Le premier degré de mon âme

Dr. Michael LaitmanQuestion: Y a-t-il une différence dans les efforts que je suis tenu d’exercer lorsque je remplis les conditions de la garantie mutuelle pour la première fois et quand cela arrive pour la deuxième fois ?Réponse: La différence est dans une sensation de manque, qui consiste en ce que j’ai maintenant l’intention d’atteindre le deuxième degré sur la base du premier. Le premier degré reste en moi comme un Reshimo (enregistrement interne, empreinte), un état que j’ai connu, mais que je n’ai pas pu préserver en raison d’un désir supplémentaire de recevoir. Je dois maintenant surmonter ce désir supplémentaire afin d’atteindre le degré suivant. Le degré précédent m’aide à atteindre le suivant.

Ces degrés ne sont pas ceux d’une descente, mais ceux d’une ascension. En d’autres termes, même si je tombe, je comprends pourquoi je suis tombé et je sais ce que j’ai à faire. Sur la base de ma propre expérience je sais déjà comment je suis parvenu à atteindre l’état de la garantie mutuelle au premier degré, et maintenant je vais faire la même chose au degré suivant.

C’est ce qu’on appelle «l’âme d’une personne lui enseignera », ce qui signifie que j’ai acquis une expérience et je sais quoi faire. Il est clair pour moi maintenant que mes descentes ne sont pas les états où je me suis tout simplement perdu. Je me rends compte que je suis dans une descente maintenant et que je manque de force (de contact avec le Créateur).

C’est déjà une prise de conscience que je suis dans les ténèbres, que j’ai perdu le contact avec le Créateur. En d’autres termes, le point d’éveil ou de contact avec la spiritualité est préservé, et c’est très important. Maintenant, je commence mon travail à partir de ce point au lieu d’un état complètement détaché de la spiritualité.

Exprimé différemment, vous ne perdez pas votre niveau précédent en raison d’un «péché», mais plutôt, vous tombez du premier degré parce que vous avez eu un désir d’un deuxième degré plus élevé. L’ampleur du désir non corrigé au deuxième niveau, le péché qui vous est révélé maintenant, éclipse le degré corrigé, bien que le premier degré reste à l’intérieur du second dans une forme corrigée.

C’est en fait une ascension, et non une chute, vous avez atteint le premier degré et avez maintenant révélé le second degré, son côté opposé. Dans le AHP du Supérieur, vous vous sentez comme «tombé», comme un «pécheur». Toutefois, c’est la façon dont vous vous définissez vous-même du point de vue de la première mesure corrigée.

Cela illustre l’adage « l’âme d’une personne lui enseignera » parce que j’ai déjà une âme. En effet, le premier degré est mon âme. Ensuite, je vais développer une âme d’une grandeur qui correspond au second degré, puis au troisième degré, et ainsi de suite.

Chaque fois que des degrés plus élevés émergeront en moi, ils vont cacher les degrés antérieurs dans une plus grande mesure, mais je vais toujours avoir la force, la connexion avec la Lumière, afin de monter. Je discerne toujours chaque degré ultérieur d’une ascension en fonction du degré que j’ai déjà réalisé. Cela signifie que je vais avoir l’occasion de diagnostiquer correctement ce qui se passe en moi et la façon d’attirer la Lumière qui ramène vers le bien.

Mon état n’est pas celui d’un patient inconscient, parce que je suis constamment muni de la force de la garantie mutuelle. J’ai déjà signé ses conditions, je les observe, et je suis dans un état dans lequel je ne la perds pas, mais selon un point de vue personnel, cela peut encore arriver. Et puis je m’aperçois que je « perce un trou dans le bateau. »

Je ne l’ai pas encore percé entièrement, je viens de commencer, mais dans un moment ce sera achevé, et à cet instant précis, commence l’aube sur moi. C’est la révélation de l’égoïsme du degré suivant. Toutefois, le degré précédent, le lien entre les amis, reste à l’intérieur de moi et est appelé « on monte dans la sainteté, et on n’est pas abaissé dans la sainteté. »

Par conséquent, le Baal HaSoulam écrit que la véritable pierre d’achoppement est la réalisation du premier degré. Jusqu’à ce que cela survienne, on se sent complètement confus.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed