Category Archives: Kabbale

Il ne reste plus que les kabbalistes

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quelle est la différence entre les gens spéciaux (compositeurs, chercheurs, architectes, artistes, inventeurs, écrivains, etc) et les masses? Pourquoi certains naissent doués et d’autres pas?
Réponse: Toute l’humanité est divisée en niveaux, par la puissance du «point dans le cœur», l’aspiration à la Lumière, le Créateur. Ceux chez qui cette tendance est claire devienne kabbalistes, et ceux chez qui cette tendance est moindre«deviennent» talentueux parce qu’ils sentent inconsciemment et de façon intuitive les lois internes de la Nature  supérieure et s’efforcent de les présenter dans leurs créations ou inventions. Et les masses sont appelées à mener à bien leurs instructions, à apprendre d’eux, et à  les adorer. À notre époque, les gens «talentueux» ont disparu et il ne reste plus que les kabbalistes …

Empruntez un peu de complétude

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment peut-on arriver à une équivalence avec l’enseignant, ce qui signifie de partager son point de vue et d’acquérir ses valeurs?

Réponse: Tout dépend de comment vous comprenez bien ce qui est dit par l’enseignant parce que vous ne pouvez pas comprendre son point de vue en tout cas. Il ne s’agit pas d’un équivalence extérieure, mais d’une personne qui s’annule et acquiert le récipient de l’autre, dans ce cas de son enseignant. Dans la mesure où l’étudiant se connecte aux désirs de l’enseignant, il peut avancer.

Il utilise la plénitude que l’enseignant possède, puisque l’état de l’enseignant est certainement plus complet que l’état de l’élève et l’enseignant est au moins à un niveau supérieur à celui de l’élève. Ainsi, l’étudiant peut recevoir la Lumière de Hassadim en adhérant à l’enseignant, qui l’aidera à monter plus haut au-dessus de lui-même dans la foi au-dessus de la raison, à être incorporé dans le groupe, et de voir l’étude à la Lumière du don. En adhérant à l’enseignant, l’élève reçoit des récipients spirituels par lesquels il peut déjà commencer à ressentir des actions internes, de la spiritualité.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 01/03/13, Shamati n ° 25

Apprenez de la reine Esther

Dr. Michael LaitmanQuestion: J’étudie la Kabbale depuis deux ans. Comment puis-je aider mon mari à rejoindre les études de la Kabbale s’il refuse de le faire?

Réponse: Vous pouvez l’aider dans une seule chose: ne pas l’inclure dans n’importe quoi et ne pas l’influencer en aucune façon. Juste laissez-lui ressentir que vous lui êtes reconnaissant pour vous permettre d’étudier. Sinon, ce sera pire.

Vous ne pouvez pas forcer une personne en faisant pression sur elle. Si elle ne veut pas étudier, elle en n’a pas besoin. La seule chose qui est exigé de lui, c’est qu’il ne vous empêche pas d’étudier. Cela suffit pour que progressivement il évolue de lui-même vers cela. Si vous ne mettez pas de pression sur lui, vous verrez qu’il deviendra peu à peu intéressé à ce que vous étudiez. Donnez-lui un livre qui est loin d’être la Kabbale, mais parlez de nos problèmes dans ce monde pour qu’il comprenne que ce n’est pas du mysticisme ou quelque chose comme ça.

En règle générale, agissez de façon cachée un peu comme la reine Esther. Ce n’est pas par hasard qu’elle symbolise une caractéristique particulière des femmes, une approche particulière envers l’homme dont elle ne peut s’échapper.

Les hommes sont plus directs, mais une femme peut tranquillement et calmement l’inciter à ce qu’elle désire.

Depuis la leçon virtuelle du 24/02/13

Comment recevons-nous la lumière?

Dr. Michael LaitmanNous devons comprendre que l’avenir est entre nos mains. Nous sommes ceux qui le déterminent. Si nous restons les bras croisés, rien de bon ne se passera. Nous ne devons pas penser à nous-mêmes ; il faut se soucier de la façon d’apporter la méthode de correction aux gens et commencer à l’accomplir.

La diffusion, elle-même, est en fait la réalisation. C’est parce qu’une personne change ses pensées et ses désirs changent, et son attitude à l’égard du monde et ainsi, elle donne déjà. Ce ne sont pas les actions physiques qui sont si importantes ici, mais les changements internes qui affectent le système spirituel qui gère le monde.

Donc, j’invite tous ceux qui sont avec nous de se rapprocher et, ce qui est plus important, de s’investir dans la diffusion. Aujourd’hui, il s’agit d’Israël en premier lieu. Nous pouvons «adoucir» la situation économique et l’état de la sécurité sans attendre que les catastrophes se produisent.

En fait, même visualiser nos leçons a un impact. Après tout, par ce fait, une personne «absorbe» l’idée du Baal HaSoulam et toute la chaîne de kabbalistes, qui descend à elle de la force supérieure. Elle apprend à connaître le système de la création et les principes qu’elle emploie et qui l’emploient et, ainsi, participe au processus de son propre libre-arbitre dans une certaine mesure, et cela est son investissement.

Question: Il y a beaucoup de gens influents aujourd’hui parmi les spectateurs de notre chaîne de télévision en Israël, les gens qui sont parmi les décideurs du pays.

Réponse: En fait, ils ne décident rien. Les décisions proviennent entièrement du Créateur, de la Lumière, mais nous pouvons y être incorporés dans une certaine mesure et avoir un impact.

En tout cas, personne ne détermine quoi que ce soit dans ce monde. Le plan est très simple. Nous, les humains, nous sommes en-dessous et, au-dessus de nous, c’est la source de la Lumière qui nous apporte le don. Nous pouvons donner comme le Créateur, selon la loi de l’équivalence de forme (∾). ALors la Lumière qui vient fait un tour et se fait déjà sentir différemment par nous. Nous élevons MAN et demandons au Créateur de nous donner la préparation et la l’aptitude à recevoir Sa lumière et d’être compatible avec Lui.

How Do We Receive The Light?

 

 

La Lumière est celle qui donne et je suis celui qui reçoit. Je Lui demande de me permettre de donner un peu. Si je ne peux pas vraiment donner, alors je veux l’adaptabilité minimale, au moins, de sorte qu’il y aura une connexion entre nous, pour que nous ne soyons pas opposés les uns aux autres.

C’est là la demande de correction que je soulève. Alors, nous commençons à agir, à nous connecter. Ainsi, nous coopérons avec la Lumière.

Cependant, quand nous n’élevons pas MAN, la lumière nous apporte de la souffrance et se tourne vers les ténèbres et des souffrances terribles.

Il n’y a aucune autre force que la Lumière, mais elle agit sur nous par l’avant ou par derrière. Cela signifie que tout dépend de la façon dont nous la recevons. Notre action est dans notre préparation à la recevoir correctement. Cela dépend de la personne et, dans la mesure où elle comprend, ressent, et est prête à avancer. Finalement, notre conscience doit se développer.

J’espère que plus de gens vont nous écouter et apprendre ce que nous avons à dire. Nos sites Internet et notre chaîne de télévision peuvent faire le travail, et nous n’aurons pas besoin de chercher d’autres voies pour atteindre les gens.

 

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 14/02/13, «Un discours de conclusion du Zohar« 

Le travail principal se fait entre les congrès

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quels sont les critères d’évaluation de la bonne préparation au congrès?

Réponse: Le critère principal est que je ressens l’environnement, cette communauté que nous mettons progressivement en place, de sorte que je sens que je suis dedans en sortant de moi-même. La chose la plus importante est que j’essaye toujours d’être dans cet état.

Personnellement, je le sens quand je travaille avec des groupes, en donnant des leçons et des ateliers, et pendant la rédaction du blog, imaginant mes lecteurs et essayant d’être avec eux. Et cela crée peu à peu un sentiment : quand «je» devient «Nous».

Question: Lors d’un congrès, une telle concentration se fait sentir, car le monde entier est en une seule action. Comment pouvons-nous créer ce champ commun en mode normal?

Réponse: Un congrès est un congrès, mais le travail lui-même ne se réalise pas au cours de l’évènement plutôt entre les congrès, alors qu’une personne peut se contrôler et ressentir là où elle est, dans quel état, avec quelle pensée elle s’endort et elle se lève, etc. Au réveil, la première pensée est particulièrement importante. Cela en dit long, en pratique, ce que vous pensiez dans votre sommeil, où vous étiez.

Nous pouvons obtenir beaucoup de résultats de ces contrôles et des buts concrets. En outre, les congrès ne sont destinés qu’à nous alimenter, à faire une percée. En fait, la réalisation a lieu entre les congrès.

Du Cours Virtuel du 30/12/12

Un devoir envers l’humanité

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourriez-vous s’il vous plaît nous expliquer pourquoi vous, en tant que kabbaliste, conduisant le monde entier à l’unité, accordez une attention particulière aux Juifs et à Israël? La Kabbale, en tant que la méthode de correction générale, n’appartiennent-elle pas à toutes les nations?

Réponse: Je peux vous assurer que je viens seulement de la nécessité d’une correction intégrale universelle du monde, je vois le but de réunir tout le monde dans un désir de révéler le Créateur en nous. En outre, dans cette révélation le Créateur se manifeste précisément dans les désirs des nations du monde. Mais la révélation elle-même se fait par ceux qui étaient en elle dans leurs réincarnations précédentes, et ce sont les Juifs d’aujourd’hui, même s’ils ne se doutent pas cela.

Pour corriger le monde, ils doivent être mis, dans la mesure du possible, d’étudier la Kabbale. Qui les y mène est tous ceux dans lesquels le point dans le cœur est éveillé, aussi bien Juifs que non-Juifs, tous les membres du groupe mondial de Kabbale Bnei Baruch. Leurs études attirent l’Ohr Makif, la Lumière qui corrige l’égoïsme, vers eux et à travers eux en tant que Juifs à l’ensemble de l’humanité à travers le réseau interne de connexion de tous les êtres créés dans un système unifié intégral.

C’est pourquoi les nations du monde ressentent inconsciemment que les Juifs ont un secret (complot), et qu’ils sont la cause de la souffrance dans le monde. Ainsi, il est nécessaire d’appeler les Juifs, portant les gènes du monde spirituel (Reshimot) depuis le temps où ils étaient dans Sa révélation jusqu’à la chute de ce niveau il y a 2000 ans, à remplir leur devoir envers le Créateur et l’humanité.

Voir l’explication de Baal HaSoulam dans  » Introduction au Livre du Zohar», p.60.

Une servante dévouée à sa maîtresse

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, “Introduction à l’étude des dix Sefirot,” Item 33: Si la foi est incomplète, et il ne s’engage pas dans la Torah ou dans le travail que parce que le Créateur lui a ordonné d’étudier, alors on l’a vu ci-dessus que dans un tel travail avec la Torah la lumière n’apparaît pas. C’est parce que les yeux sont imparfaits, et, comme une chauve-souris, convertissent la Lumière en ténèbres.

Une telle étude n’est plus considérée comme une servante de Kedousha, puisqu’elle ne veut pas acquérir Lishma à travers elle. Par conséquent, il s’agit du domaine de la servante de Klipa (écorce), qui hérite de cette Torah et le travail, et les enlève pour elle-même.

Par conséquent, «la terre tremble», qui signifie la sainte Divinité, appelée «terre». Il en est ainsi parce que cette Torah et le travail qui aurait dû être pour elle, en tant que possessions de la Sainte Divinité, est volé par la mauvaise servante et les réduit à une possession des Klipot (écorces). Ainsi, la servante hérite de sa maîtresse.

À un certain moment dans sa vie un homme vivant dans ce monde se demande: «Quel est le sens de ma vie » Cette question lui donne un certain lien avec la Torah, la sagesse de la Kabbale, et il commence à l’étudier, estimant que cela peut lui donner une réponse à la question sur le sens de la vie, son secret.

S’il étudie la Torah spécifiquement pour le bien de cela, il a une attitude correcte. Mais s’il ne le fait que parce que «le Créateur lui ordonna » il est appelé Klipa, une intention impure. Il pourrait dire : pourquoi est-ce comme ça, pour autant qu’il remplisse un ordre du Créateur? Mais le fait est que nous sommes égoïstes par nature, motivés par le désir de recevoir du plaisir, à nous remplir, et pour gagner. Si un homme dit qu’il étudie la Torah seulement parce que c’est le commandement du Créateur, cela signifie qu’il n’a pas de réel désir pour elle et son approche est erronée. Le vrai désir qui pourrait le conduire à l’objectif de la création ne s’est pas encore éveillé en lui.

Toutefois, s’il étudie parce qu’il veut savoir pourquoi et dans quel but il existe, quel est le sens de son existence, quel est le but de la vie, il est alors un désir intérieur, utile, naturel, la nécessité de révéler le secret de la vie. Et par là même, même en étudiant avec une intention égoïste, se confondant et mélangeant dans divers autres objectifs, il peut néanmoins arriver à un résultat. Le plus important est qu’il a à l’intérieur, un désir vrai.

Même si les intentions correctes et les désirs purs, l’aspiration pour le don et l’amour de l’autre, du Créateur sont inexistants, ce n’est pas terrible: il est déjà sur la bonne voie. Le Livre du Zohar appelle cet état, une servante qui sert sa maîtresse.
[94673]
De la 1ère partie du Cours quotidien de Kabbale du 26/11/2012, “Introduction au TES

La sagesse de la Kabbale et la philosophie: Qui a le dernier mot?

Dr. Michael LaitmanClarifions d’abord la relation entre la sagesse de la Kabbale et la philosophie.

Dans l’ensemble, la philosophie étudie ce qu’est la vie, quelle est sa signification, son but, et quelle est l’attitude de l’home vis-à-vis de la vie et la nature.

En un mot, la philosophie semble tout englober. En même temps elle n’est pas appelée une science, car elle étudie l’homme et le plan humain de la réalité, en d’autres termes, la sphère que nous ne pouvons pas mesurer. Il n’y a pas des opinions claires et précises ici qui puissent être acceptées comme des faits.

Dans les méthodes scientifiques, nous étudions la nature, inanimée, végétale, et animale, qui sont des niveaux inférieurs que l’homme regarde vers le bas depuis la hauteur du niveau suivant de l’évolution. Nous pouvons descendre à eux, les percevoir, les étudier et les comprendre. Cela vaut également pour notre corps qui appartient au niveau de la nature animée.

Mais nous ne pouvons pas étudier l ‘«humain» en nous avec précision. Nous essayons de classer scientifiquement les différents phénomènes, les réponses, les perceptions, les pensées et les désirs intérieurs, mais nous ne réussissons pas. Pourquoi? Parce que c’est notre propre niveau, au même niveau, et je ne peux étudier que ce qui est en dessous de moi.

C’est tout le problème. Il est de notoriété publique, bien que la science ait effectivement commencé à partir de l’approche de l’homme à lui-même et à la vie. Il n’est pas fortuit que les diplômes dans tous les domaines sont appelés«docteur en philosophie» (PhD), même s’ils n’ont rien à voir avec la philosophie. L’approche générale de vous-mêmes et de la réalité est simplement appelée «philosophie».

Ce terme est en fait dérivé de la sagesse de la Kabbale. Voici ce que dit l’humaniste allemand et linguiste du 16ème siècle, Johann Reuchlin, l’un des plus grands experts en langues anciennes, un conseiller personnel de l’empereur Maximilien Ier, et qui est resté en contact avec l’Académie platonicienne. Il dit:

«Mon maître, Pythagore, le père de la philosophie, probablement reçut sa sagesse des Juifs et non des Grecs, et il est le premier qui avait traduit le mot« Kabbale », ce qui n’était pas familier aux gens de son époque, au mot grec «philosophie».La philosophie de Pythagore découle de la mer infinie de la Kabbale … la sagesse de la Kabbale ne nous laisse pas passer notre vie dans la poussière, mais soulève notre esprit vers le sommet de la connaissance.  »

Les philosophes voudraient montrer que leur champ englobe tous les aspects de la vie. Par ailleurs, jusqu’à tout récemment, dans le but d’étudier la Kabbale dans une université, il fallait être admis à la faculté de philosophie. Les gens pensent encore que la Kabbale est une partie de la philosophie, bien que les vrais philosophes eux-mêmes admettent que ça ne l’est pas.

En tout cas, c’est une autre matière. Le monde moderne ne respecte pas la philosophie et à juste titre, puisque beaucoup de gens étudient aujourd’hui la philosophie dans le seul but d’obtenir un diplôme. Mais quand on parle de la philosophie, nous nous référons à une vision du monde, à une perception de la vie, un paradigme d’une certaine sorte. Chacun de nous est un philosophe internement. Par conséquent, nous devons comprendre, lesquelles de ces approches sont importantes et lesquelles ne le sont pas.

Le point de vue d’une personne, son attitude envers la vie et elle-même, est en constante évolution, et par la suite au dessus de cette sphère s’élève la sagesse de la Kabbale, l’ouverture de la philosophie, tout comme il a été découvert d’autres religions, après des siècles de dissimulation. Cette sagesse a attendu que l’humanité grandisse et de se développe. Au début de l’histoire, elle a généré des sciences et de la philosophie, et aujourd’hui, en période de crise mondiale, elle se révèle encore une fois, après les religions et la philosophie, en étant la seule approche qu’une personne a à la vie. La sagesse de la Kabbale comprend toutes les perceptions et donc finalement elle les remplace.

De la 4ème partie du Cours quotidien de Kabbale du 4/12/12, “ laKabbale et la philosophie”

Dissimulée et révélée

Dr. Michael LaitmanLa sagesse de la Kabbale se compose de deux parties: la dissimulée et la révélée.

“Dissimulée” signifie interdit d’être révélé. Et quel est le point de révéler? En effet, tout peut être écrit dans les livres, mais ce qu’une personne peut obtenir d’eux dépend de l’état où elle est. Ainsi, l’une des parties de la sagesse de la Kabbale est appelée «cachée», car il ne se révèle que si certaines conditions sont remplies comme une personne passe par la purification de son ego.

Elle est aussi appelée comme ça car la partie supérieure du monde d’Atsilout nous est inaccessible. Même si je me renseigne sur le plus petit, le niveau initial de l’ascension spirituelle et je suis encore dans le monde d’Assiya, Yetsira, Beria et seulement plus tard j’entre dans le monde d’Atsilout, encore, même le plus petit niveau sur lequel je suis, les dix premières parties appelées « un niveau » (un niveau est en dix Sefirot), me donne déjà une idée de toute la création, mais de façon minime, sur une petite échelle. Puis je me lève et vois, comme sur une carte que j’ai lu sur une plus grande échelle, tout ce qu’il y a là est élargi.

Mais étant au fond, je ne peux pas ramener la partie cachée, GAR de Atsilout, sa partie supérieure, absolument pas près de moi en aucune façon, ce qui signifie le dépeindre. Je peux imaginer les différents niveaux inférieurs, plus ou moins, et même là, je suis toujours dans le faux, puisque chaque niveau supérieur est un nouvel attribut au sujet d’un niveau inférieur. Pourtant, je peux l’imaginer en quelque sorte, mais pas les niveaux qui sont cachés ou qui sont appelés secrets. Tous les niveaux inférieurs à eux sont appelés révélés et nous pouvons les atteindre tous, en anticipant à l’avance quelles révélations ils nous apportent.

Le premier Partsouf du monde d’Atsilout est appelé Atik, du mot hébreu « ne’etak« – « coupé », détaché et séparé, de notre atteinte. Le Partsouf suivant est appelé Zeir Anpin, et la partie supérieure de la «tête» est appelée Keter, ou plus exactement Kitra (en araméen), et cette partie est également dissimulé.

Tout ce qui est au-dessous de cette partie est progressivement révélé à nous: Krouma d’Avira, moha d’Avira, Mokha Stima. La structure de l’ensemble de ces pièces est très intéressante, car c’est d’elles, de la partie révélée de la tête de Arikh Anpin, que la Providence descend dans notre monde, que notre destin descend.

D’un Cours Virtuel 25/11/12

L’accomplissement des kabbalistes du passé

Dr. Michael LaitmanQuestion : Que signifie « les kabbalistes ont fait passer la Lumière aux gens » selon vous ? Après tout, ils ont juste changé leur perception.

Réponse : Les kabbalistes sont les gens qui traversent la Makhsom, qui s’intègrent dans le système supérieur de gestion, et de par leur désir de devenir corrigé, apportent leur activité à ce système.

Nous étudions cela dans le système des mondes supérieurs, qui est dans un état passif et fonctionne comme au ralenti ; il y a seulement la Lumière de Hassadim. Et quand nos propriétés égoïstes corrigées s’y intègrent, alors la Lumière de Hokhma apparaît et le système commence à fonctionner. C’est comme si vous ajoutiez du gaz et le moteur commence à travailler, mais pas au ralenti. C’est la même chose ici.

C’est pourquoi les kabbalistes qui se sont eux-mêmes corrigés, étant des parties de l’ensemble du système (à la fois le nôtre et celui du haut), ont ajouté leur Lumière à ce système. Ils ont ajouté la Lumière de Hokhma sur leurs désirs égoïstes corrigés, et donc l’ensemble du système fonctionne déjà sur différentes révolutions. Autrement dit, ils sont capable de nous accepter, de nous traiter, et de nous inclure en eux-mêmes, ce qui est leur accomplissement.

Nous agissons aujourd’hui de la même manière. Nous faisons en général la même chose pour les générations futures qui nous suivent : nous corriger nous-même. Ainsi, peu à peu, tout le monde suit l’autre.

Par conséquent, la correction du monde se fait à partir de légères qualités égoïstes jusqu’aux plus lourdes. Et les gens qui viendront à la Kabbale dans quelques années afin de se corriger seront beaucoup plus égoïstes que nous sommes, mais nous allons leur préparer le terrain en dessinant la Lumière dans le système des mondes, qui sans nous auraient travaillé uniquement avec la Lumière de Hassadim, laquelle aurait été dans le petit état (dans l’état de « Katnout« ).

D’une leçon virtuelle du 18/11/12