Plus la montagne est haute, plus la montée est joyeuse

Dr. Michael LaitmanQuestion : Pourquoi y a t-il seulement sept milliards de personnes sur Terre et non pas 700 milliards, par exemple ? Après tout, si c’était le cas, le récipient commun serait beaucoup plus grand et nous ressentirions un plus grand plaisir ?

Réponse : Ce n’est pas une question de quantité, mais de qualité. Dans ce cas, nous avons affaire à une expansion qualitative – à quel point je suis capable de me transcender.

Quand je commence à m’élever au-dessus mon égoïsme, je ne sens pas du tout les gens. Au lieu de cela, je ressens le terrain, le désir, les vecteurs avec lesquels je suis capable de fusionner pour me connecter à nos désirs communs, aspirations et sens.

Le plus grand plaisir est d’apprendre à connaître le supérieur : la force supérieure, la gouvernance supérieure, parce qu’elle est bâtie sur les forces opposées positives et négatives : le désir de recevoir et le désir de donner sans réserve. Leurs affrontements en nous causent d’énormes lacunes que nous remplissons et savourons.

Premièrement, il y a un grand manque de compréhension de l’harmonie et de l’ordre, et ensuite nous pouvons saisir l’harmonie elle-même. Quand les contraires qui étaient totalement incomparables se mettent enfin en place et se complètent mutuellement, une personne éprouve une joie indescriptible dans ses sens et son esprit (conscience).

Question : En d’autres termes, plus la montagne est haute, plus la montée est joyeuse à la fin ?

Réponse : Vous ressentez plus de joie lorsque vous êtes debout au-dessus de celle-ci.

Tiré de KabTV du 11/03/12, « Les fondements d’une société intégrale »

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: