Que corriger: moi-même ou le monde?

Dr. Michael LaitmanIl y a un but devant nous. Il peut nous paraître séduisant ou non. Notre perspective est quelque peu comme celle d’un enfant qui désire ce qui est agréable à ses yeux (les bonbons), et pas nécessairement ce qui est bon pour lui (les épinards). Malgré nos réticences, nous avons à trouver et à prendre la forme correcte de comportement afin de nous élever vers le nouveau désir de don sans réserve, au lieu de rester dans notre désir actuel de seulement recevoir.Cela signifie que nous devons accepter, au-dessus de notre volonté et de la nature, que le but et la gouvernance d’En-Haut sont bons et nécessaires parce qu’ils appartiennent à un autre niveau, le niveau du don sans réserve. Et les kabbalistes nous disent la meilleure façon de progresser vers cet objectif, le niveau du don sans réserve.

Le chemin est simple, nous disent ils : nous devons accepter les faits qui sont désagréables pour nous. Nous aimerions faire plier le monde pour qu’il nous aille, alors que nous, nous souhaitons rester inchangés. Pourtant, les kabbalistes nous conseillent d’accepter le monde tel qu’il est, (il est bon et parfait, c’est juste que je ne le vois pas comme tel) et nous annuler.

Ainsi, une personne marche à l’aide de la foi au-dessus dessus de la raison, ce qui signifie surtout au-dessus de son cœur égoïste et de sa compréhension, et veut voir le monde dans la Lumière du don sans réserve tel que décrit dans la Kabbale. Si nous essayons de voir le monde, le groupe, et nous corrigés, nous allons commencer à demander la Lumière qui ramène vers le bien. C’est pourquoi nous devons nous examiner

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed