Category Archives: Correction

Les ruses de Pharaon

Dr Michaël LaitmanQuestion: En regardant en arrière sur notre chemin, je vois que le Pharaon est toujours près de nous. Récemment, une nouvelle tendance est apparue – la psychologie des systèmes et des vecteurs. Beaucoup ont pensé qu’elle est très similaire à la Kabbale. C’est-à-dire que Pharaon est devenu encore plus rusé …

Réponse: La technique kabbalistique est très directe. Dès le début, elle parle d’une seule chose, mais progressivement elle s’ouvre de plus en plus. Quand une personne étudie les textes kabbalistiques, elle découvre de plus en plus de profondeur et du mouvement. Si elle ne suit que cela, alors elle trouve un point de confluence avec le Créateur, avec une seule force qui dirige tout. Tout le reste est inventé par les êtres humains.

Mais pour nous diriger vers elle, cette force nous forme constamment: de plus en plus aigu, de plus en plus étroit, jusqu’au moment où nous nous transformons nous-mêmes en cette qualité du don sans réserve et devenons semblables à cette force.

Toutefois, au cours de l’histoire, l’homme a inventé toutes sortes de techniques. Il existe beaucoup de techniques différentes, des religions et des croyances (jusqu’à 3.800) dans le monde. Et les nouvelles théories apparaissent constamment. A partir du milieu du XXe siècle apparaissent un nombre infini de techniques fondées sur diverses bases de données scientifiques, de plus il y a de techniques spéciales qui sont utilisées dans les services spéciaux. Par exemple, le développement de capacités internes psychosomatiques etc. Les gens ne les savent même pas.

Toutes ces techniques sont construites uniquement sur l’égoïsme, sur son développement. Même si les gens pensent que ce développement n’est pas égoïste, c’est quand même un égoïsme altruiste qui représente 10% de la population de la  Terre, qui veulent faire du bien aux autres, sauver l’environnement, protéger la nature et les animaux, c’est à dire les gens qui rende altruiste notre monde. Mais c’est toujours le même égoïsme.

Il existe une ligne très fine, la lutte, la détermination, l’analyse: « Qu’est-ce que la méthode propre de la compréhension de la Lumière supérieure? ». Elle consiste précisément dans la purification interne constante de son intention.

Je vois que toutes les autres techniques peuvent aider. En général, tout dans le monde a été créé pour aider les gens de se purifier de toutes sortes d’idées fausses.

Sur cette base, nous devons déterminer la vérité pour nous-mêmes. On n’étudie pas la psychologie ou les différentes méthodes de la formation intellectuelle ou extrasensorielle, mais notamment la similitude avec la lumière supérieure en l’attirant vers soi. C’est la différence entre la technique kabbalistique et les autres.

Toutes ces nouvelles techniques ressemblant à la Kabbale, c’est le Pharaon qui nous les propose, plus précisément- le Créateur à travers le Pharaon. Il est dit: « J’ai alourdi le cœur de Pharaon », et c’est précisément pour ainsi filtrer, trier les gens de notre groupe, qui sont peut-être, le mouton noir.

Donc, on ne doit pas s’inquiéter à propos du grand nombre de personnes qui viennent, car 90% s’en vont. Parce que de toute l’humanité la Kabbale ne sélectionne que ceux qui appartiennent au Créateur, qui peuvent être vraiment des médiateurs entre Lui et le reste de l’humanité. Le monde spirituel est construit sur la qualité et non pas sur la quantité.

Nous sommes heureux d’accueillir toute personne. Mais tout le monde a la liberté de choisir. Nous ne négligeons personnes. Mais si une personne s’en va, c’est son choix à elle. Cela signifie qu’elle doit travailler à d’autres niveaux, et n’est pas encore prête pour venir. Elle a appris quelque chose ici, et peut-être qu’elle reviendra. Sinon, elle a son propre chemin, et elle le terminera dans sa prochaine vie. Et nous voulons le terminer dans cette vie.

La Kabbale disperse les connaissances comme le semeur sème les graines en passant par la terre arable, et qui veut prendre ces connaissances les prend. Ce n’est pas notre volonté. Nous ne pouvons que souhaiter que de plus en plus de gens connaissent cette méthode. Tout le reste est le travail du Créateur.

De la leçon virtuelle, 08/04/2012

Une attitude correcte envers le monde

каббалист Михаэль ЛайтманLe monde est une image, un hologramme que le Créateur nous présente aujourd’hui, et nous sommes à l’intérieur de cet hologramme. Nous sommes impliqués dans cette illusion, elle est  le reflet de nos qualités intérieures.

En regardant le monde, je vois mon reflet et je peux dire de quelles  propriétés intrinsèques je me compose. Celui-ci me plaît, celui-là pas vraiment, cela est comme ça, cela est autrement etc. Par conséquent toutes ces caractéristique sont à l’intérieur de moi. Chacune de mes caractéristiques personnelles me dessine une image définie: chacun de nous, chaque personne dans le monde, de la nature inanimée, végétale, et animale.

Donc, si je vois quelque chose de négatif autour de moi, je vois cette faille en moi, sinon je verrais seulement la Lumière supérieure absolue et uniforme.

Bien sûr, nous sommes encore loin de ce degré. Mais, au moins, progresser vers cet état, le découvrir nous pouvons seulement si nous réalisons l’auto-évaluation sérieuse de ce que nous voyons.

C’est pour cela qu’il est dit que le monde a été créé uniquement pour les justes absolus ou pour les pécheurs absolus. Quand un homme avoue qu’il est un pécheur, il comprend qu’il est à l’opposé du Créateur. Quand il voit et justifie tout véritablement, et voit que le monde est réellement plein de bonnes choses, qu’il est parfait, alors il est dirigé vers le Créateur est appelé «un juste absolu ». S’il a une estimation mixte, une vue du monde mixte, alors son état n’est pas pleinement consciente. Il n’a pas de conscience du mal et il doit continuer à travailler sur lui-même.

Il s’avère que tout dépend de nos sentiments: soit je me sens bien dans le monde, soit je me sens mal.

J’entends beaucoup de nos amis dire qu’ils attendaient quelque chose de plus du Congrès. Ils pensaient qu’ils auront tout de suite des « ailes poussées » et ils seront montés quelque part.

Autrement dit, même les gens qui suivent le cours pendant plusieurs années, ne comprennent pas encore l’essence de notre correction. Et c’est normal qu’ils ne comprennent pas! Je ne me moque pas d’eux, je ne les blâme pas. Je me souviens des états que je traversais pendant mon chemin et combien c’était difficile, très difficile! Les gens ne réalisent pas qu’ils doivent changer leur attitude envers le monde.

De la leçon n°5 du Congrès européen, 25/03/2012

Réfléchissons à comment nous pouvons aider le monde

Dr. Michael LaitmanNous parlons beaucoup des choses que nous voulons réaliser, atteindre, et révéler. Mais nous avons mérité cette aspiration parce que le monde entier en a besoin. Comment pouvons-nous aider le monde?

Tout autour de nous est rempli avec la Lumière supérieure qui nous imprègne, mais nous ne la sentons pas encore à cause de notre égoïsme; une grande abondance existe dans le monde. Il y a de tout! Seule notre égoïsme ne nous permet pas de partager avec d’autres, de l’étendre d’une manière qui ferait le bonheur de tous. C’est pourquoi à la fin tout le monde souffre.

Laissez-nous réfléchir à ce que nous pouvons offrir au monde, comment nous imaginons une société corrigée où tout fonctionne déjà selon les lois du don sans réserve mutuel, de l’amour, et de la participation quand tous les gens comprennent qu’ils sont connectés dans un système commun, et cela ne se peut pas que certains soient heureux et d’autres non.

Cette interconnexion se manifeste entre nous à tel point que nous nous comportons automatiquement de cette façon. Nous révélons que nous sommes dans un système intégré. Nous ne pensons qu’à la réciprocité. Une personne, qui pense aux autres, n’a plus besoin de rien d’autre. Comme le Baal HaSoulam écrit, tout le monde pense à tout le monde. Je suis certain que mes amis pensent à moi, et c’est pourquoi je ne peux même pas penser à moi. Et  cela me force à penser aux autres.

Le Créateur nous pousse vers ce genre d’unité, ce type de société. Nous espérons y arriver, c’est un bon moyen – grâce à la diffusion-, l’éducation, et la formation, au lieu d’avoir des souffrances, des coups, et des cataclysmes et des catastrophes diverses qui nous poussent vers elle.

Servons-nous de l’exemple le plus simple. Une petite ville avec une population de 50 mille personnes: dix mille travaillent à la plus grande entreprise de la ville. À l’heure actuelle, ils ne passent que la moitié de leur journée à travailler, il n’y a pas de travail.

Dix mille personnes sont des personnes âgées et des retraités. Dix mille sont des enfants. Et encore une vingtaine de milliers de personnes sont dans le domaine des services, ils travaillent dans tous les systèmes de la ville.

Le problème est que la grande usine, où dix mille travailleurs, ingénieurs et autres professionnels travaillent est en train de fermer. Et pour cette raison, le principal revenu de la ville a baissé de deux fois, car le revenu apporté à la ville par l’usine circule dans tous les domaines des services.

Il s’agit d’un problème régulier, qui apparaît aujourd’hui dans de nombreux endroits du monde.

Et maintenant, imaginez, ce que nous pourrions  offrir à la population si nous devions présenter notre système d’éducation intégrale et de formation.

Par exemple, nous pouvons commencer avec les employés de l’entreprise, puisque la moitié de leur journée de travail devient libre. Comment pouvons-nous aller vers les autres personnes dans la ville: les femmes au foyer, les enfants, les personnes âgées, et ceux qui travaillent dans les domaines des services car leur charge de travail, avec leurs salaires, sont aussi diminués naturellement ?

Quel genre de changements se passeraient-ils dans la ville si nous introduisions progressivement de nouvelles relations sociales entre les personnes, les conjoints, au sein des familles, dans les ménages, dans la rue, les parcs, dans les services de nettoyage, de livraison, dans tous les emplois de la cité et de la municipalité ?

Comment les gens qui créent des relations intégrales peuvent-ils économiser et réduire leurs dépenses sans s’en apercevoir ? Est-ce possible?

Comment la double diminution du revenu principal de la ville peut-elle  être compensée d’une manière qu’une personne ne va pratiquement pas le sentir quand elle compensera avec de nouvelles relations sociales, des relations entre les gens?

Imaginez de combien une ville comme celle-ci a besoin pour vivre.

Nous devons faire tout cela dans l’ordre, discuter, et intégrer progressivement tous ces problèmes dans un système, et les résoudre, parce que c’est vraiment un problème. Et aujourd’hui, il émerge déjà en de nombreux endroits.

Si nous sommes en mesure d’exprimer cela d’une manière réaliste et imaginer ensemble avec des scientifiques, des sociologues et des politologues avec des calculs et des chiffres, ceci  nous rapprochera de la réalisation de ces idées.

Mais, naturellement, en général, rien ne peut être résolu sans l’éducation intégrale. Et c’est la chose principale.

Par ailleurs, nous ne devons pas oublier qu’aucun  problème ne peut être résolu sans l’influence de la Lumière Environnante. Nous devons toujours prendre en considération que, peu importe à quoi ressemblent  nos entreprises, peu importe ce que le roi propose comme merveilleuses idées, ainsi que  les gens importants et les grands esprits – rien ne fonctionnera sans nous qui espérons, connaissons et  travaillons de manière  à attirer la Lumière puis cela se  fera.

Du congrès de Vilnius du 24/03/2012, Atelier n° 3

L’invitation à nous élever est partout

Dr. Michael LaitmanUne personne ne peut être corrigée avant de comprendre qu’elle doit s’élever à l’étape suivante.  Elle doit toujours imaginer cette solution dans son esprit comme si elle n’était pas dans son état ​​actuel, mais déjà dans l’état suivant après avoir atteint le niveau supérieur auquel elle s’est élevée par la Lumière qui ramène vers le bien.

Habituellement, nous voulons corriger notre état actuel. Ceci  nous arrête parce que nous pensons que l’état actuel est arrivé afin que nous le corrigions.

Ainsi, nous  sommes désorientés, car tous les états viennent pour que nous nous élevions au-dessus d’eux pour les états suivants. Il n’y a rien à corriger dans l’état actuel. La correction arrive en passant de l’état actuel vers le haut.

C’est très difficile à accepter, parce que cette approche n’existe pas dans notre monde, mais c’est ce qui arrive dans la spiritualité. C’est parce que tous les états sont donnés non pas pour qu’une personne les corrige, mais pour qu’elle se corrige. Il n’est possible de vous corriger vous-même  qu’en vous élevant au-dessus de chaque état, qui est appelé progresser par « la foi au-dessus de la raison ».

Chaque fois que je ressens un certain discernement ou un attribut mauvais et irréel, je le vois comme une invitation à m’élever au-dessus. Ainsi, je vois que tout ce qui se passe pour moi ne vient que pour me montrer mes lacunes. Leur remplissage et leur correction a lieu au niveau suivant, et jamais dans l’état actuel.

Tout ce que je vois quant à moi, en ce qui concerne ce monde, en ce qui concerne les amis et le Créateur, qui semblent aussi mauvais et imparfait, sont les discernements des lieux au-dessus desquels je dois m’élever pour me  conformer à un plus grand don sans réserve. C’est ainsi que je peux avancer jusqu’à ce que j’atteigne complètement le don sans réserve.

De la  1 er partie du cours quotidien de Kabbale du 18/04/2012, Écrits du  Rabash

La seule chance du monde

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quand notre travail aura-t-il un impact réel sur le raisonnement des scientifiques et des chercheurs?

Réponse: Nous devons les aider à voir l’image entière. Ils parlent déjà des signes d’un monde intégral, mais ils ne peuvent pas recueillir les observations individuelles en un seul système, une méthodologie unifiée.

En outre, ils ont peur de se plonger plus profondément dans ce sujet parce que l’idée d’un monde solidaire conduit à une confrontation avec le pouvoir. Les gouvernements actuels sont encore en train d’agir égoïstement et de manière individualiste, en ne se rendant pas compte que ce faisant, ils se détruisent. Les politiciens n’ont pas une perception intégrale. Contrairement à eux, les scientifiques observent la nature et parlent de ce qu’ils voient. Qui entend, c’est une autre histoire ….

Il y a un autre problème: bien que de merveilleuses paroles puissent être prononcées par divers experts et spécialistes, peu importe combien ils pontifient sur l’interconnexion et la nécessité de s’unifier, ils n’ont pas les moyens de les mettre en œuvre. L’argent et les armées ne vont pas aider ici. Même si toutes les personnes dans le monde s’écrient: «Oui, nous voulons être un village planétaire! » Que se passera-t-il après cette déclaration unanime de leur volonté? Rien, sauf une guerre mondiale. Après  avoir détecté avec encore plus d’acuité les liens qui les unissent les uns aux autres, ils déclencheront une guerre dans le but de rompre cette connexion.

Les scientifiques n’ont pas de solution, ils ne savent pas comment changer l’homme. Alors, pourquoi crier sur la façon dont l’égoïsme est dangereux si vous n’avez pas de remède? Avant notre époque, les médecins ne disaient pas aux patients qu’ils étaient malades en phase terminale. Il n’y avait aucun moyen de ralentir la progression d’une maladie, et donc une personne était laissée dans l’obscurité pour moins souffrir.  «Ne mettez pas d’obstacles en face d’un aveugle», dit la Torah. Pourquoi révéler la vérité si vous ne parvenez pas à aider une personne à la gérer ?

Donc, sans la révélation de la sagesse de la Kabbale, sans le message de la garantie mutuelle procédant de nous, l’humanité n’a pas une seule chance de corriger quoi que ce soit. Et c’est maintenant notre problème: Comment pouvons-nous établir une connexion avec les gens et leur expliquer qu’il est possible de corriger l’égoïsme et ainsi de corriger le monde.

Nous parlons précisément de la correction de l’homme. Rien d’autre n’aidera ici. Beaucoup savent déjà que tout le mal est contenu dans la nature humaine. Cependant, ils renoncent : «Un être humain est égoïste et ne peut rien faire à ce sujet ». Si nous ne fournissons pas aux gens  la méthode de la correction de l’égoïsme, si nous n’expliquons pas qu’elle est effectivement réalisable, le monde n’a aucune chance. Jusqu’ici, cependant, nous avons travaillé du bout des lèvres …. 

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale du 30/03/2012, «Préface au Livre du Zohar»

Le don sans réserve : tout ou rien

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, « Introduction à l’étude des Dix Sefirot », Point 130: ceux à qui il est accordé la sensation de sa Providence, sous la forme du premier degré de la divulgation du visage, appelé la« repentance de la peur », sont considérées comme intermédiaire. C’est parce que leurs émotions sont divisées en deux parties, appelées «deux plateaux de la balance ». Depuis le moment avant d’avoir reçu le repentir ci-dessus, tous restent debout et sont appelés « une échelle du péché ». Et l’échelle du mérite est définie et leur est garantie dès le moment du début du repentir, le temps de la repentance est «entre» le mérite et le péché, et donc ils sont appelés «intermédiaires».

Il ne s’agit pas de périodes de temps, mais de la réalité présente. Après avoir atteint ce niveau, une personne découvre dans ses attributs présents qu’elle a en partie péché et en partie mérité. En d’autres termes, il y a encore des parties non corrigées et corrigées en elle. Le critère ici, bien sûr, est la connexion aux autres et au Créateur.

Dans le même temps, une personne est immergée dans un état ​​de Hafetz Hessed : elle ne peut pas faire de mal à l’autre, mais elle n’a pas fait non plus de bien à l’autre. Donc, c’est comme si elle était au milieu de la vie, après avoir neutralisé le mal en elle, mais ne l’ayant pas encore transformé en  bonté.

Question: Peut-on mettre la réalisation de cet « intermédiaire » comme  objectif?

Réponse: Pourquoi se contenter de la moitié? Vous devez imaginer l’état complet des justes. Si vous demandez quelque chose, demandez le maximum: la fin de la correction. Si vous voulez vous retrouver à la fin de la correction, vous réussirez à peine à atteindre le prochain niveau. C’est parce que pour le moment, vous ne pouvez pas imaginer plus que son côté arrière corrompu. Il s’agit de la limite de votre imagination parce que vous n’avez pas d’autre modèle. Donc, faites tout le chemin, souhaitez le maximum de don sans réserve, et ainsi vous allez acquérir la similitude minimale à l’AHP du supérieur.

Mais si vous ne demandez que pour la moitié, ce n’est pas le don sans réserve, mais de la mesquinerie. Dans le don sans réserve il n’y a pas de calcul pour une partie de l’ensemble. Dans le don sans réserve vous recherchez ce que vous pouvez ajouter, comment engager tout ce que vous pouvez.

En ce sens, les lois spirituelles sont simples. J’aspire à la fin de la correction, et je veux que tous mes désirs et mes pensées visent au don sans réserve aux autres. C’est ce que je demande. Cela ne peut pas être à mi-chemin dans l’attribut du don sans réserve. En exigeant la moitié, je fais un calcul égoïste et ce n’est plus le don sans réserve. Après tout, une  demande secrète pour son intérêt personnel est nécessairement présente aussi dans la « moitié altruiste».

Il est impossible de limiter le don sans réserve. Par conséquent, le cours doit toujours être réglé vers l’objectif final et non pas vers  des phases intermédiaires.

Dans tout ce que nous faisons, à partir de ce monde vers le monde de l’Infini, il y a dix Sefirot entières, mais sous une forme réduite. Nous sommes dans une image holographique, dans laquelle chaque partie contient un ensemble. Par conséquent, un calcul partiel n’est pas bon  ici. Vous devez faire tout en votre pouvoir, tout ce qui dépend de vous, puis vous pouvez à peine atteindre le niveau suivant.

Vous êtes maintenant face à l’AHP du supérieur, et c’est la seule chose que vous pouvez imaginer comme quelque chose d’infini. C’est la même chose avec les petits enfants qui ne peuvent pas prendre exemple sur un adulte. Un enfant de cinq ans regarde un garçon de huit ans comme un «Dieu» et veut être comme lui. Il y a quelque chose à laquelle il peut «tenir», cela résonne en lui. Le Rabash a donné le même exemple d’une fille qui est plus intéressée à jouer avec une poupée qu’avec un vrai bébé.

Donc, n’essayez pas de minimiser le but des tailles  «acceptés». Même si vous visez au maximum, vous atteindrez à peine le Supérieur.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale du 01/04/2012, « Introduction à l’étude des  dix Sefirot»

La douceur pécheresse de l’ego

Dr. Michael LaitmanLa première restriction (Tsimtsoum Aleph) a provoqué la brisure des mondes. Sans l’interdiction, il n’y aurait rien eu à briser et aucun péché. Quand il y a une ouverture, tout le monde peut venir prendre ce qu’il veut. Mais si j’installe une porte et que je dis que le lieu appartient à quelqu’un, à partir de cet instant, vous avez besoin d’une autorisation pour entrer.

Vous devez suivre certaines règles selon lesquelles vous pouvez recevoir quelque chose de cet endroit. Payez et vous obtiendrez quelque chose. Si vous avez un écran, la Lumière réfléchie, et l’équivalence de forme, vous pouvez aller de l’avant et recevoir.

Donc, jusqu’à ce que la Lumière atteigne les 4 phases dans chaque Sefira du monde de Nekoudim, rien n’est brisé. Ce n’est que lorsque la phase quatre commence à recevoir la Lumière supérieure que cela apporte le bouleversement. Et maintenant, le problème est que ces récipients sont corrompus et déformés. Ils déforment l’objectif, et à partir de ce point, ils ne sentent plus l’altruisme comme une grande propriété exaltée. Ils ne voient aucun point dans le don sans réserve. Au contraire, toutes leurs aspirations, leur recherche du plaisir, et les gènes internes sont destiné à recevoir dans leur propre intérêt.

Si les gènes, non corrompus par la brisure, étaient actifs en nous, les choses seraient tout à fait différentes! Alors, nous aspirerions au don sans réserve n’ayant pas d’autre choix, comme des bêtes. Tous nos gènes internes, tous nos désirs, tout découle de la brisure.

Je « porte » tout le monde de l’Infini qui a essayé de recevoir égoïstement après moi. Vous pouvez imaginer quel «sac» d’ego je suis en train de porter. De nouveaux désirs égoïstes continuent à jaillir à partir de ce sac, révélant mon gros ego dans une certaine mesure.

C’est tout un problème qui a été créé après la brisure, quand j’ai senti un certain goût à recevoir pour moi-même, et comment ce goût m’attire et me leurre. Je sais que c’est la « potion de mort», mais cela ne peut pas m’arrêter non plus. Je suis prêt à mourir, juste pour avoir du plaisir! C’est ce qui arrive dans notre vie, et nous le sentons très clairement.

Le Rabash dit dans un de ses articles qu’une personne peut atteindre un tel amour de ses amis qu’il est prêt à mourir pour cet amour, à donner sa vie pour la société. Ce n’est pas un désir ardent accidentel, mais un calcul sobre parce que la Lumière supérieure fonctionne afin qu’une personne commence à apprécier davantage le don sans réserve qu’elle-même. Mais dans notre état égoïste, tout est le contraire: je comprends le plaisir que je reçois plus que je remercie ma vie.

C’est ainsi, nous voyons dans ces deux exemples que le plaisir est le fondement de la création tout entière. L’homme n’a pas peur de mourir s’il éprouve du plaisir avant.

De la 3e partie du cours quotidien de Kabbale 11/03/2012, TES

En plus des mots corrects il doit y avoir de bonnes intentions

Dr. Michael LaitmanQuestion: Aujourd’hui, la question de l’annulation des classes est de plus en pertinente et il y a beaucoup de discussions à ce sujet parce que les gens comprennent que les notes causent un préjudice et font de nos enfants des technocrates.

Réponse: Comme dans toute crise, les dégâts sont évidents, mais on ne sait pas comment corriger la situation. Finalement, un dommage sera couvert par un autre: les classes seront  annulées, mais de nouveaux cadres seront construits et alors nous n’aurons même pas ce que nous avions auparavant. Actuellement, si l’on considère le manque de compréhension des véritables raisons de ce qui se passe, avoir plus n’est pas nécessairement mieux. Tous ces ajouts ne sont pas adaptés à la nature. Si nous donnions juste plus de liberté aux enfants, cela n’ajouterait rien. Sans l’apprentissage intégré, qui est adapté à la nature, rien de bon ne sortira de ces changements.

Question: Mais les experts ont raison, ils disent que nous avons changé et que le monde est désormais interconnecté mutuellement, et nous devrions travailler en groupes, coopérer, développer la créativité des enfants, leur pensée créatrice, leur capacité à étudier et à rechercher des choses, et à développer l’être humain en eux; comment est-ce différent?

Réponse: En ce qui concerne la Kabbale c’est ce qu’on appelle une «coquille ». Cela signifie que c’est l’impureté. Les experts suggèrent que nous utilisions le potentiel de devenir égal au Créateur afin de gagner personnellement. Au moment où ils vont aborder cela, ils vont rencontrer de nombreuses crises qui seront pires que la situation précédente. Ces tendances peuvent être comparées à la «connexion au mal» qui est mauvaise pour eux et mauvaise pour le monde.

Si l’objectif n’est pas l’union avec le Créateur, alors le résultat sera le même qu’en Russie, où les tentatives pour parvenir à l’unité a conduit à des résultats opposés. Finalement, ce serait aussi nous amener à la solution souhaitée, mais ce serait un chemin long et difficile. Ils peuvent essayer de nouvelles façons, d’annuler les examens et avoir des enfants assis en cercle, mais d’une façon ou de l’autre si ils  ne reçoivent pas un kit pédagogique venant de nous, mais qu’ils agissent en fonction de leur compréhension égoïste sans aucun lien avec le Créateur, les résultats seront négatifs. Finalement, des criminels vont sortir de l’école, tels que par rapport à eux, les diplômés d’aujourd’hui paraîtront des anges.

L’idée est d’utiliser le principe divin, le principe spirituel à des fins personnelles. Si nous apportons au monde notre méthode, ce sera totalement différent. Ainsi le principe de Maïmonide, selon lequel nous devrions développer les « femmes et les enfants » progressivement jusqu’à ce qu’ils acquièrent des connaissances, sera adopté parce que c’est la bonne méthode les mènera vers l’avant. Mais s’ils décident d’utiliser leurs propres forces, ils sont censés échouer au bout d’un moment.

Il est vrai que les experts ont commencé à pénétrer l’essence du problème ces derniers temps et à exprimer des idées merveilleuses. Mais il n’y a pas de choix: si les gens n’ont pas l’intention correcte, alors ils sont tous condamnés.

De la 3 èmepartie du cours quotidien de Kabbale du 19/03/2012, Etude des dix Sefirot

Méthode expresse

Dr Michaël LaitmanQuestion: Les gens perçoivent nos méthodes comme lentes et  thérapeutiques, ils ont besoin des méthodes rapides et chirurgicales. Comment les aider à sentir l’efficacité de notre message sans attendre des grandes difficultés?

Réponse: Notre méthode est la plus efficace et rapide. L’humanité en général n’a pas et n’avait aucune méthode pour s’influencer soi-même.

Jusqu’ici, noue étions dirigés automatiquement par la force supérieure.

Maintenant, la force supérieure nous éveille par les crises et nous  libère en même temps un champ d’action pour que nous puissions faire un petit pas en avant, notre propre pas. Pour que nous puissions apprécier, comprendre ce qui nous attend, et souhaitions faire ce pas indépendamment, en nous changeant nous-mêmes.

La force supérieure nous changeait toujours, provoquant l’évolution en nous, et maintenant nous devons la provoquer en nous nous-mêmes, consciemment. Par conséquent, l’évolution que nous réalisons aujourd’hui est l’évolution de la qualité, car elle dépend de nous. Nous ne faisions jamais des actions provenant de nous-mêmes, mais maintenant nous devons faire cette action sur nous-mêmes, en nous-mêmes, en nous changeant.

 La force qui nous change est extérieure, mais nous devons nous placer sous son influence. Pour ce faire, nous devons essayer de nous connecter entre nous, pour que notre désir d’unité puisse se manifester. Alors la force de correction supérieure influencera sur ce désir, et nous nous unirons. Ce sera notamment le prochain état de notre développement, social et spirituel.

Il n’y a pas d’autre issue, d’autre moyen à l’aide duquel nous pourrions faire quelque chose. Seulement de cette manière!

Cette méthode est rapide et n’est pas lente, parce que tout dépend de nous et de rien d’autre. Si nous nous réunissons, faisons un peu de pression, si nous souhaitons vraiment, alors cela se produira immédiatement. Il n’y a aucune restriction, ni mécanique ni naturelle. Il n’y a aucun processus qui doit évoluer au fil du temps pour mûrir. Tout dépend de nous, c’est pourquoi cette méthode est la plus rapide.

De la leçon virtuelle du 05/02/2012

Se rappeler les uns aux autres ce qui est important

Dr. Michael LaitmanJe ne me corrige pas moi-même, mais plutôt je corrige mon incorporation en d’autres. Il n’y a rien à corriger en moi, sauf pour ma connexion aux autres.

Qui sont les « autres? » Ici, nous devrions comprendre que le «moi» que j’étais hier n’est pas le «moi» que je suis aujourd’hui. Je dois clarifier la relation entre moi et les autres selon les différents états où je me trouve.  Chaque jour, une personne commence une nouvelle page et les corrections sont toujours en ce qui concerne la connexion mutuelle entre les Partsoufim.

Il est dit que l’amour entre les gens est destiné à l’amour du Créateur. L’amour des amis est le même récipient, la même attitude dans laquelle je tiens à exprimer mon don sans réserve envers Lui. Après tout, le Créateur est la loi générale, l’attribut général que je découvre dans la connexion mutuelle entre nous tous.

Il n’y a rien, sauf pour le récipient général. Dans mon attitude envers les amis, dans mon esprit, dans mon cœur, je crée le Créateur. Jusque-là, Il n’existe pas vraiment.

Question: Nous sommes en train de faire un exercice dans le groupe : tout le monde devrait penser à tout le monde et se soucier de tout le monde dans leurs pensées. Nous nous rappelons les uns aux  autres de penser à ce sujet et d’ajouter, «avec l’aide du Créateur ». Est-ce que cela  nous amène à l’amour vrai?

Réponse: Oui, si vous voulez dire que tout ne peut exister qu’avec l’aide de la Lumière qui ramène vers le bien, alors vous êtes vraiment en train de créer les conditions nécessaires pour l’atteinte.

L’amour n’a pas de limites; il  se propage jusqu’à Ein Sof, (l’infini) et au-delà. A chaque fois nous le définissons différemment quand nous sortons de nos désirs et de nos intentions actuels. L’exercice actuel est efficace contre l’oubli: un ami rappelle à un autre ami les trois conditions: moi, lui et la force supérieure, la Lumière qui ramène vers le bien. En d’autres termes, la Lumière qui ramène vers le bien nous ramène l’un à l’autre. Une fois que la Lumière réside dans la connexion entre nous et maintenant quand elle nous «soude» à nouveau, elle remplit la condition nécessaire de la correction afin de résider à nouveau parmi nous. Cela s’appelle une Mitsva (commandement) dans la langue de la Kabbale.

De la 3 ème partie du cours quotidien de Kabbale du 01/02/2012, Etude des dix Sefirot