Category Archives: Créateur

L’amour propre

Question : Qu’est-ce que l’amour de soi ?

Réponse : L’amour-propre le plus élevé est le désir d’envoyer le Créateur « faire mes courses ».

Question : Alors tous les gens qui demandent quelque chose au Créateur sont les plus grands égoïstes ?

Réponse : Bien sûr. Cela exprime leur haine du Créateur parce qu’ils veulent qu’Il les serve.

Ils pensent à eux-mêmes, ne comprenant pas pourquoi Il leur a donné cet état. Par leurs demandes, ils exigent que le Créateur change par rapport à eux. Et Il dit : « Non, ça ne marchera pas, Je suis l’absolu et Je ne change pas. Vous allez changer et vous allez commencer à voir combien J’apparais comme meilleur, jusqu’à ce que vous Me voyiez comme absolument gentil et aimant. Cela ne dépend que de vous ! »

Question : Que se passe-t-il lorsque je commence à changer par rapport au Créateur ? Pourquoi fait-Il cela ? Pourquoi devrais-je changer et pas Lui ?

Réponse : Lorsque l’on change en partant de l’opposé du Créateur jusqu’à Lui ressembler, on couvre l’univers entier du moins au plus, absolument tout ce qui est créé par le Créateur, y compris toutes Ses propriétés directes et inversées. Et puis on devient comme Lui !

C’est Son désir que nous devenions comme Lui en hauteur, en grandeur, en possibilités, dans l’éternité et la perfection.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 03/04/2018

L’action est la récompense

Question : Si le monde entier est à l’intérieur de moi, alors le temps est aussi en moi. Pouvez-vous expliquer comment gérer le temps à l’intérieur de soi ?

Réponse : Imaginez qu’il n’y a pas de temps. Il n’y a pas de moment suivant, comme on dit : « Ne bougez plus, c’est magnifique ! »

C’est comme cela que vous devriez agir : il n’y a pas de temps, seulement un instant de ma plus grande adhésion au Créateur. Le temps est un phénomène psychologique. Dans la Kabbale, le temps est la fréquence de changement des états spirituels, non pas le tic-tac de l’horloge. Plus les états changent rapidement, plus le temps passe vite.

Question : Donc, si je fais quelque chose et que je m’attends à être payé un mois ou un an plus tard, est-ce que l’attente elle-même est appelée temps ? Mais si je reçois le paiement immédiatement, au moment de l’action, alors le temps semble disparaître ?

Réponse : Lorsque la récompense survient au moment de l’action, ce qui signifie que l’action est la récompense, alors il n’y a pas de temps. C’est un moment magnifique.

Question : Il s’ensuit que ce moment est le meilleur dans la vie du kabbaliste ? Il ne pense jamais à l’avenir ?

Réponse : Le kabbaliste vit dans les deux états simultanément : aussi bien dans son état personnel que collectif. Il doit se préoccuper de la correction générale du monde. Pour lui, une action dirigée vers la correction du monde est la récompense. Si le Créateur lui donne cette opportunité, ce faisant Il le récompense.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/03/2018

L’attitude des masses envers la Kabbale

Question : Pourquoi la simple mention des termes de la sagesse de la Kabbale suscite-t-elle une réaction négative chez les personnes qui ne l’étudient pas ?

Réponse : Le fait est que tout au long des années d’existence de la Kabbale, il y a eu tellement d’élucubrations autour d’elle qu’il est naturel que personne n’y soit indifférent.

Seules des personnes spécifiques comprennent la Kabbale et sont ses disciples. N’importe qui d’autre s’y intéresse avec beaucoup de prudence et est méfiant. Ils la considèrent comme sombre, mauvaise et dangereuse.

Plus important encore, la religion, fondée sur la foi aveugle, s’oppose également à la Kabbale. Ils me disent comment se comporter et, comme un jouet à remonter, j’effectue mécaniquement les actions prescrites.

Les kabbalistes disent : « Non, vous devez explorer ce monde, explorer le Créateur et vouloir Le comprendre et L’atteindre avec votre esprit. » Atteignez le Créateur pour être comme Lui, pour Le servir exactement en devenant égal à Lui. C’est l’état auquel nous devons parvenir.

Extrait de la leçon de kabbale en russe, le 18/03/2018

Comment savoir que le Créateur agit ?

Question : Quelles qualités et manifestations du Créateur sont décrites par la Kabbale ? Comment puis-je reconnaître qu’Il agit et joue avec moi ?

Réponse : Sensibilisez-vous à l’écoute, à l’observation et à la réflexion sur ce qui vous arrive et vous découvrirez progressivement le Créateur.

Le Créateur se cache. Mais ce n’est pas un jeu ! Nous en parlons seulement de cette façon.

Question : Que signifie l’adhésion au Créateur ? Quels sont ses signes ? Dans la vie, il y a des moments de bonheur absolu, par exemple, en contemplant la beauté de la nature. Est-ce l’adhésion au Créateur ?

Réponse : Non. Cela est l’adhésion à son propre égoïsme, qui se réjouit de toutes sortes de sensations et expériences psychologiques.

Question : Que signifie « observer et écouter ce qui arrive » ?

Réponse : Cela signifie essayer de révéler la force unifiée qui vous gouverne.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 18/03/2018

Le but du jeu appelé « la vie »

Question : Si notre vie entière est un jeu alors il devrait y avoir des règles du jeu. S’il vous plaît, énumérez ces règles.

Réponse : Le but du jeu nommé « la vie » est de se connecter les uns aux autres et de collecter le maximum de points. C’est le « mouvement » le plus important, bien qu’il y ait beaucoup plus d’actions spécifiques.

Question : Quelle est la particularité de la connexion ?

Réponse : Dans la connexion, on passe au niveau suivant de perception du monde. Chaque fois que cela arrive, l’esprit d’une personne est démultipliée.

Question : Comment peut-on révéler tous les états infinis du Créateur dans ce monde sans perdre la tête ?

Réponse : Ne vous inquiétez pas, vous ne pourrez rien atteindre à moins que vous étendiez d’abord vos organes sensoriels et mentaux. Par conséquent, vos sens seront toujours prêts pour quelque chose que vous ressentez. Ils ne recevront jamais plus que ce dont ils sont capables et prêts. De cette façon, il n’y a aucune chance de perdre la tête.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/03/2018

La naissance et la mort dans la spiritualité

Question : Qu’est-ce que la naissance, la mort, l’intégration et le rejet dans la spiritualité ?

Réponse : Ils sont une convergence mutuelle des désirs. Les désirs peuvent être complètement opposés, ce qui signifie totalement éloignés, polaires. En devenant progressivement semblables, ils peuvent se rapprocher, s’imbriquer partiellement, former un segment commun et, dans le cas d’une similitude totale, se superposer complètement.

Question : Dans la spiritualité, qu’est-ce que la mort et la naissance ?

Réponse : Il n’y a pas de mort dans le monde spirituel. Il y a une transition d’un niveau à l’autre. La naissance est l’apparition du désir, qui commence à acquérir un écran toujours plus grand.

Question : Si une personne remet à plus tard un désir avec lequel elle ne peut pas travailler, cela ne s’appelle-t-il pas le « tuer » pendant un certain temps ?

Réponse : Non, parce que nous travaillerons avec lui plus tard. Il existe de nombreuses possibilités de ce genre lorsque nous passons d’un état à un autre, et dans l’état suivant nous utilisons partiellement le précédent, et les désirs restants préparés à l’avance seront partiellement utilisés aux niveaux supérieurs.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 25/02/2018

Entre une personne et la force supérieure

Groupe = 10 + Humanité

Le groupe est entre une personne et la force supérieure. Une personne n’a aucune chance de travailler avec la force supérieure, de recevoir d’elle ou de lui donner, en contournant le groupe. Même s’il semble qu’il y a dix ans elle était seule, elle appartenait toujours au groupe, seulement cela lui était caché. Lorsqu’elle s’assoit maintenant dans un groupe aléatoire, c’est l’émergence de diverses occasions d’établir une connexion avec le Créateur.

Le groupe est toujours là. Il s’appelle Adam (homme). Le groupe est l’ensemble du système : une dizaine et l’ensemble de l’humanité. Par conséquent, si une personne veut demander au Créateur par elle-même, sans passer par le groupe, elle se trompe. Rien de sérieux n’en sortira, tout comme avec un débutant. Si une personne veut vraiment établir une connexion avec le Créateur, elle doit rejoindre le groupe et y révéler le Créateur.

Nous ne serons jamais capable de ressentir aucune sphère au-dessus du groupe, car le Créateur est à l’intérieur de lui. Un groupe est une structure permanente, mais cela est caché, et le Créateur est aussi un élément permanent, et Il se cache. Le groupe est censé avoir une manifestation physique, comme si nous voyions des amis. Mais dès le moment où le vrai groupe (la sphère spirituelle, la qualité spirituelle et la force supérieure) se révèle à nous, le Créateur sera également révélé à l’intérieur de lui. L’un ne peut pas exister sans l’autre. (1)

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Leçon sur le sujet : « Du Désarroi au Cri vers le Créateur » du 29/06/2018

(1) : à 4 minutes et 30 secondes

La dérision nous aide à vivre

Question : On sait que le rire aide dans la vie. Les scientifiques croient que le rire remplit une fonction sociale importante et unit les gens.

Est-il possible de dire que le rire unit les gens ?

Réponse : Le rire dans notre monde est une expression de satisfaction, qui peut être égoïste (sarcastique, méchante et complètement cruelle) parce que l’égoïsme se manifeste sous une forme simple et non déguisée.

La dérision est plus une manifestation de la joie de l’égoïsme.

Question : Quelles sont les racines du rire ?

Réponse : L’auto-plaisir. L’auto-satisfaction. En règle générale, je dirais que tout ce que je vois est malveillant.

Question : Y a-t-il un état plus élevé, un bon rire ?

Réponse : Un bon rire dans la Kabbale est basé sur la compréhension, sur la révélation de son opposition au Créateur. Cependant, une personne comprend simultanément comment elle peut sortir de cela. Comme l’a dit Sarah à la naissance d’Isaac : « Dieu s’est ri de moi. » C’est déjà un niveau élevé.

En même temps, quelque chose de très bon se manifeste, de gentil et de joyeux, qui est fondé sur la complète impossibilité d’un phénomène. Par conséquent, le rire est une combinaison de deux opposés.

La bonté et la bienveillance peuvent émerger uniquement du mal, du néfaste et de l’obscurité.

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » du 17/04/2018

Nous sommes des êtres éternels

Remarque : Se connaître soi-même signifie ressentir et comprendre que le minéral, le végétal, l’animal et huit milliards de personnes sont tous moi. C’est ainsi que le Créateur dépeint ma représentation subjective du monde. En réalité, il n’y a rien, y compris moi : il n’y a que la Lumière supérieure. C’est terrifiant.

Mon commentaire : Pas du tout ! J’existe dans l’éternité, dans la perfection, dans le Créateur, ensemble avec Lui, et dans la similarité avec Lui. J’ai seulement besoin de me définir, de me retrouver. Vous et moi, nous sommes entièrement inclus dans ce système.

Cependant, dire que rien de tout cela n’existe, y compris moi-même, est incorrect. Nous sommes des êtres éternels, nous devons juste découvrir cet état. C’est notre but de vivre dans le plus bas des mondes.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/02/2018

Vivre à travers les désirs des autres

Question : Si nous ne ressentons rien de la vraie création, que ressentons-nous lorsque nous aimons, mangeons de la nourriture ou regardons les étoiles ?

Réponse : Nous éprouvons du plaisir dans notre petit égoïsme insignifiant. Notre monde entier, notre vie entière se trouve à l’intérieur de lui. Nous ne ressentons rien en dehors de lui.

Question : Alors, n’y a-t-il rien de poétique dans l’observation des étoiles, le tourment ou l’amour ? N’y a-t-il pas de poésie, rien de romantique ?

Réponse : C’est ce que vit la matière corporelle, aussi bien les personnes que les animaux. Ceux-ci, cependant, ne sont pas des examens minutieux spirituels. Les discernements spirituels proviennent d’un état différent, en dehors de moi-même lorsque je ressens quelqu’un en dehors de moi et que je vis selon ses pensées, ses sensations, par la capacité de les remplir.

Ce faisant, je commence à me sentir semblable au Créateur qui a créé la matière et continue à la régénérer, la transformant constamment en états supérieurs. Lorsque je ressens que je peux remplir l’autre (pour l’assouvir, pour le changer pour le mieux, non selon ma compréhension, mais selon ses désirs), alors je me sens comme le Créateur et je ressens ce que le Créateur ressent. C’est ce que l’on appelle une vie spirituelle.

Question : Quelle est la règle principale d’une vie spirituelle ?

Réponse : C’est de vivre à travers les désirs des autres.

Question : Pourquoi est-ce que je ne peux pas ressentir le monde spirituel ?

Réponse : C’est parce que vous n’avez pas développé l’intention, le désir, l’envie ardente de ressentir les autres à la place de vous-même.

Que signifie « à la place de vous-même » ? C’est ressentir les autres comme un objet, et soi-même comme un outil, pour amener cet objet à un état correct et positif.

Extrait de la leçon en russe, le 25/02/2018