L’entêtement a toujours une limite

Dr. Michael LaitmanToute l’humanité est aujourd’hui confrontée à un choix. Nous avons avancé dans notre égoïsme jusqu’à ce qu’il nous ait enfermé à l’intérieur d’un système intégré où nous sommes totalement interdépendants. Par conséquent, le monde d’aujourd’hui est devenu global, ce qui signifie que le lien entre nous est devenu universel et mutuel, et nous ne pouvons rien faire pour le contourner.

C’est pourquoi nous perdons la capacité de contrôler ce genre de monde. Après tout, il devient semblable au système supérieur, et ces deux systèmes existent en parallèle l’un et l’autre. L’un est un système de connexions rigides réciproques, comme Malkhout du monde d’Atsilout ou le Monde de l’Infini, qui est déjà dans l’état corrigé  corrigée. Et le second système est l’état actuel où nous, les égoïstes, s’affrontons.

Si nous étions juste des égoïstes individuels, alors chacun d’entre nous expérimenterait les petits malheurs et les problèmes, mais nous saurions comment les corriger. Cependant, aujourd’hui, quand notre développement nous a amené ver un état où tout ce système est rigidement bloqué et fermé, nous ne savons pas quoi faire.

Chacun d’entre nous n’est plus en mesure de faire face aux problèmes de sa vie. La crise éclate partout: à partir de notre vie privée dans la famille, au travail, et avec nous-mêmes, de la crise mondiale de la société, la culture, l’éducation, et même l’écologie, ce qui signifie dans la nature qui nous entoure.

La crise est révélée partout, à l’intérieur de l’homme et à l’extérieur de lui. Et il ne sait pas comment y faire face, parce qu’il est dans un système fermé et intégral. Et maintenant, nous n’avons plus le choix : Sous la pression de la souffrance, il nous faudra trouver un lien entre nous qui sera similaire au système supérieur de sorte que ces deux mondes, le monde supérieur et ce monde, correspondent l’un avec l’autre, jusqu’à ce qu’ils s’unissent complètement, en un tout.

Maintenant nous mettons en place nos propres limites vers lesquelles nous voulons avancer dans le sens de cette correspondance. Mais dans la mesure où nous ne voulons  pas avancer, ce «refus» nous reviendra comme un boomerang sous la forme de souffrances. Par exemple, selon le programme de la création, à partir du chronomètre qui montre comment les commandes du développement  se révèlent, j’ai déjà à un certain niveau, par exemple, je suis arrivé « 10 centimètres » plus proche de la spiritualité maintenant.

Et tout le monde doit progresser de cette manière même s’il y a des gens différents en elle. Certains comprennent mieux les choses et d’autres, pire encore, et bien d’autres encore ne ressentent rien du tout. Après tout, comme toute la nature se compose de différents niveaux: minéral, végétal, animal et humain, la même division existe à l’intérieur de l’homme également.

Mais tout le monde, tous les peuples, doivent maintenant faire un pas en avant. Et si nous ne faisons pas cela, alors ce delta, le manque de nos progrès, se feront sentir par nous sous une forme négative, comme la souffrance. Mais la souffrance nous poussera toujours vers l’avant.

Cela signifie que vous ne serez pas capable de vous échapper de ce travail. Le moteur continue de tourner, et si vous ne voulez toujours pas à travailler, alors au lieu d’un « -1 », vous recevrez un «-2» puis un «-3», et ainsi de suite, jusqu’à atteindre d’énormes souffrances que vous ne serez plus en mesure de refuser de bouger.

L’entêtement a toujours une limite. En réalité, nous sommes très sensibles au plaisir et à la douleur parce que notre matière est la volonté d’en profiter. Par conséquent, il ne fait aucun doute que finalement, le monde avance.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 29/07/11, Shamati

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: