Category Archives: Travail en groupe

Se réjouir et rester sérieux

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment puis-je me réjouir et être sérieuse en même temps?

Réponse: Cela dépend du développement d’une personne. Nous voyons que les enfants ne peuvent pas afficher des sentiments complexes : Ils sont heureux ou en colère et crient, encore et encore, se déplacent instantanément. Un adulte sérieux, d’autre part , comprend qu’il y a différents états dans la vie et l’on peut sentir la joie et la tristesse.

Toute personne comprend la création et sait comment se connecter à ses extrémités, de sorte que les pires sentiments à une extrémité et les meilleurs sentiments à l’autre extrémité se soutiennent mutuellement et s’intensifient. Elle comprend que c’est la façon dont la création est disposée, dans les pôles opposés de l’obscurité et de la lumière, et qu’elles doivent à la fois exister l’une en face de l’autre.

Si une personne estime que ce système existe et fonctionne entre ces deux extrémités , elle est heureuse de possèder à la fois la force du mal et de la force du bien et qu’elles ne s’éteignent pas. En se connectant ​​sur la ligne médiane, les lignes droite et gauche ne s’éteignent pas ou ne s’annulent, mais se soutiennent et s’amplifient 620 fois plus .

D’une discussion au repas 26/01/14

Un cercle de connexion de femmes

Dr. Michael LaitmanQuestion: Les femmes ont mené une réunion d’amies très puissante. Ce n’était pas facile. Nous avons dû faire de grands efforts et nous avons senti le lien entre nous. Comment pouvons -nous nous concentrer cette connexion sur les hommes maintenant afin de nous connecter à eux ?

Réponse: Les femmes passent par des états qui sont plus difficiles que les hommes et il faut plus de dépassement. J’apprécie vraiment les efforts des femmes et ai de grands espoirs en elles. Le succès des hommes dépend beaucoup des femmes, mais il est beaucoup plus difficile pour les femmes de se connecter, donc je suis vraiment ravi de leurs efforts.

Dès l’instant où les femmes peuvent se connecter correctement, elles vont découvrir le pont qui les relie aux hommes. Ce sera une femme qui est prête à se connecter à un seul homme. Mais d’abord vous devez atteindre une bonne et forte connexion entre vous.

Il est beaucoup plus difficile pour les femmes de se connecter que les hommes. Un homme sent qu’il est libre comme le vent, qu’il n’est pas lié à une maison. Une femme, d’autre part est appelée la «maison» ce qui signifie qu’elle a un caractère très particulier et veut avoir quelque chose à elle, sa place, sa propre famille. Ainsi, la connexion entre les femmes doit briser les cloisons qui les séparent et cela est beaucoup plus difficile que pour les hommes. Nous voyons que l’amitié entre les hommes est beaucoup plus significative que l’amitié entre femmes. C’est la nature.

C’est un travail très difficile et je l’apprécie vraiment, mais vous pouvez facilement tout surmonter si vous vous élever au-dessus de votre nature féminine. Il n’est pas nécessaire de se plonger dans vos défauts, mais progressez et élevez-vous au bien, à la connexion.

Lorsque les femmes sont en mesure de se connecter, elles atteignent la capacité, la compréhension, l’esprit et le cœur qui les guident dans la façon d’aider les hommes. Pour l’instant vous ne pouvez pas aider les hommes, vous devez vous connecter entre vous.

Dans le passé, nous étions à un niveau d’évolution où les femmes ne pouvaient pas se connecter et le rôle de la femme était seulement de soutenir l’homme. Mais nous avons atteint une nouvelle ère maintenant dans laquelle les hommes se connectent entre eux et les femmes se connectent entre elles. Plus tard, nous allons voir comment nous formerons un cercle dans un cercle.

En attendant , nous travaillons uniquement sur la connexion et il n’y a pas besoin de regarder l’avenir ou le passé. Aujourd’hui, notre travail est la connexion entre les hommes et la connexion entre les femmes afin de parvenir à la garantie mutuelle à l’intérieur de chaque cercle .

D’une discussion lors d’un repas 26/01/14

Et si je restais à la maison ?

Dr. Michael LaitmanQuestion : Que recommandez-vous aux personnes qui ne peuvent pas venir au congrès? Et comment ceux qui sont à la convention peuvent-ils soutenir les amis qui sont restés chez eux et continuent les activités d’éducation intégrale ?

Réponse : Au cours du congrès, nous devons rassembler tout le monde dans les centres locaux ou dans la maison de quelqu’un, regroupant autant de personnes que possible. Le nombre minimum de plusieurs est deux. Même si deux personnes peuvent se connecter, il est préférable et utile de le faire au lieu de rester seul.

Au cours du congrès, nous devons nous libérer de tout travail et être avec nous tout le temps. Suivez tout ce qui se passe dans le congrès et joignez-vous à nous de tout votre cœur et de toute votre âme. Et aussi, nous ne devons pas oublier de penser à tous les amis à travers le monde en permanence.

Mais pendant le congrès, nous ne pensons pas aux activités de diffusion externe de l’éducation intégrale, nous nous concentrons seulement à l’intérieur de nous, uniquement sur notre connexion. Le congrès doit être mené avec des pensées constantes à propos de notre ascension. Et seulement à la fin de tous ces congrès, de cette croissance, nous allons commencer à réfléchir et à sortir pour la diffusion externe.

Durant les deux jours du congrès de l’éducation intégrale, nous allons réfléchir et discuter de la façon d’aller dehors avec cette méthode, mais néanmoins, l’attention est consacrée à notre assemblée. Par conséquent, cessez toute activité externe durant ces jours et rejoignez-nous.

De la Discussion au cours d’un repas du 26/01/14

Mon âne et moi

Dr. Michael LaitmanQuestion : Comment est-il possible de conserver l’équilibre entre la concentration intérieure et la communication au sein du congrès ?

Réponse : Il s’agit d’un problème perpétuel qui doit être résolu indépendamment de ce que vous faites. Des moments très lourds ou très légers peuvent venir, différents sentiments agréables ou désagréables, mais la personne doit toujours être composée de deux parties. Dans une partie, elle sent son corps bestial, ce qui lui arrive. Et dans la seconde partie, elle est comme une personne à cheval sur son âne (Hamor), sur la substance égoïste (Homer).

Un tel sentiment partagé doit être avec nous partout, à des moments complètement différents dans la vie : cela devrait être avec moi quand je suis seul, avec des amis, avec ma famille, avec ma femme et les enfants, ou quand je marche simplement dans la rue. Je dois me diviser en deux parties : l’âne et moi assis sur lui.

De la Discussion au cours d’un repas du 26/01/14

Soyez positifs et non négatifs

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment une personne peut ouvrir ses désirs devant les amis au niveau corporel ainsi qu’au plan spirituel ?

Réponse: Tout le monde doit sentir qu’il est dans sa propre famille où vous pouvez être sûr que peu importe ce qui arrive , elle est avec vous. Tous les problèmes, les explosions, les désaccords avec les enfants ou le conjoint sont tous les vôtres et vous devez arranger les choses, peu importe combien c’est difficile. Donc, essayez de traiter les amis de cette façon et voyez ; vérifiez votre coeur pour voir s’il est vraiment enclin à répondre de cette façon, si il a cette inclination et s’il est prêt à cela.

Nous devons développer notre relation jusqu’à ce que nous atteignons le niveau de la garantie mutuelle.La garantie mutuelle, c’est quand je suis prêt à répondre ainsi pour le bien de tout le monde, comme une mère à l’égard de ses enfants. Elle est prête à être responsable et à fournir à ses enfants tout ce dont ils ont besoin. Cela est naturel et tout le monde comprend cela dans notre vie ordinaire. C’est pourquoi nous vivons dans le monde corporel. Plus tard, ce monde disparaîtra et nous verrons des forces au lieu des corps. Ce monde est appelé fictif, car au lieu de forces et de qualités, nous sentons le corps comme la nature minérale, végétale, animale et les gens, qui sont toutes les matières. Mais plus tard, nous verrons que ce sont les forces de la réception et du don.

Ce monde nous est donné pourque nous soyons en mesure de monter de ce point bas sans être y forcé ni poussé d’en haut. Si nous pouvions voir le monde spirituel, nous perdrions notre libre arbitre. Nous voudrions tout faire selon ce que nous voyons. Donc, la dissimulation nous aide à être libre et nous met dans un état où nous pouvons grandir librement.

Les adultes s’éloignent des enfants afin de leur permettre de faire les choses de façon indépendante. C’est la même chose ici le Créateur Lui-même se dissimule dans une certaine mesure et nous aide de différentes manières  » en coulisses.  » Il nous donne des indices en nous montrant exactement ce qui est mal et ce qui doit être corrigé. Notre travail est de nous rappeler qu’on nous montre constamment nos manques d’une manière négative et nous devons essayer constamment de changer le négatif en positif.

Ensuite, nous serons reconnaissants envers le Créateur pour nous avoir traité de cette façon et nous apprenons de différentes manière, en nous montrant l’image de tous nos attributs d’une manière opposée, dans leur forme négative. Nous voulons relier cette image négative avec nos attributs, désirs et les pensées et les rendre positifs. C’est pourquoi nous sommes dans une recherche constante .

C’est ce qu’on appelle le travail du Créateur, qui se fait au-dessus de tout ce qui nous entoure. Si nous considérons toutes ces choses spirituellement , elles seront spirituelles et deviendront notre monde spirituel . Il est dit que «le Créateur n’a pas changé son action originelle de la création.  »

De la préparation de cours quotidien de Kabbale 24/01/14

Les portes d’atteinte de la sagesse

Dr. Michael Laitman« Introduction au Livre du Zohar« , Article « Deux Points », n°121 : C’est le sens des verrous sur les portes. Tout d’abord, toutes les nombreuses contradictions de Sa singularité, que nous goûtons dans ce monde, nous séparent du Créateur. Pourtant, en s’exerçant à garder la Torah et les Mitsvot avec amour, avec notre âme et avec force, comme il nous l’est ordonné (de donner satisfaction à notre Créateur), toutes ces forces de séparation ne nous affectent pas en ne soustrayant rien de l’amour du Créateur de toutes nos âmes et de toutes nos forces. Au contraire, dans cet état, chaque contradiction que nous avons surmonté devient une porte pour l’atteinte de Sa sagesse.

Question : Que signifie « chaque contradiction que nous avons surmonté devient une porte pour l’atteinte de Sa sagesse… » ? Qu’est-ce qu’une contradiction ?

Réponse : Une contradiction est quelque chose qui peut être résolue comme ceci ou cela. Une contradiction, c’est quand on ne voit pas, que l’on est pas d’accord ou que l’on ne comprend pas. C’est quelque chose qui ne se connecte pas avec Son caractère unique ni avec la notion de « il n’y a personne d’autre que Lui » ou avec le concept de « Bon qui fait du bien ». Ils ne vont pas ensemble.

Nous recevons de nombreux coups de divers côtés. Nous n’avons aucune idée s’ils sont bons ou mauvais, mais nous devons encore justifier chacun d’eux. Si nous savions que c’est juste une forme de punition pour quelque chose que nous avons mal fait, ou si nous étions sûrs que si notre comportement était bon, nous aurions reçu un prix au lieu d’une punition, alors nous nous sentirions plus ou moins bien. Cependant, c’est contre notre logique. Il est dit : « Les justes se sentent mal. » Il n’y a rien que nous puissions faire à ce sujet. Ces états sont appelés « des contradictions » dans la Gouvernance Supérieure.

Question : Qu’est-ce que « les justes qui se sentent mal » doivent faire ?

Réponse : Parce qu’ils sont justes, ils justifient le Créateur même s’ils se sentent mal.

Question : Mais le but de la création est d’apporter du contentement à la création. Est-ce que cela aide vraiment même lorsque l’on se sent mal et que l’on justifie encore le Créateur ?

Réponse : En fait, on se sent bien, mais la vérité est qu’il y a du mal en lui. Évidemment on souffre à cause de sa propre méchanceté, mais on continue encore à justifier le Créateur. C’est la raison pour laquelle on est appelé le juste.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale du 13/01/14, Introduction au Livre du Zohar

Tout le monde vient au congrès

Dr. Michael LaitmanJe suis très inquiet au sujet de notre congrès en Février. On nous donne du travail d’en haut, l’occasion , la responsabilité pour les âmes, comme si elles sont mises dans nos mains pour prendre soin d’elles. C’est une grande responsabilité.

Le Créateur veut être découvert et met devant vous des conditions de sorte que vous deviez vous comporter avec ce récipient comme vous souhaitez vous comporter avec le Créateur. C’est précisément la bonne intégration entre toutes les parties du récipient, toutes les parties de la Divinité, qui construit la forme du Créateur .

Tous ces désirs qui arrivent de tous les coins du monde sont la base, ils sont le domaine dans lequel il est révélé. Ils investissent beaucoup, ils sont avec nous tout le temps. De nombreux groupes tout simplement ferment leurs centres et viennent au congrès.

Ceci nous impose une grande responsabilité . Je ne parle pas de la partie organisationnelle, mais plutôt, comment nous les accueillons et les absorbons immédiatement et nous fondons en eux. Nous ne les accueillons pas mais nous les incluons parmi nous, sans aucune différence, dans une toute nouvelle condition générale qui n’existe pas en nous pour le moment.

Ils font des efforts extrêmes, arrivent d’endroits très éloignés, chargés d’une intensité sans précédent et nous devons parvenir à un nouvel état de la connexion, pour le désir de don mutuel, où le donneur se révèlera .

Question: Si nous réussissons à nous fondre dans l’autre et à s’intégrer dans un immense désir commun, un récipient mondial sera t-il créer à un nouveau niveau ? Comment ne pas louper l’occasion ? Il s’agit de l’atteinte de tout ce que nous avons attendu toute une vie.

Réponse: Nous devons nous réveiller les uns les autres, être responsable de l’autre. Chacun maintenant détermine son destin.

Question: C’est à nous d’acquérir le manque des amis. Comment dois-je payer pour cela?

Réponse: En renoncement à l’ego. Il n’y a pas d’autres prix. C’est comme si nous épluchions l’enveloppe du cœur afin de respecter les amis jusqu’à ce que nous sentions leur désir comme notre désir. Nous connectons les désirs qui aspirent à la découverte du Créateur. Nous nous connectons et attendons l’arrivée de la Lumière qui ramène  vers le bien, la puissance qui nous connecte et se révèle en nous comme la puissance du don. Et puis nous allons circuler dans la caractéristique du don. A partir de maintenant, tous nos actes sont issus uniquement de ce sentiment ; Nous sentons que nous sommes dans une mer de don. Il nous enveloppe dans la chaleur dans toutes les directions et nous oblige subtilement à remplir nos obligations. Je m’annule puis cette caractéristique du don fonctionne à travers moi.

Mais ce n’est que l’intégration mutuelle. Et après cela,  c’est à moi de grandir comme un embryon, de tenir la caractéristique du don dans mon ego. Il est comme un bateau mis à la mer, je veux augmenter l’activité du grand don qui se révèle en moi au premier niveau, la phase initiale de la Lumière de Nefesh de Nefesh « . Grâce à mon association avec cette caractéristique , je consolide l’action , ils disent 620 fois dans 125 niveaux spirituels. Et tout cela est le résultat de ma participation, de mes efforts dans une mer du don dans laquelle je me découvre comme un embryon dans l’eau de l’utérus de sa mère.

Au début, je rennonce de plus en plus au désir de recevoir, je l’annule afin de demeurer dans la caractéristique de don , pour m’identifier avec lui. Et c’est un travail actif, l’annulation active de moi-même, et est réalisé sur un ego. La «chair» qui est ajoutée à l’embryon se réveille opposé et c’est comme si elle construit d’elle -même une image négative d’elle-même.

Question: Alors, comment pouvons-nous atteindre cela? Comment acquérir le manque des amis ?

Réponse: C’est par la foi au-dessus de la raison. Je veux que la caractéristique du don domine en moi sur mon intelligence et sentiment. Je comprends déjà que je ne suis pas le maître de ma propre maison. Dans chaque moment de ma vie quelque chose me domine et se révèle contre ma volonté. Mais il y a aussi le libre choix. Je choisis la domination de la caractéristique du don. Dans le visage de tous les désirs qui sont révélés en moi et suscitent le rejet , l’indifférence et des choses négatives supplémentaires en moi, je veux que le don me  domine.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 19/01/14 , Écrits du Baal HaSoulam

La femme idéale au congrès

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment une femme doit idéalement mener à bien son rôle dans les trois congrès à venir ?

Réponse: La femme idéale comprend toutes les femmes de notre groupe mondial. Toutes les femmes sont reliées entre elles, elles annulent leur ego, leur désir de bavarder, de critiquer et leur dédain mutuel.

Ce n’est pas qu’elles aient pardonné les lacunes de l’autre , mais elles sentent vraiment qu’elles deviennent un seul corps. Notre intellect et nos émotions nous détachent et nous font sortir de ce corps collectif commun en donnant à chacune l’ illusion qu’elle existe indépendamment des autres.

Nous arrivons au congrès afin de découvrir la vérité, voir avec le point de vue non faussé que le monde entier est un seul système. Il n’y a qu’une question qui a été créé par le Créateur  » ex nehilo », dans lequel la puissance de «quelque chose de quelque chose » domine. Seules l’amour et la connexion résident dans le monde. Si cela nous semble contraire c’est seulement parce que nous ne sommes pas comme nous-mêmes. Si je me change afin de ùe connecter aux autres, alors je vais  entir directement le monde supérieur, ici et maintenant. Rien d’autre n’est nécessaire sauf changer notre perception.

La femme idéale de Bnei Baruch sent ce système supérieur, est inclue à l’intérieur, et regarde le monde avec les yeux corrigés. Je rêve de voir de telles femmes.

Question: Comment pouvons-nous faire le maximum ? Comment nous concentrer sur le travail interne afin d’atteindre cette image idéale plus rapidement ?

Réponse: Nous commençons à partir d’ici, quand tous les problèmes particuliers qui existent dans un groupe commencent à être perçus et corrigés comme un problème commun dans une famille. Et nous ne sommes même plus qu’une famille , nous sommes un seul corps. Il y a une centaine d’années le Baal HaSoulam a écrit que le monde d’aujourd’hui est une famille, un système. Mais nous ne l’avons pas vu jusqu’à présent. Nous espérons que maintenant notre groupe Bnei Baruch deviendra finalement une femme et un homme uni. Et puis ces deux moitiés peuvent se connecter avec un immense fusion dans laquelle le Créateur est découvert. Nous sommes déjà très près de cette condition ; alors venez , nous allons hâter notre avancement dans ce sens.

Je m’attends à voir tout le monde grand à la suite du congrès. Et les femmes joueront un rôle encore plus important ici que les hommes. Nous savons que les femmes déterminent tranquillement tout l’ordre de nos vies. Par conséquent, je souhaite vivement que les femmes nous aident à nous élever au cours des deux prochaines semaines d’une manière significative. Après le congrès, nous nous rencontrerons au niveau suivant . Je nous souhaite à tous de réussir !

Kab TV préparation au congrès  24/01/14

Rien dans le monde n’est superflu !

Dr. Michael LaitmanQuestion : Pourquoi sommes-nous parfois secoués dans la mesure où nous ne pouvons tout simplement plus tolérer notre condition ? Nous nous réveillons le matin et tout est contre nous…

Réponse : Ces « secousses » ne sont pas contre vous, mais elles vous donnent plutôt une chance de vous réveiller. Voudriez-vous escalader une pente raide si vous vous réveilliez le matin et voyiez les oiseaux chanter, le soleil briller, toute chose fleurissant, l’herbe verte autour de vous, et les éclaboussures caressantes des vagues contre le bord de la mer ?

Comment peut-on avancer sans résistance ? Vous devez comprendre que nous avons vraiment besoin de la ligne gauche ! Nous ne devrions jamais la rejeter ou l’annuler, mais plutôt travailler avec elle et la lier à nous, comme si c’était écrit dans notre cerveau comme dans la pierre : « Rien n’est de plus en ce monde. » Nous devrions être reconnaissants de passer même par les pires choses et de rencontrer de terribles ennemis. Ceux qui nous empêchent de diffuser la Kabbale, qui nous calomnient, sont extrêmement essentiel pour nous. Sans eux, nous ne serons pas en mesure de nous stabiliser correctement.

Il est impossible de nous façonner sans forces destructrices qui pèsent sur nous. Grâce à elles, nous pouvons nous formater, nous élaborer, et nous construire. Nous ne pouvons pas avancer sans la deuxième force alternative et seulement en étant sous l’influence d’une seule force, la force de la bienveillance. Nous deviendrions fou si la seule force que nous rencontrerions était une puissance bonne et bienveillante qui n’a pas de limites.

Nous agissons toujours à l’intérieur de certaines limites. Au-delà des limites signifierait positionner l’ensemble de la ligne gauche contre celle de droite. A ce moment-là, nous ne faisons que commencer ce travail et c’est pourquoi nous devrions considérer cela d’une manière très simple : « Dès lors, je dois garder à l’esprit que ma vie est l’entrelacement de deux forces opposées ; il est extrêmement important que nous acceptions que les deux composent ma vie. » Nous ne devrions pas attendre que les forces que nous n’aimons pas disparaissent soudainement. Cela ne se produira pas.

Regardez comment notre corps fonctionne. La vie n’est possible que là où il y a interaction, la connexion, la digestion et le métabolisme.

Commentaire : Je peux le comprendre avec mon cerveau, mais quand la Lumière commence à faire pression sur ​​moi un peu plus durement, je ne peux pas le supporter.

Réponse : Il n’y a qu’une seule recette : s’accrocher au centre du groupe. Maintenant, vous voyez déjà que vous avez besoin d’un « bouclier », sinon vous ne serez jamais certain de ce qui va vous arriver l’instant d’après, ou bien, vous aurez véritablement peur au lieu de jouer avec les jouets qui vous sont donnés à ce moment. La délivrance se trouve uniquement dans le centre du groupe. Si vous vous accrochez à lui, vous serez sauvés.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 27/12/13, Shamati n°72, « La confiance est l’habit de la Lumière »

Ne pas consacrer plus à ce monde qu’il ne le mérite

Dr. Michael LaitmanQuestion : J’ai remarqué qu’au fil du temps, je deviens de moins en moins sensible aux normes de ce monde.

Réponse : Vous devenez moins sensible à certaines choses et plus sensible à d’autres. La chose principale est d’être sensible à la connexion avec les amis, le groupe, et d’être généralement sensible au fait d’être incorporé. C’est ce qui devrait vous impressionner et provoquer un frisson intérieur, qui devrait faire pression sur vous et vous exciter, et vous causer de la douleur et de la joie.

Vous devriez examiner tous les aspects corporels de la vie comme la nourriture, le sexe, la famille, l’argent, le respect et la connaissance uniquement sous les aspects utiles et indispensables. J’ai besoin de tout cela pour avancer normalement, à un niveau qui « n’est pas condamné ni gratifié ». Assurez-vous que vous avez toutes les nécessités de base et utilisez ce monde en fonction de vos besoins, mais soyez au-dessus de vos pensées et de vos intentions. Ne soyez pas trop enthousiaste ou ascétique. Ne regrettez pas ce qui vous arrive en ce monde. Ne vous consacrez pas à ce monde plus qu’il ne mérite. Sur le plan corporel, vous devriez l’utiliser rationnellement, et dans la sensibilité, vous aspirez à la connexion avec le Créateur à travers le groupe.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 20/01/14, Écrits du Baal HaSoulam