Choisir entre deux extrêmes

Dr. Michael LaitmanQuestion: Chaque processus évolutif est un cycle: Il y a un début, une apogée et une fin. Ne sentez-vous pas que l’évolution de la civilisation touche à sa fin dans le sentiment égoïste?

Réponse: Aujourd’hui, nous sommes revenus en Mésopotamie! Une fois encore, nous sommes dans l’ancienne Babylone. Seulement, cette Babylone couvre désormais l’ensemble du globe. Cette ancienne Babylone, une civilisation de trois millions de personnes, a augmenté à sept milliards. Nous sommes de retour à la place que nous avons fui, ce qui signifie dans la même crise que les anciens Babyloniens ont vécu. C’est exactement ce que les kabbalistes avaient prédit.

Question: Mais les gens de l’ancienne Babylone ont réussi à sortir de l’ego?

Réponse: Ils n’ont pas surmonté la crise, mais l’ont résolue d’une manière différente. Ils s’éloignèrent les uns des autres et se dispersèrent sur toute la terre, ce que nous ne pouvons pas faire.

Si nous ne résolvons pas la crise dans laquelle nous sommes en utilisant le sagesse de la Kabbale, la seule chose que nous serons en mesure de recourir sera à la guerre, il n’y a pas d’autre moyen. C’est notre seul point de libre arbitre, soit nous pourrons amener les gens à notre méthode avant qu’ils ne commencent une guerre, ou alors ils sont sur le point de découvrir le chemin de la souffrance, il n’y a pas d’autre moyen.

La nature n’est pas cyclique, elle ne l’a jamais été et ne le sera jamais, elle ne se développe pas de cette façon. Nous le voyons dans la nature minérale, végétale, et animale, on le voit dans l’espace. Si un certain corps tourne autour d’un autre corps, cela ne signifie pas qu’il s’agit d’un cycle, mais qu’il se déplace vers l’avant. Tout comme le mouvement vers l’arrière et vers l’avant d’une roue qui roule.

La nature n’a pas besoin de cyclicité. Si nous disons que la nature est consciente, sage, et qu’elle nous a créés et il est évident que le programme qui nous gère est beaucoup plus sage que nous, alors la cyclicité est la corruption, le manque de but, et absolument pas concluant.

Les kabbalistes ont commencé à écrire depuis l’époque d’Adam. Il fut le premier kabbaliste qui a découvert le monde spirituel il y a 5773 années et qui a écrit à ce sujet dans le livre « L’Ange Raziel ». Depuis lors, tout ce qui a été prophétisé par les kabbalistes s’est produit avec précision. Par conséquent, je ne vois aucune raison que cela change.

Une personne qui étudie la Kabbale commence à voir ses lois puisque c’est juste comme la physique: Il y a deux forces, deux vecteurs qui sont équilibrés par une troisième force, un Massakh (écran), et il n’ya rien d’autre que cela. C’est sur cela que le travail de tous les systèmes est fondée, l’ensemble des différents mécanismes, la nature inanimée, les cellules vivantes, dans un organisme qui est une collection de cellules, et ainsi de suite tout au long jusqu’à la société humaine, une collection d’égoïstes. Tous sont régis par les mêmes lois qui ont été élucidées avec une précision minutieuse.

Un kabbaliste qui étudie les lois de la nature éprouve réellement ces états. Ainsi, il passe par ce que l’humanité n’a pas encore traversé et peut écrire à ce sujet pour l’humanité et l’enseigner. Sinon, il n’a aucune raison de le faire.

Nous commençons à étudier la Kabbale depuis le niveau du monde de Ein Sof (Infini) d’où  descend une force, la force positive du don sans réserve, puis grâce à elle, une seconde force est créée, la force négative de la réception, le désir. Nous étudions ensuite le développement de ces deux forces, les quatre phases de la lumière directe, et sa descente dans notre monde.

Par ailleurs, la Torah ne décrit que le monde d’Atsilout, le monde de la correction et non ce qui le précède. «Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre», ce qui signifie que Bina du monde d’Atsilout génère le système de ZON (Zeir Anpin et Malkhout). C’est le niveau le plus élevé dans la Torah. En fait, dans la Kabbale, nous étudions les Sefirot les plus élevées.

Quand nous étudions ces lois, nous voyons qu’elles sont appliquées partout sans exception. La nature corporelle est le résultat de ces lois. Elle est transparente et nous voyons comment tout cela bouge, grandit, se développe et, nous voyons comment ces deux forces coopèrent et génèrent la nature inanimée, végétale, animale et «parlante», nous voyons ce que génère chaque petit mouvement dans notre monde. Par conséquent, il ne peut y avoir travail de supposition ici.

La chose principale est que le libre arbitre que l’humanité avait dans l’ancienne Babylone existe encore aujourd’hui. Mais c’est le libre arbitre relatif. Si vous ne voulez pas l’utiliser et avancer le long du chemin bon et conscient, cela signifie que plus de souffrances doivent être ajoutées afin que vous compreniez la nécessité de vous développer de manière positive. Sinon, vous pouvez arriver à une guerre mondiale nucléaire.

Après tout, peu importe ce que nous disons, les souffrances ont un rôle éducatif, même si nous sommes en régression continue. Nous avons régressé quand nous étions égoïstes, mais maintenant il n’y a nulle part où retourner, donc une guerre sera une ajout plus grave qui nous aidera à comprendre la façon dont les choses sont vraiment, mais ce n’est pas très souhaitable.

De la 1ère préparation pour le Congrès à Krasnoyarsk 13/06/13

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed