Comment ne pas tomber dans les ruses du « serpent » ?

Dr. Michael LaitmanQuestion : Dès l’instant où vous rejoignez un groupe, vous n’avez aucun problème pour vous annuler devant les amis parce que vous voyez leur grandeur. Et après cela, lorsque vous êtes inclus dans le travail de groupe et qu’ils commencent à s’humilier envers vous, alors votre « serpent » soulève immédiatement la tête et commence à murmurer : « Regarde, tu es simplement comme eux ». Comment est-il possible de gérer cela pour ne pas succomber à l’ensemble de ses plans ?

Réponse : Tout d’abord, ne pensez pas que vous pouvez en quelque sorte gagner dans cette lutte, ou même l’arrêter, c’est impossible. Il est certainement possible de fuir entièrement. Mais le chemin spirituel revient à ceci : vous devez transformer le mauvais « serpent » en bon « serpent », c’est-à-dire, transformer la totalité de son poison en médicament.

Pour ce faire, nous devons créer une atmosphère détendue et sereine entre nous de sorte qu’il sera facile de penser constamment à l’élévation spirituelle. Autour de nous, il doit y avoir une telle atmosphère dans laquelle je me sens très bien : je ne fais aucun effort et je ne me lasse pas.

Supposons que nous soyons maintenant dans un congrès : c’est fatigant et nous nous endormons en dépit de tout cela, mais il est nécessaire que nous ayons une sensation de douceur, de liberté, de chaleur et de légèreté.

Tout cela doit être élevé, soulevé, entrer dans le cœur et ne pas traverser l’esprit. C’est agréable pour moi d’être parmi les amis du groupe, je ne me lasse pas et je me sens beaucoup mieux que lorsque je suis assis sur le canapé dans le salon. Un tel état est ce que nous devons atteindre dans un groupe. Par ailleurs, les femmes peuvent faire beaucoup pour cela.

Préparez du thé, du café, des rafraîchissements, préoccupés vous les uns des autres, cela crée au moins un environnement calme, détendu, car à l’intérieur nous sommes sous beaucoup de tension. Surtout si je dois surveiller tout le temps ce que je pense, comment j’évalue mes états ; il est alors nécessaire de le faire afin de rendre facile le travail avec mon « serpent ». En fait, le groupe peut le neutraliser, le mettre en veille si bien qu’il sera très facile d’avancer.

Si c’est difficile pour vous, vous devenez fatigués ou vous essayez de vous enfuir de chez vous, ce qui est un signe que vos relations dans le groupe sont incorrectes. Si vous êtes fatigués alors que vous vous trouvez à une leçon, c’est un signe que vous ne comprenez pas le matériel correctement, il ne se revêt pas facilement sur votre cœur.

En outre, les conditions dans un groupe et dans une leçon doivent être proche de l’état spirituel. Et l’état spirituel est éternel, non pas parce que c’est comme cela en soi, mais parce que vous voulez qu’il soit éternel. Par conséquent, c’est à nous d’aspirer à ce que nos relations mutuelles soient dans ces états, où vous désirez qu’elles ne prennent jamais fin, comme une rencontre avec votre petite amie qui donne une sensation de luminosité, d’amour, de réciprocité et de chaleur. Tout est entre vos mains.

Du congrès virtuel de Moscou « Unité sans Frontières », Deuxième jour, Leçon n°4 du 14/12/13

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: