Une personne contre toute la Nature

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, «Introduction au Livre du Zohar, » Point 1: Lorsque nous nous examinons, nous constatons que nous sommes aussi corrompus et aussi bas que possible. Et lorsque nous examinons l’opérateur qui nous a fait, nous sommes obligés d’être au plus haut degré, car il n’y en a pas de plus louable que Lui. Car il est nécessaire que seules les opérations parfaites découlent d’un opérateur parfait.

En effet, nous voyons que la nature est parfaite et que tout ce qu’elle contient est disposé de façon bien plus réussie que dans nos vies. L’attitude d’une personne vis-à-vis des autres se résume à un désir de violer, tuer, manger, abuser, et battre les autres toutes les manières possibles. Nous voyons que cette approche est mauvaise et nuisible. Afin de mener une vie normale, il serait préférable si nous existions bien sur la base des principes de réciprocité, de préservation de la nature, et de veiller les uns sur les autres. Nous enseignons à nos enfants à ne pas se battre, à être généreux et à jouer ensemble. Mais il semble que les enfants ne peuvent pas le faire et les adultes pas plus. Il s’avère que notre nature est mauvaise. C’est ce que nous découvrons quand nous nous regardons nous-mêmes.

D’autre part, dans la nature tout est construit à merveille. De nombreuses études illustrent plus clairement l’image de cet équilibre harmonieux et de coopération mutuelle. En fin de compte la nature a créé la vie qui nécessite une coordination entre des mécanismes délicats et complexes qui travaillent ensemble. Nous voyons combien polyvalent et complexe est le monde et avec quelle grande sagesse il a été créé. D’où vient tout cela? De quelque petit « atome » qui a été créé à la suite du Big Bang?

D’une façon ou d’une autre, la précision, la polyvalence complexe que nous voyons nous impressionne, mais quand on regarde l’homme qui est le « couronnement de la création » nous voyons un seul penchant: tout détruire. Cela fait réfléchir : comment cela peut être, que la partie la plus complexe, la «meilleure» partie, soit aussi le pire ?

Une fourmi ou un cafard ne font de mal à personne, ils n’agissent que selon les ordres de la nature et aident les autres dans le système général qui est mutuellement connecté. Dans cela, chacun vit afin de soutenir les autres, chacun a sa propre niche et se maintient pour être connecté avec des milliers d’autres créatures. Ensemble, ils forment tout un puzzle parfait, un ensemble indissociable des lignes de l’image en général. Si vous retirez une partie, tout deviendra immédiatement déformé, et la perfection sera détruite.

En même temps, dans l’ensemble, c’est ce que l’homme fait. Ses actions sont en contraste avec la perfection de la nature. Tous les animaux et les plantes, tout, existe en parfait accord, et le plus important dans l’achèvement mutuelle, tout le monde est connecté, et tout le monde dépend de tout le monde, a besoin de l’autre. Dans la nature, tout est basé sur l’équilibre et là vous ne pouvez pas sortir un lien et de le déplacer à un autre endroit, c’est un puzzle complet et fini. Et l’homme arrive et détruit tout jusqu’à ce que le monde se rapproche progressivement de la catastrophe. Jusqu’à présent, nous n’avons pas compris que d’autres que nous, tout dans la nature est parfait, et les choses qui nous semblent imparfaites sont une indication du « miroir déformant » de notre perception ou résultant de notre participation destructrice.

L’homme ne peut pas être incorporé dans la plénitude car il est corrompu. Il est la seule créature qui est à l’opposé de la nature, ce qui montre que la clé pour la correction est réellement en nous.

De la 4ème partie du Cours quotidien de Kabbale du 26/02/13, “Introduction au Livre du Zohar

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: