Category Archives: Kabbale

Le Livre du Zohar et la nouvelle génération

Dr. Michael LaitmanQuestion: Dans le cadre de la diffusion à grande échelle, nous sommes essentiellement engagés avec la méthode intégrale. Mais avec cela, nous avons adopté une version du Livre du Zohar avec le commentaire du Baal HaSoulam. Quel est le rôle du Livre du Zohar vis à vis du grand public ?

Réponse: Je suppose que le temps viendra et avec lui, l’intelligence et la compréhension viendra, après des conférences d’introduction et des événements que nous organiserons sur le thème de l’éducation intégrale, nous pouvons amener les gens à la source, à la sagesse de la Kabbale. Car c’est seulement à partir de là que nous tirons la connaissance, la compréhension, la puissance, la vérité et l’objectif.

Dans tous les cas, nous devons le faire, nous devons révéler la science, la sagesse, la logique et la base conceptuelle aux gens. D’où, comment et pourquoi avons-nous notre méthode ? C’est à nous d’expliquer l’action des forces naturelles scientifiquement, pour expliquer que le Créateur est une caractéristique et non une croyance en une sorte d’esprit.

Donc, progressivement nous éduquons la génération, nous enseignons la psychologie intérieure de groupe, nous avançons à travers l’apprentissage et nous parlons des forces qui agissent en nous, du bénéficice qu’il est possible de produire de la connexion. Et c’est ainsi que nous faisons prendre conscience aux gens ce qu’est la sagesse de la Kabbale.

Tous les articles sociaux du Rabash expliquent comment nous connecter correctement afin de découvrir en nous une sorte de nouvelle sensation qui peut être appelée le Créateur. C’est ce que le Baal HaSoulam écrit dans ses articles. Comment nous intériorisons la compréhension de notre réalité dans la conscience, dans un cadre, qui peut être commandé et compris à travers les filtres de notre absorption ? Tout cela est une matière scientifique, très empirique.

Il n’est pas fortuit que le Baal HaSoulam ait rejeté la philosophie dans tout ce qui est basé sur la science spirituelle. Donc, nous voulons aussi agir de façon rationnelle et amener le monde entier à une approche de ce genre. Tout d’abord, c’est à nous d’être conscients de la bonne façon. Mais pour l’essentiel, le but est précisément de les transformer en connaissances communes.

Et ici, il est logique que par une approche rationnelle vous montiez en permanence à un état inconnu. C’est précisément la bonne approche : à chaque étape, nous nous échappons de nos limites précédentes. Nous ne sommes pas prêts à le faire nous-mêmes, mais il y a un niveau plus élevé d’où nous tirons la force qui nous développe et nous attire à elle.

C’est un fait scientifique. Selon les données scientifiques c’est ce qui se passe dans l’évolution de la nature dans notre monde.

Et pour expliquer cela aux gens, nous avons besoin du Livre du Zohar, même simplement le lire dans un cercle avec l’étude scientifique rationnelle des lois de l’évolution, les religions, les croyances, la substance de la création, la perception de la réalité et ainsi de suite. Vous verrez que notre réaction à l’étude séparée sera correcte et utile si elle est la préparation pour la lecture du Livre du Zohar et à un niveau inférieur, de L’étude des dix Sefirot.  »

Dans Le Livre du Zohar se trouve l’intensité dont nous avons besoin, il est si fort que nous devons la recevoir en » petites portions « . Et puis nous, nous-mêmes, allons commencer à découvrir ce dont ce livre parle.

Nous vivons dans une génération qui est prête à découvrir ce que les kabbalistes,en commençant avec Rabbi Shimon jusqu’au Baal HaSoulam, n’ont pas découvert. Cela leur a été refusé en raison de la période de l’exilqu’ils ont dû traverser. Mais nous, à partir d’aujourd’hui, selon ce qu’a écrit le Baal HaSoulam, nous sommes au seuil de la rédemption, car c’est la première fois que nous sommes prêts à utiliser le potentiel du Livre du Zohar.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 24/11/13 , Écrits du Baal HaSoulam

De découverte en découverte

Dr. Michael LaitmanLa sagesse de la Kabbale est une science très pratique. Adam l’a découvert et nous en parle dans son livre, Sefer Raziel HaMalach. Après cela, Abraham a poursuivi l’investigation et après lui d’autres kabbalistes dans différentes générations.

En général, nous découvrons quelque chose de nouveau dans le monde tout le temps. Et ce qui est découvert aujourd’hui n’a pas été découvert par les Kabbalistes du passé. De la même manière, les physiciens du 21ème siècle en savent aussi davantage sur le monde que leurs prédécesseurs. C’est la nature de la connaissance scientifique du monde.

Ici, nous, avec vous, développons également la méthode kabbalistique tout le temps, en allant de l’avant et à la suite de cela, nous découvrons des choses aujourd’hui qui étaient jusque-là inconnues. Et ce qui sera découvert demain, nous ne le savons pas. Personnellement, je peux examiner l’avenir parce que je suis devant vous de quelques étapes, mais l’évolution générale des groupes et du monde ne sera dévoilée uniquement dans la mesure où ils seront prêts pour cela. En général, les contours de l’ image de l’avenir me sont connus, mais chaque niveau, chaque changement est révélé seulement selon le degré de préparation du groupe.

Par conséquent, plus vous devenez fortement consolidés, plus vous serez proches de moi, plus je pourrais m’exprimer. Alors tous ensemble, nous découvrons la méthode de correction actuelle, correcte et appropriée pour notre époque, et de cette manière nous allons commencer à la réaliser, nous allons profiter de ses fruits…

Du « Congrès virtuel en Amérique », 2ème Jour, Leçon n°3 du 17/11/13

La dernière goutte

congrès, groupeQuestion: Qu’est-ce qu’un  » Séa  » – une mesure de l’effort nécessaire après laquelle une personne entre dans le monde spirituel ? Qui détermine cette mesure? Selon quels signes il est possible d’examiner que j’ai rempli ?

Réponse: La mesure de l’effort (Séa) est déterminée en fonction des niveaux spirituels. Il y a 125 niveaux qui établissent la relation entre les Lumières et les Kelim ( récipients) et les conditions pour passer de niveau en niveau. Au niveau de ce monde, l’ensemble du minéral est équivalent à un végétal, l’ensemble de la végétation est équivalent à un animal et l’ensemble de l’animal est équivalent au  » parlant « . Et au niveau supérieur, l’ensemble du parlant est équivalent à un minéral spirituel, tout le minéral est équivalent au égétal et ainsi de suite .

Mais comment est-il possible de percevoir une relation comme cela dans le but de s’assimiler tous ensemble à un composant du niveau supérieur ? Le Créateur organise et arrange notre groupe de cette façon, nettoyant toutes les personnes qui deviennent des déchets en son sein et en laissant tout le reste dans une telle forme que nous avons maintenant. Et il laisse même parmi nous des personnes qui n’entendent pas les conseils sur la façon dont il est nécessaire de travailler, mais l’essentiel est que ceux qui l’ont entendu se connectent en un seul tout. C’est ce qu’on appelle  » l’ensemble du niveau minéral est l’équivalent au végétal.  »

Quand nous essayons de nous connecter en un seul, alors la lumière supérieure agit sur nous et nous relie vraiment dans une connexion interne. Et alors nous nous élevons au niveau suivant.

De la 3ème partie du cours quotidien de Kabbale 27/09/13 , le Talmud Esser Sefirot

Avant l’aube

Dr. Michael LaitmanNous sommes très près de la correction maintenant. En fait, nous sommes la réalisons déjà en pratique.

Alors, pourquoi  l’humanité semble t-elle plus égoïste maintenant ? Pourquoi ne voyons-nous pas le résultat de nos efforts ?

Le point est que les gens n’ont pas encore de raison de changer pour le mieux. Le désir égoïste général continue de se développer et n’a pas encore atteint sa correction  Au contraire, il empire de jour en jour.

Ici, nous devons expliquer la phase qui précède la correction.

Si le désir d’une personne était petit, elle ne penserait rien, sauf à la nourriture, l’eau et le sommeil. Quand son désir grandit, elle aspire à mieux connaître le monde, voir de nouveaux endroits, de naviguer sur les océans, etc, alors elle veut sortir dans l’espace et explorer les étoiles, pénétrer l’atome et  l’étudier ; quand le désir se développe encore plus, une personne commence à regarder à l’intérieur d’elle-même: «Qu’est-ce qui m’arrive ?  tout  se finira demain quand je mourrai ? Y a t-il autre chose derrière ce «rideau» ?  » Ce que ses sens peuvent percevoir n’est pas suffisant pour lui et maintenant elle veut s’élever au-dessus et savoir s’il y a quelque chose avant et après ce qu’elle perçoit.

Tout cela découle de notre désir. Quand nous nous développons, il ne cesse de croître jusqu’à ce que certaines personnes commencent à aspirer et veulent savoir ce qu’elles vivent et ce que le sens de la vie est, ce qui leur arrive et dans le monde, ce qui est au-delà de leur existence et quele force les active. Une personne sent qu’il ya une certaine force et elle veut savoir, ouvrir la «boîte» de ce monde et pénétrer ses secrets, découvrir le secret de la vie et de son sens.

Dans le passé, très peu était intéressé par ces questions, mais aujourd’hui, il y a des millions qui s’y intéressent et atteignent la sagesse de la Kabbale. Aucune autre méthode ne peut les satisfaire. Pas un passe-temps, pas la religion et aucune autre méthode ne peut fournir la réponse. Le désir lui-même les oblige à atteindre la sagesse de la Kabbale car il se développe.

Notre monde est en train de sombrer dans une profonde obscurité. La raison en est que lorsque le désir se développe et ne reçoit pas de satisfaction, la vie semble sombre.

Du congrès virtuel d’Amérique 1er jour 16/11/13 , Leçon 1

Le but de l’être humain

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam,  » De l’enseignement de la Kabbale et de son essence » : Et la chose la plus importante dans toute cette réalité diverse est la sensation donnée aux animaux – que chacun d’eux ressent sa propre existence. Et la sensation la plus importante est la sensation noétique, donné à l’homme seul, par laquelle on ressent aussi ce qui est dans l’autre, les douleurs et les consolations.

De toute la création, l’être humain est le plus développé en ce qui concerne ses désirs. Comment pouvons-nous les connaître ? C’est en fonction de ses faits et gestes, qui constituent tous essentiellement l’expression de son désir intérieur.

Regardez le désordre que les humains créent dans le monde. D’autre part, les animaux ne changent rien mais se déplacent seulement dans le but de satisfaire leurs désirs, et avec le niveau végétatif, il n’y a même pas assez de désir pour bouger. Par conséquent, il s’ensuit que l’être humain est motivé par le plus grand désir. Il veut changer le monde et se changer lui-même, et pas seulement se déplacer et se développer. C’est pour cela qu’il utilise les pouvoirs trouvés au fond de lui.

Ainsi, l’être humain est au centre de la création, la créature qui a été développée à la fin de la création et pour qui toute la création a été aménagée. Par conséquent, nous devons comprendre cela : toute la réalité du minéral, du végétal et de l’animal est destinée à servir l’humain et à être utile à lui seul pour atteindre l’objectif.

Quel est l’objectif ? L’être humain doit atteindre cette puissance supérieure qui l’a créé. Elle est cachée de l’humain à la suite de la loi de l’équivalence de forme, et une personne doit se changer elle-même pour atteindre la similitude des propriétés conformément à la loi de l’équivalence de forme, et elle révélera pleinement ce pouvoir qui l’a créé. Cette identification et ce rapprochement sont appelés l’adhésion qui se révèle comme une connexion complète. C’est ce que l’être humain doit atteindre.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 14/11/13, Écrits du Baal HaSoulam

A qui donnons-nous du plaisir?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment une personne peut donner du plaisir au Créateur à chaque instant ?

Réponse: Si elle y pense tout le temps.

Chaque activité que vous effectuez dans la vie :  travailler, étudier, manger, se laver, se coucher, même à deux, cela ne fait aucune différence où et comment, toutes vos pensées doivent être orientées vers le Créateur. Pour l’ensemble du plan de la nature, toutes ses forces sont dirigées dans ce sens, afin de travailler avec le don.

Si vous agissez de cette manière, alors un champ tout à fait nouveau d’émotion commence à se révéler en face de vous, un monde nouveau. Vous commencez à voir le système de gestion qui semble maintenant caché, parce que nous ne nous comportons pas correctement en lui. Nous ne le voyons pas. Nous pourons le voir que si nous aspirons à l’amour du don, alors nous découvrirons comment il fonctionne.

Il existe une loi de l’équivalence de forme qui agit dans tous les mondes, y compris notre monde. Si je veux découvrir quelque chose, je construis un capteur qui correspond à ce phénomène que je veux découvrir. C’est la même chose, même ici, si je veux découvrir le système de forces qui gèrent le monde, je dois être avec cette caractéristique et alors elle me sera révélée.

Donc je dois me fixer dessus tout le temps, que tout ce que je fais maintenant, toutes mes pensées, désirs et actions sont uniquement destinées à donner du plaisir au Créateur, de Lui donner satisfaction.

Quelle est l’intention de donner du plaisir au Créateur ? Je ne veux pas vous induire en erreur, mais il n’y a pas de Créateur et il n’y a personne à qui donner du plaisir. En dirigeant mes pensées et mes désirs je me calibre apparemment, visant à sentir la vraie création. Mais ce qui est finalement révélé en moi est cette force qui active et gère tout et elle est appelée le  » Créateur ». Cette force ne peut être découverte qu’en moi, l’intention kabbalistique créee en moi la possibilité de sentir une autre réalité qui est parallèle à notre réalité. Si notre réalité n’existe que dans la puissance égoïste de la réception qui se développe selon un plan qui ne dépend pas de nous, que nous sommes absolument serviles, alorsquand j’entre dans une autre réalité, les possibilités de liberté absolue semble à moi.

Du congrès  » l’aube d’un nouveau monde  » en Bulgarie 1er jour 01/11/13 , Leçon 2

Anticiper l’air frais de la liberté

Dr. Michael LaitmanPendant des milliers d’années, des milliers de gens ont essayé de sortir de cette prison, le sentiment d’un petit monde étroit, mais ils n’ont pas réussi à le faire. Et cela n’a pas changé jamais ! Le désir de recevoir ne se développera jamais volontairement hors de son propre désir et ne me libérera jamais, donc je ne peux pas regarder la réalité à travers lui et voir le monde réel.

Cela n’arrivera jamais ! Au contraire, de jour en jour, je vais découvrir que mon désir de recevoir a augmenté, mais les possibilités de découverte de nouveaux phénomènes en lui sont réduites. Cela m’amène au sentiment d’exil qui m’oblige à chercher et à trouver la méthode de la sagesse de la Kabbale. La Kabbale explique que personne ne peut rien voir de plus au sein de son désir égoïste.

Je dois me réconcilier avec le fait que l’ego ne me permettra pas de sentir autre chose que ce monde. Si je veux quelque chose au-delà de cela, alors je dois changer mon attitude au sujet de mon désir de recevoir. Je vois maintenant la réalité de manière sélective, ne voyant que tout ce qui intéresse mon ego. Mais si je veux voir une image plus large plus vraie, ou au moins une image plus proche de la vérité, alors c’est à moi de mélever au-dessus du désir de recevoir, d’aller au-delà de mon désir égoïste .

Par exemple, je peux quitter mon désir de recevoir et passer dans le désir d’un ami, ou de plusieurs amis. Grâce à cela, j’ai déjà élargi ma perception et je vais sentir le monde qui existe en dehors de moi. Je dois me connecter au désir d’un ami. Si je suis capable de sentir la réalité à sa façon, alors cela sera déjà complètement différent par rapport à ce que je ressens dans mon ego. C’est ainsi que je vais me réveiller de ce rêve et m’élever au-dessus de moi. Au moins, je serai en mesure de sortir de ma boîte, hors de ma prison.

La règle générale, «Tu aimeras ton prochain comme toi-même » est dérivée de cette situation. C’est le moyen pratique qui permet à une personne de sortir de son petit cocon, ce qui nous apparaît comme ce monde à travers son prisme de l’intérêt personnel, pour s’élever au-dessus soi-même et à trouver un point de vue différent.

Cependant, pour que mon esprit soit véritablement indépendant de ma volonté de recevoir, je ne dois pas seulement sortir voir un ami ou plusieurs amis, mais c’est plutôt à moi de me connecter à une multitude d’autres désirs de recevoir individuels. Seulement à travers eux, à chaque fois sous un autre angle, je verrai la vraie réalité.

En fin de compte, tous les points de vue, les perspectives individuelles se connecteront en un seul point de vue collectif, dans une vaste observation. Cette observation va s’étendre indéfiniment jusqu’à ce que je sois complètement libre de mon désir de recevoir et à travers les désirs des autres je vais acquérir la liberté. Ma perception de la réalité ne sera soumise à aucune condition et sera tout à fait objective.

Une chose merveilleuse est que la véritable perception se fait encore sentir dans mon désir de recevoir, mais je dois créer des lunettes qui corrigent tous les défauts, les neutralisent et me donnent la possibilité de voir et de sentir la réalité supérieure.

Donc, nous disons que le travail spirituel se traduit par la nécessité de « aime ton prochain », « s’élever à la hauteur du Créateur » et ainsi de suite. Pour  nous » La Torah est expliquée dans le langage humain  » (Mishna), c’est ce que nous sommes prêts à comprendre et à ressentir. Pourtant, en réalité, il est question ici d’un changement dans la perception de la réalité.

Mais nous avons besoin pour mener à bien des activités simples et des exercices pour atteindre ce changement de perception : soit par  notre désir égoïste primitif ou soit  par le désir de recevoir qui est dirigé vers le don sans réserve. En fin de compte, j’atteins un état où mes efforts pour changer ma perception se transforment en plaisir, parce que je sens que je suis déjà proche de liberté.

De la préparation au cours quotidien de Kabbale 24/10/13

Le but de la Kabbale

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourquoi êtes-vous tellement impliqués dans ce qui se passe dans le monde et la société? Est-ce une partie de la Kabbale ? La Kabbale décrit le monde supérieur, mais pas la société de notre monde.

Réponse: Dans l’article  » L’ essence de la sagesse Kabbale,  » le Baal HaSoulam définit la Kabbale comme  » la méthode de révéler le Créateur aux créatures dans ce monde », c’est-à-dire, à ceux qui sont à un niveau naturel ( égoïste ) de développement. Le but et l’objectif de la Kabbale est de les amener au niveau de la connexion entre eux ( pour corriger la brisure de la seule âme, la chute d’Adam ), de sorte que le Créateur se révèle en eux.

Ceci est réalisé par l’éducation intégrale afin d’unir les gens dans un ensemble, comme dans un bateau, dans la garantie mutuelle ( Arvout ). C’est un travail intérieur de chacun sur lui-même, réalisé dans le collectif. C’est pourquoi la Kabbale est appelée la Torah intérieure ou la vraie Torah. Et la Torah est un remède contre l’égoïsme, comme il est dit: « J’ai créé le mauvais penchant, j’ai créé la Torah comme une épice.  »

Par conséquent , la Kabbale est révélée en ce moment pour la réalisation du projet spirituel mondial- correction de la mauvause nature humaine. Dans la mesure de la correction de l’égoïsme, dans sa partie corrigée, l’être humain sent au lieu de l’égoïsme et de la haine sans fondement,  » la propriété du don et de l’amour pour l’autre « , dans laquelle la haute direction, le monde supérieur, se fait sentir  et dans l’administration supérieure, la force correctrice  et  qui remlit du Créateur.

Nous voulons la Lumière !

Dr. Michael LaitmanNous existons dans ce monde dans un état unique créé par l’expansion de la Lumière de haut en bas. La Lumière a créé tous les récipients, les désirs, et nous sommes la seule partie de l’ensemble de cette réalité qui ait le libre arbitre afin de changer cet état et toute la nature, la création toute entière.

Toute la nature nous est donnée afin que nous puissions l’utiliser et nous élever au statut exalté du Créateur. Par conséquent, nous ne devrions pas attendre quelque chose de plus d’en haut, et si nous sommes en retard dans la réalisation des étapes où nous devrions déjà avoir changé, alors nous les éprouvons comme des souffrances.

La pression de la nature est en constante augmentation car le fait d’être inclus en elle est un moteur spécial de développement ; les diverses Lumières descendent constamment d’en haut, se manifestant avec plus de force, et éveillent de grands gènes spirituels (Reshimot) en nous. Après tout, la correction commence par le plus facile et progresse vers le plus difficile.

Mais si nous sommes en retard et ne corrigeons pas les Reshimot qui s’éveillent en nous aujourd’hui, alors demain nous accumulerons une dette avec du retard, et en augmentant la différence de deux Reshimot, celui d’aujourd’hui et celui de demain. Et le lendemain, il sera triplé, et à cause de ces Reshimot se multipliant, nous éprouvons de la douleur, c’est-à-dire la différence entre moi et la Lumière.

Au lieu de combler ce manque, en devenant égal à la Lumière, en se connectant à elle, et en devenant un seul système intégré afin de comprendre, de sentir, d’être rempli et de participer à toutes ses actions, nous agissons contre elle et continuons à augmenter notre opposition à elle.

Cette opposition est la chose même que nous ressentons comme de la souffrance parce que notre désir de recevoir veut la Lumière ! Même si nous ne réalisons pas ce que nous voulons, nous nous trouvons en face de quelque chose dont nous avons besoin, mais nous ne l’obtenons pas. Et cela est vécu comme toutes sortes de souffrances.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 18/10/10, « De l’enseignement de la Kabbale et de son essence »

Un anti-monde fondé sur une formule inconnue

Dr. Michael LaitmanIl est si difficile de révéler et d’expliquer la Kabbale aux masses des hommes ordinnaires, car c’est une réalité qu’ils ne ressentent pas. En outre, ça leur est opposé, un « anti-monde ». Et ce n’est pas seulement la réalité opposée où « plus » peut être remplacé par « moins », mais le fait même d’être à l’opposé est incompréhensible pour une personne normale car cette formule ne fonctionne pas dans notre monde. Par conséquent, il est simplement naturel que cette sagesse soit pratiquée par quelques-uns.

Même si beaucoup de gens s’accordent à dire que la Kabbale parle probablement de quelque chose de très exalté, bon et correct, ils ne sont toutefois pas en mesure de la saisir. Par conséquent, nous sommes les témoins de la manière dont l’humanité elle-même s’enfonce dans la tromperie cherchant le réconfort dans toutes sortes de substituts à la vérité : la théologie, le mysticisme et les diverses tendances « New Age ». Eh bien, que peut-on faire ? Nous devons attendre jusqu’à ce que l’humanité grandisse. Plus les autres enseignements qui prétendent révéler la spiritualité continuent de circuler, plus tôt l’humanité verra ce qui est bon et ce qui est mal.

C’est un fait bien connu que plus une personne devient populaire, plus sa valeur réelle devient vite claire. Si un médecin se fait de la publicité pour lui-même, tout le monde va se précipiter pour être traité par lui. Et s’il n’est pas un très bon médecin, avec tant de patients, il sera rapidement découvert et ils partiront.

Avant cela, il pourrait encore avoir des patients traités, mais après l’effort de publicité, en général, personne ne viendra à lui. En d’autres termes, la publicité favorise la révélation de la vérité.

C’est pourquoi les kabbalistes ne s’opposent pas aux enseignements ; laissez toute chose avoir sa place puisque tout existe en raison de la nature non corrigée du désir. Tant que les gens trouvent un épanouissement dans ces méthodes, rien ne peut être fait à cet égard. Laissez une personne faire ses propres discernements dans son égoïsme et venir plus tard à la vérité. Il y a beaucoup d’obstacles et de faux enseignements qui se dressent sur notre chemin, mais ils servent comme certains filtres qui nous aident à filtrer notre ego à travers eux.

 

Et quand une personne est finalement passée par tous ces filtres et arrête de croire en diverses forces (« dieux multiples ») et en ses propres pouvoirs, ainsi que dans toutes sortes de fétiches tels que des bracelets rouges, des talismans et des bénédictions, elle se rend compte que rien ne peut l’aider à part la Lumière Supérieure qui répare et nous ramène à la source de l’amour !

Par ailleurs, elle est certaine maintenant de savoir ce que « bon » signifie. Et ensuite, elle y vient.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 16/12/10, Écrits du Baal HaSoulam