Category Archives: Egoïsme

Le vent du changement

Dr. Michael LaitmanJ’ai une vision positive de la mondialisation et de l’intégration qui se révèlent à notre époque. Auparavant, le monde était conduit par un élan égoïste, qui grandissait à l’intérieur de nous, d’une génération à l’autre, d’une année à l’autre. L’homme s’est développé égoïstement, changeant la société, les technologies, sa vie, et la nature. Mais aujourd’hui, cette «tendance» touche à sa fin, et maintenant, avec l’émergence de la nouvelle tendance, tout sera différent.

La nature s’est soudainement fermée et s’exprime comme « ronde », intégrale. Nous ne changerons pas la nature plus longtemps, mais au contraire, elle nous dit: «Maintenant, vous devez commencer à changer. » La nature ne changera plus. Elle a atteint un état global et intégral. Cela est devenu une donnée, un nouveau format indestructible,  et à partir de maintenant nous devons nous y conformer.

Ce processus se passe sous pression. La nature s’exprime constamment comme étant de plus en plus intégrale, et nous devons aussi devenir plus intégrales dans les relations entre nous. Sinon, nous devrons souffrir à cause de notre manque de ressemblance avec elle.

Par exemple, la nature nous montre un réchauffement, et en réponse, nous devrions exprimer plus de chaleur. Les vents soufflant sur la terre sont plus forts, et nous devons nous imprégner des «nouveaux courants». Il est nécessaire d’avoir une équivalence de forme, des caractéristiques égales.

Par conséquent, des chocs surviennent dans l’ensemble de la société humaine, parce qu’un format global « se revêt sur nous», que nous le voulions ou non. Et quelle est la première chose que nous découvrons? Que notre égoïsme ne fonctionne plus. Les dictateurs et les séparatistes perdent leur pouvoir, les gouvernements isolés sont inefficaces, et les organisations séparées n’atteignent pas de résultats. Les seuls à faire des actions concrètes sont les individus capables d’union.

En conséquence, le pouvoir passe des gouvernements séparés et uniques aux mains des individus, qui savent s’unir. Après tout, ils sont «ronds» et intégrales, tandis que le gouvernement ne l’est pas.

Maintenant, un mouvement est en train de voir le jour partout dans le monde: les gens vont faire de plus en plus pression sur le gouvernement. Leurs actions sont peut-être désorganisées et spontanées, mais elles sont interconnectées. Et le gouvernement va soudainement découvrir dans la peur qu’il fait face à ces gens peur et ne sera pas quoi faire.

Il semblerait: Pourquoi ne pas éloigner le peuple? Cependant, l’équilibre des forces intérieures a changé et vous ne pouvez plus rien faire. Dans le passé, tout était simple: Laissez-les crier dans les rues le contenu de leur coeur, laissez-les détruire quelques boutiques, et une semaine plus tard, quand la nourriture vient à manquer, tout reviendra dans l’ordre. Mais aujourd’hui, cette approche ne fonctionne pas. Dans certains endroits, les dirigeants et les gouvernements sont déjà contraints de démissionner, et même de s’enfuir.

C’est le format mondial et intégral qui est plus adapté aux gens qui s’unissent qu’aux gouvernements égoïstes, qui sont désunis, en conflits entre eux et à l’intérieur d’eux-mêmes. Le système précédent est si opposée au nouveau modèle que pas un seul gouvernement ne va rester au pouvoir, s’il joue selon les anciennes règles. Il sera achevé par cette même démocratie, hautement louée. Un dictateur pourrait durer plus longtemps en choisissant correctement qui attirer à ses côtés, alors qu’un fouillis de démocratie parlementaire  est l’opposé. – Elle reprochera sa disparition partout.

C’est ainsi que chaque niveau accompli s’annule: Il exprime l’incapacité de nous retenir et est remplacé par le niveau suivant. Toutes les meilleures choses, obtenues à la phase précédente ne sont pas seulement devenues inutiles, mais nuisibles, et l’ordre ancien est donc enterré. C’est ce que nous allons voir.

Ainsi, amener les gens à l’unité et à la garantie mutuelle signifie les rendre similaires au nouveau format naturel, qui se révèle de nos jours. En obtenant cette similarité, nous allons réussir, prospérer, et nous élever – même dans le sens matériel, et spécialement dans le développement spirituel.

Quant à Israël, là aussi, l’agitation ne sera pas réglée et les protestations ne feront qu’augmenter. Les gens vont s’unir à chaque problème et iront contre le gouvernement. Cela vient de l’intérieur. Les gens pensent que ceux qui sont au pouvoir sont sans valeur. Le temps des chefs acclamés est passé. Les politiciens sont devenus tellement embourbés par les « relations du marché» que vous ne pouvez plus l’inverser. Les gens ressentent un regain d’énergie car l’ensemble de la nature globale se tient derrière eux.

Où ce processus global nous conduira? A un gouvernement mondial. Les différences régionales demeureront, étant définies par la personnalité de la population et la religion, mais les frontières seront complètement effacées. Elles sont déjà floues. Le gouvernement commun sera un gouvernement de sages, et sera uni, sans aucune division petite ou grande. Tout le monde entrera dans l’union commune et ne se souciera que de l’unité.

Après tout, rien de plus n’est nécessaire: Si nous sommes unis, nous correspondons à la Force supérieure. L’unité est l’égalité et la réciprocité, la garantie mutuelle. De cette manière, les développements récents dans le monde sont le début d’une nouvelle phase de développement, une nouvelle réalité, une nouvelle formation sociale.
De la 5ème partie du cours quotidien de  la Kabbale 20/07/11, « Arvout »

La révolution intérieure

Dr. Michael LaitmanLa révélation de la méthode kabbalistique du monde suppose que quatre conditions soient remplies:

Condition n° 1: que  la méthode de correction ne soit pas remise  à une personne, mais à toute une nation.

Aujourd’hui, il y a plus de gens qui se rendent compte qu’il est nécessaire de se changer soi-même et d’entrer en équilibre avec la nature. Dans le passé, nous  pensions que nous étions au-dessus de la nature et notre égoïsme est destiné à la contrôler, mais maintenant nous comprenons combien cela nous détruit.

Cette sensation est en train de surfer dans les masses, en vertu du fait que nous satisfaisons à la  première condition de la révélation de la Kabbale, où 600.000 personnes, « 600 000 âmes» étudient la méthode de la correction spirituelle. C’est un concept conditionnel symbolisant un rassemblement de personnes qui sont capables d’atteindre un lien spécial entre elles, appelé «garantie mutuelle ».

Condition n ° 2: La nation doit sortir de l’esclavage égyptien, ce qui signifie réaliser le mal de son propre égoïsme.
Condition n ° 3: Chacun des 600 000 doit accepter de travailler pour le bien du don sans réserve.

Condition n ° 4: Chacun doit être prêt à mener toute action qui l’amenera à une connexion avec les autres.

La garantie mutuelle c’est se soucier de la satisfaction des désirs de l’autre. Tous les plans humains doivent aspirer à cela. Nous devons mener une révolution en nous. Le monde a tout pour assurer une existence favorable aux habitants de la planète, mais il y manque une chose – une pensée commune qui vise à cela. Si nous aspirons à cela intérieurement,  alors l’abondance deviendra accessible à tous.

Tout dépend de notre interconnexion.  Plus notre interconnexion est resserrée, plus intense est l’action de la Lumière supérieure, qui commandera l’état des niveaux inférieurs de l’univers. Dès qu’un groupe de 600.000 personnes accepte la condition de la garantie mutuelle, l’interconnexion et l’amour, il recevra immédiatement un énorme soutien d’En Haut.

La seule chose qui est nous est demandée est de désirer restaurer l’interconnexion et l’intention de travailler pour le don sans réserve. C’est précisément l’intention, et non les progrès technologiques, qui causeront  une révolution dans le monde. Nous allons progressivement atteindre un état où les nouvelles technologies seront créées et contrôlées par la pensée, ce qui signifie avec une intention et un désir qui est corrigé par l’intention.

L’obligation de chaque personne est de se soucier de toute l’humanité. Le monde entier est inclus dans le système de garantie mutuelle, mais tout d’abord, cela doit être fait parceux qui ont la compréhension et le désir de s’élever au niveau supérieur et de découvrir le Créateur parmi eux. Le désir du groupe va se déverser en douceur sur le désir du monde.

Une personne va progressivement changer son attitude envers elle-même, la société, et la nature, et recevra la satisfaction d’être dans le système de l’interconnexion commune. Elle sera «nourrie» par la Lumière supérieure, qui la remplit et la ravit.

C’est ainsi que nous allons passer à l’économie de la consommation intelligente parce que nous ne serons satisfaits que par les nécessités vitales. En commençant à travailler selon le principe «tout est pour tout le monde », nous allons atteindre l’état de garantie mutuelle. Et les changements intérieurs de l’homme comprendront la reconstruction du monde entier.

Du cours virtuel du  17.07.11

La Tour de Babel financière: les racines de la crise

Avis: (professeur Robin Matthews, président de la Ligue de la gestion stratégique et comptabilité): « Dans l’histoire de la Tour de Babel, les Babyloniens avaient essayé de créer une tour commerciale qui  s’élèvait  jusqu’aux cieux. Le projet a échoué car la tour s’est émiettée et les gens ont cessé d’être en mesure de communiquer ….

« Dans la Bible, les gens ont commencé à créer une tour qui devait être une échelle matérielle vers le Ciel. La tour s’est émiettée lorsque les mécanismes de communication de la finance ont été perdus. Au cours des vingt dernières années, l’économie mondiale a subi une énorme croissance économique. L’Europe et l’Amérique du Nord, ont créé une Tour de Babel matérialiste basée sur les consommateurs, faite de dette et d’endettement excessifs. Cette tour s’est effondrée comme la confiance s’est effondrée dans le langage du monde financier (endettement, sécurisation, confiance dans l’effet de levier et les antidotes, liquidités et prêts interbancaires). L’ampleur de la réplique est toujours une question ouverte ….
«Bien que la dernière crise semble provenir du secteur financier, les origines sont beaucoup plus profondes. Le capitalisme et la recherche incessante de l’avantage concurrentiel, a entraîné d’énormes volumes et de variété de biens et de services. La demande doit suivre le rythme de l’offre, ce que semble comprendre le marketing, mais les économistes l’ont ignoré. Au cours des vingt dernières années, la recherche acharnée par les entreprises d’un avantage concurrentiel a été plus marquée dans la mentalité spéculative du secteur financier, qui ont créé des Tours de dette, fondées sur la spéculation ….
« La Tour de Babel récente, comme celle de l’archétype, a été construite sur les fondations illusoires de symboles ou sur des blocs de construction d’actifs qui n’avaient de valeur tant que les gens ont continué à croire qu’ils avaient de la  valeur. Cela allait forcément s’effondrer à un certain moment, le point critique survenant lorsque la langue de communication est tombée en panne. Les constructeurs, les fournisseurs et les gestionnaires de la Tour ont finalement cessé de communiquer parce qu’ils ne croyaient plus que les  actifs de leur commerce, la dette et la  liquidité, avaient une valeur réelle ….
« Les récentes hausses de richesse sont fondées sur le partage nécessaire, à cette époque, au XVIe siècle entre les langages des sciences et de l’esprit: entre le langage de la science et le langage de la mystique. Un des résultats, en plus de richesse elle-même, a été la confusion de la spiritualité et du  mysticisme avec la superstition …. Peut-être que la compréhension de l’effondrement de la Tour financière moderne de Babel, va être comme la signalisation d’un point critique, l’ouverture de l’émergence possible de nouvelles langues et d’une nouvelle compréhension des dimensions de l’Etre. …

«Les effets positifs peuvent être dormants dans la complexité du réseau financier mondial …. Ils découlent de sa complexité et son indépendance. Peut-être que nous avons atteint un point critique où le changement à toutes les échelles est possible? Peut-être que le changement pourrait être la reconnaissance que la coopération doit se substituer à la concurrence, à la recherche d’un avantage concurrentiel et à l’avidité? Peut-être de nouvelles manières d’être dans le monde émergent: la reconnaissance de l’interdépendance est une étape vers la réalisation de la nécessité pour la compassion, au niveau pratique ainsi qu’au niveau spirituel. »

Se changer nous-mêmes ensemble

Dr. Michael LaitmanDe nos jours les actions physiques ne déterminent rien. La nature  exige de nous la bonne attitude. Et c’est ça le problème. Nous ne devrions pas donner une aide gratuite aux personnes ou retirer la dernière chemise de  notre dos. Ce qui est exigé de vous, c’est une attitude différente. Vous devez vous  changer vous-mêmes plutôt que la façon dont vous agissez.

Jusqu’à présent nous avons agi physiquement, de la façon dont le désirait notre égoïsme ou le faux altruisme. Nous avons donné du pain aux pauvres et généralement parlant, avons essayé de changer le monde d’une manière que nous aimions. Mais cela suffit. Les résultats parlent d’eux-mêmes. A partir de maintenant, nous sommes ceux qui devons changer.

Au lieu de changer le monde, nous voulons nous changer nous-mêmes avec l’aide de forces extérieures. C’est la nouvelle tendance. Sur ce chemin, nous verrons comment tout ce que nous avons réussi à concocter devient corrigé.

Mais il est difficile pour une personne de saisir cela. Elle pense: «Qu’est-ce que je dois changer? Pourquoi à la place ne pas me prendre juste 10% en plus d’impôts ». Et donc, cela nécessite l’opinion publique. Ce rendrait facile ce qui semble maintenant difficile. Et puis ce ne sera plus si difficile. Si tout le monde commence à penser cela, alors je serai heureux de les rejoindre. Après tout, l’influence des gens autour de moi fonctionne par elle-même. Cela ne dépend pas de moi, je ne détermine pas tout. Je dépends des autres.

Et donc, nous n’avons pas à nous tourner vers chaque personne individuellement. La chose la plus importante est de changer l’environnement, la façon générale de penser dans le monde. Et tout le reste viendra.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 14/07/11, « Arvout »

Une écharde dans l’univers ou un enfant aimé?

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, « Introduction générale au Livre, Panim Meirot ouMasbirot »: … comme les choses corporelles qui sont séparées les unes des autres par une hache et un marteau, les choses spirituelles sont séparées les unes des autres par la disparité de forme entre elles. Et quand la disparité de forme augmente jusqu’à l’opposition, d’un extrême à l’autre, une complète séparation est créée entre elles. 

Du point de vue du Créateur, qui a créé le désir de plaisir, il n’y a pas d’opposition entre ce désir et le désir du don sans réserve. C’est comme un bébé qui reçoit d’une mère -il n’y a pas de division entre eux. Ils sont indissociablement liés et profitent l’un de l’autre.
Nous voyons comment dans la nature, un organisme étranger, composé de la chair de quelqu’un d’autre reçoit l’opportunité de grandir à l’intérieur du corps de la mère et n’est pas perçu par elle comme un étranger ! Comment ce phénomène, un fœtus dans le ventre d’une mère, est-il même possible, compte tenu que lorsque nous avons une écharde minuscule, le corps commence immédiatement à rejeter l’objet intrus ? Une infection se forme immédiatement autour d’elle et le corps essaie de la repousser et de s’en séparer.
Nous savons comment, durant une greffe d’organe, il est très difficile de surmonter cet obstacle, l’incompatibilité et le rejet d’un corps étranger. Mais ici c’est le contraire qui arrive: un corps grandit à l’intérieur de l’autre, et le grand corps est toujours en train de prendre soin du petit corps, de faire tout dans son intérêt!
Ceci est un exemple de la volonté de plaisir(le fœtus) et de la volonté de donner sans réserve (la mère) n’étant pas en conflit l’un avec un autre. Et la même chose arrive avec le Créateur, qui a créé la volonté de plaisir. Ce désir ne contredit ni ne s’oppose au don sans réserve.
Toutefois, si l’objectif est de porter cette volonté de plaisir vers la forme du don sans réserve, alors ils deviennent opposés l’un à l’autre en fonction de leurs intentions. Dans l’état initial il y a un désir de don sans réserve et un désir de recevoir : le Créateur et la création. Mais il n’y a aucune divergence entre eux et ils sont unis ensemble. Mais ensuite, la création se développe et acquiert une intention égoïste, et maintenant en fonction de leurs intentions, ils deviennent opposés: l’intention du don sans réserve est opposée à l’intention pour soi-même du début à la fin, à partir de zéro jusqu’à l’infini.

Ce que nous devons corriger c’est l’intention égoïste et non pas le désir! Le désir demeure en nous. Nous gardons toujours la volonté de plaisir. Mais l’intention doit être « en vue du don sans réserve ».
Cependant, nous sommes habituellement confus à ce sujet, pensant que nous devons nous battre avec nos désirs. Les religions et les différentes pratiques spirituelles essayent de détruire le désir ou de le diminuer. Mais la Kabbale dit le contraire: « Augmenter votre désir et l’intention du don sans réserve avec lui ! » Ensuite, vous serez en mesure de donner plus sans réserve par vos actions.

De la 3e partie du cours quotidien de Kabbale du 24/06/11, « Introduction générale au Livre, Panim Meirot ouMasbirot »

Le livre qui guide vers la bonté

Dr. Michael LaitmanNous sommes dans une réalité inconnue, et à ce jour, tout en existant dans ce monde dans lequel nous sommes et que nous ne comprenons toujours pas exactement, par quel programme, nous nous développons, et vers quel but nous nous dirigeons. Nous ne comprenons rien dans notre vie, et nous sommes abrités par la dissimulation, nous nous considérons comme malin et intelligent, comme si nous avions la connaissance, notre propre opinion et notre liberté de choix

 

Mais quand les coups et la souffrance nous rattrapent, nous comprenons que nous sommes capables de rien, que nous ne comprenons rien, et nous n’avons aucune chance de nous comporter intelligemment. Surtout maintenant, pendant cette période de crise, nous voyons que nous n’avons aucune chance de nous relier correctement à la réalité, que nous sommes confrontés à des problèmes et que nous n’avons pas la moindre capacité à les comprendre. Même si parfois nous comprenons quelque chose, une avancée d’un millimètre dans le temps cela ne nous permet pas de changer notre état ou de se comporter différemment. Même si nous décidons que nous avons vraiment besoin de changer et de commencer à se comporter différemment, nous n’avons pas les forces pour changer nos comportements. Alors, qu’allons-nous faire de ces décisions, si nous ne pouvons pas nous changer, changer l’influence de l’autre, et le monde entier?

Même quand nous voyons que nous  infligeons des dommages et des malheurs sur nous-mêmes, que nous sommes, en fait, en train de nous conduire vers la mort, et que nous sommes toujours incapables de nous arrêter. Quelle insignifiance, quelle ignominie! Nous souhaitons simplement finir notre vie à l’intérieur de notre volonté d’obtenir du plaisir, ce qui nous tuerait complètement si nous n’avions pas reçu la Torah, les moyens de corriger le désir égoïste de sorte qu’à partir du point le plus bas possible, un instant avant la mort, nous pouvons commencer à nous élever  vers le haut, au niveau du Créateur, le plus élevé, la qualité contraire – le don sans réserve.

Ces moyens appelés « Torah » sont plus importants que tout. Sans elle, il n’y a aucune chance de réaliser quoique ce soit. Nous ne pouvons pas développer à travers la souffrance. L’influence de la souffrance ne produit que le développement de la volonté de profiter. Les coups provoquent  la  recherche de tous les moyens pour se débarrasser des ennuis, et à la fin cela conduit à la mort, au lieu d’éviter la souffrance. Quand le désir ressent des souffrances insupportables à cause de son opposition absolue à la lumière, il est prêt à se neutraliser complètement, tout sauf souffrir.

Si oui, alors la Torah est le seul moyen qui nous conduit à la vie, à la correction, et à l’existence. C’est pourquoi il n’y a pas de chemin de souffrance, pas de chemin sans Torah. La Torah doit se révéler à l’humanité afin que les gens soient capables de l’utiliser. Et ils doivent la révéler de façon correcte-comme la Lumière qui ramène vers le bien. Mais s’ils n’utilisent pas correctement la Torah, ce qui signifie qu’ils ne la réalisent pas, ce qui signifie qu’ils suivent le chemin de la souffrance. S’ils l’utilisent correctement, alors ils suivent le chemin de la Torah, le chemin de la Lumière. Et s’ils se trouvent au milieu, entre l’un et l’autre, ils avancent par « la voie terrestre. »

Par conséquent, l’article du Baal HaSoulam, « La Révélation de la Divinité (Matan Torah) » est très importante car elle nous raconte comment nous pouvons recevoir la Torah. La Torah nous est donnée par le supérieur, et il y a une réception de la Torah par le bas. Toutes les souffrances viennent à nous parce que nous n’utilisons pas la Torah correctement, la Lumière qui ramène vers le bien, qui nous ramène à la source de la bonté. Tout dépend de nos efforts pour devenir bon. Par conséquent, nous ne manquons de rien d’autre que de ces moyens. Nous allons découvrir comment recevoir la Torah et atteindre la bonté!
De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale du 19.06.11 « Matan Torah (Le Don de la Torah) »

Trouver le courant dans l’océan de lumière

Dr. Michael LaitmanTous les articles du livre de Shamati sont destinés à harmoniser une personne vers l’attitude juste envers elle-même (ses capacités internes, ses aptitudes, ses forces et ses qualités) et vers tout ce qui est en dehors d’elle (les gens, la société, le groupe, l’enseignant, le Créateur , et la nature), de sorte qu’elle comprenne comment elle doit changer, grâce à quoi, et comment elle doit agir afin d’atteindre elle-même l’état parfait. Notre problème est le fait d’une part, qu’il n’y a rien que nous puissioons faire par nous-mêmes car nous sommes simplement le désir de recevoir, la volonté d’en tirer du plaisir.

D’autre part, si nous ne pouvons rien faire nous-mêmes et que nous ne représentons qu’un désir créé par opposition au Créateur, à la Lumière, alors comment pouvons-nous demander par nous-mêmes le changement, et exiger une action de notre propre chef ou par le biais d’autres systèmes?

En d’autres termes, nous sommes dans une double position. D’une part, je ne peux rien faire moi-même. D’autre part, je dois me résoudre au point où ma demande, mon désir, provoquera une telle influence sur moi qu’elle me fera changer. Ce point particulier est très difficile pour nous. Ici, une personne ne comprend pas son interaction avec la force supérieure qui l’a créée.

C’est, que je dois atteindre un état où je ressens mon incapacité totale à me corriger, où je réalise et je comprends que ma correction ne peut être faite que sous l’influence de la force extérieure. Inversement, cette force extérieure qui existe en dehors de moi est constante, et je ne peux l’atteindre d’aucune façon. Elle est absolue. Plutôt, je peux atteindre par moi-même en me soumettant à son influence c’est à dire par ma demande.

Ma demande est mon action lorsque je change mon comportement envers cette force supérieure et modifie ainsi son influence sur moi, et elle me corrige. Ainsi, pour l’essentiel, le travail se passe à l’intérieur d’une personne et il dépend de ses désirs, de son intention, de sa force et de sa direction. Une personne existe dans un domaine absolu, parfait, immuable. Mais le travail est fait précisément par ce domaine agissant sur une personne. Et elle se soumet à l’influence de ce domaine.

Du point de vue du désir d’être corrigé, une personne est un élément actif. Et du point de vue de la correction d’une personne elle-même, elle est passive: elle est corrigée par la Lumière qui existe en dehors d’elle, qui l’entoure, et qui est invariable. Il est possible de parler de cet état d’un grand échange, mais il doit être progressivement formé en nous comme un état défini, précis, interne et la Lumière, le Créateur.

L’article du Baal HaSoulam « Lishma est un éveil d’en Haut, et pourquoi avons-nous besoin d’un réveil d’en bas» est un de ces articles qui parle de l’alignement correct d’une personne avec le Créateur, avec la Lumière supérieure. Une personne signifie notre désir: comment peut-il être changé s’il se place correctement sous l’influence de la Lumière.

La propriété du don sans réserve que nous pouvons atteindre et auquel nous nous rapprochons progressivement sous l’influence de la Lumière est appelé «Lishma » ou « En Son nom. » Et sa propriété inverse est appelée «Lo Lishma» ou «Pas en Son nom», signifiant pour soi-même.

Les désirs apparaissent en nous indépendamment de nous, nous ne pouvons pas les régler, mais nous pouvons régler notre intention: Ce que nous voulons à chaque instant, ce que à quoi nous aspirons.
De la leçon quotidienne Kabbale de Moscou 15/06/11, Shamati # 5

L’égoïsme: Un essor interrompu

Dr. Michael LaitmanPendant des millénaires, nous avons avancé avec la lente croissance de l’égoïsme et nous avons développé la société, les technologies et les diverses sciences en conformité avec lui. Puis, durant la Renaissance  une ascension a commencé qui a atteint son apogée à notre siècle, avec notre société de consommation.

Lorsque l’égoïsme ateint un certain niveau, il s’arrête soudainement, « interrompant son essor » et sa courbe se transforme désormais en une ligne horizontale. Il ne pourra pas aller plus loin.

 

Dans cet état, l’humanité commence à sentir une dépression car elle ne peut plus voir de quelles façons elle peut se satisfaire. Dans le passé, étant à des stades intermédiaires de notre développement, nous avons toujours aspiré à quelque chose de plus. Chaque fois, il nous a semblé que le prochain état serait meilleur que l’actuel, et nous voulions y parvenir. Nous avons élevé les enfants, en espérant que ce serait mieux pour eux que pour nous, que leur monde serait plus élevé, plus sage, et ainsi de suite.

Cependant, aujourd’hui, nous ne voulons pas avoir d’enfants parce que nous ne voyons pas comment leur vie pourrait devenir meilleure. Nous pensons que l’égoïsme ne peut plus croître, il n’a nulle part où se développer. Nous avons même commencé à limiter nos programmes spatiaux les plus ambitieux. Tout est en déclin. Outre cela, les ressources ne nous permettent pas de nous développer librement. Nous commençons à nous épuiser en termes d’énergie, de ressources et en termes de notre potentiel intérieur. Nous n’avons nulle part où nous développer, rien à espérer. «Je ne veux rien. »

Plus de 50% des gens dans le monde éprouvent une certaine forme de dépression. Nous ne parlons pas de drogue, de terrorisme, de divorces, d’éloignement mutuel, ou de conflits entre parents et enfants. Tous ces symptômes sont une indication que l’égoïsme commence à « manquer. » il ne peut plus se satisfaire au niveau actuel, sur notre petite Terre.

Les désirs égoïstes se composent en deux groupes:

1.La nourriture, le sexe, et la famille. Ces désirs sont naturels, ils sont présents dans tous les animaux et dans tous les humains.
2. La richesse, la puissance, l’honneur (qui sont essentiellement la même chose), et la connaissance. Ces désirs sont d’ordre social.

Aujourd’hui, ces deux groupes de désirs ne grandissent plus. Ils semblent avoir atteint leur pic et restent au même niveau.

Bientôt, ils vont commencer à diminuer. Un être humain n’aura plus besoin de tout cela: il va commencer à abandonner ses «conquêtes», pour se vider à l’intérieur, car il ne pourra pas s’attendre à de nouveaux désirs ou à de nouvelle réalisation. Dans notre monde, ces six désirs s’épuisent, et c’est aussi l’une des raisons, l’une des composantes, qui nous pousse vers le passage de la «Makhsom », la barrière entre les mondes. Ils nous poussent par les souffrances.

 

De la 1ère leçon du 10/06/11 à la Convention de Moscou

L’histoire est finie

Dr. Michael LaitmanLa Kabbale parle de désir. Il n’y a ni temps, ni mouvement, ni espace, mais seulement un état d’être. Alors, que dire du passé et de l’avenir? Et à propos des mondes spirituels? Je ne les ressens pas.Alors y a-t-il d’autres états d’existence à côté de celui-là, en plus de notre monde? Je ne sais pas car je n’en ai pas fait l’expérience. Je n’ai pas de sensations ou de Reshimot venant de là. Je ne peux pas les atteindre aujourd’hui et confirmer leur authenticité.

Une personne juge tout par ce qu’elle voit. Ce n’est pas seulement un axiome, mais le résultat de ce que le désir ressent quand il s’est développé au niveau d’être là où il est conscient de lui-même et où il comprend ce qu’il ressent. Sinon on devient détaché de la réalité et allons loin dans les fantasmes.

Je ne parle pas moi-même de la dimension supérieure. Des kabbalistes, en qui j’ai confiace, m’en ont parlé. Je considère que leurs paroles sont vraies quand ils me disent qu’il est possible d’exister dans différents états. «Aspire à eux, monte à eux », me disent les Kabbalistes. « Ils sont meilleurs que ce que vous sentez maintenant ». Alors je suis passé d’un état à l’autre dans mon désir, en le corrigeant et en l’améliorant. En le révélant comme donneur, je révèle les nouveaux états en lui.

De nos jours l’ensemble de l’humanité traverse cet axe vertical afin de se déplacer de bas en haut. Nous avons terminé l’axe horizontal de l’histoire et il n’y a nulle part pour continuer à avancer sur lui. A partir de là, notre chemin est vers le haut.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 21.06.11 «Matan Torah(Le Don de la Torah) »

Le divorce babylonien

Dr. Michael LaitmanNous n’avons pas la moindre idée sur le futur ordre mondial, car nous sommes entrés dans un système de forces qui ne s’était jamais manifesté auparavant dans notre monde. Comme la nature, le Créateur, s’approche de nous, cela se profile de plus en plus clairement. Ainsi, nous devons commencer à révéler le monde supérieur, ce qui signifie le système de gouvernance par la force supérieure, la Lumière.

Comme cette force extérieure qui s’approche de nous, comme elle brille sur nous, sur notre société, et sur le monde de façon plus perceptible, plus intense, nous sentons l’opposé de cette force. Nous ne sentons pas la force elle-même, mais le sens de notre incapacité à nous établir, ne serait-ce qu’un peu.

Le monde est devenu imprévisible. Les gens s’engagent dans la divination et même croient aux miracles. Comment cela peut-il arriver à notre époque éclairée? Comment pouvons-nous soudainement commencer à y croire après le 20ème siècle? Chaque année, et parfois plusieurs fois par an, nous avons toutes sortes de dates apocalyptiques et d’autres événements apocalyptiques.

De plus, nous nous trouvons dans l’étreinte rigide de la nature qui génère de façon inattendue des crises, des tsunamis, des ouragans, des éruptions volcaniques, des incendies, des inondations, etc. Progressivement, tout sort de l’équilibre, hors de cet équilibre délicat dans lequel nous étions. C’est parce que nous arrivons à un tournant. Nous avons déjà traversé ce tournant à une plus petite échelle sociale  dans l’ancienne Babylone. La totalité de l’humanité y était concentrée, et même alors, elle découvrit qu’elle était une petite société fermée.

Aujourd’hui, même si nous sommes sept milliards, nous sommes une société fermée. Nous nous court-circuitons soudainement, nous nous  retrouvons dépendants les uns des autres. D’autre part, nous sommes comme des époux avant le divorce. Nous nous détestons les uns les autres, même si nous vivons encore dans le même appartement. Nous devrions déménager, nous ne pouvons pas être ensemble, mais des liens communs nous unissent. Il s’agit de la «colocation» dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui sur Terre.

Jadis, cela était devenu évident dans un petit territoire, en Mésopotamie il y a 3700 années. Puis, pour la première fois, les gens ont commencé à chercher ce qu’ils pouvaient faire à ce sujet. D’une part, ils étaient dans le même lieu et en interdépendance totale. D’autre part, ils se détestaient mutuellement et s’efforçaient d’être aussi loin que possible les uns des autres. Deux forces opposées, deux des tendances les plus difficiles ont déchiré la société. Alors, deux méthodes ont été suggérées.

La première méthode est la correction de leur nature. «Laissez-nous corriger l’égoïsme qui sépare, qui nous met des distances, et qui nous éloigne les uns des autres. Puis, nous allons gagner. Nous souhaitons devenir une entité unique dans un soutien mutuel. Nous aurons un pouvoir énorme, et nous pourrons vraiment  ériger une « tour vers le ciel, » la tour de l’amour mutuel, la coopération et l’unité, la force positive.

Ainsi, ils deviennent semblables à la nature parce que tout dans la nature est interconnecté. Tous ses niveaux -minéral, végétal, et animal, sont toujours en harmonie mutuelle, et seul l’humain avec son égoïsme se sent au-dessus de la nature, croyant qu’il peut faire ce qu’il veut. Toutefois, s’il comprend les lois de la nature et cherche à correspondre avec elles, dans une relation harmonieuse, alors il sentira l’ensemble de ses capacités et de sa puissance. Il comprendra et réalisera son but, son essence.

C’est ce qui a été suggéré par les adeptes de la correction humaine, mais, malheureusement, l’humanité (environ trois millions de personnes vivant entre le Tigre et l’Euphrate) ont choisi un chemin différent. Comme des époux après un mariage raté, ils ont décidé qu’il serait mieux pour eux de « déménager », diviser leur appartement commun, et rompre le contrat. Ainsi, les personnes se sont dispersées à travers le monde.

Beaucoup de sources anciennes racontent cette histoire. De ces temps, nous avons le livre sur la Kabbale appellé Le Livre de la Création. Nous l’avons dans nos archives en libre accès, en russe également.

Le livre s’appelle Le Grand Commentaire apparu après ces évènements. Il décrit également les événements qui sont arrivés dans l’ancienne Babylone et la façon dont les gens ne pouvaient pas résoudre le problème de l’unité. Pour le faire, ils ont dû travailler sur leur égoïsme, s’élever au-dessus au moyen d’une méthode spéciale, et qui nécessite beaucoup plus d’effort moral interne, que de simplement se séparer physiquement les uns des autres et faire ce que chacun veut, dans son coin.

Flavius ​​Josèphe décrit dans quels lieux les gens sont allés. Plus tard, toutes les croyances et les religions sont nées d’après leurs origines géographiques, toutes reposent sur l’égoïsme, tout ce que l’égoïsme soutient.

De la 1ère leçon du 10/06/11 à la Convention de Moscou