Comment mesurer la foi au-dessus de la raison

Dr. Michael LaitmanTout notre chemin consiste à révéler les actions du Créateur envers nous et de trouver la bonne réaction à elles. C’est ce qu’on appelle le «travail du Créateur, » quand je veux apprendre deux choses: qui a fait cela pour moi, et ce qu’il fait. En d’autres termes, je désire révéler l’action et celui qui agit.Mon attitude à l’égard des actions et celui qui agit est formée par mes tentatives de les révéler. Et à cet égard, je peux déjà être considéré comme un «être humain», le «moi» qui se rapporte en quelque sorte à «ce qui m’arrive» et à «Lui qui me contrôle. »
L’attitude de l’action se déroule «dans la raison», qui est, à l’intérieur et selon l’esprit. Si je me rapporte à celui qui agit, au Créateur, qui contrôle ces actions, en opposition à ce que je ressens de ses actes, alors c’est ce qu’on appelle «au-dessus de la raison» ou en dépit de la raison. Si je me rapporte au Créateur dans la dépendance directe de ses actes, c’est ce qu’on appelle «dans la raison. »

Toutefois, nous évaluons l’ensemble de notre travail par rapport au Créateur. Je peux sentir son action comme «douce ou amère, » les considérer comme « bonnes ou mauvaises », selon mes sensations. Pourtant, en même temps, j’ai aussi l’attitude du « vrai ou faux» à l’égard du Créateur.
Amère n’est pas nécessairement toujours vraie et doux toujours faux. Si je monte au-dessus de ma sensation de « doux ou amer, et au lieu de me soucier de la sensation, je révèle que cela vient du Créateur (qui est bon et fait du bien), alors cela signifie que je suis dans la foi au-dessus de la raison.

Je suis incapable de cela de mon propre chef car je vis par mes sensations. Cependant, je peux recevoir de l’aide du Créateur, et la différence entre « amer et doux » n’existera plus. Ensuite, cela signifie que je suis en effusion et me rapporte à Lui par la foi au-dessus de la raison.
Je me suis levé au dessus de ma sensation en raison de la force que j’ai reçu de Lui, et maintenant j’accepte les états agréables et désagréables, le « bien » et le « mal » également. Je ne succombe pas simplement aux circonstances, je me ressens vraiment de cette façon, et ceci détermine la hauteur de ma relation avec le Créateur.

Plus il y a opposition entre le bien et le mal, tout en les percevant de façon égale et en bénissant le Créateur pour les mauvaises choses, ainsi que le bonnes, plus élevé est mon degré de spiritualité. C’est la hauteur à laquelle je surmonte au-dessus de mes désirs et à leur épanouissement, qu’ils soient agréables ou non. C’est ce qu’on appelle la mesure de la foi dans le Créateur.

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: