Le secret du bonheur

Dr. Michael LaitmanOpinion (de Robert Cummins, professeur à l’Université Deakin à Melbourne en Australie) : Un partenaire aimant, avec 100.000 dollars de revenu et une activité sociale offrant un sens est le nouveau ‘triangle d’or du bonheur’ selon le psychologue Robert Cummins, Professeur à l’Université Deakin…

« Avoir une bonne relation intime est plus important que l’argent » a-t-il dit.

« Vous avez seulement besoin d’une personne pour partager votre vie et cette personne est extrêmement importante. Les gens qui n’ont pas quelqu’un pour partager leur vie d’une manière intime – où vous pouvez partager vos problèmes – sont très vulnérables aux mauvaises choses qui leur arrivent. Cela est extrêmement cohérent sur l’ensemble de nos enquêtes. »

« Le nombre magique est de 100.000 dollars de revenu brut du ménage. Ce n’est pas que plus il y a d’argent et mieux c’est, il s’agit d’avoir une certaine quantité » a-t-il déclaré…

« Avoir quelque chose d’intéressant à faire est le troisième élément. Les gens sont plus heureux s’ils sont actifs : dans un club de foot, dans un cercle de couture, quoi que ce soit » dit-il.

« Si vous pouvez combiner cette activité avec le contact social et du sens alors c’est ce qu’il y a de meilleur. »

« Les gens qui font du bénévolat combinent cela très bien. Plus ils sont actifs et plus ils sont connectés socialement… »

« Le point culminant des 29 enquêtes de bonheur australien étalées sur plus de 12 ans par l’Université Deakin de Melbourne a révélé que cela n’a pas d’importance où vous vivez, si votre col est blanc ou bleu, ou si vous avez des enfants ou non – si vous vivez dans le ‘triangle d’or’ vous êtes plus susceptibles d’avoir un sourire permanent sur votre visage. »

Mon commentaire : Le but de la création est de combler les êtres créés. Dans sa course au développement, l’humanité commence à prendre conscience que le bonheur est dans la bonne connexion à l’environnement. Nous sommes à ce stade de développement, dans la transition de l’individuel au collectif. Et puis, étant donné que nous sommes ensemble, au lieu de « moi », ayant ressenti la valeur qu’il y a « à se dissoudre » dans le collectif, nous nous détachons de nous jusqu’à la réalisation dans laquelle ce « nous » sera rempli, ce qui signifie que nous allons ressentir le Créateur, la Source, nous et moi.

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: