Category Archives: Sources kabbalistiques

Commémoration du Baal HaSoulam

Nous sommes éloignés du monde de l’Infini de 125 étapes de dissimulation et sommes totalement coupés de la réalité authentique. C’est comme si nous sommes dans le coma et ne réalisons pas qui et où nous sommes. Nous devons nous réveiller de cet état, reprendre conscience, et retourner à l’endroit même d’où nous sommes descendus en remontant les 125 marches à nouveau. Sur ce chemin de bas en haut, nous arrivons à surmonter les dissimulations et obtenir la similitude avec le Créateur. En d’autres termes, nous devenons comme Lui.
En fait, personne dans ce monde n’a une chance de se réveiller de son propre chef, nous ne pouvons pas non plus remonter du point bas qui est enfoui sous les 125 degrés de la dissimulation. Comme il est dit: «Un prisonnier ne peut pas se libérer de la prison. » Pour cela, il a besoin d’utiliser une force extérieure.

 

Nous ne pouvons pas ressentir le monde Supérieur et, par conséquent, nous existons dans une fausse réalité. En raison de notre état d’inconscience, nous rêvons que nous sommes en vie et qu’il existe un monde plein de gens autour de nous, la terre, et l’univers. Ces images apparaissent dans notre inconscient, et nous les percevons comme la vie réelle.

Grâce à nos rêves, nous entendons des voix qui disent: « Vous êtes inconscients, privés de la vie réelle, du monde spirituel», mais nous n’avons pas confiance en elles. Seules les personnes qui nous regardent du côté réalisent que nous sommes dans le coma.

Nous devons être reconnaissants pour l’éveil de notre «point dans le cœur. » Il nous permet de différencier les impulsions qui arrivent pour nous d’un autre monde et une réalité différente. Les grands Kabbalistes essayent de nous présenter la sensation réelle et, ce faisant, nous réveiller à une véritable existence.

 

Commençant par Adam, le premier être humain qui « a repris conscience, » et jusqu’à maintenant, il y avait une longue chaîne de Kabbalistes qui ont atteint la réalité authentique. Cependant, aujourd’hui, nous devons tous revenir à nos sens. Notre médecin, « Baal HaSoulam, avec son » assistant « , Rabash, ont appliqué tous les efforts possibles pour nous aider à reprendre conscience. Ce sont eux qui attirent le rayon de Lumière qui fait maintenant son chemin de la réalité authentique vers notre inconscient qui est, à ce jour, éteint.

La science de la lumière pour le monde

Dr. Michael LaitmanEn commençant par Adam, plus tôt un Kabbaliste a  vécu, plus il est lié à la racine et plus il se tenait haut. Il a été la source de lumière pour tous ceux qui sont venus après lui. Toutefois, pour ceux qui désirent entrer en contact avec le faisceau de lumière en expansion de l’Infini, la principale source est le dernier ou le plus proche Kabbaliste, car c’est lui qui « s’accroche » et vous connecte avec la lumière, le Créateur.Pour nous, Baal HaSoulam fut un tel Kabbaliste. Il écrit qu’il a eu le privilège de transmettre la science de la Kabbale jusqu’à nous. Nous sommes privilégiés que cette âme nous ait été révélé et qu’il nous transmette la méthode de la Kabbale qui nous permet de découvrir le Créateur.
Les écrits du Baal HaSoulam sont les seuls ouvrages qui peuvent nous guider vers l’atteinte de notre but spirituel aujourd’hui. Les livres écrits par le Baal HaSoulam sont les seuls textes qui canalisent la lumière dont nous avons besoin pour notre correction. Et afin de nous préparer pour eux, nous avons besoin des articles de Rabash.
La révélation du Créateur pour les êtres créés, ou notre libération spirituelle, doit être complète pour tout le monde. Cela signifie que l’enseignement dispensé par ces deux maîtres est l’enseignement pour tout le monde.

Un pont merveilleux vers le Zohar

Dr. Michael LaitmanNous avons un problème pour percevoir le Livre du Zohar, même si Rashbi l’ai écrit pour notre temps, il l’a fait de la hauteur de son âme et a utilisé un style ancien d’il y a 2000 ans. De toute évidence, ce livre ne nous convient pas sous cette forme parce que nous sommes à la fin du dernier l’exil, absolument détaché du monde spirituel. Par conséquent, nous ne savons pas comment ouvrir ce livre et comment l’utiliser pour travailler sur nous-mêmes. 

C’est pourquoi Baal HaSoulam a créé une «échelle» (Soulam) pour nous, afin que nous puissions monter à la hauteur du Livre du Zohar. Cette échelle est construite de sorte qu’il y est un commentaire pour chaque extrait du livre du Zohar. Et peu importe combien de ce livre nous comprenons! La vérité est que nous ne comprenons pas le commentaire ou le livre lui-même. Néanmoins, le commentaire crée un lien entre moi et le texte original du Zohar.

 

La même chose se passe sur tous les degrés. Comme nous remontons le long des degrés, nous entrons dans le Livre du Zohar par le commentaire du Soulam. Sans ce commentaire, il serait impossible de se connecter au Livre du Zohar.

Le Soulam n’est pas nécessaire pour comprendre, mais pour nous, pour atteindre l’unité intérieure. Même si je ne comprends pas le commentaire du Soulam ou Le Livre du Zohar, mais je les utilise et me connecte à la source, le Zohar commence à m’influencer.

Au début, le Soulam est nécessaire afin de nous connecter à la Lumière qui ramène vers le bien. Sans cela, nous n’aurions pas de possibilité d’utiliser ce merveilleux moyen.
Comme je lis, je suis influencé par la lumière à travers la lecture, l’étude, et le groupe, et la lumière éveille de nouvelles qualités en moi. Ces nouvelles qualités me permettent de bien établir le contact avec Le Livre du Zohar et de commencer à sentir ce qui s’y passe, ce qui est écrit là. Alors seulement nous pouvons parler de la compréhension du Zohar.

Les kabbalistes à propos des kabbalistes, Partie 16

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît posez des questions sur ces passages des grands kabbalistes. Les commentaires entre parenthèses sont de moi.Les sources Kabbalistiques : Le Livre du Zohar

Nous n’avons pas trouvé un seullivre de la sagesse de la vérité qui précède Le Livre du Zohar de Rashbi, car tous les livres de la sagesse antérieurs à son [Livre du Zohar] ne sont pas classés comme des interprétations de la sagesse. Au lieu de cela, ce sont de simples allusions [des explications abrégées et incomplètes], sans aucun ordre de cause à effet, comme le connaissent ceux qui trouvent la connaissance, et cela bien au-delà de la compréhension de ses mots [de façon aléatoire et imprécise].

 Baal Ha Soulam « Parlez à mots couverts »

Les kabbalistes à propos des kabbalistes, partie 11

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît posez des questions sur ces passages des grands kabbalistes. Les commentaires entre parenthèses sont de moi.
Suivre les chemins des kabbalistes
Le moyen de réussir le mieux, pour celui qui veut apprendre la sagesse, est la recherche d’un véritable kabbaliste et de suivre toutes ses instructions, jusqu’à ce qu’il soit récompensé de la compréhension [dans ses désirs corrigés] de la sagesse [de la révélation du Créateur] dans son propre esprit, qui signifie le premier discernement [du Créateur lui-même]. Par la suite, on sera récompensé par sa transmission de bouche à bouche [dans un écran, une étude ,une adhésion mutuelles], qui est le second discernement, et après cela, une compréhension [ intérieure] par écrit, qui est le troisième discernement. Alors, on aura hérité de toute la sagesse et des instruments venant de son maître avec aisance, et on se retrouvera avec tout son propre temps pour développer et élargir [ses révélations du Créateur].
–  Baal HaSoulam « De l’enseignement de la Kabbale et de son essence »

Les kabbalistes à propos des kabbalistes, partie 10

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît posez des questions sur ces passages des grands kabbalistes. Les commentaires entre parenthèses sont de moi.Suivre les chemins des kabbalistes

Ainsi, une personne a-t-elle le choix [qui est la seule action qu’elle est capable de faire alors que toutes ses autres actions dépendront de la mise en œuvre de son libre arbitre] de se rendre à un endroit où il y a des justes [ceux qui veulent justifier le Créateur en se corrigeant eux-mêmes]. Elle peut [en dépit de son égoïsme terrestre] accepter leur autorité, et puis elle recevra [si elle est capable de s’annuler] tous les pouvoirs [de don sans réserve et d’amour] dont elle manque à cause de la nature [ égoïste] de ses qualités propres. Elle recevra des justes.
C’est l’avantage de « plantés dans chaque génération», de sorte que chaque génération aurait quelqu’un à qui se confier, à qui s’attacher, et de qui recevoir la force nécessaire pour s’élever au degré d’un juste. Ainsi, [en raison de leur capacité de donner sans réserve et d’aimer qu’elles ont pris des justes], ces personnes aussi, par la suite deviennent justes [et sont obligées par la suite de transférer leurs pouvoirs à leurs disciples.]

Les kabbalistes à propos des kabbalistes, partie 9

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît posez des questions sur les passages des grands kabbalistes. Les commentaires entre parenthèses sont de moi.Suivre les chemins des kabbalistes

Maïmonide dit que si mille aveugles marchent à pied en ligne le long du chemin et si au moins l’un d’eux est capable de voir, ils sont certains de prendre le droit chemin et ne pas tomber dans les fosses ou les obstacles car celui qui voit les conduit. Mais si la personne voyante manque, alors ils sont certains de tomber sur chaque obstacle en chemin, et ils tomberont tous dans la fosse. [La tâche des chefs spirituels est d’amener les générations vers le Créateur par la voie de la Torah. Il est de la responsabilité des masses de suivre leurs dirigeants voyant spirituellement.]

Les kabbalistes sur l’essence de la sagesse de la Kabbale, Partie 22

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît posez des questions sur des passages des grands kabbalistes. Je vous promets d’y répondre. Les commentaires entre parenthèses sont de moi.La sagesse de la Kabbale et le système de Moussar (éthique)

Vous trouverez également une différence significative en ce qui concerne le soutien, car suivre l’éthique est soutenu par faveur du peuple , c’est comme un loyer qui devient rentable au final. Et quand l’homme s’habitue à ce travail, il ne sera pas capable de monter dans les degrés de l’éthique, car il va maintenant être utilisé pour un tel travail qui est récompensé par la société, qui paie pour ses bonnes actions.

Pourtant, en observant la Torah et les Mitzvot afin de plaire à son Créateur, sans aucune récompense, il gravit les échelons de l’éthique précisément dans la mesure où il la poursuit, car il n’y a pas de paiement sur son chemin. Et chaque centime est ajouté à un grand compte. Et enfin, il acquiert une seconde nature, qui est le don sans réserve, sans auto- satisfaction, sauf pour le strict nécessaire de sa vie.

– Baal HaSoulam « De l’essence de la religion et son but »

Les kabbalistes sur l’essence de la sagesse de la Kabbale, partie 21

Laitman_523Chers amis, s’il vous plaît posez des questions sur des passages des grands kabbalistes. Je vous promets d’y répondre. Les commentaires entre parenthèses sont de moi.La sagesse de la Kabbale et le Système de Moussar (éthique)

Le but de l’éthique est le bien-être de la société du point de vue de la raison pratique, dérivée de l’expérience de la vie. Mais à la fin, ce but ne promet à son disciple aucune exaltation au-dessus des limites de la nature.
Par conséquent, cet objectif est encore l’objet de critiques, car qui peut prouver à un particulier l’étendue de son bénéfice de sorte qu’il sera obligé de diminuer, même légèrement son propre moi en faveur du bien-être de la société?
Le but religieux, cependant, promet du bien-être de l’individu qui le suit, comme nous l’avons déjà montré que lorsque l’on vient à aimer les autres, on est en directe Dvekout,qui est l’équivalence de forme avec le Créateur, et avec elle l’homme passe de son monde étroit, rempli de douleur et d’ obstacles, à un monde éternel de don sans réserve au Seigneur et au peuple.
– Baal HaSoulam « De l’essence de la religion et son but »

Les kabbalistes sur l’essence de la sagesse de la Kabbale, partie 17

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît posez des questions sur des passages des grands kabbalistes. Je vous promets d’y répondre. Les commentaires entre parenthèses sont de moi.La sagesse de la Kabbale et la philosophie

Non seulement ce n’est pas le bon endroit pour discuter avec eux [les philosophes] au sujet de leurs conjectures fabriquées, mais aussi le temps des partisans de tels points de vues [pratiquement infondées] est déjà dépassé et leur autorité a été révoquée. Nous devons également remercier les experts de la psychologie matérialiste pour cela, ceux qui ont bâti son socle [réaliste] sur les ruines de l’ancienne philosophie [in fondée en pratique], en gagnant la faveur du public..Maintenant tout le monde admet la vacuité de la philosophie [ses conclusions], car elle n’est pas construite sur des fondations en béton [dans la pratique] [mais provient des hypothèses de l’intelligence humaine].

Cette vieille doctrine est devenue une pierre d’achoppement et une épine mortelle [pour qu’une personne ordinaire comprenne la Kabbale ]parce que là ils auraient été humiliés devant les sages de la Kabbale [c’est-à dire se corriger avec son aide, modifier leurs propriétés d’égoïstes à altruistes, puis étudier la Kabbale à travers leurs récentes qualités acquises puisque c’est la seule façon de comprendre l’essence de la Kabbale], et assumer l’abstinence et la prudence, la sainteté [de la propriété du don sans réserve] et la pureté avant que les sages divulguent, même la plus petite chose dans la spiritualité [la nature de don sans réserve et de l’amour], ils ont facilement obtenu ce qu’ils voulaient[ une connaissance externe instantanée ] de la philosophie formatrice [sans se corriger eux-mêmes]. Sans le paiement ou le prix [sans exercer l’effort nécessaire en eux-mêmes en se corrigeant], ils ont eux-mêmes arrosé leur source de la sagesse [les livres kabbalistiques] à satiété, et [sans fixer un objectif de correction] en s’auto abstenant de plonger dans la sagesse de la Kabbale [ autocorrection] jusqu’à ce que la sagesse ait presque été oubliée parmi Israël [remplacée par des arguments et des observations inutiles ].
Par conséquent, nous sommes [nous devons être] reconnaissants à la psychologie matérialiste de lui donner un coup mortel [à la philosophie inutile et sans fondement]. À l’heure actuelle, nous voyons que les contemplations philosophiques ne sont plus prises en considération. La «science» de la philosophie continue d’exister par inertie, et le mot «philosophie» a acquis un sens méprisable.
– Baal HaSoulam « La sagesse de la Kabbale et de la philosophie »

Page 27 des 28« Première2425262728