Category Archives: Spiritualité

Naissance: la première contraction

Dr. Michael LaitmanLors du Congrès, nous avons essayé de passer la Machsom, de naître dans le monde spirituel, d’acquérir un sens nouveau et sentir ce qu’il y a en dehors du désir pour le plaisir. Cette perception est appelée externe, car elle vise à donner sans réserve.Ce que nous avons constaté, c’est que c’est très difficile. La pression entrante nous a immédiatement refroidi, nous «gelant». Nous ne le voulions plus, en pensant que nous en sommes incapables. « N’importe quoi sauf ça, tout sauf la vraie unité et le monde Supérieur qui est à l’intérieur. »

En conséquence, nos attentes ne se sont pas réalisées. L’égoïsme, le Pharaon, nous ont repoussés. Cela nous a permis de ressentir une légère haine pour elle, de révéler notre ennemi et haineux, de commencer à comprendre que, sans la vaincre, nous ne serions pas nés. L’opposant a été identifié et nous le discernons de plus en plus clairement.

Maintenant, nous devons effectuer encore plusieurs actions analogues. Elles vont prendre une nouvelle forme à chaque fois parce que rien ne se répète dans la spiritualité. Il semblera que les actions sont les mêmes, mais elles se feront sentir de manière différente et dans l’état suivant nous ne serons pas en mesure de reconnaître l’état antérieur plus longtemps.

Nous parlons des contractions de la naissance, appelé « Tzirim » en hébreu, qui est aussi le mot pour charnières de la porte. Le ventre de la mère où nous sommes rappelle la forme de la lettre Mem fermé (ם). Mem est Bina, qui nous enferme entre deux portes. En hébreu le mot «porte» est Dalet. En d’autres termes, nous sommes entre deux lettres Dalet (ד), qui forment la lettre Mem.

Pendant les contractions, nous appuyons sur les portes pour qu’elles s’ouvrent en glissant autour des charnières. C’est ainsi que le fœtus pousse de l’intérieur afin de venir à l’extérieur. (Tzir est une charnière, Tzirim sont les charnières de la porte, et Rekhem est une matrice, qui vient du mot Rakhamim, miséricorde, la qualité de Bina.)

Le Pharaon, notre égoïsme, entrave notre naissance, après avoir été délibérément créé par le Créateur afin d’exercer la pression opposée jusqu’à ce que nous acquérons un désir assez fort, jusqu’à ce que nous devenions dignes de voir et de sentir le Créateur, la réalité extérieure, et de vivre en elle. Sinon nous sommes prématuré et ne sommes pas prêts pour le nouveau monde. Il s’avère que Pharaon est une bonne force. Même si il apparaît comme un ennemi pour nous, en réalité, son opposition forme un désir assez fort en nous, afin d’ouvrir les portes de l’utérus et sortir à l’extérieur.

Nous avons commencé le travail qui nous sortira du pouvoir de Pharaon, et je suis très heureux que nous ayons atteint ce stade. J’ai attendu un long moment.

Plus grande est la déception et plus forte l’opposition, plus profond est le désespoir après que les attentes d’une personne sont restées sans réponse et qu’il est rejeté. C’est la meilleure chose pour une personne parce que sa haine pour Pharaon devient plus grande. Nous avons vécu l’une des contractions de naissance. Quelques contractions de plus – et nous naîtrons à la Lumière!

Laissons-nous augmenter la vitesse, ce qui dépend de notre travail. Que la force avec laquelle nous nous ruons de l’avant, et la force du Pharaon qui nous tire en arrière, se réunissent en un seul bond décisif vers la naissance!

Après le congrès: les premières conclusions

Dr. Michael LaitmanUn email que j’ai reçu: Cher Dr. Laitman, je pense que je parle pour beaucoup quand je dis que je me sens envahi par une grande déception. Que dois-je faire?

Réponse: Le dernier jour du Congrès, j’ai souvent entendu dire que beaucoup de gens avaient espéré faire la percée dans le monde spirituel au présent Congrès, et maintenant ils sont surmontés par le désespoir total!

Je vais le dire d’emblée: Personnellement, je suis stupéfait par le résultat du Congrès qui vient de se terminer. Et ce n’est pas à cause de la quantité record de participants ou de la réaction positive dans la presse, mais pour les changements internes et la maturation de chaque participant et du groupe du monde entier. Pour la toute première fois, des personnes sont passées par des états qu’elles ne seraient pas en mesure de passer individuellement. Des discernements extrêmement importants ont eu lieu à l’intérieur d’elles.

Et maintenant, quant à vos attentes: Si votre désir était pour la vraie spiritualité, pour le don et l’amour de votre voisin, vous ne subiriez aucun désespoir parce que vous avez toujours la possibilité de donner et d’aimer. Personne ne vous le donne ou ne vous l’enlève.

La première qualité spirituelle, Bina, est une aspiration à Hafetz Hessed (étant au-dessus de votre égoïsme), la sensation à l’extérieur de votre désir. Si vous aspiriez à cela, alors vous ne seriez pas préoccupé dans quel état vous êtes, parce que tout vient du Créateur et Lui seul décide, conformément à Son plan, ce qui va vous arriver à vous tous et à chacun de vous. Votre seule réaction à tout devrait être la joie et le désir d’être sous la puissance du Créateur, la qualité du don sans réserve. La Machsom est traversée par ceux qui s’enfuient de leur égoïsme et par leur accord avec les conditions pour être libéré de lui, acceptant d’assumer la condition de «tout le monde comme un » (comme un seul homme dans un cœur ou désir) et la garantie mutuelle, «un pour tous et tous pour un. »
Aucun d’entre nous a le pouvoir de s’arracher à son égoïsme. Jusqu’à présent, nous en avons parlé, mais étions incapables de discerner avec précision cette qualité à l’intérieur de nous, parce que c’est précisément la qualité qui ne nous laisse pas passer à la spiritualité, la qualité du don. Nous sommes incapables de distinguer ce qu’elle est et où elle est en nous. Elle se cache au fond de nous comme un serpent et nous ne pouvons pas l’identifier exactement, toujours prête à la confondre avec d’autres qualités.

Tout comme la douleur au cours d’une maladie, seule la douleur de la déception nous aide à reconnaître notre égoïsme et à découvrir que ce n’est pas bon, mais il est notre mauvais penchant souverain, le Pharaon. Nous devons le faire grandir tellement et être tellement déçu que nous le détestons à l’intérieur de nous et ne désirons qu’une chose – se détacher de lui. Toutefois, afin d’en arriver à cet état de désespoir, il faut d’abord que nous aspirions à cela avec notre égoïsme complet (Lo LiShma). C’est ce dont j’ai parlé avant la Congrès, que «nous sortons d’Égypte. » Et tout le monde était sûr que cela devait se faire. Si nous n’avions pas cette confiance, alors nous ne serions pas en mesure d’être déçu et de discerner précisément ce mal (Pharaon) à l’intérieur de nous, qui ne nous permet pas de remonter à la qualité du don.

Afin d’éveiller ce mal tout de suite, j’ai déclaré dès le début du Congrès que nous sommes obligés d’atteindre l’unité, que tous nos travaux au Congrès doivent être fait par le biais de la recherche profonde de nous-mêmes et notre attitude vis àvis de l’ensemble des amis. Cependant, au lieu de la «révélation du ciel » que nous attendions, il a immédiatement entraîné une descente, nous nous sommes refroidis. Avec ma prière de recherche de l’unité et de monter au-dessus de nous, au-dessus de son «moi», je voulais montrer aux participants du Congrès que nous ne sommes pas prêts pour cela encore, et en conséquence de ce sentiment des participants sont entrés en transe.

D’une part j’ai été très heureux de cet état de « la connaissance du mal. » Mais d’autre part, j’ai commencé à craindre que le groupe ne soit pas en mesure de sortir de cet état dans un délai aussi court. C’est comme une personne malade qui découvre la douleur et doit comprendre que cela indique une maladie, puis commencer à la traiter avec l’aide d’un médecin, le Créateur. Par ailleurs, 30 à 40% des participants du Congrès étaient de nouvelles personnes à la Kabbale et ne comprenaient pas ce qui leur arrivait du tout. Par conséquent, il a été décidé d’arrêter d’un coup à Pharaon, vos espoirs égoïstes afin de monter au-dessus d’eux.

Cependant, ce sont précisément ces processus que nous avons connus qui nous préparent pour le passage – qui n’est pas égoïste, qui aspire à révéler l’accomplissement, mais qui désire mettre en évidence la possibilité de donner, de s’unir « comme un seul homme dans un seul cœur, » en accord à la garantie mutuelle. Le résultat du Congrès est le premier coup porté à Pharaon – notre amour-propre, nos espoirs égoïste de « briser la Machsom » et recevoir le monde supérieur, ainsi que ce monde intérieur de nous, à l’intérieur de nos désirs, à l’intérieur de notre accomplissement.
Baal HaSoulam écrit que quand une personne atteint la limite spirituelle, elle est convaincue que le monde spirituel ne lui appartient pas et c’est alors seulement qu’elle brise la Klipa, la limite, et acquiert la qualité du don.

La révélation de notre refus a eu lieu immédiatement, à ma toute première conférence, lorsque j’ai dit au début que, plutôt que des actions extérieures, nous avons à fouiller à l’intérieur de nous-mêmes, dans la connexion entre nous, dans la garantie mutuelle. Immédiatement, tout a tourné à la glace! Notre égoïsme est arrivée, mais cette révélation du mal en nous est aussi un grand accomplissement qui a été provoquée par nul autre que notre unité (la sainteté de la journée).

Au cours de notre Congrès, nous avons découvert que Pharaon est en nous et non en dehors. Il a obtenu son premier coup par le fait que nous sommes déçus des résultats du Congrès. Nous avons pensé (nous étant Pharaon) que nous allions recevoir quelque chose en nous, mais nous n’avons rien reçu. C’est le premier coup de Pharaon, dans notre égoïsme. Nous avons découvert que nous ne recevrons rien à l’intérieur de notre désir égoïste.

Nous avons maintenant une plus grande capacité de dire dans quelles qualités la spiritualité doit devenir révélé l’intérieur de nous. Nous avons une meilleure compréhension que cela ne se fera pas à l’intérieur de Pharaon, et sur ce que cela signifie de penser au Supérieur. Cela signifie ne pas penser à soi-même. Pour l’instant, chacun de nous tremblait tout simplement par impatience: Quand le miracle se produira-il et recevrons-nous tout dans ce monde avec le monde spirituel – à l’intérieur de nous! Maintenant, nous avons un nouveau sentiment de la nécessité de se séparer de la chose qui nous apporte cette déception, et c’est le début du rejet de l’égoïsme.

Nous avons payé un prix élevé pour cette leçon, mais il en coûte beaucoup plus que cela. C’est précisément la déception, le coup porté à notre amour-propre, notre égoïsme, nos espoirs de recevoir, qui est la plus grande acquisition que nous pourrions souhaiter, et je suis heureux en voyant les égoïstes qui sont déçus.

Maintenant, vous devez seulement réaliser ce qui s’est passé pour vous. En fonction de la préparation de chaque personne, une partie d’entre vous le réalise mentalement, et une autre partie expérimenteront encore plusieurs déceptions dans vos sensations, et puis vous le réaliserez. En tout cas il y aura une seule conclusion: Une personne ne sera plus liée indissolublement à son égoïsme. C’est précisément ce coup à notre espoir injustifiée, égoïste, qui nous aidera à commencer à s’en éloigner (Pharaon)!

Il est possible que nous ayons encore besoin de faire l’expérience de plus de coups, mais ils seront déjà dirigés dans la même direction que nous avons acquis à ce Congrès. Peut-être que nous serons en mesure de passer par eux, non seulement à des Congrès, mais à l’intérieur de notre connexion virtuelle quotidienne, dans la sensation que nous venons d’acquérir ensemble. Pour l’instant, nous désirons vraiment une seule chose: rejeter notre égoïsme, qui est le seul mal qu’il y a, et à monter à partir de notre «moi» dans la qualité du don.
Le Créateur nous a présenté ce grand cadeau! Il n’y a rien hormis Lui! Écrivez-moi et posez des questions sur pendant les cours. Je ne vous ai pas menti, mais à votre égoïsme.

À vous avec Amour,
Dr. Laitman

Vous devez être prêts pour Moi!

Dr. Michael LaitmanLe Créateur ne peut pas nous créer complets, équivalent à Lui-même. Plutôt, par nos propres efforts, nous devons promouvoir le développement progressif, étape par étape, jusqu’à Son niveau. L’anticipation du Créateur est constante, ce qui signifie qu’Il attend toujours que nous fassions des efforts pour être semblable à Lui, comme un enfant qui souhaite devenir adulte.Toute la création est destiné à l’état final de l’existence; toute la création est la préparation pour cela. Tout ce que nous subissons vise à nous préparer pour la révélation. Qu’allons-nous révéler? Nous allons trouver l’endroit où nous et la Lumière sommes toujours présents, mais qui est actuellement caché par nos propres propriétés non corrigées. C’est comme si nous dissipons le brouillard de l’endroit où nous vivons en ce moment.

Nous ne l’avons jamais quitté, et le Créateur ne l’a jamais fait non plus. Nous avons simplement perdu la capacité de le sentir Lui, et Il a disparu de nos sensations, « soufflé dans l’air. » Et maintenant, nous mous préparons nous-mêmes à le sentir en explorant constamment en nous-mêmes la qualité du don, ce qui provoque l’apparition de Son image « de la brume. » Notre sortie à partir de l’infini dans le monde corporel et notre retour sont notre préparation pour la fin de la correction (Gmar Tikkoun) de nos organes sensoriels afin que nous puissions ressentir le Créateur.

Tout dépend de la préparation. Prenons, par exemple, une performance d’un orchestre symphonique. L’auditeur inculte ne comprendra tout simplement pas où il est. Il avait l’espoir de voir quelque chose d’intéressant, apporté un sac de chips et une canette de Coca avec lui, mais au lieu d’un spectacle prévu, il a obtenu la «symphonie en si bémol. »

Et à côté de lui se trouve un connaisseur avisé de la musique qui perçoit chaque note avec un émoi ravissant. Celui-ci subit une gamme de sensations inoubliables et le premier est incapable de s’endormir seulement parce qu’il est trop irrité. Tout dépend de la préparation. La personne préparée bénéficie, et ceux qui ne sont pas préparés en souffrent.

Si nous faisons l’expérience d’une sensation négative lorsque nous entendons parler de se rejoindre dans le bien absolu, c’est seulement parce que nous ne sommes pas suffisamment préparés. Par conséquent, maintenant, avant que la Convention commence, nous devons nous préoccuper uniquement de la préparation. Après avoir renforcé les parties du Kli commun, nous connaîtrons en lui le résultat de nos efforts.

C’est comme si le Créateur nous donne une réponse flatteuse, et nous devons être très sérieux à ce sujet. Nous construisons les fondations de l’intérieur par nous-mêmes, et de sa part, il n’y aura pas de changements depuis que l’Infini est invariable. Ainsi, nous serons en mesure de sentir que ce qui existe déjà?

En fin de compte, nous devons garder notre cœur grand ouvert, ce qui signifie, avoir le bon désir visant au don sans réserve. Espérons que dans les prochains jours nous allons atteindre cet objectif.

Au seuil

Dr. Michael LaitmanQuestion: Qu’est-ce qui nous manque avant le Congrès?
Réponse: Je ne pense pas que nous manquons de quoi que ce soit! J’ai entendu dire que vous avez « tout vendu et décidé de tout mettre en jeu. » Alors qu’y a-t-il d’autre? Maintenant, quand tout ce que vous avez est entre vos mains, vous devez décider où vous le placez. Tout dépend de vous.

C’est le choix que nous avons à faire. Pour commencer, prendre part à la préparation qui est infiniment importante. Ne voyez ou n’entendez rien qui soit sans rapport, ne pensez à rien, sauf au but. Nous laissons tout derrière et allons « va-banque. »

Dans la spiritualité, tout comme dans le monde matériel, un enfant demande quelque chose, et les adultes doivent lui donner ce qu’il désire. C’est ce qui arrive avec les animaux et avec les gens. Ceci est l’ordre naturel des choses dans la nature.

Nous ne devrions pas être trop intelligents. Nous devons être nous-mêmes et cela suffit. Ne pas essayer de sauter hors de nous-même, en essayant d’affiner notre désir jusqu’à ce qu’il soit limpide. Plutôt, nous devons nous unir dans l’endroit où nous sommes et demander de l’aide d’une manière enfantine.
Le Créateur n’a pas besoin d’autre chose que notre simple préparation. Il nous enseignera tout le reste d’une manière merveilleuse, étape par étape, soigneusement, doucement, et avec amour. Seuls les choses simples sont requises de nous, sans aucune sagesse particulière. Nous avons simplement besoin de le désirer, et cela suffit.

Espérons que dans les heures qui nous restent avant le Congrès nous réchaufferons le cœur afin de bien accueillir les invités et atteindre ce que nous désirons. Ensuite nous allons commencer à faire un tout autre genre de travail. Nous allons voir une nouvelle image de la réalité, et derrière elle le Créateur. Ensuite, il deviendra clair que toutes les parties de l’image sont régies par une seule force, la Nature enveloppante.
Cette Force est un champ commun qui imprègne et emplit tout le monde. Nous sommes dans un filet inséparable et il déplace chaque personne dans chaque question, jusque dans les moindres détails final. Ensuite, nous allons travailler d’une manière différente, en essayant de rejoindre cette Force et verser dans le développement dynamique, l’harmonie, la gamme, le flux que l’on appelle l’unité. Sur ce chemin l’âme d’une personne lui apprend.

Dans tous les cas, nous allons dans la bonne direction et sommes déjà debout sur le seuil. J’espère vraiment que cette fois nous allons réussir. Je ressens aussi cela par les désirs du cœur. Même ceux qui nous ont rejoints dans la dernière année ou deux sont également prêts. C’est incroyable la rapidité avec laquelle une personne se développe dans notre temps.

Un nouveau Créateur chaque jour

Dr. Michael LaitmanQuestion: Si un Kabbaliste voit réellement le monde spirituel, comment peut-il faire l’expérience des doutes, voire des erreurs?Réponse: Le monde spirituel n’est pas inclus dans un schéma inerte qui se révèlerait devant vous sous une forme prête. Les données d’origine spirituelle (Reshimot) se manifestent en vous, et vous construisez votre attitude qui est remplie du don sans réserve pour ceux qui vous entourent: le groupe et le Créateur. La bonne attitude forme en vous le Monde Supérieur.

Par conséquent, nous ne devrions pas être surpris qu’un Kabbaliste puisse expérimenter dans le monde spirituel des doutes, des théories et des hypothèses, comme un scientifique dans notre monde. Après tout, c’est précisément en raison des ambiguïtés et de leur élucidation que nous nous développons.

Je suis toujours dans le doute, et je sais déjà par expérience que je comprends mieux aujourd’hui ce qui s’est passé hier, quand j’avais peut-être commis une erreur. Dans l’ensemble, tout degré n’est atteint qu’à partir du degré qui lui est inférieur car il est né et contrôlé par le degré au-dessus de lui. Chaque jour on comprend mieux le Créateur, comme il est dit par un grand Kabbaliste: «Chaque jour, j’ai un nouveau Créateur ! »

Imprégné dans un champ unique

Dr. Michael LaitmanQuestion: A quoi ressemble notre interconnexion ?
Réponse: Une connexion c’est quand je vous regarde, et que vous commencez à comprendre ce que je pense. Une connexion c’est quand vous vous tenez à trente mètres derrière moi, et que je ressens que vous êtes là dans mon dos.

Il existe de nombreux types de lien entre nous, de nombreux domaines où nous interagissons. Les champs électrique, magnétique, biochimique, le champ des désirs, des pensées et des intentions, tous ces domaines nous connectent ensemble.

Tous les organismes vivants créent des champs autour d’eux, et nous nous interconnectons avec nos champs. Parfois, nous entrons en contact, et parfois nous ne le pouvons pas. Tout dépend de la mesure dans laquelle nos champs correspondent les uns aux autres.

Cependant, il y a un domaine particulier, puissant, et élevé: le lien spirituel entre nous. Ce champ embrasse et englobe tout le reste, et c’est pourquoi il est appelé le «Créateur». C’est le domaine que nous devons mettre en évidence, mais, essentiellement, tous les champs appartiennent à un champ unique, universel qu’Einstein voulait également découvrir.

Il connecte nos pensées et nos désirs, et nous influence les uns les autres à travers lui. Une fois que je me concentre sur cette possibilité, une fois que j’ai le désir de révéler notre interconnexion, je vais découvrir notre influence mutuelle et l’utiliser pour l’interconnexion universelle.

Le sceau et le tampon

Dr. Michael LaitmanQuestion: Si la créature reste toujours dans le désir de recevoir du plaisir, comment peut-elle donner?

Réponse: En vérité, il n’y a pas de désir indépendant pour le plaisir, il y a la Lumière qui crée une forme opposée à elle-même et qui s’appelle le désir d’en profiter ! La lumière agit dans sa forme opposée, la forme de la réception. Il s’agit d’une impression contraire, un sceau de la Lumière, comme pressé dans de la cire ou, dans certains matériaux souples. Cette forme imprimée, cette cavité, est appelée un récipient spirituel.

C’est ainsi, en conséquence dans la volonté de recevoir du plaisir, il y a toujours la Lumière, le Créateur qui contrôle pleinement ! Le désir même de se réjouir n’a pas d’indépendance, c’est simplement une impression qui ne possède rien en propre. Il devient indépendant seulement lorsque le désir de donner sans réserve est ajouté à ce désir d’éprouver du plaisir, alors la Lumière se révèle dans la volonté de profiter.

La Lumière s’est elle-même imprimée dans le désir d’éprouver du plaisir comme un tampon, et ce désir reçoit d’Elle une forme opposée, dans laquelle la Lumière agit à l’inverse, à travers le désir de recevoir. Mais nous ne ressentons pas la Lumière qui s’y trouve ; nous ne ressentons que le désir qui se manifeste en dehors de nous ! Toutefois, à l’approche de la Lumière, quand Elle se joint au désir, et révèle que c’est Lui qui le définit, on commence à sentir une présence extérieure, l’hôte, et le jeu entre nous et le Créateur commence.
Et ainsi de suite jusqu’à ce que nous fusionnons avec Lui complètement et devenions comme un tout sans aucune différence entre nous. Le Créateur sort de la dissimulation et se rapproche de nous de plus en plus, ce qui signifie notre ascension sur les barreaux des mondes spirituels, jusqu’à ce que nous ressentions l’unité totale avec Lui.

La Lumière qui travaille à l’intérieur fend le désir de se réjouir, en brillant et en se montrant en tant que représentant du récipient, affirmant « C’est moi! » Comme il est écrit: « . Lui et son nom sont Un ». Et par lui-même, le désir ne décide rien, il est seulement matière.

Nous avons besoin d’une concentration intérieure

Dr. Michael LaitmanNotre principal problème est que nous sous-estimons le pouvoir de la pensée. Nous avons besoin d’une mise au point interne pour nous unifier en un seul réseau où nous sommes ensemble. C’est ainsi que nous trouverons l’essence et la force intérieure de la Torah, la méthode.Ce point n’est pas encore assez clair pour nous. Nous ne le valorisons pas suffisamment et ne voyons pas son importance. En fait, nous n’y prêtons pas attention.

Vous connaissez très bien le matériel, en fait, mieux que quiconque. Et vous effectuez un grand nombre d’actions. Cependant, il manque à chaque personne la concentration interne, à l’intérieur de soi-même.

Je ne m’unifie pas avec le groupe que je vois avec mes yeux, mais avec l’aspiration commune d’être ensemble, d’être inclus dans l’autre, pour atteindre le don sans réserve. C’est pareil à un « nuage » d’énergie spirituelle entre nous. C’est ce que nous devons rechercher et à quoi aspirer.

Je ne me mêle pas de l’intériorité de mon ami, en essayant de ressentir son point dans le cœur. Au contraire, il se révèle en moi. C’est là que je trouve l’essence interne du groupe. Tout se précise dans nos pensées. Ce qui nous manque est la concentration mentale. Elle est absente ou insuffisante dans la journée.

Nous évaluons les choses selon les actions extérieures, mais ce n’est pas le bon critère. En plongeant plus profondément dans mes pensées, je me concentre en essayant de révéler la relation intérieure. Cela doit se révéler spécifiquement comme un projet, un désir, ou un système dans lequel je vis.

C’est pourquoi la Kabbale est appelée une science intérieure. Le Baal HaSoulam écrit beaucoup sur l’esprit et l’analyse par la raison. C’est précisément par le biais de la concentration mentale que nous arrivons à la clarté intérieure. Le facteur important n’est pas de savoir qu’une personne est intelligente, mais combien elle essaie de l’être. Nos efforts doivent être concentrés sur cette recherche intérieure.

Le champ commun de notre désir est présent entre nous, à l’intérieur de nous. Même si il est caché, il est là. Sur le chemin de haut en bas tout est déjà prêt; maintenant, je dois le révéler en me déplaçant de bas en haut.

A propos des langes et de l’éternité

Dr. Michael LaitmanQuestion: en tant que groupe nous devons faire très attention aux choses extérieures, comme si nous prenions soin d’un bébé. Comment pouvons-nous éviter de perdre l’essence intérieure au cours de ce processus?

Réponse: Chaque groupe rencontre ce problème et tous les membres du groupe posent cette question.

Nous vivons dans un monde d’actions matérielles. Combien d’heures par jour est-ce que je passe à satisfaire mes besoins naturels, tels que dormir, manger et me laver? Combien d’heures par jour dois-je travailler, exercer des responsabilités dans la maison, et ainsi de suite? Et combien de temps me reste-t-il pour moi et pour mon avancement spirituel? J’ai peut-être une ou deux heures par jour si je réussis à me séparer de tout le reste d’une façon ou d’une autre.

C’est ainsi que notre vie est arrangée. Qui l’a organisée de cette façon? Cela pourrait-il être vraiment le Créateur? Pourquoi nous étouffe-t-Il dans cette existence matérielle animée ? Pourquoi ne nous a-t-Il pas fait comme des anges, débarrassé des soucis de notre corps, de la maison, et des enfants, la seule chose que nous aurions eue à faire étant de créer des liens les uns avec les autres ?

Pourtant, en réalité, tout est très différent. Tout travail que nous faisons, même les travaux sans rapport avec le groupe, est un travail purement spirituel. Nous ne le savons tout simplement pas ou nous ne le comprenons pas. En étant chargé des responsabilités d’un employé, d’un père de famille, d’un citoyen, et ainsi de suite, je me corrige. Je ne vois pas exactement comment je le fais, mais c’est pourtant ainsi.
Je ne suis autorisé à consacrer qu’une petite partie de ma vie à la correction spirituelle. Pendant que j’effectue cette correction, si au lieu d’étudier, je travaille à organiser la vie du groupe, je soutiens et renforce ainsi le lien dans notre système commun.

Évidemment, nous ne pouvons également pas oublier d’avoir une répartition équitable des tâches entre nous tous. Et de façon générale c’est un vaste sujet sur lequel nous allons certainement revenir.

La racine de l’âme

Dr. Michael LaitmanLorsqu’un kabbaliste atteint un niveau spirituel, il se «revêt» dans la même forme que l’on appelle «Abraham» ou «Moïse», par exemple, et il «entend» ce qu’ils disent les uns aux autres. Dans le Zohar il y a des histoires de personnes qui se parlent les unes aux autres, même si elles vivaient dans des siècles différents, et on pourrait penser: comment est-ce possible? C’est parce qu’on ne parle que du monde spirituel, et non des gens ; on décrit les désirs et les qualités qui sont appelées par ces noms.Votre nom est présent là parce que vous y avez aussi la racine de votre âme ! Toutefois, pour l’instant elle ne s’appelle pas de votre nom actuel. Lorsque vous y monterez et que vous remédierez à cet état, vous recevrez ce nom. Vous le révélerez. C’est ce que vous devez faire: révéler la racine de votre âme.

Lorsque vous atteignez ce point, votre qualité spirituelle principale inhérente, alors à partir de ce point vous serez inclus dans tout le reste du Kli du Monde de l’Infini. Cela signifie que vous avez révélé l’âme d’Adam HaRishon et elle est devenue la vôtre, venant de votre point.

Votre récipient spirituel avec la Lumière à l’intérieur s’appelle par votre nom. Vous ne le connaissez pas pour l’instant parce que vous n’êtes pas familier avec votre gène spirituel qui agit à l’intérieur de vous, l’étincelle, le point dans le cœur. Vous ne savez pas d’où il vient. Il vous tire vers votre racine, mais vous ne savez pas ce qu’est la racine, où elle est située sur l’échelle des degrés, et dans quel état elle existe. Vous evez le révéler et découvrir que c’est vous, en fait.

Cela ne signifie pas que vous êtes limité par cette racine, au contraire, vous vous élèverez encore plus ! Toutefois, vous atteindrez tout à partir de ce point. Par conséquent, toute âme est dans l’obligation d’atteindre sa racine et chaque personne a sa propre racine.

Il y a des «ancêtres» qui sont appelés «les chefs des degrés» ou des «générations». Ce sont Abraham, Isaac et Jacob. Ces racines ne sont pas des âmes en particulier, mais des qualités fondamentales. Ce sont les noms des qualités du Créateur.

D’autre part, chacun de nous a son propre point de sa racine qu’il doit atteindre et dans lequel il doit se corriger. De là, on corrige sa connexion avec toutes les autres âmes. Tel est le sens de la pleine correction individuelle que chaque personne doit effectuer.