Le succès n’est pas dans la croissance de la richesse mais dans sa distribution

Dr. Michael LaitmanAvis: ( Professeur Tim Jackson , auteur de La prospérité sans la croissance – Economie pour une planète finie ): « Les chocs constants du système financier mondial au cours des dernières années, ont poussé le programme « Business Daily » de « BBC World Service » à  demander à des personnalités ce qu’elles pensaient de l’échec du capitalisme occidental.

«Cette montée en puissance extraordinaire de l’activité économique mondiale est sans précédent historique. Elle est totalement en contradiction avec l’assise des ressources finies et de l’écologie fragile dont nous dépendons pour survivre.

« La plupart du temps, nous évitons la dure réalité de ces chiffres. La croissance doit continuer, nous insistons. Les raisons de cette cécité collective sont assez faciles à trouver.

« Le capitalisme occidental est structurellement dépendant de la croissance pour sa stabilité. Lorsque la croissance vacille – comme elle l’a fait récemment – les politiciens paniquent .Les entreprises luttent pour survivre. Les gens perdent leurs emplois et parfois leurs maisons.

« La croissance du questionnement est réputée être l’acte de fous, d’idéalistes et de révolutionnaires.

« Pourtant, nous devons questionner. Le mythe de la croissance a échoué. Il a échoué pour les deux milliards de personnes qui vivent encore avec moins de 2 dollars par jour. Il a échoué pour les systèmes écologiques fragiles dont nous dépendons pour survivre. »

Mon commentaire: De plus en plus de matériaux sensibles au sujet de la fin de la croissance, au sujet des milliards de chômeurs, et de la réduction de la production vont encourager les gens à réfléchir à une nouvelle attitude envers la vie, la prospérité générale, et une autre satisfaction non matérielle. Après tout, par des calculs simples, nous voyons que la planète ne peut pas nous fournir.

Cela signifie que nous devrions avoir une vision sobre de l’économie future, de la consommation raisonnable. Alimentation, logement, sécurité sociale, éducation et pédagogie doivent être fournis à chacun en quantité raisonnable. La satisfaction de notre égoïsme au-delà des nécessités devrait  être transférée à d’autres domaines de contentement, culturel et spirituel, qui nécessitent peu de matériel et d’énergie. Réfléchissons et nous trouverons un moyen.

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: