Les graines de Lumière sont semées maintenant

Dr. Michael LaitmanLa Fête de Pessach (Pâque) commence demain. Nous devons comprendre ce que c’est. Tout d’abord, « Pessach » est l’état le plus important. Nous nous souvenons de cet exode d’Égypte dans toutes les corrections suivantes. Pourquoi? Parce que c’est le fondement, à partir duquel l’échelle des degrés spirituels commence.

Deuxièmement, Pessach est la naissance spirituelle d’un être humain.

Troisièmement, nous parlons d’obscurité, dans laquelle nous construisons la base préparatoire pour nos corrections, car nous n’avons rien d’autre à corriger, sauf ce qui est décrit dans « l’Égypte. » Ces années de préparation, d’une part, sont utiles, car elles révèlent nos désirs corrompus; d’autre part, elles sont difficiles parce que l’exil est une chose désagréable.

Cependant, en réalité, tout dépend de la façon dont nous acceptons ce qui se passe, en essayant vraiment d’appréhender, de comprendre et de reconnaître cet état, de combien nous sommes conscients de sa nécessité dans le groupe, et de combien nous pouvons nous sentir l’épanouissement en elle.

De même, le Moyen Age fut une période sombre de l’histoire, qui a été caractérisé par la confusion, la brutalité humaine, la cruauté de l’inquisition, l’agression religieuse, et les mœurs bestiales. Toutefois, en approfondissant, nous voyons qu’il est devenu la préparation de l’explosion de la Renaissance, pour le développement de la science et d’autres réalisations ultérieures.

Jusqu’à la fin du Moyen Age, l’humanité était l’obtention de grands récipients, de grands désirs. Puis, une explosion culturelle a eu lieu, et le siècle des Lumières a commencé au cours duquel nous avons utilisé ce que nous avions préparé avant. Maintenant, nous approchons d’un résultat logique – la crise de tous les désirs qui ont été épuisés et il n’y a rien d’autre à faire dans notre monde.

Si nous établissons des parallèles avec la spiritualité, la préparation actuelle nous permet d’atteindre la fin de la correction et d’utiliser correctement nos désirs. Après tout, nous révélons notre mal pendant la période de l’exil égyptien. C’est pourquoi tous les autres corrections sont appelés la «mémoire» de l’exode d’Égypte.

Dans ce cas, le mal se révèle à nous que dans les relations entre les amis. Par conséquent, si nous percevons correctement les problèmes qui se posent entre nous, nous nous préparons pour l’ascension. Nous devons demander la correction à partir de ces états, mais à condition que nous voulions nous unir, que nous ressentions le besoin pour cela, que nous voyions que nous ne pouvons rien, et malgré tout continuer à avancer. Moins nous réussissons, plus nous insistons.

Nous avons besoin de révéler le don sans réserve à savoir de cette pression mutuelle entre nous. Même si, au lieu de celui-ci, nous révélons la réception contraire, le mal, qui se manifeste au-dessus du bien, nous ne reculons pas, nous ne lâchons pas, et nous ne désespérons pas. Nous allons à la fin, jusqu’à ce que l’état dont il est dit dans la Torah: «et les enfants d’Israël gémissaient du travail» (Exode 2:23)

Ce ne sera pas seulement gémir; nous aurons vraiment l’impression que nous sommes impuissants pour faire quoique ce soit. C’est lorsqu’une personne lève les mains vers le Créateur et s’unit à la prière collective.

Ainsi, nous devrions respecter la période actuelle. Nous ne pouvons pas en sortir tant que nous préparons le désir de nouvelles corrections. Il est impossible de recevoir la révélation du ciel, si nous n’insistons pas, forçant la force supérieure à nous révéler notre mal.

De la 4e partie de la leçon quotidienne de Kabbale 05/04/12, Les Écrits du Rabash

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: