L’ABC du nouveau monde

Nous entrons dans un nouveau monde qui abandonne le luxe pour se  limiter  à la consommation rationnelle, aux besoins réguliers d’une personne. Nous ne serons pas en mesure de produire des machines à laver qui  tombent en panne  dans les trois ans, alors qu’aujourd’hui cela  est fait volontairement de sorte qu’au lieu de la garder, on devrait en  acheter une nouvelle.
Nous devons passer à un nouvel état de l’existence. C’est ce que les gouvernements du monde doivent comprendre. Mais comment vont-ils garder leurs nations pacifiées? Comment vont-ils les  éduquer et leur expliquer tous les faits ?
C’est pourquoi nous devons préparer un ensemble de ressources éducatives qui tient  sur une base solide et  démontre ceci  avec une clarté absolue que nous offrirons à tous. Il n’y a pas d’autre choix: nous devons étudier le nouveau monde.
Vous n’aurez pas à aller au travail. Vous irez à l’école au lieu, mais pas pour le plaisir d’apprendre. Vous étudierez la façon de recevoir un réel plaisir  de la vie. Cela en vaut-il la peine ? Vous ne serez pas en mesure de continuer à travailler de toute façon, personne n’a plus besoin de vous. La Grande Dépression a été une part  du développement, une baisse intermédiaire dans le processus cyclique, mais aujourd’hui, tout cela a changé. Nous sommes à court de ressources. Nous sommes arrivés à l’aube d’une nouvelle phase. Beaucoup  de choses ont été écrites  à ce sujet.
Par conséquent, notre travail consiste à informer le public que l’ancienne époque est venue à sa fin. Il n’y a pas  d’emplois et il n’y  en aura pas plus. Comment les gens vont-ils  gagner leur vie alors? Eh bien, faisons seulement les biens dont  nous avons besoin et juste assez pour tout le monde, tout en apprenant à les distribuer correctement et  la façon  de vivre dans le nouveau monde.
Nous devons leur parler de  l’évolution de l’homme et de l’histoire, de la croissance de l’égoïsme à son stade final, le stade de l’intégration et les lois par lesquelles le système  intégral fonctionne, l’interconnexion de toutes ses parties, et comment la réciprocité et la connexion réelle  se déroulent en elle. C’est notre seule option car c’est ce que  la nature nous oblige à faire.
Nous sommes censés arriver à un état de consommation équilibrée, comme les animaux qui prélèvent de la nature que ce dont ils ont besoin pour se  subvenir.  Ils le font instinctivement, sans calcul, alors que nous devons structurer notre relation avec la nature  consciemment  , raisonnablement , grâce à l’apprentissage, en nous restreignant , et en  apprivoisant  notre mauvais penchant, tout simplement parce que nous comprenons que nous ne pouvons pas nous  permettre de faire autrement.
Pourtant, comment allons-nous satisfaire notre ego, quand l’homme veut consommer le monde et qu’il lui  est demandé d’être heureux avec de la nourriture et un abri? « Est-ce tout? Que suis-je, un ours dans une grotte, un oiseau dans une cage? » Certainement pas, vous recevrez  une satisfaction encore plus importante  que  celle vous aviez souhaité avant, sans  jamais l’avoir obtenue. Cela  peut être fait. Voyons comment y arriver ».
Ainsi, nous obligeons  le public à apprendre, nous les conduisons vers cela. Personne ne voudra le faire unilatéralement, tout le monde cherchera la gratification immédiate. Donc, nous devons  préparer un ensemble de ressources pédagogiques et un système d’éducation publique. Cela va commencer lentement. À l’heure actuelle, nous ne pouvons pas ouvertement en informer le monde, mais il est temps de concevoir et diffuser des documents sur ce qui cause une crise. Ce sera faire la lumière sur la solution. Après tout, il n’y a rien là-bas. Qu’on le veuille ou non, vous aurez à faire ce que vous avez à faire.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale du  31/05/2011, «la Paix»

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed