoi l’âme collective est divisée en autant de parties différentes et extrêmement disparates? Pourquoi le monde est rempli de contradictions insolubles? Et comment toutes ces parties peuvent être connectées à l’unité et à l’égalité?
Réponse: En effet, l’âme est divisée en d’innombrables morceaux, des Sefirot personnelles. Et donc, à travers chaque action, même la plus petite, nous activons immédiatement de nombreux composants, toutes les caractéristiques, aussi simple que celapuisse paraitre, mais à chaque fois dans une combinaison différente.
En général, le désir de «l’âme d’Adam HaRishon » qui a été brisé est insondable. C’est la vraie Behina Dalet(quatrième étape) avec son «cœur de pierre» et elle n’est plus au niveau minéral, végétal, ou animal, mais est au niveau de l’homme (Adam). En d’autres termes, elle est absolument différente, c’est une strate plus profonde de l’âme. Nous voyons que la nature du minéral, végétal, et animal se trouve sous le contrôle direct du Créateur, tandis que l’homme après la brisure est son contraire.
Ainsi, après la Lumière Supérieure pénètre l’âme brisée d’Adam, elle divise les êtres humains en groupes qui sont très éloignés les uns des autres. Et à partir de là, le processus de correction a lieu du facile au difficile. Un petit « couac » a commencé dans l’ancienne Babylone, et ce fut assez pour que les gens se dispersent. Et puis le désir a grandi et les guerres impériales de la Grèce antique et de Rome ont commencé.
Au début, les gens vivaient dans une forme très simple et primitive, mais quand le désir a grandi dans certaines parties, l’état a changé. Par exemple, lorsque Cortés conquis l’Amérique du Sud, il se tenait contre une civilisation qui n’était tout simplement pas au courant de la guerre. Les Indiens du continent américain, en général, résolvent les problèmes sans les amener à une confrontation militaire.
Cependant, Cortés, qui n’avait pas assez de soldats, a provoqué le trouble parmi les tribus amérindiennes, comme le serpent biblique, en injectant un « poison » eneux, ce qui signifie l’ajout du mauvais penchant. Et ils commencèrent à s’entre-tuer au profit de Cortés. De cette façon, plusieurs centaines de personnes ont conquis le continent.
La morale est que l’espace formé au contact entre les différentes civilisations créé de grandes opportunités, et en particulier pour la correction.
Nous sommes tout simplement inconscient des processus qui se déroulent dans le monde moderne. Par exemple, il n’ya pas longtemps, la Chine était un pays fermé, mais les Américains ont commencé à «flirter» avec elle, et l’état a radicalement changé. Le Japon était également isolé du monde pendant une longue période, et l’Asie « dormait » jusqu’au siècle dernier. Aujourd’hui, en revanche, les contacts entre les cultures active des mécanismes plus significatifs que les guerres de Cortés. Mais maintenant, ce sont des guerres internes. L’exemple vivant est l’Europe qui a changé de visage en raison de l’immigration de masse.
Et donc nous avons besoin d’expliquer la situation aux gens et la méthode de la connexion correcte. Qu’ils comprennent notre explication dans dix ou vingt ans n’est pas important. Nous devons les aider et ils vont peu à peu comprendre ce qui se passe.
De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 25/07/13, Écrits du Baal HaSoulam

Les Psaumes du roi David

Dr. Michael LaitmanJe vous conseille de lire les Téhilim (Psaumes).
Gardez à l’esprit qu’ils s’appliquent uniquement à celui qui les lit, ils ne parlent que de ce qui se passe au sein d’une personne, de ses propriétés, seulement des relations personnelles entre une personne et le Créateur, et non d’objets ou d’événements extérieurs.

Un sourire diabolique sous le beau masque de Pharaon

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment utilisez-vous la haine comme un moyen de nous éloigner du mal?

Réponse: C’est la haine qui nous sépare de ceux que nous haïssons. Nous n’avons besoin de rien à l’exception de détester l’ego. Il y a deux étapes: la pureté et la sainteté. La première étape de la correction est la purification du mal. Cela inclut tout le processus que nous suivons depuis le début de notre travail jusqu’à la révélation du mal, et ensuite à partir de la révélation du mal jusqu’au niveau de Bina, de donner pour donner, ne faites pas à autrui ce que vous détestez.

Cette partie de la correction est appelée la reconnaissance du mal et sa sortie jusqu’à ce que nous sortions d’Egypte. Ensuite, nous entrons dans la phase de correction de « donner pour donner », que l’on appelle le travail dans le désert. Puis nous entrons dans la terre d’Israël en purifiant notre désir comme nous visons à Yashar-El (droit à Dieu, nous le transformons en Israël, qui est appelé la conquête de la terre d’Israël. Alors nous arrivons à la phase de « aime ton prochain comme toi-même ».

Cela se fait en plusieurs étapes: je me détache de l’ego, du mal, me purifie, et au moment où je découvre que mon ego est mon ennemi, je commence à le détester, et je dois donc me détacher et fuir. Je suis prêt à sauter dans la mer Rouge, où je peux, tant que je peux m’échapper et être sauvé de la poursuite de l’ego. Je reçois dix coups (plaies), ce qui me force à venir à la décision finale et qui ne me laisse aucune chance de rester à l’intérieur de mon ego.

Je ne peux plus le supporter, comme je vois que cela ne m’apporte que peine et douleur. Tout cela est le résultat de la Lumière environnante qui brille et me donne sans réserve. Je me sens si mal par rapport à elle, à l’attribut du don, à une révélation quelle qu’elle soit du Créateur, dans un nuage, en une colonne de feu, en un buisson ardent … Ce n’est que lorsque le Créateur m’amène à Pharaon que je me rends compte qu’il est un tyran et méchant. Pharaon se révèle par opposition au Créateur, et lorsque je suis debout au milieu, je vois qui est un ami et qui est un ennemi.

Je ne peux plus supporter la domination de Pharaon, puisque de l’autre côté le Créateur est à mes côtés. Je commence déjà à voir la différence entre le don et la réception, et cela invoque en moi la haine du mal. Il est impossible de venir à Pharaon sans le Créateur! Sinon, je ne vais pas voir que Pharaon est mauvais, car avant il semblait si bon pour moi quand il a élevé Moïse comme son petit-fils. Même avant cela, au début de la période de l’exil, le bon pharaon a régné jusqu’à sa mort et là se leva un nouveau roi en Egypte qui ne connaissait pas Joseph. Ainsi, nous allons peu à peu à travers les phases de la reconnaissance du mal.

De la 1ère partie du Cours quotidien de Kabbale du 25/06/13, Shamati N°54 « Le but du travail »

Il n’y a pas de punition, il n’y a que la correction

Dr. Michael LaitmanLa Torah, “Exode,” 21:18-21:19: Si des hommes se querellent, et que l’un d’eux frappe l’autre avec une pierre ou avec le poing, sans causer sa mort, mais l’oblige à garder le lit,  celui qui aura frappé ne sera point puni, dans le cas où l’autre viendrait à se lever et à se promener avec son bâton. Seulement, il le dédommagera de son interruption de travail, et il le fera soigner jusqu’à sa guérison.

D’un point de vue corporel, nous comprenons de quoi il s’agit, mais si nous pénétrons plus profondément, nous découvrons que c’est beaucoup plus compliqué. Il s’agit d’une personne qui peut être incorporée dans la société après le dommage qui lui a été infligée, d’être une partie intégrante normale, et celui qui lui a causé le dommage doit le dédommager.

Question: Quelle est la signification de « et l’un frappe l’autre» dans le travail interne?

Réponse: Une personne inclut le monde entier à l’intérieur d’elle, et quand il y a une guerre à l’intérieur d’elle, elle doit devenir son propre juge et envisager clairement et précisément ce qui en elle est «pour» et ce qui est «contre», selon son niveau.

Il y a une cour supérieure, une locale, une régionale, et ainsi de suite, ce qui signifie qu’il existe différents niveaux en fonction de la profondeur des problèmes qui se posent. Il y a des problèmes qui peuvent être résolus par un simple dialogue entre les gens, et il y a des problèmes qui nécessitent l’intervention d’un tiers. La Torah parle de l’intervention d’une tierce partie, lorsque le juge décide ce qu’il faut faire dans un cas particulier.

Il s’agit de trois lignes dans notre comportement. Il y a des actions qui sont résolues par l’intervention des forces spéciales supérieures, les conditions, et ainsi de suite.

La Torah ne se réfère pas à la prison. Selon la Torah, ce n’est pas seulement inutile, mais même nuisible à une personne puisque vous le coupez de la société. Il n’y a pas de plus grande peine que de détacher une personne de la société puisque c’est dans la société qu’ellese remplit, et si vous le coupez de cela, elle est considérée comme morte. Donc, il ne peut pas avoir d’isolement. Nous pouvons bannir une personne d’une société et l’amener dans une autre, inférieure, qui lui est plus appropriée.

Dans le passé, il y avait des villes de refuge où une personne pouvait s’échapper si elle avait commis un péché involontairement. Cependant, si elle quittait cette ville, elle pouvait être arrêtée et punie. L’évasion vers une ville de refuge, dans un asile, était sa correction.

Cela signifie que la Providence Supérieure a opéré sur une personne de telle manière qu’elleavait involontairement tué une autre personne ou causé un préjudice à une autre personne. Cela signifie qu’elle n’a pas pris part à cette action et qu’elle était initialement involontaire de sa part, mais à l’intérieur, dans toutes ses pensées et ses idées, elle faisait encore partie de sa nature ou de sa relation avec cette personne. Il s’avère qu’elle a causé un préjudice ou la mort d’une autre personne, même si elle n’était pas intentionnelle. Maintenant, afin de corriger cela, elledevait sortir. Le mot «punition» n’existe pas du tout dans la Torah, il y a seulement le mot «correction».

Du programme de KabTV “Les secrets du livre éternel”  du 29/04/13