A propos des faits et des mythes

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, “La Paix,” Première Méthode: La Nature

Cette méthode est très ancienne. Comme ils n’avaient pas trouvé un moyen et une sortie pour rapprocher ces deux contraires apparents plus près, ils sont venus à supposer que le Créateur, qui a créé toutes ces choses, qui veille puissamment sur sa réalité de peur que tout cela soit annulé, est aveugle et insensé.

Par conséquent, bien qu’Il veille sur l’existence de la réalité avec une sagesse merveilleuse, et pourtant Il est Lui-même aveugle, et fait tout de façon insensée. S’il y avait eu quelque raison et sentiment en Lui, il n’aurait certainement pas laissé de tels dysfonctionnements dans la fourniture de la réalité sans avoir pitié et de la compassion pour les tourmentés. Pour cette raison, ils l’ont nommé «Nature», ce qui signifie un superviseur aveugle, sans cœur. Et pour cette raison, ils estiment qu’il n’y a plus personne pour être en colère contre Lui, pour prier, ou se justifier devant Lui.

Il s’agit d’une notion ancienne, une approche, bien que nous le voyons comme une réalisation nouvelle du matérialisme. Le plus simple est de voir le monde tel qu’il est, et ce fut effectivement l’approche initiale de l’humanité. Les religions, les croyances et les approches philosophiques sont venues beaucoup plus tard, quand l’homme s’est développé internement, est devenu plus complexe, et a commencé à inventer des mythes différents. Au début, les gens ont simplement vu la nature et y ont vécut comme des animaux qui également ne croient en rien. C’est ainsi que nous devrions en fait créer notre rapport à la nature, comme il est dit, «un juge ne dispose que de ce que ses yeux peuvent voir. »

Les approches suivantes découlaient du désaccord avec ce qui se passe dans la nature, les gens les ont inventés comme des excuses différentes, et elles sont tous fausses. En fait, nous voyons des faits qui sont indépendants de notre attitude à leur égard. Mais l’homme invente des excuses différentes pour adoucir la vie ou profiter de faux espoirs.

Une attitude saine vis-à-vis de la vie est dans la démarche scientifique. Nous voyons l’effet d’immuables lois exactes partout, l’activité des systèmes et la périodicité des éléments naturels. Si je vois que c’est la façon dont les choses sont, alors il en est ainsi, et ne me proposez pas des différents mensonges. Je vois la vérité et tout ajout, il est individuel et il ne faut pas compter sur lui. C’est dans ces ajouts que les croyances sont créées, tandis que la nature se révèle dans les faits tels qu’ils sont réellement.

La sagesse de la Kabbale poursuit cette démarche, nous parlant des principes de la perception de la réalité. Nous voyons ce monde devant nous, et, à l’exception de lui, elle dit qu’il ya toute une zone appelée «le monde d’en haut», qui n’est pas imaginaire, mais qui peut être étudié scientifiquement. Ainsi, la sagesse de la Kabbale s’inscrit dans la continuité de la science conventionnelle, et mène des recherches au-delà des limites de la science conventionnelle.

About Facts And Myths

Avec l’aide de la sagesse de la Kabbale, je continue la recherche scientifique et développe des nouveaux récipients de perception, j’élargis leur spectre, et garde le principe de «un juge n’a que ce que ses yeux peuvent voir. », Tout le reste, y compris les religions, est en réalité la philosophie.

De la 4ème partie du Cours quotidien de Kabbale du 14/12/14,“La paix”

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed