Vivre en vue de l’instant

Dr. Michael LaitmanLe monde tel qu’il est aujourd’hui est en pleine perdition. Nous détruisons la nature en épuisant ses ressources et nous ruinons la société humaine dans tous les domaines (de la vie). En outre, nous ne pouvons pas l’arrêter. Peu importe, nous essayons toujours d’avancer dans le même sens égoïste.
Si vous n’avez pas le point dans le cœur, si vous n’attirez la lumière supérieure, vous ne vous laissez aucune chance de vous comparer à elle, pour pouvoir trouver ce qui ne va pas avec vous. Vous fonctionnez comme une machine branchée à un seul fil électrique. De la même manière, un lapin mécanique continue à faire des bonds, totalement inconscient du fait que chaque fois qu’il saute, il tombe. S’il n’y a pas de force pouvant me montrer ce mal, je n’en deviendrai pas conscient: «C’est bien, ça n’est pas arrivé aujourd’hui, mais peut-être demain. »

C’est le problème des «réformateurs du monde », dont traite le Baal HaSoulam dans ses écrits. Nous parlons d’un concept spirituel, dérivant de l’idée que le plaisir, la Lumière, ne reste jamais dans notre désir égoïste. Nous faisons constamment des efforts pour cela, mais rien n’y fait. Et nous échouons, car nous sommes opposé à la Lumière et n’en percevons rien.

Après avoir à peine touché un désir, le plaisir aussitôt disparaît, et je dois recommencer à le chercher pour un fragile instant de contact entre la lumière et le désir. Je vis uniquement pour ce moment. Si seulement nous pouvions voir ce processus de côté: un désir, une goutte de plaisir, un désir, une goutte de plaisir. Afin de puiser en lui, je ne cesse « d’appuyer sur le bouton », comme un animal expérimental, sans libre arbitre. Toute notre vie tourne autour de cela, ce qui ne nous a rien appris au cours des milliers d’années d’évolution.

Ainsi, les «réformateurs du monde» représentent une notion philosophique très profonde. C’est la forme correcte, égoïste, et unique de développement. C’est un attribut implanté dans notre nature, et il n’y a pas moyen d’y échapper. Ce n’est que lorsque le point dans le cœur apparaît chez une personne et qu’elle commence à se développer correctement, conduite par son nouveau désir, qu’elle pourra acquérir une force pouvant s’opposer au mécanisme du désir et du plaisir: la force de la Lumière. Cette lumière fait qu’une personne sent qui lui manque un troisième élément: une nouvelle intention, un calcul, un écran.

Le but de cette recherche est qu’elle est dirigée contre «les correcteurs du monde » au sein d’une personne. Il s’avère qu’il y a quelqu’un d’autre au-dessus de vous, et que ce quelqu’un crée en premier lieu la faille, puis la corrige.

 

C’est le processus que nous devons subir. Et nous voyons encore ses effets sur le développement humain. Comme le Baal HaSoulam le décrit, tout le monde attend que les autres admettent eux-mêmes de s’être trompé et reconnaissent que les premiers ont raison. Mais cela n’arrivera jamais, et tout le monde continuera à persister dans leurs propres opinions. L’humanité prendra ce chemin: Les parties adverses continueront à se battre jusqu’au bout. Et il n’y a aucune issue; cela nous conduira à des guerres et à l’auto-destruction.

Si nous ne nous opposons pas à ce processus avec la diffusion de la Kabbale, la lutte ne s’arrêtera jamais. La seule question est la suivante: Vont-ils nous entendre avant que la destruction massive commence ou après, lorsque seule une petite partie de l’humanité survivra?

La correction se produira encore selon la méthode de la Kabbale, mais arrivera-t-elle à des catastrophes, la disparition de milliards d’êtres, et des conditions de survie extrêmes pour le reste de ceux qui écouteront la méthode et commenceront à la réaliser, poussé dans l’urgence par une horrible douleur ? Ou, allons-nous parvenir à expliquer cette méthode au monde avant qu’il n’arrive à l’extrême?

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 04/05/2011, «La paix dans le monde »

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: