Category Archives: Egoïsme

Par à une voie faite d’obstacles

Dr. Michael LaitmanShamati n°1, Et seulement si cette personne a un vrai désir, elle recevra de l’aide d’En Haut. Et on lui montre constamment comment elle est en faute dans son état actuel.Quel est le secours d’En-Haut? C’est que vous êtes constamment poussé dans votre crasse intérieure, dans votre égoïsme, et qu’on vous montre votre propre insignifiance. C’est ce que le Créateur fait : Il montre toujours à une personne une immense obscurité noire à l’intérieur de la personne, un dépotoir d’ordures dans ses pensées, désirs, intentions, et calculs.

Pourquoi? C’est seulement dans le but qu’elle en vienne à avoir besoin du Créateur, pour l’amener à un état où elle ne sera plus en mesure de supporter sa propre odeur. Pour ce faire, il est nécessaire de constamment la sortir de ce sentiment et de lui montrer une autre existence, celle qui est légèrement plus élevée, plus légère et plus élevée que son égoïsme. Puis elle doit encore une fois être poussée la tête première dans son propre égoïsme: regardez-vous, voyez qui vous êtes. Et puis elle doit de nouveau être légèrement sortie de ce marécage, puis une nouvelle fois poussée la tête en bas.

Voilà comment tout se passe jusqu’à ce qu’une personne vienne à penser qu’elle n’a pas vraiment toute la « sainteté » ou la pureté spirituelle, et que tout ne vient que de son égoïsme personnel, petit, qui a été créé en elle et dans lequel elle a été créée.

Quoiqu’elle puisse recevoir à l’occasion des éveils d’En-Haut, qui momentanément la font revivre, bientôt après cependant elle retombe dans le lieu de la bassesse.

Bien sûr, toutes ces actions sont celles du Créateur. Mais ce n’est pas grave, car une personne les ressent sur elle -même et à l’intérieur d’elle-même. Tout ce que nous sommes est la sensation. Il n’y a rien en nous à côté de la sensation et nous ne nous rendons compte que de ce que nous ressentons. L’esprit accompagne seulement le sentiment.

Cependant, c’est ce qui l’amène à venir [enfin] à se rendre compte que seul le Créateur peut l’aider et vraiment la rapprocher [de la perfection]. Ce besoin ou cette demande de perfection mûrit peu à peu à l’intérieur de nous précisément à partir de ces états opposés

Travailler avec la résistance

Dr. Michael LaitmanQuestion: Vous avez dit que nous ne devrions pas supprimer l’ego, mais plutôt augmenter ses effets positifs. Qu’entendez-vous par là?Réponse: Il s’agit d’une personne qui marche sur le chemin de la spiritualité et est engagée dans un groupe kabbalistique. Comment alors peut-on augmenter le positif quand on tombe?

Lorsque je me sens malade je prends une pilule, et quand je suis de mauvaise humeur je vais danser. Mais en faisant ces choses, je n’ai pas supprimé ou annulé mon ego dans la moindre mesure. Si vous vous sentez malade, vous le reconnaissez comme un fait, mais ne vous culpabilisez pas. Ce n’est pas vous! C’est juste un peu plus de votre égoïsme qui se montre à vous. Ne le prenez pas personnellement.

Le négatif évolue constamment dans une personne afin de développer les aspects positifs. Qu’est ce que ce positif, alors? Ce n’est pas l’anéantissement de l’égoïsme ou l’équilibre avec lui sur le plan corporel. En aucun cas je ne pourrais compenser un moins avec certains plus terrestres. Peu importe combien ma sensation peut être horrible, je tiens à compenser les négatifs uniquement avec un positif spirituel. Sinon, je serai semblable aux «réformateurs» du monde.

Quoi qu’il en soit, je ne compense pas le négatif en le réduisant. Après tout, il m’est donné délibérément puisque rien n’est accidentel dans la vie. Alors, que dois-je faire? J’ai besoin d’augmenter mes relations positives avec le groupe, le bon environnement. Pourquoi? C’est parce que tout mon avenir dépend de notre inclusion mutuelle en un seul système intégré.

Si l’égoïsme est en pleine évolution en moi, alors c’est la seule décision correcte. Mon positif se trouve sur mon chemin vers le groupe. Si, dans tout mon égoïsme qui émerge, j’augmente ma connexion positive avec l’environnement, alors c’est vraiment une force altruiste avec laquelle je contre balance la force égoïste. Et il s’avère que je m’élève au prochain niveau en compensant le négatif.

Ensuite, il va sans dire, un nouveau négatif émerge en moi, et je dois prendre racine dans le groupe à nouveau. Mais à ce point le groupe semble encore pire pour moi: «Idiots, mannequins au cœur dur. Je ne veux pas de toute façon, laissez-moi me rafraîchir les idées ailleurs ».

Et ainsi, peu à peu une personne baisse la tête, encore et encore, et se tourne vers l’environnement jusqu’à ce qu’elle atteigne une connexion complète. La nature nous encourage à faire de même afin que nous soyons ensemble comme un tout indissociable. Par conséquent, la crise mondiale et la dépendance complète sur l’autre nous montre dans quelle direction nous devons nous corriger.

Donc, nous avons convenu de ne pas travailler contre l’égoïsme, mais de travailler afin de l’utiliser correctement. En raison du négatif, nous le transformons en un positif. Sinon, nous ne l’aurions jamais.

Mon «moi» est une résistance, comme la résistance nécessaire pour la production de courant provenant d’une source d’alimentation. Le négatif et le positif créent la tension qui attire et forme notre réalité. Par conséquent, après avoir atteint un certain potentiel entre le plus et le moins, je commence à voir l’image du monde Supérieur sur mon « écran ».
De la 2ème leçon à la Convention de Berlin sur 28/1/11

Mensonge de l’extérieur ou vérité de l’intérieur

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourquoi le réseau de communication Internet Facebook est-il si incroyablement populaire?

Réponse: Notre ego est en développement non seulement quantitativement mais aussi qualitativement. Si une personne a été précédemment satisfaite d’avoir cinq ou dix amis ayant des intérêts similaires dans son cercle afin qu’ils puissent aller à la pêche ensemble, visiter des bars, jouer aux cartes, promener les chiens, et ainsi de suite, aujourd’hui, cela ne les satisfait plus. Une personne veut rencontrer d’autres gens par autre chose que par le biais des chiens ou des poissons, c’est à dire, en ne se fondant pas sur les intérêts matériels et la proximité géographique, mais plutôt, elle cherche des similitude internes, un endroit où, il ou elle, peut s’exprimer au maximum.

Une personne cherche un moyen de communiquer où elle pourrait même mentir. Mais, pour l’essentiel, ce faisant, on exprime son «moi» encore plus. Après tout, quand nous mentons, nous exposons notre vérité intérieure! Ce mensonge témoigne de ce que nous voulons être, mais que nous ne pouvons pas être.

C’est très en phase avec le principe sur lequel est fondé Facebook : une personne affiche uniquement ce qu’il ou elle veut montrer, ses « meilleures photos ». Mais elle parle de son monde intérieur. En fait, en raison de leur nature égoïste, les gens peuvent être gourmands, paranoïaques, lâches, ou primaires, mais ils se présenteront comme ils se voient dans leur idéal. En d’autres termes, une personne montre ce qui, à ses yeux mérite d’être montré, en tant que forme plus attrayante, plus profonde et plus intime.

Il s’ensuit donc que d’une part, je sais ce que je suis (bien que je puisse ne pas le réaliser moi-même), mais pour les autres, je me présente dans un déguisement plus attrayant. Et parfois, c’est l’inverse: je tiens à paraître pire que je suis, en jouant au dur et je me présente comme un Don Quichotte belligérant.

Pourtant, cela n’a pas d’importance de savoir si cette image est meilleure ou pire que la vérité, parce que ce mensonge montre finalement à une personne ce qu’est son essence, et il ou elle vient à connaître son mal. Une personne est confrontée à une question: que suis-je par rapport à l’image sous laquelle je me présente sur Internet ? Après tout, tout le monde me voit comme je me dépeins sur l’Internet, mais je commence à réaliser que je suis loin de ce que j’ai peint pour les autres.

Cette amène les gens à la prise de conscience de leur mal, à la nécessité de changer, et de se rapprocher de l’image qu’ils souhaitent donner à voir aux autres. Puisque si je ne suis pas en contact physique avec vous et que vous ne me voyez pas, je peux faire semblant d’être ce que je veux pour vous: un nouveau moi, mon idéal intérieur, qui n’a rien à voir avec ma corporéité. Et cette image est une image plus authentique!

Par conséquent, notre développement vers la communication virtuelle va nous conduire dans la direction de la communication spirituelle, aux changements spirituels. C’est pourquoi je suis si heureux d’entendre parler de l’élaboration et la popularité croissante de Facebook et autres réseaux de communication.

Je suis certain que dans ce réseau social il y a des psychologues et des sociologues qui font des recherches sérieuses. Après tout, c’est désormais un phénomène mondial qui s’étend à toute l’humanité.

Sur la renaisance spirituelle de la Russie

Dr. Michael LaitmanQuestion: Environ dix à quinze ans auparavant, une question a été soulevée au sujet de la cause nationale de la Russie, son programme de renaissance. Celui-ci a discrètement disparu et a été remplacé par un vide spirituel. Comment voyez-vous la cause nationale de la Russie, le programme de son développement?

Réponse: Au cours de ces années, j’ai rencontré de nombreuses personnes, membres du cabinet, les masses médias, et j’ai beaucoup parlé. J’espérais trouver une réponse particulièrement en Russie. Tout d’abord, ayant voyagé à travers le monde et à travers tous mes élèves dans le monde entier, je me sens l’âme de chaque nation. Et je n’ai jamais vu ailleurs la même réponse et aspiration à la vérité, comme précédemment, en Russie.

Il y avait une cause nationale. J’espérais que cette cause nationale servirait de base pour montrer comment la réaliser. En d’autres termes, il y a quelque temps (je souligne; il y a quelque temps), le désir du peuple russe était de montrer au monde entier qu’il a une âme, un but, et que ce but était au-dessus du pragmatisme, au-dessus des intérêts individuels et d’autres intérêts matériels, qu’il avait quelque chose devant lui, un plan que l’humanité pouvait suivre. C’était vraiment ainsi, jusqu’à l’année 1995 ou 2000.

Dernièrement, lorsque je commence à parler aux gens à ce sujet et continuer à développer les mêmes idées, malheureusement, les gens semblent se moquer de moi et me parler comme à un enfant. Ils disent que tout cela est du passé et pense qu’il n’y a là, rien à discuter. Malheureusement, je vois que cette cause a tout simplement disparu.

Mais je ne pense pas que cela soit possible. Je pense que les gens l’ont tout simplement supprimé, et qu’ils pourraient le ressusciter, car cette demande intérieure doit exister parmi les personnes. J’espère qu’on le verra. Mais actuellement, il n’y a tout simplement personne à qui parler.

À l’époque, j’ai aussi rencontré des gens très influents et leur ai parlé de choses qui pouvait être faites. J’ai prévenu: regardez ce qui est écrit dans la Kabbale, une science de la nature générale et de son développement, regardez où nous nous dirigeons. Pour l’essentiel, tout  s’est passé de la façon dont je l’avais prévue: la crise financière, et ainsi de suite.

Je ne veux pas être un prophète, mais évidemment et naturellement cela vient de la croissance de l’égoïsme, qui continue à se développer. Mais j’ai entendu une réponse très simple: «Nous avons de l’argent et une armée. Si nous pouvons changer quelque chose en utilisant ces deux moyens, alors nous sommes prêts à écouter. Nous n’avons rien d’autre ». Du point de vue du gouvernement, c’est la vérité; tous les pays disent la même chose.

Mais je continue à penser que le monde sera encore bien secoué, nous ne pouvons pas l’éviter. Et alors, tout ce qui est encore stagnant pour l’instant, va commencer à s’agiter, et il sera alors possible de mettre à nouveau cette cause en avant. Mais cette cause doit être fondée sur la similitude avec la nature, elle ne peut être une invention forçant  les personnes, comme l’ont fait les bolcheviks.

Lorsque vous travaillez avec la nature, vous ne faites pas d’erreurs. Vous pouvez aller au devant d’elle ou tenter de la rattraper. Mais quand vous allez avec elle à l’unisson, cela devient le meilleur développement social et la plus confortable. Si vous allez de pair avec elle, en connaissant la formule de son développement, ce qui exige des efforts individuels, alors vous vous protéger complètement de toute catastrophe et même de toute influence négative. En d’autres termes, il n’y aura pas de maladies, de grandes épidémies, de tremblements de terre ou d’incendies, il n’y aura rien. Simplement, vous existez confortablement.

Et soudain, vous commencez à sentir que toutes vos actions dans le monde vous rapporteront un bénéfices cinq cent, mille fois plus qu’aujourd’hui. Tout simplement parce que la nature semble vous favoriser; vous êtes en harmonie avec elle. C’est la seule chose que révèle la Kabbale: la formule du développement humain que nous devons suivre ensemble. En d’autres termes, nous pouvons, soit nous développer sous le rouleau compresseur de la nature, qui nous écrase et alors nous nous développons en dépit de notre égoïsme, soit, en choisissant l’unisson avec elle, notre dévelopement sera facile et agréable.

Je ne vois pas d’autre force au monde comme la force de caractère du peuple russe, à leur passion pour une cause, à vivre pour elle, et même souffrir en son nom, tant qu’elle est une cause réelle. Et c’est pourquoi je continue à penser que ce mouvement vient de l’intérieur, cette demande peut encore s’élever et il sera possible de la réaliser proprement. Et ensuite, vous deviendrez vraiment des enseignants du peuple entier, voulant simplement en savoir plus sur le monde où ils vivent. Il sera possible de leur en parler, de le leur montrer, de le révéler, et ainsi d’atteindre l’état où le monde entier sera aussi bon que la nature nous y oblige.

Je pense que cela se produira. Je pense que cela ne prendra pas longtemps, à en juger par le taux de développement, les événements à travers le monde, elle aura vite fait de nous faire retrouver nos esprits. Cours n°3 à Moscou du 16/01/2011

Une sphère faite de points

Dr. Michael Laitman with StudentsQuestion: Pourquoi les notions d’unité et de garantie mutuelle nous semblent plates et dépourvues de tout volume?

Réponse:: Cette allégation est inexacte. L’unité et la garantie mutuelle sont des corrections qui nous unissent au sein du système. Elles contiennent Partsoufim et Sefirot, les mondes et les Lumières, mais nous ne les voyons pas.

Par exemple, qu’est-ce que l’unité signifie? Nous sommes opposés, nous nous repoussons, et nous nous haïssons les uns les autres, mais nous devons nous élever au-dessus de notre désir et nous unir dans l’équivalence, en repoussant nos différences. Chacun de nous a un point qui est capable de s’unir avec les autres. Nous relions ces points et essayons d’augmenter leur quantité et leur qualité.

Dans ce processus, nous nous annulons et, au-dessus de cela, nous révélons notre lien et la garantie mutuelle. Nous voulons créer un espace entre ces points, mais par quels moyens? Nous créons cet espace en leur ajoutant de l’Aviout (épaisseur), car il devrait y avoir là quelque chose du Pharaon.

Nous traitons les désirs du niveau inanimé, végétal et animal comme une sorte de nécessité, mais nous travaillons avec le reste des désirs en les connectant avec les points. Connectés avec les points, ces désirs dépassent l’Aviout et créent un lieu où la révélation se produit.

Ainsi, les désirs contraire à l’union croissent, et ceci créent des frottements et des disputes entre les points. Certains d’entre eux ne veulent pas être ensemble, et d’autres tentent de prendre le contrôle. Nous devons travailler avec ces désirs. Dans un premier temps, nous devons les restreindre, mais plus tard, nous devons les attacher aux autres points.

Ensuite, le travail des trois lignes commence. Nous consolidons constamment notre union et, ensemble, nous bâtissons un endroit où le système des mondes et le Créateur se révèle. En conséquence, au-dessus de cette dimension, les notions d’union et de garantie mutuelle incluent la réalité tout entière, y compris ce monde.

 

Du cours quotidien de Kabbale du 10/12/2010 Kabbale, Talmud Esser Sefirot

L’humanité en transition

Dr. Michael LaitmanNous existons à l’opposé de la propriété du don sans réserve du Créateur : c’est-à-dire le désir égoïste de plaisir. Sur le chemin spirituel, tous les désirs qui, progressivement, se déroulent en nous, des désirs plus légers aux plus lourds, doivent être transformés dans le but de donner sans réserve.Contrairement aux niveaux minéral, végétal, et animal, alors que nous, les humains, évoluons, notre égoïsme le fait tout autant. Toute notre histoire est une croissance non-stop du désir de plaisir et d’une chaîne de tentatives de le satisfaire. C’est notre nature. Par conséquent, nous ne cessons de vouloir que ce désir soit réalisé, rempli.

Donc, cela continue ainsi jusqu’à ce qu’à un moment donné de son développement l’homme arrive à la question: « Pourquoi ai-je besoin de cela ? » Son désir termine sa phase quantitative de l’évolution et se transfère vers le qualitatif. Maintenant, une personne n’a pas besoin seulement d’une meilleure voiture, d’une plus grande maison, et d’un monde plus confortable. Elle commence à poser des questions pour savoir pourquoi les choses se passent ainsi : « Pour quoi faire? Pourquoi? Qu’est-ce qui se passe avec moi et qu’est-ce que cela m’apporte ? »

De nouvelles questions s’élèvent au-dessus du niveau précédent de l’évolution. Au niveau humain, nous commençons à évaluer et à analyser la vie, n’étant pas satisfait du rôle d’une personne qui y « va -pour », qui, sans y penser, sert le désir égoïste. Dans les générations précédentes, de telles questions étaient très peu envisagées pour atteindre la source des événements, l’essence du processus et sa finalité. Ces personnes sont appelées des kabbalistes, du mot hébreu «celui qui reçoit» (Mekabel) car ils reçoivent la révélation de la gouvernance supérieure, avançant de ce fait. Comme les autres, ils ne se sentaient pas une vocation à répondre à de telles questions.

Dans la sagesse de la Kabbale qui aide une personne à trouver des réponses aux questions sur le but de la vie (la source et le but), il est écrit que le temps viendrait où de nombreuses personnes souhaiteraient savoir pourquoi vivons-nous. Dans leur s désirs égoïstes qui émergent progressivement, les masses vont commencer la transition à partir du niveau animal, de la vison d’une bonne vie, dans la mesure de l’homme, à la question de savoir pour quoi vaut-elle d’être vécue.

Les kabbalistes ont marqué le moment où une telle transition devait commencer: la fin du 20e siècle. Et c’est vraiment arrivé. Aujourd’hui, « les questions prioritaires» proviennent d’un grand nombre de personnes à travers le monde et dans une certaine mesure parmi toute l’humanité. Nous voyons comment le désespoir croissant, l’abus de drogues, le taux de divorce, et la crise de l’homme en général démontrent que les questions concernant la finalité de l’existence arrêtent notre développement égoïste normal, et ils exigent que nous cherchions des réponses. C’est alors seulement que nous trouverons la force pour continuer le voyage.

125 accomplissements de la perfection

Dr. Michael LaitmanNous vivons dans l’une et la seule réalité créée par le Créateur, mais nous ne le révélons que dans la mesure où nous lui correspondons et que nous lui sommes semblables dans nos propriétés. La réalité elle-même est constante et invariable, et elle est appelée dans le monde de l’Infini.Pendant ce temps, nous existons dans le désir de profiter, la propriété opposée au monde de l’infini: l’intention de recevoir au lieu de donner sans réserve. Nous pouvons nous corriger en effectuant des corrections consécutives, l’une après l’autre dans le temps, 125 fois. Chacune de nos corrections se traduit en nous dans une nouvelle réalisation, et c’est de cette façon que nous avançons.

Il s’agit d’un avancement pas à pas qui respecte la loi de l’équivalence de la forme, et il n’y a pas de place ici pour un compromis: Nous sommes situés dans un système qui fonctionne comme un organisme vivant. Si vous lui correspondez, vous recevez en conséquence, et sinon, vous recevrez en fonction de ce manque de correspondance. Vous interagissez constamment avec la nature à la mesure de la similitude et de la puissance des forces avec lesquelles vous vous en rapprochez.

Si rien ne changeait en nous, nous souhaiterions toujours rester dans le même état. Mais puisque les Reshimot (gènes d’information, de données) grandissent toujours et changent en nous constamment, nous sommes de plus en plus opposés à la nature et différents d’elle. C’est exactement ce que nous sentons, en tant qu’accumulation et manifestation de différents désirs inassouvis et de problèmes.

C’est ainsi que nous ressentons les forces qui font pression sur nous de plus en plus fortement, venant du côté du mal. Ces forces vont inévitablement nous obliger à nous déplacer vers le bien, c’est-à-dire à chercher comment parvenir à la similitude avec la nature.

Briser la barrière

Dr. Michael LaitmanLe problème avec le sentiment du monde spirituel, c’est-à-dire le volume dans lequel nous vivons aujourd’hui, c’est le problème de sa perception. Maintenant, nous sommes aussi au cœur de ce volume, avec notre nature, qui nous est encore cachée. Cependant, nous ne ressentons qu’une petite partie de celui-ci avec nos sens terrestres et corporels.Nous devons donc nous mettre sur la bonne longueur d’onde, pour non seulement ressentir ce qui entre dans notre petit désir égoïste. Après tout, il suffit à l’égoïsme de désirer quelque chose et nous percevons soudain ce que nous n’avions pas remarqué plus tôt.

Par exemple, quand je commence un nouveau travail, je commence à travailler avec de nouveaux matériaux et des phénomènes nouveaux, et quelque temps plus tard, je commence à ressentir avec quoi je travaille. Nous sommes nous-mêmes réglés à un niveau de perception plus fine, en créant des modèles internes des phénomènes et des objets que nous traitons. Par exemple, un ouvrier métallurgiste ressent un métal par le son et par le mouvement du ciseau. De même, les personnes liées à la nature la comprennent par signes que nous ne connaissons pas.

Nous sommes créés de sorte que le monde qui nous entoure nous est dépeint dans un système coordonné à trois dimensions. Mais est-ce vraiment le cas? D’autres créatures perçoivent le monde d’une manière totalement différente: à travers les odeurs, les vagues de la température, des ondes ultrasonores, et ainsi de suite. Toutefois, peu importe combien nous élargissons la gamme de la perception dans ce monde, nous en venons toujours à la même restriction: nous, notre capacité à recevoir ou à absorber à l’intérieur.

De cette manière, nous limitons notre perception et ne se sentons pas le vaste monde qui nous entoure. Peu à peu on commence à se rapprocher de la compréhension de ces phénomènes, ou du moins à la sensation que c’est vraiment ainsi. Toutefois, il est difficile pour nous d’y faire face et de travailler avec ce problème difficile, parce que c’est la façon dont nos corps sont construits.

Ainsi, à la suite de notre développement terrestre, il devient clair pour nous que nous sommes tout simplement aveugles. Nous ne voyons pas où nous sommes ni comment vivre. Cela nous amène à ressentir d’énormes souffrances, qui s’accumulent de plus en plus. D’une part, nous nous développons, tandis que d’autre part nous ne savons pas où et comment, ni quoi faire avec nous-mêmes.

Par conséquent, il devient tout simplement indispensable pour nous de briser la barrière qui nous sépare du monde réel. Il est nécessaire pour nous de le comprendre parce que nous ne pouvons pas continuer à exister de cette façon. Nous voyons déjà qu’il ya ici une certaine barrière psychologique. Que ce soit en nous ou hors de nous, nous devons la surmonter.

Lorsque le point dans le cœur s’exprime

Dr. Michael LaitmanQuestion: Si seulement le «désir» a été créé, alors qu’est-ce que l’intention? Est-ce aussi un type de désir ?

Réponse: Non, ce n’est pas cela. L’intention nous vient du Créateur. Chaque personne a un point dans le cœur, « la partie du Créateur donnée d’En Haut ».

La vérité est que nous sommes le résultat de la brisure. Avant nous, il y avait un système de l’Infini (Ein Sof), où tout le désir et la lumière ne font qu’un. Puis nous avons connu le système de la brisure des Kelim (récipients).

Qu’est-ce que cela nous a donné ? Maintenant que nous sommes ici dans le monde matériel, nous avons toujours le désir, mais au lieu de la Lumière, il n’y a que des étincelles. Notre désir est brisé et agit uniquement dans l’intention égoïste de recevoir. Au cours de l’histoire, de génération en génération, de vie en vie, il s’est développé aux niveaux minéral, végétal et animal.

Enfin, au cours de l’un de ses cycles de vie, il atteint le stade final quand un point, une étincelle de Lumière, donnée d’En Haut par le Créateur, se dégage d’une personne. « Et qu’en est-il de moi? » demande-t-elle lorsqu’elle se réveille à la vie, et c’est alors que l’homme ressent un conflit intérieur.

Au niveau animal, de tels conflits internes ne se posent pas parce qu’à ce moment-là nous nous sommes développés par les pulsions instinctives et urgentes. Nous voulions utiliser les autres à l’extrême et réussir dans tout ce que nous faisions.

Toutes les personnes, jeunes et vieilles, s’efforcent de tirer le maximum de ce monde. Elles n’existent que dans un seul désir: la volonté de recevoir du plaisir. Pensant que cela vaut la peine de vivre pour cela, elles ne se posent pas de questions sur quelque chose de plus. Après, les questions grandissent à l’intérieur, du sol fertile intérieur, et jusque là nous sommes de simples mammifères. Nous voyons les questions existentielles à travers le prisme de notre esprit et de croyances diverses.

Cela continue jusqu’à ce l’homme désespère du désir, jusqu’à ce que son point dans le cœur se déploie, ce qui caractérise notre génération. Ainsi, le point dans le cœur est le début de l’âme. C’est ce qui déclenche le développement humain.

La dernière inconnue de l’équation

Dr. Michael LaitmanLes descentes me montrent que je ne serai jamais conscient seul de l’importance du Créateur, je ne sortirai jamais de mon égoïsm et ne trouverai pas les forces à l’intérieur de moi-même. Cependant, chaque descente m’apprend des choses différentes, en éclairant différentes faiblesses, des qualités, et des phases en moi. Les descentes sont suivies par des ascensions, mais à la fin d’une manière ou une autre, je découvre toujours mon impuissance.Au début, je veux satisfaire mon égoïsme, ce qui est appelé «savoir combien d’anges il y a dans le ciel ». Puis-je tourne mon attention sur le Créateur, en souhaitant L’ «attraper», pour voir le monde spirituel. Il me semble que la porte des changements doit s’ouvrir devant moi plutôt qu’à l’intérieur de moi.

Et enfin, je commence à comprendre que les changements doivent se produire à l’intérieur de moi. J’attrape le fil de la réponse à ma question: la rédemption doit venir de l’extérieur parce que je ne suis certainement pas en mesure de le faire par moi-même.

Ce travail est effectué avec l’aide des descentes et des montées jusqu’à ce qu’une personne sorte sur le seuil de la vérité, ayant compris que tout dépend d’elle, du changement de sa perception. La Lumière vous donne des forces pour le faire, vous ne les trouverez pas à l’intérieur de vous.

Notre demande est toujours égoïste, mais on baisse déjà la tête devant la Force Supérieure pour nous transformer. Puis peu à peu on est d’accord avec le fait que tout vient d’En Haut.

À l’étape suivante une personne comprend qu’elle doit acquérir la qualité du don sans réserve au lieu de la qualité de la réception. Sa demande est égoïste, mais c’est déjà un pas en avant.

Après cela, on travaille avec l’environnement afin d’obtenir la Lumière qui va nous élever au trésor spirituel. En apprenant à connaître la notion de groupe, on se rend dépendant de lui, espérant toujours obtenir un avantage pour soi-même.

Après cela, la Lumière amène vraiment une personne à nouveau à la Source. C’est parce qu’on a tout construit correctement et qu’un seul paramètre reste à changer: l’intention, le résultat final – de qui veut-on atteindre le bénéfice ?

C’est ainsi que nous réduisons le chemin d’accès: en se tournant vers le Créateur à travers le groupe avec la demande correcte.