Les Kabbalistes à propos de la nation d’Israël et des nations du monde, partie 2

Droit au Créateur
Rabbi Eléazar, le fils de Rabbi Shimon, clarifie encore un peu plus le concept de solidarité, en disant que cela n’est pas suffisant que tout Israël soit responsable de chacun de ses membres, mais que le monde entier doit être inclus dans cette solidarité. En effet, il n’y a pas de discussion ici, tout le monde est d’accord sur le fait que pour commencer, il suffit de débuter avec une nation qui observe la Torah, et ce juste pour commencer la réparation du monde, parce qu’il fut impossible de commencer avec toutes les nations en même temps, comme les Sages dirent que le Seigneur vint vers chaque nation avec la Torah mais elles ne voulurent pas la recevoir, ce qui signifie qu’elles étaient immergées dans leur amour propre jusqu’au cou, certaines par l’adultère, d’autres par le vol ou le meurtre etc., jusqu’à ce qu’il devienne inconcevable, de même leurs demander si elles accepteraient de se défaire de l’amour égoïste.
 
Ainsi donc, le Créateur ne trouva pas de nation ni à qui parler qui méritèrent de recevoir la Torah, sauf les fils d’Abraham, d’Isaac et de Jacob dont la vertu de leurs pères rejaillit sur eux, et comme nos Sages disent: «Les pères ont observé toute la Torah avant qu’elle ne soit donnée», signifiant que grâce à l’élévation de leurs âmes, ils avaient la capacité d’atteindre toutes les voies du Seigneur telle qu’exprimées dans la spiritualité de la Torah, découlant de leur adhésion avec Lui, sans avoir besoin auparavant de la partie pratique de la Torah, qu’ils n’avaient pas la possibilité d’observer (cf.: le point 16)

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: