Faire connaissance de ce qui est caché

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam, Shamati, article 26, «L’avenir dépend et est lié à la reconnaissance du passé »: Il est écrit, «Le Seigneur est grand et le vil verra, » que seul le vil peut voir la grandeur. Les lettres Yakar (Précieux) sont les lettres Yakir (connaîtra). Cela signifie que l’on connaît la grandeur d’une chose dans la mesure où il est précieux pour une personne..

On est impressionné en fonction de l’importance de la chose. L’impression amène une sensation dans le cœur, et selon la mesure de sa reconnaissance de l’importance, c’est à partir de cela que la joie est née en une personne

Afin de percevoir la réalité dans laquelle je me trouve et que je n’ai pas encore remarqué, j’ai besoin de développer la sensibilité et la perception de cette réalité. Nous faisons la même chose dans d’autres cas puisque les lois sont immuables ici.

Quelle que soit et qui que se soit,  je peux travailler avec, cela peut être en métal, bois, plastique, des gens, des animaux ou des plantes, je commence progressivement à sentir le matériau avec lequel je travaille. Plus important, il est pour moi, plus je suis intéressé par lui et plus je pénètre dans ses qualités avec ma perception. Maintenant, même un simple morceau de bois peut me dire beaucoup de choses, même si, pour un étranger, cela ne veut signifie absolument rien. Tout est dans ma relation avec lui, l’importance que je lui donne. C’est la même chose en tout.

Un vrai artisan est celui qui valorise le matériau avec lequel il travaille et valorise sa profession, et grâce à lui, il voit toute la richesse de sa palette. Avant, il avait l’habitude d’être comme tout le monde, mais maintenant, après avoir investi des efforts dans la connaissance de la matière, il devient un spécialiste et distingue les milliers de facettes et nuances à l’intérieur.

C’est exactement la même chose dans le spirituel. Il n’y a qu’un seul problème. Si dans le monde, nous voyons à l’avance ce que nous négocions alors nous pénétrons dans l’ensemble des points de détail, alors dans le monde spirituel, la situation est différente. Là, je n’ai pas la «matière de travail » jusqu’à ce que je développe un organe spécial de détection. Dans notre monde j’étudie ce que je vois déjà, tandis que dans le monde spirituel, je dois d’abord développer la sensibilité, et seulement dans cette mesure, je dois commencer à sentir l’objet afin de l’étudier et d’apprendre à le connaître.

Ainsi, la réalisation de l’importance précède tout le reste. Dans un premier temps, nous devons attacher de l’importance à l’objet spirituel et seulement alors, nous le découvrirons. Alors pourquoi dans notre monde cela n’est pas nécessaire? C’est parce que mon « approche de l’objet » est égoïste ici, j’apprécie ce que je vois déjà. D’autre part, dans le monde spirituel, je dois d’abord exalter l’objet à mes yeux, attacher de l’importance et de la valeur. A partir de cela, je mesure, j’y entre avec une relation spéciale, avec une sensibilité aiguisée. Je commence à le sentir non pas de la porte, mais à partir de derrière, d’un état caché. Et puis, quand il commence à émerger, je l’étudie et je m’y connecte.

Du 24/02/12 de la Convention d’Arava, Leçon 5

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: