Category Archives: Kabbale

La porte n’est plus verrouillée

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam , « Un discours de conclusion du Zohar  » : Tout au long des générations, ceux qui se sont élevés et ont été récompensés de Dvékout étaient peu nombreux, comme nos sages ont écrit à propos du verset , « j’ai trouvé une personne sur mille, un millier entre dans la la pièce et un sort à la lumière », qui signifie à Dvékout et atteinte.

Ainsi, de nos jours, dans la génération du Messie, tous les milliers de personnes qui entrent peuvent sortir à la lumière, à l’atteinte. Bien sûr, cela prend beaucoup d’efforts car sinon nous n’aurons pas de récipients spirituels. Cependant, en haut, il n’y a plus de limite et tout le monde peut recevoir le soutien de nombreuses personnes le long du chemin, qui aspirent à la même chose.

En outre, le monde se détériore et se dirige vers un abîme et l’anéantissement, qui fournit également des raisons qui justifient la démarche spirituelle à nos yeux. Même l’ego lui-même est d’accord et approuve, dans l’espoir de faire un grand profit.

Alors la porte vers la dimension spirituelle est vraiment ouverte à tout le monde à la génération du Messie. C’est parce que les Reshimot ( souvenirs ) qui se révèlent en nous sont si corrompues et nous sommes totalement à l’opposé du monde spirituel et nous sommes au point le plus éloigné de lui. Donc, il n’y a plus de limites ici, tout le monde qui suit ce chemin est promis d’en haut que «si vous faites un effort, vous recevrez ».

Autrefois, même de grands efforts ne garantissaient pas le succès. Une personne faisait de grands efforts et n’atteignait toujours rien, mais quelqu’un d’autre pouvait entrer grâce à son aide. Toutefois, sa contribution a été préservée . Ainsi, le système n’a pas atteint la phase finale de correction.

D’autre part, le temps de l’état final est venu. Nous corrigeons une telle couche profonde du système que les comptes précédents sont annulés. Toute personne qui fait un effort recevra une récompense, dans le récipient spirituel.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 22/12/13 , Écrits du Baal HaSoulam

Appliquez la théorie dans la vie quotidienne

Dr. Michael LaitmanSi nous n’appliquons pas la sagesse de la Kabbale dans la pratique dans le groupe, dans nos relations avec d’autres personnes, alors je flotte dans l’air mal interprétant et n’ayant même pas le sentiment que je me trompe. Avec les amis, nous devons décider qu’il est temps de corriger les relations mutuelles entre nous.

Nous nous tenons debout autour de la haine mutuelle, incapable de faire face à elle, ou tout simplement sans respect les uns vis à vis autres et ne pouvons pas la corriger. Je ne me soucie pas des amis, je ne veux pas y penser et même si je veux penser à eux, alors cela conduit généralement à la répulsion et au dégoût et non à des sentiments positifs. En bref, nous avons une base de travail et ce n’est que dans un cercle général que nous pouvons parvenir à l’unité.

C’est la seule raison pour laquelle nous nous tournons vers le Créateur et c’est la seule chose que nous exigeons de Lui, même si elle est audacieuse et difficile : « Vous nous avez promis, Vous devez tenir ce que vous avez promis.  » Pas de problème, Il se fera un plaisir de le faire aussi longtemps que vous exigez qu’Il corrige les relations mutuelles entre les amis.

Donc la question est en qoui ai-je besoin de tout cela? Théoriquement, afin de Lui  faire plaisir, mais qui est-Il ? Je ne Le connais pas. Je ne comprends pas de quoi il s’agit. Qu’est-ce que cela signifie Lui faire plaisir?

Cela signifie que lorsque l’on travaille dans le groupe et attendons vraiment la connexion, nous découvrons que ce qui manque, c’est l’aide d’une force, une force qui nous colle ensemble et nous connecte. Nous sommes impuissants par nous-mêmes. Alors, où est la force qui peut nous connecter ?

Ensuite, nous pouvons demander et élever » la prière de beaucoup,  » car c’est réellement le Créateur qui a créé ce problème pour nous. Pourquoi ? Pour que nous établissions et consolidions notre attitude envers Lui, alors nous Lui ferons plaisir dans tout ce que nous faisons.

Pourquoi ? Parce que nous allons parvenir à une équivalence de forme avec Lui, nous atteindrons la connexion et l’adhésion.

Nous devons répondre à cela non seulement au cours de la leçon, mais quand nous nous connectons ensemble et nous concentrons correctement sur le but du cours. Ensuite, notre désir collectif fonctionne.

Étudier seul ne mène à rien.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 18/12/13 , Écrits du Baal HaSoulam

Monter à partir du fond

Dr. Michael LaitmanQuestion : La nation israélienne attendait le Messie durant le temps de l’exil. Comment devrions-nous travailler avec les mêmes lacunes qui se révèlent chez les gens de nos jours ?

Réponse : Nous vivons dans une génération qui attend tout sauf le Messie. Nous vivons dans une génération qui ne veut que le matérialisme et la matière nous envahit.

Notre génération est en train de révéler la domination de la matérialité et c’est dans cette génération que le désir qui vise à la pire et la plus basse existence basique, qui est totalement dénuée de sens, est révélé.

C’est à partir de ce point le plus bas dans ce monde que nous pouvons vraiment découvrir et commencer le chemin du retour vers le but de la création.

Même si nous descendons le long du chemin, ces descentes sont déjà des ajouts de la Lumière qui nous montrent combien nous sommes opposés à elle…

Le Baal HaSoulam dit dans l’Introduction au Livre du Zohar, article 63 : « En conséquence, dans notre génération, bien que l’essence des âmes soit la pire, de ce fait elles ne purent être sélectionnées pour le Kedousha, elles sont celles qui complètent le Partsouf du monde et le Partsouf des âmes conformément aux Kélim, et le travail se termine uniquement par eux.

 A présent que les récipients de NHY sont achevés, et tous les Kélim de Rosh, Tokh et Sof sont dans le Partsouf les pleines mesures des lumières dans Rosh, Tokh et Sof, sont à présent étendues à toutes celles qui le mérite, soit NaRaN complet. Ce n’est par conséquent, qu’après l’achèvement de ces âmes inférieures, que les plus hautes lumières pourront se manifester et pas avant. »
Le récipient doit être aussi profond que la hauteur de la Lumière qui s’habille en lui.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 19/12/13, Écrits du Baal HaSoulam

Tout le monde peut

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam , « discours de conclusion du Zohar  » : Tout au long des générations ceux qui montèrent et ont été récompensés de Dvékout étaient peu nombreux, mais dans la génération du Messie, tout le monde peut atteindre Dvékout et l’atteinte.

Les conditions restrictives à travers l’histoire, à chaque génération, dans chaque état et des circonstances où vivaient les kabbaliste, ne leur permettaient pas d’atteindre la fin de la correction et ainsi leurs atteintes et révélations étaient incomplètes.

La seule exception dans l’histoire est le cas de Rabbi Shimon et de ses élèves. Ce petit groupe a été spécialement autorisé à révéler toute la réalité, le processus et l’objectif de sorte qu’ils vivraient ces bases depuis le début de l’exil, de l’état avant la destruction du second Temple, d’Israël corrigé à la nation d’Israël qui est totalement corrompue et dispersée. Ainsi, nous serons en mesure de revenir sur le chemin qui nous mènera au bon état​​.

Donc, à chaque génération, il n’y avait que certaines personnes qui ont atteint le monde spirituel, tandis qu’à la notre tout le monde peut . Il n’y a pas de limites en haut et tout dépend de la capacité d’une personne à se connecter à des amis. L’individu est impuissant et incapable de quoi que ce soit, mais il peut se connecter aux amis dans le groupe et ainsi atteindre l’objectif .

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 19/12/13 , Écrits du Baal HaSoulam

Une route pavée de pierre qui font trébucher

Dr. Michael LaitmanQuestion: Qu’est-ce que être sous la direction d’un enseigant spirituel ? Est-ce comme un voyage avec un guide touristique à Londres ou comme lors d’une dangereuse escalade de montagne où vous ne pouvez pas faire un pas à gauche ou à droite sans un guide car vous pourriez tomber ?

Réponse: Dans une excursion à Londres, vous pouvez écouter d’une oreille le guide touristique et en même temps vous promener comme vous le souhaitez . Mais est-ce comme la voie spirituelle, dont vous ne savez rien ?

Vous devez saisir la spiritualité. Le guide vous dit que pour entrer dans la spiritualité, vous devez respecter certaines conditions, mais vous dites que vous n’acceptez pas la moitié de ces conditions, mais continuez à suivre le groupe. Comment est-ce possible ? Pouvez-vous gravir une montagne si vous n’acceptez pas la moitié des instructions du guide ? Vous devez être aussi obéissant comme un bébé et totalement vous annuler dans les bras du guide.

Question: Mais je ne suis pas un bébé, je suis un adulte ! J’ai acquis une grande expérience dans ma vie et j’ai étudié avec d’autres enseignants avant.

Réponse: Vous êtes encore moins qu’un bébé ! Si vous n’avez pas écouté les conseils du guide, vous êtes comme un adulte avec le petit cerveau d’un bébé qui ne laissent pas les autres prendre soin de lui. Il existe des lois strictes ici qui ne peuvent pas être modifiées. Vous ne pouvez pas demander la miséricorde comme au tribunal. Dans la cour, vous pouvez toujours pleurer et demander miséricorde. Mais ici, il n’y a pas de manipulations qui vous aideront : Il y a une loi , « Il a donné une loi qui ne peut être violée .  » Choisissez : l’acceptez-vous ou pas ?

Il y a beaucoup de gens qui escaladent des montagnes et il y a toujours ceux qui trébuchent et tombent dans l’abîme, et retournent sous la domination des forces égoïstes, la Sitra Akhra. Seuls quelques-uns atteignent le palais du roi qui est le sommet de la montagne : ceux qui ont de la patience, ce qui signifie qu’ils essaient aussi dur que possible de suivre le guide, en dépit des pensées qu’ils peuvent avoir et contre leur propre esprit .

Ce sont les petites différences qui déterminent tout où vous rencontrez la résistance de votre esprit et ne pouvez pas surmonter ses exigences et faire le contraire par rapport à ce que l’enseignant ou le Baal HaSoulam demande de vous. C’est parce que vous êtes d’accord avec tout le reste de votre ego, mais ici vous rencontrez ce qui est contre votre ego et c’est ici que vous devez demander de l’aide et vous élever.

Ce sont les points que vous rencontrez et que vous ne pouvez pas surmonter. Ils se connectent et deviennent une ligne, un chemin qui vous amène au palais du Seigneur. Il est impossible d’avancer d’une autre manière. Vous dites :  » Mais je suis d’accord avec tout le reste !  » C’est merveilleux que vous soyez d’accord, mais tout le reste n’a rien à voir avec la spiritualité. La spiritualité est seulement dans les endroits où vous n’êtes pas d’accord !

Vous n’avancez que par les points où vous n’êtes pas d’accord : un point après l’autre. Vous devez être d’accord avec eux, sous l’influence de l’environnement, l’étude, etc, mais votre accord n’a pas à être pragmatique. Si vous acceptez de diffuser comme l’enseignant le demande parce que vous espérez recevoir une récompense, il ne fonctionne plus dans la foi au-dessus de la raison, mais pour une récompense corporelle.

Nous devons être prudents dans l’utilisation des points de friction et non ce qui les rend intéressants. Vous ne pouvez pas accepter de diffuser afin de sentir que vous avez un grand standing devant une couronne ou pour faire de l’argent. Vous devez suivre ces points d’achoppement dans la foi au-dessus de la raison et puis ces points vont se transformer en une ligne.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 13/12/13 , Écrits du Baal HaSoulam

Un millier entrent dans la salle et tous sortiront à la lumière

congrès, groupeQuestion: On dit qu’un millier entre dans une pièce et qu’un seul est honoré de la découverte du Créateur. Par conséquent, je suis mort de peur, ai-je le potentiel de découvrir les Reshimot ?

D’une part, je comprends que le travail spirituel est un grand avantage et en même temps je ne peut pas être libéré de la peur. Comment doit-on travailler avec ça?

Réponse: Nous savons que des centaines de millions de gens veulent être riches, célèbres et contrôler. Combien d’entre eux atteignent ce but?

Le but spirituel est obligatoire pour tous. L’expression que mille entrer dans une pièce et qu’un seul atteint le but appartient aux kabbalistes des générations précédentes. A cette époque, il n’était pas nécessaire que tout le monde  atteigne les mondes spirituels et les personnes qui le méritaient agissaient selon des lois très complexes. Elles ont dû maintenir des conditions très rigides et difficiles pour entrer dans le monde supérieur.

De nos jours, chaque foyer, chaque personne ordinaire, d’Amérique du Sud, de Sibérie, d’Israël, des États-Unis et d’autres régions peut atteindre ceci sans aucune préparation, le désir s’enflamme tout simplement en elles et c’est tout. Nous entrons dans un état comme celui-ci où tout le monde sans exception doit avancer vers le but.

Nous nous adressons même à ceux qui n’ont pas cette volonté , afin d’éveiller en eux et prévenir un avancement sous l’influence de la souffrance parce que le monde est déjà dans un état menaçant, nous voyons où tout va. Par conséquent, la condition dans laquelle,  » un millier entrent et un sort  » n’est pas pertinente pour nous. Aujourd’hui tout le monde doit aller dans le monde spirituel, même ceux qui ne sont pas encore entrés, sans parler de ceux qui sont comme nous.

Aujourd’hui, cette condition ne fonctionne pas, oubliez là. Les kabbalistes nous rappellent simplement que, pour nous inciter un peu, car, en dépit de tout cela, il faut se rapporter à ceci  très sérieusement. C’est en notre pouvoir .

Les kabbalistes nous disent apparemment : agissez dans ces cadres où vous le pouvez et vous réussirez. Cela revient à dire que vous devez consacrer tout votre temps libre à un travail intérieur. Au moins, il est nécessaire d’essayer de diriger notre intention vers ceci tout le temps.

Du congrès virtuel de Moscou  » unité sans frontières  » 1er jour 13/12/13 , Leçon 1

Remettre ma vie entre les mains d’un guide

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam est notre guide et cela signifie que je dois accepter tout ce qu’il ya dans ses livres comme la vérité absolue. Si je peux comprendre ce qu’il dit avec mon propre esprit, alors je l’accepte bien sûr, mais même si je ne comprends pas, je dois accepter, même sans comprendre. Sinon, je n’atteindrai pas le but désiré.

Un guide signifie qu’il est deux pas devant moi en me dit : « Suivez-moi, à droite, à gauche, tout droit  » Et je le suis. Je ne vois pas la route, mais il voit et marche devant moi. Quand je lève mon pied afin de marcher en vue de la prochaine étape, je ne sais pas où le mettre et je lui demande : « Dois-je le poser de cette façon  » Et il me répond :  » De cette façon ! Maintenant un peu plus vers la gauche. Pas de cette façon, un peu plus à gauche  » Et je suis ses instruction. Ceci suivre le guide.

C’est pareil dans notre monde. Si je fais de l’alpinisme ou vais dans un autre endroit dangereux où je ne connais pas la route, je mets ma vie entre les mains du guide. Ce n’est pas une visite guidée à Londres, il est appelé une source, un guide.

Le guide du groupe Bnei Baruch est le Baal HaSoulam. Si vous souhaitez étudier avec nous, vous devez savoir que nous étudions selon notre source. Si non, alors vous devriez chercher un autre endroit pour étudier. C’est ce que le Rabash m’a dit quand je lui ai demandé comment je pouvais être sûr que j’étais au bon endroit. J’avais trente ans, plein d’énergie, j’avais tout : la santé, la famille, l’argent, tout ce qu’il fallait dans la vie. Je lui ai aussi posé la même question : «Je vous suis et je dois consacrer 20 années avant d’atteindre quelque chose, si je trouve que ce chemin est mauvais, je le découvre à 50 ans et il serait déjà trop tard de corriger quoi que ce soit dans les quelques années qu’il me restera. Comment puis-je être sûr maintenant que je suis au bon endroit » Et il a répondu :«Va chercher le bon endroit.  »

J’ai été déçu par la réponse. Je pensais que s’il était un guide spirituel, il devais me conseiller de faire le bon choix. Mais ce fut son conseil: « Vous devriez chercher pour vous-mêmes, je ne peux pas vous le dire.  » Si vous choisissez un endroit, vous devez accepter l’enseignant et le suivre aveuglément. Il devient votre tête.

Donc, si quelqu’un doute de moi, vous devriez me juger par rapport àce que dit le Baal HaSoulam. J’en serai trop heureux puisque je vois ma mission comme le présenter au public. C’est ainsi qu’une une personne devrait vérifier si ce chemin est bon pour elle ou pas, c’est une perte de temps d’étudier si l’on n’accepte pas cette méthode .

Mais si une personne a déjà décidé d’étudier dans l’un de nos groupes, elle ne peut accepter une partie de ce que nous étudions et rejeter les autres parties. Il s’avère qu’elle prend une décision basée sur son ego, pensant qu’elle est plus importante que le chemin que nous suivons et étudions. Je respecte son opinion, mais il est impossible d’avancer si l’on n’accepte pas cette méthode au-dessus de la raison. Parfois, lorsque vous rejetez mais encore accepter l’esprit de la partie supérieure, vous pouvez avancer, mais si vous n’êtes pas d’accord avec l’enseignant sur ​​les actions corporelles puisque vous jugez par votre esprit corporel, sur le plan corporel, alors il ne peut en être ainsi. Il est clair que vous devez les exécuter et vous devez les exécuter dans la foi au-dessus de la raison.

Là où la foi est impliquée, l’influence du groupe est nécessaire. C’est très simple: soit vous acceptez et acceptez les choses ou vous n’appartenez pas et n’avancez pas sur notre chemin d’un seul pas. Une personne doit calculer les choses et si elle n’est pas d’accord avec l’enseignant quand il s’agit de questions matérielles, alors elle ne sera certainement pas d’accord quand il s’agira de questions spirituelles. Elle ne se fait que des illusions que dans la spiritualité tout va bien, mais son travail ne mènera à rien. C’est la raison pour laquelle très peu de gens atteignent l’objectif.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 13/12/13 , Écrits de Baal HaSoulam

Equilibre, émotion et intellect

Dr. Michael LaitmanQuestion: Je sens que je suis submergé par des sensations internes qui me sont incompréhensibles: beaucoup d’enthousiasme faisant que je pourrais exploser. Que dois-je faire, mettre en place une sorte de barrière et me dire que je ne veux pas ?

Réponse: Je pense que ce n’est que le stade de début de votre familiarisation avec la sagesse de la Kabbale, avec le groupe, avec les forces qui agissent dans cette société. En règle générale, un état comme cela est ptopre aux nouveaux étudiants. Ils se trouvent dans une sorte de surexcitation, overdrive, dans une phase de transition unique.

En général, lorsque nous connectons un dispositif à un réseau électrique ou électronique une première décharge traverse, et tout d’un coup des processus transitoires arrivent et après que tout se calme et entre dans un état normal. Je pense que c’est peut être cela, quand vous êtes toujours dans un tel état et il est donc nécessaire d’attendre que cela passe. Si l’étude vous influence de cette façon, alors en règle générale, dans cet état, il est très important de parler plus avec les amis, pour essayer d’équilibrer l’émotion à l’action.

Je vous conseille de consacrer plus de temps à l’étude  de  » La Préface à la sagesse de la Kabbale  » ou L’ étude des dix Sefirot , où, le langue kabbalistique scientifique sec explique ce qui se passe avec les désirs, avec leur brisure en cinq étapes, en cinq mondes en d’autres termes, aller plus dans la science. Elle détend vraiment une personne parce qu’elle a une influence très profonde et positive non pas sur les émotions, mais sur l’esprit. Essayez d’équilibrer le cœur et l’esprit.

Vous trouverez quelques amis avec lesquels vous pouvez apprendre la sagesse de la Kabbale ensemble et ne pas être impliqué dans toutes sortes d’activités psychologiques au sein du groupe. Elles sont obligatoires, mais il est nécessaire de les équilibrer. Je le sais de mon expérience et de l’apprentissage avec le Rabash.

Quand je lui ai amené 40 élèves et que nous avons commencé à travailler avec eux, il y avait aussi des anomalies similaires entre eux. Une partie d’entre eux ont participé seulement à l’apprentissage  » sec » , d’autres ont estimé que c’est une surcharge émotionnelle` de telle sorte qu’ils ne pouvaient rien faire avec eux-mêmes. Il y avait un problème avec ces premiers et ces derniers. Dans de tels cas, le Rabash a toujours  ordonné : ajouter une chose, enlever une deuxième chose et ainsi de suite, comme un bon cuisinier qui sait précisément combien de grammes d’épices ou d’autres additifs sont nécessaires pour fournir le plat avec le goût final. Si vous allez apprendre dans un groupe avec des amis et équilibrer vos émotions à travers une étude sérieuse, vous verrez quel bond vous ferez.

Du congrès virtuel de Moscou  «Unité sans frontières  » 1er jour 13/12/13 , Leçon 1

Une échelle vers le haut

Dr. Michael LaitmanPersonne, sauf le Baal HaSoulam n’a expliqué les termes «réalité », « divinité» et « Torah» si clairement et d’une manière qui convient à notre génération et qui nous permette de tout expliquer sous la forme de lois de la coopération mutuelle entre la la lumière et le récipient, car il n’y a rien à part cela et tout en découle. Toutes les autres perceptions ne sont que des philosophies logiques. C’est de plus en plus clair pour l’humanité parce que les gens sont en développement. Donc, nous devrions attendre jusqu’à ce qu’ils comprennent à quel point ils se sont noyés dans tous les arguments et les philosophies.

C’est de cette façon. Nous avons également été dans la même position. C’est même une bonne chose que certains d’entre eux sont en désaccord avec nous et veulent nous humilier parce que la force de clarification se révèle plus clairement et le vrai sens du terme « divinité» sera compris.

Donc, par tous les moyens, ils devraient y avoir des forces d’opposition. Je suis vraiment heureux d’entendre parler des objections et je ne veux pas me débarrasser d’elles ni les effacer. Elles conduiront effectivement à plus de clarifications. Ainsi notre monde, qui vit dans un mensonge, atteindra la clarification de la vérité par ces objections.

Baal HaSoulam a reçu l’autorisation de divulguer la sagesse de la Kabbale à notre génération. Aucun autre kabbaliste n’a reçu cette autorisation. Même le Ari n’a rien écrit par lui-même; tout son travail a été rédigé par son élève, Rabbi Haïm Vital. Personne dans l’histoire n’a écrit ou expliqué clairement ce dont nous avons besoin pour mener à bien et accomplir la fin de la correction. Sans le Baal HaSoulam nous ne serions pas en mesure d’aborder la correction que nous commençons en fait à réaliser maintenant.

Nous produisons également une grande quantité de matériel, mais ce ne sont pas des commentaires du Baal HaSoulam mais des ajouts sans lesquels les propos du  Baal HaSoulam ne seraient pas compris. Nous voulons seulement les rendre plus facile pour les gens pour qu’ils comprennent et perçoivent ses mots.

Ses livres sont les sources qui seront utilisées par la prochaine génération comme une échelle. Nous ne l’aidons qu’à trouver cette échelle, à s’approcher d’elle et de commencer à la grimper. C’est également un travail très important et je suis très fier de lui, mais c’est encore seulement une préparation pour l’ascension.

Comme pour les autres sciences, elles ne vont pas aider. Elles ne font qu’étudier les différents phénomènes et les connexions mutuelles, mais elles ne peuvent pas découvrir leur propre moteur. C’est la lumière qui fait tout fonctionner et tout le reste est le désir, le récipient, qui est également caché des scientifiques. C’est parce que le désir et la Lumière sont deux forces divines qui ne peuvent être trouvées dans la matérialité. Nous ne voyons que les effets de leurs actions, mais ne connaissons pas leur essence.

Qu’est-ce que le désir ? Vous pouvez dire que c’est de l’énergie, vous pouvez dire que c’est la force d’attraction ou de rejet. Mais le désir lui-même est déjà une question spirituelle.

Alors seule la Lumière qui ramène vers le bien et non la science ordinaire, peut nous développer et nous faire ressentir ce qu’est le désir, c’est comme si je regardais en moi-même avec un microscope spécial qui pénètre la matière. C’est comme si elle disparassait et je ne regarde plus des protéines ou des cellules, mais plutôt, je découvre la force de la volonté de la Lumière qui ramène vers le bien et commence à travailler avec elle. Je ne savais pas cela avant. En fait, je ne connaissais que mon ego et je voulais toujours quelque chose pour moi. Mais ce n’est pas la force spirituelle.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 09/12/13 , Écrits du Baal HaSoulam

Déterminons notre destin par nous-mêmes!

Dr. Michael LaitmanNous avons atteint un état dans lequel la Lumière Environnante commence déjà à toucher toute l’humanité. Maintenant tout dépend de la personne. Nous avons achevé la première phase de notre évolution qui a été déterminée par la Lumière seule.

Il s’agissait de la phase dans laquelle nous nous sommes développés sur les niveaux de la nature minérale, végétale et animale. Ce fut la période qui a duré jusqu’au temps du Ari, lorsque nous n’avions pas le choix : nous devions tomber pour être mélangé à leurs désirs.

Mais à partir de l’époque du Ari et au-delà a commencé l’ascension, une période de correction, jusqu’au temps du Baal HaSoulam, qui stipule déjà que nous devons commencer ce travail de correction et comprendre que tous les préparatifs de l’En-Haut sont terminés. Cela signifie que la descente des récipients et l’incorporation des récipients sous l’influence de la Lumière Environnante ont pris fin. Maintenant, nous pouvons utiliser la Lumière Environnante afin de s’élever au-dessus grâce à notre travail et déterminer le temps par nous-mêmes.

Tout est prêt pour notre correction ! Ainsi, il n’est pas nécessaire de compter si telle Mitsva (commandement) est légère et telle est grave, quels sont les bons moments et quels sont les mauvais : tout dépend de nous maintenant, de la façon dont nous organisons notre travail. Ensuite, nous allons dépasser les notions de temps, de mouvement et de lieu, au-dessus de ce que nous vivons, et nous allons déterminer notre destin par nous-mêmes grâce à la force de notre connexion de plus en plus grande.

Il est écrit : « Soyez prudent avec une Mitsva légère tout comme avec une sévère. » Cela signifie que nous devons nous élever au-dessus de tous nos états : nous ne savons pas par quoi nous sommes récompensés. Afin d’atteindre la récompense, nous devons tout simplement nous connecter et ainsi nous allons déterminer nos montées et descentes, le rythme de notre progression et chaque état ​​par nous-mêmes. Nous allons commencer à percevoir et à ressentir tous les états comme plus efficaces et plus bénéfiques, et nous allons justifier davantage chaque état jusqu’à ce que nous justifiions enfin toute chose !

Ainsi, nous allons atteindre un état qui est un jour complet, un état de la Lumière éternelle qui brille durant tout le chemin jusqu’au monde de Ein Sof (Infini). Nous découvrons que nous avons toujours été là et que nous n’avions qu’à changer notre perception, notre attitude, corriger nos récipients afin de voir cela.

Nous ne devons jamais oublier que chaque correction est uniquement dans la connexion entre nous qui augmente en force constamment, en qualité et en quantité.

De la préparation au cours quotidien de Kabbale du 04/12/13