Category Archives: Créateur

L’hébreu : la langue pour percevoir le Créateur

L’hébreu est bien plus approprié pour parler de la science de la Kabbale que toute autre langue. Il contient une plus grande quantité de mots appropriés qui expriment plus précisément une sensation intérieure. Après tout, la langue hébraïque est née de la science de la Kabbale. Cette science, son approche, l’aspiration au Créateur, a créé et formé le langage.

Par conséquent, l’hébreu contient tous les symboles pour clarifier le Créateur. La forme des lettres, la façon dont elles sont écrites, la grammaire, tout est adapté uniquement dans le but d’expliquer l’essence du désir dans lequel le Créateur peut être perçu.

Aucune autre langue ne peut être comparée à l’hébreu dans l’expression de la Kabbale. Les autres langues n’ont pas de telles propriétés.

Extrait de la 1ère partie du cours quotidien de la Kabbale, « La sagesse de la Kabbale dans le Monde Moderne – La Vraie Perception de la Réalité » du 03/10/2018

N’ayez pas peur des désirs

Question : Quels désirs interfèrent avec le chemin spirituel ? Dois-je me battre contre eux ? Que dois-je faire ?

Réponse : Ne craignez aucun désir et n’essayez pas de vous y opposer. Il n’est pas nécessaire de se battre contre eux. C’est totalement chimérique. La seule chose que vous devriez faire est d’attirer la Lumière supérieure : elle a créé ces désirs et elle est destinée à les corriger, les diriger et les utiliser.

Nous ne réduisons ni n’augmentons les désirs. Nous ne faisons pas pression sur nous-mêmes. Nous ne développons pas la propriété du don sans réserve, de l’amour et de l’unité à dessein, car cela n’est pas de notre ressort. Nous devons juste attirer la Lumière supérieure pour qu’elle fasse le travail.

C’est une grave erreur de penser que nous pouvons nous changer nous-mêmes. Nous nous trompons simplement de cette façon.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/05/2018

Souccot est un symbole du travail sur soi

La fête de Souccot symbolise une couverture, un écran anti-égoïste sous lequel se cache le désir de recevoir du plaisir – une personne entière. Souccot est un symbole du travail sur soi sous une forme corrigée : le désir de recevoir du plaisir sous la restriction et l’écran. Une personne s’assure que l’ombre est supérieure à la lumière du soleil, assise dans la Soucca pendant sept jours, selon les sept Sefirot : Hessed, Guevoura, Tifferet, Netsakh, Hod, Yessod, Malkhout.

Jusqu’à ce qu’on les corrige tous et que l’on arrive à la fête de Simkhat Torah (la Joie de la Torah), c’est-à-dire jusqu’à ce que l’on fasse plaisir au Créateur en corrigeant son désir de recevoir du plaisir à ce stade et en se rapprochant de la réparation finale. (1)

Extrait du cours quotidien de Kabbale, Préparation de la leçon du 27/09/18

(1) : à 12 minutes et 20 secondes

La matrice dans laquelle se trouve le Créateur

Question : Nos pensées devraient être avec le Créateur à tout moment, avec amour et gentillesse. Comment puis-je atteindre cet état et y rester constamment ?

Réponse : Pour ce faire, vous avez besoin d’un groupe ; sinon, vous serez détaché du Créateur. Essayez par vous-même et vous verrez comment vous allez être jeté à la porte parce que vous n’avez rien à quoi vous accrocher.

En soi, le Créateur n’existe pas pour que je puisse m’accrocher à Lui, adhérer à Lui. Une matrice est nécessaire, un système dans lequel Il existe et à travers lequel je pourrais être en contact avec Lui.

Le Créateur a créé ce système à partir de dix Sefirot, qui sont connectées les unes aux autres depuis un état brisé. Comme nous n’avons pas ce système, nous avons besoin d’un groupe. Si nous essayons de recréer ce système à travers toutes les tentatives possibles d’union, nous commençons à ressentir ce qu’est le Créateur, ce qu’est cette qualité que nous devons atteindre et qui doit nous remplir.

Ici, il y a beaucoup de nouvelles recherches. En pratique, c’est toute la science de la Kabbale.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 22/03/2018

Est-il possible de rendre tout le monde heureux ?

Question : Comment un kabbaliste sait-il qu’il existe un bien commun ? Cela sent le communisme et le désir de rendre tout le monde heureux sans qu’ils en aient le désir.

Réponse : Non, il est impossible de rendre une personne heureuse sans en avoir le désir .

Il y a une abondance supérieure dont la source est le Créateur. Nous avons juste besoin de développer nos désirs corrects afin d’être satisfait. C’est pourquoi la Kabbale est appelée « la sagesse de la réception ».

Il n’y a pas de contrainte dans la spiritualité. Nous devons nous-mêmes vouloir, demander et convaincre nos amis et nous-même que la réception pour le bien du don sans réserve est parfaite parce qu’elle est infinie et illimitée.

En recevant dans le but de passer aux autres, je deviens un relais, comme un tuyau à travers lequel le remplissage s’écoule. Cependant, puisque tout passe à travers moi, tout est à moi et je transfère tout cela plus loin, et dans la même mesure je me vide, prêt pour recevoir à nouveau.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/05/2018

Qu’est-ce qui donne de la force à un désir ?

Question : Qu’est-ce qui réveille un désir ? Pour un kabbaliste, qu’est-ce qui détermine s’il se réalisera et sous quelle forme ?

Réponse : Les désirs sont éveillés par la Lumière supérieure, ou le Créateur qui agit sur nous avec une intensité plus ou moins grande. Par conséquent, plus de désirs ou moins de désirs apparaissent en moi.

Le désir est commun, mais la Lumière elle-même agissant sur nous définit en chacun de nous les désirs des niveaux minéral, végétal, animal et humain. Je commence alors à me ressentir à tous ces niveaux.

Cela inclut tout type de désir, du plus bas au plus haut, car tout provient de la même source.

Question : Qu’est-ce qui donne de la force à un désir ?

Réponse : L’intensité de la Lumière qui descend sur lui.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/05/2018

La gestion des désirs

Question : Le rôle de l’être créé est-il de développer les désirs que le Créateur lui a donnés ? Quelles sont les actions libres de l’être créé par rapport aux désirs que nous révélons de notre vivant ?

Réponse : Nous pouvons contrôler tous nos désirs, mais seulement si nous commençons à les diriger dans l’intérêt des autres, en dehors de nous. Sinon, nous serons comme les gens ordinaires.

En principe, la méthode de la Kabbale est très simple, mais il est difficile de la maîtriser parce que nous devons agir contrairement à nos qualités actuelles, ce qui signifie appliquer tous nos désirs pour le don sans réserve, pour le bien, et pour la connexion avec les autres ; alors nous serons capable de les contrôler à l’aide de la Lumière supérieure. Sinon, ils nous contrôleront comme c’est le cas maintenant.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/05/2018

Les mesures spirituelles

Question : Dans quelles unités la Kabbale mesure-t-elle la force de l’unité spirituelle : la densité de la communication, le pouvoir de la connexion ? Pourquoi la mesure de la connexion est-elle égale à la mesure de la récompense spirituelle ?

Réponse : La mesure de l’égoïsme est évaluée en cinq étapes : zéro, un, deux, trois et quatre. Si je m’élève au-dessus de l’égoïsme et que je le transforme en altruisme, alors j’obtiens le même nombre d’étapes spirituelles : Malkhout, Zeir Anpin, Bina, Hokhma, Keter. Ou cinq mondes : Assiya, Yetsira, Briya, Atsilout et Adam Kadmon.

Dans chacun des 125 degrés, il y a une demande claire : comment s’y élever, comment s’arrêter, faire une certaine action spirituelle, dissimuler la Lumière dans cette étape et aller de l’avant.

Ce sont des mesures très précises. Dans notre monde, il n’y a pas une telle précision car ici nous devons tout prouver ; par exemple : un plus un = deux. Dans le monde spirituel, ces preuves font partie de sa structure parce qu’elle se compose de deux opposés absolus : la Lumière et le désir qu’elle génère.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/04/2018

L’amour pour le Créateur est l’amour pour la qualité du don sans réserve

Question : Y a-t-il des signes que le Créateur se rapproche ?

Réponse : Répondez vous-même : « Combien pouvez-vous cultiver cette force, cette qualité, entre vous ? » Vous créez le Créateur, comme il est écrit : « Comme si vous M’aviez créé. »

Question : Mais vous dites que ce n’est pas en votre pouvoir d’exécuter ce commandement ?

Réponse : Lorsque nous, les égoïstes, essayons de nous connecter les uns aux autres, nous commençons à demander à ce que nos tentatives se réalisent : c’est à ce moment que nous nous tournons vers le Créateur. Cependant, ce n’est pas encore le Créateur, mais plutôt une force externe qui a donné naissance à l’égoïsme et, par conséquent, en essayant de lui ressembler, nous pouvons le retirer du côté de l’égoïsme.

Question : Qu’est-ce que « l’amour pour le Créateur » ? Qu’aimons-nous exactement : la qualité du don sans réserve ou quelque chose d’abstrait ?

Réponse : Il s’agit de la qualité du don sans réserve, tout comme dans notre monde nous pouvons aimer, respecter et louer toute qualité qui existe dans la nature, dans la société et chez les gens. Nous atteignons l’amour pour le Créateur en tant que manifestation de l’amour pour notre prochain.

Question : Où est la frontière entre l’amour pour notre prochain et l’amour pour le Créateur au plus haut degré ?

Réponse : Lorsqu’un prochain particulier est flou et disparaît, alors le Créateur émerge à sa place. En fait, c’est la même chose.

Question : Est-ce que l’amour pour le Créateur et le monde spirituel sont la même chose ?

Réponse : Le monde spirituel est le champ du don sans réserve et de l’amour. Notre monde est le domaine de la réception et de la haine. Le monde est un champ de forces : soit négative (notre monde) soit positive (le monde supérieur).

L’atteinte de l’amour pour le Créateur implique une atteinte spirituelle.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 15/03/2018

Mon monde est une collection de désirs

Question : Les kabbalistes appellent tout des désirs. Même les scientifiques ont du mal à comprendre lorsque vous expliquez qu’une table est aussi un désir et que tout ce que nous voyons autour de nous sont des désirs.

Réponse : Bien sûr, tout objet est un certain type de désir, c’est-à-dire un ensemble d’atomes qui existent dans une connexion correspondante les uns avec les autres. Mais sous quelle forme cette table existe-t-elle ? Sous la forme d’un désir. Cela est ressenti dans mes désirs, et rien n’existe à part cela.

Question : Que signifie « en moi » ? Je peux voir la table en dehors de moi.

Réponse : Il vous semble que vous la voyez en dehors de vous-même. En fait, vous la ressentez à l’intérieur de vous-même. Même les étoiles ou les autres corps énormes vous les ressentez en vous, pas en dehors de vous.

Précisément parce qu’il y a en vous des désirs de niveau minéral, végétal, animal et humain, vous les ressentez en vous dans diverses combinaisons et les appelez « mon monde ». En dehors de vous, il n’y a rien à part des forces qui affectent et produisent de telles images en vous. Tout ce que vous ressentez maintenant autour de vous existe à l’intérieur de vous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/05/2018