Quatre niveaux de liberté et de servitude

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, article, «Le concept de minéral, végétal, animal, parlant, » Shamati # 115: est toujours quelque chose qui ne dispose pas d’une autorité propre. Au contraire, il est sous l’autorité de son Propriétaire et doit répondre à tous les souhaits et la volonté de son Propriétaire.

Sans critique et analyse, il exécute les instructions des forces qui le dirigent. C’est comme ça que tout le monde travaille aux niveaux minéral, végétal et animal, ainsi que toute l’humanité sous l’influence de forces internes et externes. Et s’il semble à une personne qu’elle vit selon son propre choix libre, c’est parce que les forces qui la dirigent lui sont dissimulées. Et donc elle pense qu’elle est dirigée par ses propres décisions. Pourtant, ce qui l’oblige à accepter expressément ces décisions et pas d’autres, ce qu’elle ne sait pas encore, est encore cachée de son champ de vision.

Pour un animal, il semble également qu’il établit lui-même où aller et quoi faire. Pourtant, dans la mesure où la sagesse se développe, il devient plus évident que tout fonctionne selon les lois de la nature et l’héritage génétique qui sont intégrés dans notre programme. Dès le début, la nature égoïste, selon laquelle nous agissons, est implantée en nous ; par conséquent, il n’y a aucune raison de chercher d’autres intentions d’une personne.

Le Végétal est ce qui a déjà sa propre autorité dans une certaine mesure. On peut déjà faire quelque chose qui est contraire à l’avis du propriétaire. Cela signifie qu’il peut déjà faire les choses non pas pour lui-même mais pou donner.

Le propriétaire caché est comme une mère qui se cache de son petit enfant pour lui donner la possibilité de faire quelque chose par lui-même. Il s’ensuit que le propriétaire apparemment n’existe pas ; ici, dans cette fosse vide, nous devons compléter ce que le propriétaire n’a pas fini quand il nous a accordé la liberté.

Dans un endroit où aucun policier ne se tient, j’ai besoin de me comporter comme s’il était là. L’idée est d’apprendre les lois et de nous élever à un niveau de conscience qui nous rend possible de les appliquer de notre plein gré.

Pourtant, comme nous pouvons le voir dans la flore, même si elles sont mobiles et se développent en largeur et en longueur, toutes les plantes ont une seule propriété. En d’autres termes, il n’y a pas une seule plante qui puisse aller à l’encontre de la méthode de toutes les plantes. Au contraire, elles doivent respecter les règles de la flore et sont incapables de faire quoi que ce soit contre l’esprit de leurs contemporains.

Cela dit, il est limité, il doit prendre exemple dans les environs et se comporter comme eux. Personne ne le force, ni se tient debout sur lui avec un bâton, l’obligeant à agir comme ça. Au contraire, il doit s’élever à un niveau que de ses corrections internes, il prend exemple des autres et se comporte comme eux. L’environnement lui dicte sa forme de conduite, mais de façon indépendante, il doit s’élever à ce genre d’état: pour la sensibilisation, la compréhension, le respect et l’identification avec eux.

Il s’ensuit qu’au niveau végétatal il y a un certain niveau d’indépendance pour prendre exemple sur autres et se comporter selon ce que dicte la société.

Ainsi, ils n’ont pas de vie propre, mais font partie de la vie de toute la flore.

Pourtant, l’homme a besoin d’être heureuse à ce sujet et ne pas sentir pas qu’ils font pression sur lui, ou le tiennent dans la servitude. Il a besoin de se sentir complet et heureux qu’ils lui permettent de s’élever le niveauvégétal. Il apprécie beaucoup son identification et sa dépendance à l’égard de l’environnement, il veut voir les autres comme parfait et être comme eux. Le végétal ne pense pas que cela la limite ou qu’il ne peut pas s’élever au-dessus de ce niveau, et il est content d’être comme l’environnement.

Cela signifie que toutes les plantes ont une seule forme de vie pour toutes les plantes. Toutes les plantes sont comme une créature unique et les plantes individuelles sont des organes spécifiques de cet animal.

De la même façon, dans la spiritualité il y a des gens qui ont déjà acquis la force de surmonter leur volonté de recevoir, dans une certaine mesure, mais se limitent à l’environnement. Ils ne peuvent pas faire l’inverse de l’environnement où ils vivent ….

Pourtant, il ne sent pas ses limites, est heureux de cet état, et l’accepte. Sinon, il ne serait pas en mesure de se réduire à néant à l’égard de l’environnement.

… Et pourtant ils font le contraire de ce que veut leur volonté de recevoir. Cela signifie qu’ils travaillent déjà avec la volonté de donner.

Animal: Nous voyons que chaque animal a sa propre caractéristique: il ne se limite pas à l’environnement, mais chacun d’eux a sa propre sensation et caractéristique. Les animaux peuvent certainement agir contre la volonté du propriétaire, ce qui signifie qu’ils peuvent travailler dans le don et ne sont pas non plus confinés à l’environnement. Plutôt, ils ont leurs propres vies, et leur vitalité ne dépend pas de la vie de leurs amis. Pourtant, ils ne peuvent pas sentir plus que leur propre existence. En d’autres termes, ils n’ont pas de sensation de l’autre. Et, naturellement, ne peuvent pas prendre soin de l’autre.

Le niveau animal signifie le don absolu avec l’intention de donner. Une personne se trouvant sur un niveau comme celui-ci ne peut pas activer plus de puissance dans le temps, mais elle est déjà libérée de ce que l’environnement lui dicte. C’est-à-dire qu’elle peut être indépendant dans la mesure où elle ne fait de mal à personne et mène des actions opposées à son désir pour le plaisir. Et, au nom de cela, elle n’a pas besoin de l’exemple des autres.

Si au niveau végétal, il est soumis à l’environnement, au niveau animal, il devient libre de l’environnement. Il reçoit l’énergie supplémentaire qui lui donne la liberté intérieure et extérieure, ce qui signifie qu’il devient « Hafetz Hessed » (seulement vouloir donner).

Mais il ne peut toujours pas travailler avec son désir pour le plaisir et la transformer en don. Ce serait déjà au niveau  humain, où la personne se transforme volontier en un serviteur de la société, selon son libre arbitre.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 11/04/13, Shamati n ° 115

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed